masquer le menu

50 raisons de suivre la 50e édition des WSOP sur Winamax

- 5 juin 2019 - Par Flegmatic

Parce que vous cherchiez sûrement une excuse pour lire ce reportage, en voici 50.

Picault

Comme tous les ans, le célèbre porte-drapeau Tonyleon trustera les tables finales françaises.

Parce que tous les jours, vous aurez quelque chose à lire.
Parce qu’on est une année impaire : pas de Coupe du Monde ni d’Euro à la TV, la voie est libre.
Parce qu’il fera bien trop chaud pour travailler.
Parce que vous verrez peut-être votre photo.
Parce que ça vous fera une excuse pour esquiver le concert de votre beau-frère qui joue du banjo sur la place de l'église pendant la Fête de la Musique.
Parce que vous avez besoin d’inspiration pour répondre aux futures questions des couvreurs présents à Vegas.
Parce qu'à défaut de barbecue, vous pourrez vous chauffer devant un deep run de ValueMerguez.
Parce qu'Antoine Saout va bien aller nous gagner un petit tournoi.
Parce qu’en simultané, vous allez vous aussi tenter de gagner un bracelet sur les Mini WSOP, les Championnats du Monde à l’échelle 1/100e sur Winamax.
Parce que vous êtes interdit de territoire aux États-Unis. Foutue fin de soirée au Sapphire.

Lewis

Allez Romain, finies les conneries, maintenant on ramène un bracelet !

Parce que Winamax TV sera à Vegas à partir du 23 juin et vous proposera chaque jour des émissions et reportages.
Parce que vous cherchez des citations de Davidi Kitai à caser dans votre dissert' de philo.
Parce que c'est un chiffre rond. Et les chiffres ronds, c'est mignon.
Parce que les podiums ça commence à bien faire. Cette fois, Romain Lewis aura le droit à son bracelet.
Parce que c'est ça ou les 50 ans de mariage de vos grands-parents.
Parce qu'il va bien falloir aller vérifier nos prédictions.
Parce qu'ils ont enfin installé le Wi-Fi au camping des flots bleus.
Parce que cette année, c'est Tony Miles qui va coacher Pierre Calamusa en finale du Main Event.
Parce que Phil Hellmuth est capable de ship son 16e bracelet.
Parce qu'après le plus gros tournoi de l'histoire du poker, d'autres records pourraient tomber.

Saout Pollak

À qui le tour de devenir finaliste du Main Event côté tricolore ?

Parce qu'on n'était pas là pour la première.
Parce qu'on ne sera peut-être pas là pour la centième.
Parce que vous pourrez spoiler à vos potes le scénario de la future saison de Dans la Tête d'un Pro.
Parce qu'après Antoine Saout et Benjamin Pollak en 2017 et Antoine Labat en 2018, ça sent la passe de trois française sur le Main Event.
Parce qu'il faut respecter la règle des "Trois C" du matin : café, clope, coverage.
Parce que Michel Abécassis est en table finale du Side Event craps à l'Aria.
Parce que, comme chaque année, c'est peut-être la dernière édition au Rio.
Parce que João Vieira a prévu de jouer tous les tournois. Deux fois.
Parce que le billet d'avion était hors bankroll.
Parce qu'on est jamais à l'abri de voir débarquer un Mikedou ou un Ludovic Lacay.

Kanit

Vous êtes malades ? Regardez cette photo de Mustapha Kanit et ça ira mieux !

Parce que vous n'êtes plus tout à fait sûr de ce qu'est "le plus classique des lancers de pièce".
Parce qu’il faut bien lire un peu pendant les spots de pub de la finale NBA.
Parce qu’avant de vous envoler pour Vegas, quoi de mieux que de lire les histoires de vos potes déjà sur place.
Parce qu'on y verra peut-être enfin des photos de membres du Team Pro au Rhino.
Parce que d'ailleurs, il fait quoi Patrick Bruel cet été ?
Parce qu'un écran allumé en pleine nuit reste la meilleure façon d'attirer ce moustique qui vous tourne autour depuis des heures.
Parce que votre médecin vous a prescrit deux photos de Mustapha Kanit par jour à la place des antidépresseurs.
Parce que ça occupe pendant les insomnies.
Parce qu'on balancera tous les dossiers de la Players Party Winamax (ou pas).
Parce que passe ton Bac d'abord, Vegas ce sera dans trois ans.

Ivan Massage

Besoin de conseils en massage, Ivan ?

Parce que vous voulez des conseils en masseuses massages.
Parce que vous avez mis 25 000 $ dans une Fantasy Draft.
Parce que Benjo va tenter de battre son record de dinner breaks consécutifs au In-N-Out Burger.
Parce que cinq dézanuseurs toulousains en freeroll sur le Main Event, ça risque de faire mal.
Parce que vous voulez commencer à préparer votre programme pour l'an prochain.
Parce que ça manque toujours autant de Français sur PokerNews.
Parce qu'avec Guillaume Diaz, Adrien Delmas et Aladin Reskallah, le Team Winamax n'a jamais eu autant de Top Shark pour plonger dans le grand bain.
Parce qu'il y aura aussi des stories sur Instagram.
Parce qu'à la 51e, tout le monde boit.
Parce que Winamax sera le seul endroit où suivre les WSOP en français, jour après jour.

Benjo In and Out

Promis, pas plus d'une photo par jour du In-N-Out Burger.