masquer le menu

World Series of Poker 2019, la cinquantaine fringante

- 3 juin 2019 - Par Tapis_Volant

Les World Series of Poker ont 50 ans
Plus de 40 jours de reportage à suivre dès aujourd'hui

Devanture WSOP
Habituellement, lorsque l’on débarque à Vegas pour couvrir les World Series of Poker début juin, on se met timidement dans le bain en cherchant les premiers français inscrits, on commence à repérer les habitués qui seront in dans tout dans l’espoir de ramener un bracelet à la maison, on prépare le terrain pour les 45 jours de coverage à venir en profitant du fait que les championnats du monde sont encore en mode Diesel. Mais pas cette fois ! C’est en pleine folie du Big50 que l’on démarre cette 50e édition des World Series of Poker. Après les 4 premiers flights de ce nouveau tournoi à 500 $ organisé pour célébrer le 50e anniversaire des WSOP, on peut déjà annoncer qu’il s’agit du plus gros tournoi de poker de l’Histoire avec plus de 28 000 inscriptions (les chiffres officiels ne sont pas encore connus) battant à plate couture le précédent record détenu par la première édition du Colossus en 2015 avec 22 374 entrées.

File d'attente

Bienvenue sur les World Series of File d'Attente

C’est dans un Rio bondé que je mets donc les pieds pour la première fois en 2019 dans le but d’aller chercher mon accréditation, pour cette édition anniversaire qui devait être l'année de tous les records. 89 bracelets seront distribués cet été à Las Vegas, soit 11 de plus que sur l'édition 2018, où les Français ont enfin renoué avec la victoire, avec deux bracelets glanés en début de festival par Julien Martini sur un Omaha Hi-Lo à 1 500 $ et William Reymond sur l’Event Online à 365 $.

En 1970, pour la première édition des World Series, un seul bracelet était décerné, et c’est même par un vote que Johnny Moss devenait le premier homme à gagner une breloque (Il en remportera finalement 9 pendant sa carrière). Progressivement, le nombre d’events qui offrent un bracelet et un titre de champion du monde n’a cessé de croître avec un gros boom après 2003 et la victoire de Chris Moneymaker. 33 bracelets en 2004, 61 en 2009, 76 en 2014…

Avant cette édition 2019, 1 419 bracelets de champion du monde ont été attribués (en comptant les déclinaisons des WSOP hors territoire américain). Cet objet mythique, convoité par tant de professionnels et d’amateurs et considéré comme le graal du joueur de poker continue de faire rêver. S’il paraît plus compliqué à décrocher quand on regarde les fields grandissants de la plupart des tournois (1 635 entrants par Event en moyenne en 2017 contre 217 en 2003), la quête du bracelet devient aussi plus « accessible » parce que de moins en moins réservée à l’élite. Le principal changement qui a été institué ces dernières années est de permettre aux « petits joueurs » d’accéder au rêve, en proposant des beaux tournois à des buy-ins modérés, loin des « boucheries » à 1 000 $ qu’on a connues au début des années 2010. C’est ainsi que l’on a assisté à la naissance du Colossus à 565 $ l’inscription en 2015, du Giant à 375 $ en 2017. Cette politique de rendre accessible au plus grand nombre les tournois des WSOP se poursuit avec notamment la création du Big50 (500 $ l’inscription pour un tournoi à 5 millions garantis et 1 million promis au vainqueur) mais aussi plusieurs nouveaux tournois Deepstack entre 600 $ et 800 $ de buy-in.

« Si en 50 ans, tu n’as pas joué un tournoi des World Series, c’est que tu as raté ta vie de joueur de poker », pourrait-on dire désormais, tant ça n’a jamais été aussi envisageable de prendre part à un événement des World Series. Il fut un temps, les joueurs français qui n’avaient pas une grosse bankroll ne regardaient même pas le programme du Rio, effrayés par le montant des inscriptions et par la structure qui ne leur permettait pas d’en avoir pour leur argent. Ils allaient au Venitian, au Wynn, au Planet Hollywood, pour vivre leur Vegas dans l’ombre. Maintenant, ils peuvent également se permettre d’accéder à ce rêve de bracelet avec des structures beaucoup plus séduisantes. Et le moins que l’on puisse dire, c’est qu’il n’y a jamais eu autant de nouveaux joueurs dans les couloirs du Rio que cette année.

19 nouveaux tournois au programme

Pavillon Room

La Pavillon Room ne désemplira de tout l'été pendant ces WSOP

Pour attirer les joueurs cette année, les organisateurs ont décidé d'ajouter 19 nouveaux tournois au programme de ces WSOP. Pour se renouveler, trouver des nouveaux classiques comme le Main Event, le Monster Stack ou le Millionnaire Maker. Pour permettre également aux bustos du Main Event de rêver encore quelques jours après leur élimination.

Le Big50, le plus gros tournoi de l’Histoire du Poker

File attente Big 50

Des files d'attente interminables pour rejoindre le Big50 en late registration

Pour célébrer le cinquantième anniversaire des World Series, le premier week-end des World Series a offert aux joueurs un tout nouveau tournoi qui est déjà devenu officiellement le plus gros tournoi de l’Histoire des World Series of Poker, le Big 50. Aucun rake n’est prélevé sur la première bullet des joueurs, histoire de mettre plus d’argent dans ce prizepool qui propose deux garanties massives, un prizepool de 5 000 000 $ (déjà largement dépassé) et une première place garantie de 1 000 000 $. Quatre possibilités pour faire son entrée dans le tournoi, un tapis de départ gonflé à 50 000 jetons et des niveaux décents de 50 minutes pour offrir aux joueurs la chance d’accéder à un prix modique au rêve de bracelet. Aujourd'hui a lieu le Day 2C de cette épreuve qui ne connaîtra son vainqueur que d'ici plusieurs jours.

 Le premier tournoi de short-deck des WSOP

Short Deck

Il aura fallu attendre la 50e année de ces WSOP pour enlever les 2, 3, 4 et 5 du paquet et voir l’apparition du format Short-Deck au Rio. Le tournoi a débuté dimanche 2 juin dans l’Amazon Room et n’a séduit que 61 joueurs. Pour ceux qui ne connaissent pas ce format qui fait fureur à Macao, les règles sont à peu près les mêmes que sur notre cher No Limit Hold’em, sauf qu’on joue avec un paquet de 36 cartes dont on a retiré les cartes allant du 2 au 5. L’ordre des combinaisons reste le même, à une exception près, la couleur bat le full (et oui, un full, c’est bien plus simple à faire avec moins de cartes !) et les blindes ont mystérieusement disparues, remplacées par des antes posées par tous les joueurs. La plus basse des suites est assez perturbante également puisqu’avec As-9 en main, vous floppez une quinte sur 6-7-8. Variante à action s’il en est, considérée comme « full variance » par certains détracteurs, le Short-Deck devrait nous régaler à travers cet Event #8, un tournoi à 10 000 $ pour ceux qui préfèrent voir des gros jeux. Aujourd'hui, c'est le Day 2 de l'épreuve et les inscriptions sont encore ouvertes pendant trois heures de jeu, il se murmure dans les couloirs que Julien Martini viendrait rejoindre le field de ce tournoi.

Les Deepstack Series

6 tournois à buy-in modérés ont été ajoutés au programme de ces World Series. On ne va pas se le cacher, il y a quelques années, les joueurs français qui disputaient des tournois au Rio étaient vus comme des privilégiés, des joueurs capables de mettre au minimum 1 500 $ pour avoir une structure décente et accéder au rêve de tout joueur de poker : avoir une chance de décrocher le bracelet tant convoité. Depuis quelques années, les organisateurs ont compris qu’il fallait aussi attirer les « petits joueurs » qui ne pouvaient pas se permettre de mettre un SMIC dans un tournoi de cartes. Devant les succès du Colossus (565 $ l’entrée), inauguré en 2014, ou du Giant (365$ l’entrée) en 2017, les organisateurs proposent cette année 6 tournois supplémentaires entre 600 $ et 800 $ l’inscription, avec notamment un très attendu Deepstack Championship 600 $ le 25 juin prochain, garantissant 500 000 $ de prizepool. Pour Grégory Chochon, directeur français des WSOP "ce n'est pas uniquement pour contrer le Venitian ou le Wynn qu'on organise des tournois à 600 $ sur les WSOP, c'est surtout pour donner une chance à tout un chacun de jouer pour un bracelet et ne pas réserver ce privilège à une élite".

5 nouveaux tournois online sur WSOP.com

Cette année, les joueurs auront cinq nouvelles occasions de monter des jetons sur le site officiel WSOP.com, avec des bracelets à la clef. On se souvient notamment que l’an dernier, c’est le français William Raymond qui s’était adjugé le premier bracelet online de 2018 avec sa victoire sur l’Event #10 à 365$ l’inscription. Il avait remporté la bagatelle de 154 996 $ et fait résonner la deuxième marseillaise de l’été au Rio. 9 tournois sont donc au programme sur WSOP.com, avec en point d’orgue le No Limit Hold’en Championship à 1 000 $  le 30 juin. À l’heure où j’écris ces lignes, le premier vainqueur de bracelet online vient de se faire connaître, avec la victoire de Yong « LuckySpewy1 » Kwon pour 165 263 $ sur l’Event #4 où Phil « lumestakin » Hellmuth n’était pas si loin de son 16e bracelet, terminant 5e de l’épreuve !

Un Mini Main Event à 1 000 $

A l’image du circuit EPT, qui proposait une alternative low-cost à ses joueurs, un mini Main Event à 1 000 $ reprenant la structure du Main Event, mais en version turbo (30 minutes) sera instauré cette année le premier jour du mois de juillet. Comme son grand frère, prévu quelques jours plus tard, le tournoi sera freezeout et permettra un bel échauffement avant le Big One.

Salut aux combattants !

Ne un 4 juillet

La table finale du tournoi aura lieu le 4 juillet, jour de fête nationale aux Etats-Unis

Ce nouveau tournoi à 500 $ l’entrée est dédié aux vétérans de l’armée américaine, mais sera tout de même ouvert à tous. 40 $ de chaque entrée seront offerts à des organisations caritatives venant en aide aux vétérans de l’armée américaine. Il paraîtrait même que Flegmatic aurait prédit qui allait remporter cette épreuve cette année.

Un bracelet pour les vainqueurs de bracelets

Bracelet

Malgré le fait que le field sera composé exclusivement d’anciens vainqueurs de bracelets WSOP, ce tournoi sur invitation à 1 500 $ l’entrée pourrait probablement être l’un des plus faciles à gagner. On ne sait pas encore combien de vainqueurs de bracelets participeront à cette épreuve, mais on sait déjà que le field sera cappé à 1 200 joueurs (selon mes estimations). En effet, 1 419 bracelets ont été distribués depuis 1970 mais de nombreux joueurs en ont remporté plusieurs (15 pour le recordman Phil Hellmuth). Si l’on ajoute à ça le fait que beaucoup sont morts ou ne jouent plus au poker, le field de ce tournoi pourrait être assez réduit.

Place à l’action

Comme chaque année, Winamax met les petits plats dans les grands pour vous faire vivre l’événement. Veunstyle arrive cette semaine, Flegmatic et Benjo un peu plus tard, et nous seront donc quatre sur le pont pour vous faire vivre l’événement pendant plus de 40 jours au sein du Rio. Harper arrivera également courant juin pour Winamax TV et vous proposera émissions et reportages en tous genres. On devrait se régaler, et j’espère que vous prendrez autant de plaisir que nous à suivre les exploits de nos Frenchies sur cette 50e édition des World Series of Poker.