masquer le menu

Welcome to Cynn City !

- 15 juillet 2018 - Par Flegmatic

John Cynn est le Champion du Monde 2018 !
Le grinder de l'Illinois succède à Scott Blumstein et remporte 8,8 millions de dollars

John Cynn Win

Enfin. Après dix jours de tournoi et dix heures d'un heads-up épique qui restera pour sûr dans les annales, nous tenons enfin le plus grand des marathoniens de ce Main Event des World Series of Poker. Le joueur le plus solide, le plus consistant, le plus tenace, parmi les 7 874 à avoir pris le départ de ce tournoi unique au monde. Lors des dernières heures, il était aussi et surtout l'Homme le plus résistant, le plus dur au mal dans toute l'Amazon Room, alors que les spectateurs piquaient du nez les uns après les autres dans les gradins (heureusement réveillés par les gorilles d'ESPN) et que les journalistes commençaient à péter les plombs sur leurs bancs de presse. Cet homme s'appelle John Cynn et, au-delà du gain presque insensé de 8,8 millions de dollars qu'il vient de remporter, il a réalisé sous les yeux de la planète poker toute entière une performance physique et mentale hors du commun, qui transcende bien des débats stériles sur l'acceptation de notre jeu préféré en tant que sport. Le Champion du Monde 2018, c'est lui, et ce titre, il est allé le chercher au bout de l'effort, au bout de lui-même.

John Cynn Fin

"Je suis vraiment fatigué, avoue John après coup. Chaque jour, j'étais un peu plus fatigué, mais aussi plus affuté, à cause de l'adrénaline. D'ailleurs, je sens que ça commence déjà à redescendre." Redescendre, comme tout cette pression qui commençait à peser lourd sur ses épaules, alors que tout le monde dans la salle ou presque n'attendait qu'une chose, qu'il concrétise la domination que l'on ressentait à table, en mettant fin à ce duel final. "C'est étrange, poursuit-il, parce qu'il y a deux ans, quand j'avais terminé onzième, j'étais très content. Aujourd'hui, après cette victoire, je me sens surtout submergé, dépassé par tout ça."

John Cynn Rail

Dans les bras de son père, quelques minutes après la main finale.

De quoi confirmer le caractère profondément simple et humain de John Cynn, comme le sont ses ambitions. "Le poker peut être vraiment fun par moments. J'adore les tournois et il n'y a rien de meilleur que d'aller très loin dans un tournoi. Mais, même si j'adore le poker, mon objectif ultime dans la vie c'est d'être heureux, peu importe ce qu'il se passe pour moi autour d'une table." À la manière d'un Scott Blumstein l'an passé, ne comptez donc a priori par sur John pour venir se frotter aux plus gros sur des tournois à cinq chiffres de buy-in organisés aux États-Unis ou ailleurs.

Tony Miles - John Cynn

Mais puisqu'il faut bien conclure sur ce Main Event 2018, difficile de ne pas rendre également hommage à celui qui a aussi contribué à cet ultime match épique, Tony Miles. Ce même Tony qui est venu à la rescousse de John lorsque la fatigue commençait à prendre le dessus, et qu'il devenait de plus en plus dur de lâcher quelques sourires pour la myriade de photographes qui jouaient des coudes devant lui. 

John Cynn Interviews

"Tony est un mec incroyable, je le pense vraiment, souffle John. On a beaucoup parlé durant toutes ces heures où on a dû s'affronter. Il a vraiment bien joué. Il m'a mis de nombreuses fois dans des situations compliquées. J'ai dû m'ajuster souvent parce que lui s'adaptait très bien à chaque fois." Humble jusqu'au bout, John évoque aussi l'inévitable part de réussite qui lui a permis de sortir vainqueur de ce duel de titans. "J'ai très bien run sur la fin. Tony ne le sait pas parce, la plupart du temps, il ne m'a pas payé. Mais j'ai eu beaucoup de chance dans plusieurs spots clés."

John Cynn Win 2

Que souhaiter maintenant à John Cynn après cette victoire qui va changer à tout jamais sa vie de joueur ? Sans doute de prendre une bonne année de repos, afin de revenir en forme pour défendre son titre l'an prochain ! De notre côté, nous en aurions en tout ca bien besoin, mais il paraît que quelque chose se trame à Moscou dans moins de deux heures. Et après ça, Benjo sera de retour au Rio avec une perfusion de cocaine café dans chaque bras pour tenter de vous raconter du mieux possible le Day 2 du Closer et le coup d'envoi du tant attendu Big One for One Drop à un million de dollars, avec Adrián Mateos sur la ligne de départ. Non, mesdames et messieurs, les World Series of Poker 2018 ne sont pas officiellement terminés. Alors, même s'il en reste encore un peu plus, je vous le mets quand même ?

A million Miles later...

- 15 juillet 2018 - Par Benjo DiMeo

Tony Miles est éliminé en deuxième place au terme du duel le plus long de l'histoire du Main Event
C'est un véritable combat de gladiateurs - dix heures ! - qui est venu conclure le plus gros tournoi de poker du monde

HU
En définitive, on ne pourra pas vraiment s'étonner que le plus beau, le plus gros, le plus prestigieux des tournois de poker de la planète se soit terminé, au terme de treize journées de combat ayant rassemblé 7 874 joueurs, par un affrontement épique de dix heures entre Tony Miles et John Cynn. Forcément : le Main Event est aussi le plus long tournoi du monde, et en ce 14 juillet 2017, tous les records établis au cours des 49 années d'histoire du tournoi ont été battus. Durée de la partie, nombre de mains disputées, quotient de fatigue accumulé par l'intégralité des occupants de l'Amazon Room : alors que les Bleus vont bientôt rentrer sur le terrain à Moscou et - on l'espère - décrocher leur deuxième étoile, vos serviteurs sont absolument épuisés au moment de coucher sur l'écran leurs impressions à propos d'une partie de poker d'ores et déjà historique.

Pardonnez-nous d'avance, donc : nous ne reviendrons pas dans le détail sur les multiples rebondissements de l'affrontement marathon entre Miles et Cynn, et Dieu sait qu'ils furent nombreux. Nous ne vous partagerons pas non plus les multiples fous rires sur le banc de presse, dont l'intensité est allée croissant alors que nos nerfs perdaient pied et que la partie s'étirait vers les petites heures du matin et que dehors, le soleil commençait à poindre au loin, au dessus du Red Rock Canyon. "Si ce heads-up continue après le début du prochain concours de mangeage de hot-dog, ESPN va devoir arrêter la diffusion des WSOP." Ce n'était même pas une blague, ou presque : le dernier duel du Main Event s'est terminé à 4h50 très précisément, soit quelques minutes à peine avant le début programmé de la retransmission de Wimbledon. Bien entendu, une solution de secours était déjà prévue (bouger le Main Event sur la petite soeur ESPN2), mais qu'importe : ce putain de Main Event a fini putain de super tard, bordel.

Tony Miles - John Cynn
Au poker, il n'y a pas de tie-break, il n'y a pas de séance de tirs aux buts, ni de juges décidant du vainqueur après douze rounds. Il n'y a que des blindes augmentant plus ou moins rapidement, et des joueurs qui se battent jusqu'à qu'il n'en reste plus qu'un, peu importe combien de temps cela prend. Ce soir, Tony Miles et John Cynn nous ont rappelé était un test d'endurance autant que de compétence, et que le gagner se méritait.

La fatigue a t-elle joué un rôle dans la conclusion du Main Event ? On serait tenté de dire : forcément, la chose est inévitable, d'autant plus que pour la première fois depuis 2007, aucune journée de pause n'était au programme entre les demi-finales et la finale. Mais nous laisserons les analyses aux experts au moment de vous raconter la dernière main du tournoi :

Main #442 : Au bouton, John Cynn relance à 9 millions - oui, les blindes sont maintenant à 2M/4M, en début de duel elles étaient à 800K/1,6M - et Tony 3-bet à 34 millions. Cynn paie et le flop tombe K5K. Tony c-bet pour 32 million. Cynn paie. Le turn est un 8. Tony annonce "all-in", pour 114 millions au total. Cynn le couvre, et va prendre tout son temps avant de se décider. Il ne s'agirait pas de faire un mauvais fold, comme neuf heures plus tôt, lorsqu'il avait abandonné la 3e paire du flop face à un shove rivière de Tony, qui détenait hauteur 7 et un tirage de quinte raté. Mais cette fois, Cynn aura moins de mal à prendre la bonne décision : si son KJ est battu, alors ce soir n'est pas son soir. Il paie.

Main Finale
Le public est debout et retient son souffle. Le silence est irréel, et très vite, le visage de Tony Miles nous apprend l'information avant que ses cartes ne soient révélées : le Main Event vient de s'achever. Au terme de dix heures et 199 mains, Miles a décidé de faire tapis sur ce turn avec... Q8. Une main chère à Davidi Kitai, mais une main qui valait très exactement zéro % de chances de gagner contre celle de Cynn.

La rivière, un inutile 4, n'est pas encore tombée que le clan de John Cynn exulte déjà. A 33 ans, l'Américain devient le nouveau Champion du Monde de poker.

I can see for Miles

Tony Miles
Au poker, on ne se rappelle que rarement du nom de celui qui termine en seconde place, y compris lors du Main Event. Essayez donc de retrouver le blaze du mec qui avait été battu par Scott Blumstein il y a un an, presque jour pour jour. Avouez : vous n'avez pas snap-call.

J'aime à penser qu'en ce qui concerne Tony Miles, les choses se passeront différement... Repéré par nos services bien avant la finale en raison d'un improbable concours de circonstances impliquant le pro du Team Winamax Pierre Calamusa, le pro low stakes de 32 ans nous a impressionnés par sa ténacité, et surtout ému par sa sincérité, sa gentilesse, et un historique de vie semé d'embûches qu'il a du batailler pour surmonter. "L'histoire de Tony, c'est celle de Dorothy dans le Magicien d'Oz", nous confiait sa mère quinze heures plus tôt. "Il a cherché toute sa vie à se sortir de la Cité d'Emeraude, sans se rendre compte que la porte de sortie était là depuis le début, en lui."

Grâce à Pierre, nous avons eu la chance de pouvoir passer un long et privilégié moment avec Tony au cours des heures ayant précédé la toute dernière journée du Main Event. Nous l'avons écouté se confier devant la caméra de Tapis Volant et se préparer en profondeur à la partie de poker la plus importante de sa vie, en compagnie de Pierre, à la fois stacker, coach et soutien moral de tous les instants. Nous avons hâte de pouvoir partager avec vous ces images le plus vite possible. En attendant, c'est un Tony fatigué, forcément déçu mais fier de son parcours qui a quitté l'Amazon Room après cinq heures du matin, collectant au passage un beau chèque de cinq millions de dollars, et rendant hommage à de supporters restés très nombreux derrière lui pour le soutenir. "Ce sont eux, mes amis et ma famille, qui m'ont porté jusque là. Je suis désolé de ne pas avoir pu leur apporter le titre."

Au poker, on ne se rappelle que rarement du nom de celui qui termine en seconde place, et c'est bien dommage, car en définitive, il aura joué aussi longtemps que le seul joueur ayant réussi à le devancer. Et dans le cas présent, ce "longtemps" est très, très long. Dix putains d'heures. Tony Miles et John Cynn, vous êtes d'ores et déjà des légendes du poker. Ce soir à Las Vegas, notre jeu préféré a connu son match Mahut-Isner.

La main la plus folle du heads-up

Il nous est strictement impossible de passer sous silence ce qui restera sans doute comme la main la plus folle du duel final. Elle s'est déroulée sur le coup de trois heures du matin, et en 12 Main Events couverts pour Winamax, on n'avait jamais vu ça.

Main #409 : Miles relance à 9 millions au bouton et se fait payer par Cynn. Le flop tombe Q58. Cynn checke et Miles c-bet 12 millions. Cynn check/raise à 32 millions et... Miles fait tapis ! Pour 146 millions au total : il est couvert par Cynn, qui va réfléchir une minute avant de payer.

Les jeux sont retournés, et personne ne s'attendait à de telles combinaisons de cartes :

76 chez Tony Miles,
74 chez John Cynn.

Incroyablement, Tony Miles est techniquement en tête avec son tirage de quinte par les deux bouts, mais n'a que 31% de chances de gagner. Cynn est censé remporter le coup 42% du temps, laissant donc 27% de chances de split-pot. C'est cette troisième hypothèse qui se concrétisera après un turn J et une rivière J.

Tapis avec hauteur 7 qui se fait payer par hauteur 7 : il n'y a qu'après huit heures de heads-up que l'on aurait pu voir un tel coup de poker.

Le heads-up en chiffres

HU
18h45 : l'heure du coup d'envoi du duel
04h50 : l'heure de fin du duel
199 : le nombre de mains disputées par Tony Miles et John Cynn. Un record absolu, bien entendu.
7 : le litres de café consommés par les reporters Winamax entre 18h45 et 04h37
3 : le nombre de coups joués à tapis payé sur l'intégralité du duel (incluant la toute dernière main de la partie)
2 : le nombre de 4-bets avant le flop durant tout le mach (OK, on en a peut-être manqué un ou deux, mais il n'y en a vraiment pas eu beaucoup)
8,8 millions de dollars : la somme remportée par John Cynn, le nouveau roi du poker mondial.

Retour à la case départ

- 15 juillet 2018 - Par Flegmatic

Tombé à moins de 30 blindes, Tony Miles revient à niveau grâce au premier double up de ce duel final
Tout est à refaire pour John Cynn

HU

Est-ce l'heure avancée de la nuit, un peu d'impatience des deux côtés, les niveaux de blindes qui augmentent ou tout simplement un peu des trois ? Toujours est-il que le long duel opposant Tony Miles à John Cynn vient de s'animer, d'un coup d'un seul, en quelques minutes seulement. Alors que le premier était repassé brièvement en tête, à la faveur de trois pots remportés consécutivement, le retour de break et les six premières mains du niveau 1 500 000 / 3 000 000 ont été complètement à l'avantage du second. Conséquence directe, Cynn créait le plus gros écart depuis le début de ce duel, avec plus de 100 blindes devant lui contre moins de 30 pour Miles.

HU

Arrive alors la 367e main de cette finale. Elle démarre par une ouverture à 7 millions de Tony, payée par John. Rien n'est misé sur un flop J63, avant que Cynn n'opte pour un delayed c-bet à 9,5 millions sur le 6 au turn. La rivière apporte un 4 et une deuxième praline à 14,5 millions de l'ami Johnny. La réponse de Miles ? Tapis, pour 74 millions.

Rail Tony

Comme lors du fameux coup où il s'est fait bluffer avec hauteur 7, il faut plusieurs minutes à Cynn pour prendre sa décision. Ce bluff a-t-il contribué à faire pencher la balance ? L'envie d'en finir était-elle trop pressante ? Pensait-il tout simplement que son J8 allait suffire à l'emporter et faire main basse sur le titre de Champion du Monde ? Toujours est-il que Tony Miles avait cette fois les papiers bien en règle, avec un A6 transformé en brelan. Tony peut lever les bras bien haut, et son rail d'exulter en même temps que lui. Il est back in the business !

Come on Jack

Si toi aussi tu vas rester debout toute la nuit tape dans tes mains !

Et Milesl ne s'arrête d'ailleurs pas là. Trois mains plus tard, sur le turn d'un board Q437, après avoir 3-bet préflop, Tony envoie 15 million sur le flop puis son tapis de 119 million en overbet au turn. Il faut cette fois moins de temps à Cynn pour lâcher l'affaire. Une vingtaine de minutes plus tard, la retransmission télévisée nous révèlera un 8-7 pour Cynn et... A4 chez Miles, pour troisième paire et tirage flush max. Encore une fois, le poulain de Pierre Calamusa a pris un gros risque qui s'est avéré payant ! 

Et c'est ainsi que, près de sept heures après le lancement de ce heads-up, Tony Miles et John Cynn se retrouvent à égalité (presque) parfaite, leur tapis n'étant séparés que par une petite blinde. Mais, entre nous, vous êtes préssés vous ?

Rail en folie

And the crowd goes Miles.

John Cynn 198 000 000
Tony Miles 195 000 000

Partis pour rester

- 15 juillet 2018 - Par Flegmatic

Cinq heures après le début de leur match, John Cynn et Tony Miles sont toujours fermement installés à leur siège
L'avantage numérique et technique reste cependant dans le camp de John Cynn


23h47 à Las Vegas : cela fait maintenant presque quatre heures et 105 mains que John Cynn et Tony Miles s'affrontent pour le titre suprême du poker. Même si les écarts se sont quelque peu creusés, et que les blindes progressent, on ne se risquera pas à prédire un dénouement rapide : les deux compétiteurs ne semblent pas tout à fait prêts à mettre fin au plus beau moment de leur carrière de joueur. Et même si l'on commence à trouver le temps long, avouons-le : le spectacle qu'ils nous offrent est loin d'être chiant.

Tony Miles Bets
Juste après l’incroyable bluff réussi à la fin de la main #276, Tony Miles est immédiatement parvenu à revenir à l’équilibre, avec une paire de 2 gagnante sur un board 7395K. Le coup avait été 3-bet préflop par John Cynn : il y avait 72 millions au milieu.

Malheureusement pour Tony, l’embellie sera de courte durée, le grinder venu de l’Utah perdant dans la foulée plusieurs pots, la faute à une stratégie semble t-il un poil trop serrée : folds rivière, folds sur le flop après avoir payé un 3-bet… Des schémas de jeu résumant bien le duel dans l’ensemble, sans compter que lorsqu’on a vu un showdown, celui-ci fut souvent à l’avantage de Cynn, qui, peut-être échaudé par le bluff raconté précédemment, eut ensuite le nez creux avec un joli call hauteur As.

John Cynn
John Cynn semble avoir l’avantage technique dans ce heads-up, et aussi l’avantage des astres : témoin ce full, le deuxième du duel, trouvé avec une paire de 5 et rentabilisé tout au long d’un board 953J3. Miles paie 7,2 millions préflop, 8,5 millions sur le flop, 19 millions sur le turn, puis enfin 46,5 millions (!) sur la rivière. D’après le rail, il n’avait qu’un simple 9, largement battu donc.

Tony Miles Rail
Malgré les déconvenues de Tony Miles, la situation est loin, très loin d’être désespérée pour le protégé de Pierre, qui affiche un stack de 156 millions après 349 mains jouées en finale (dont 105 jouées en heads-up). Les blindes vont passer à 1,5M/3M  : Tony dispose de 50BB, contre 80 chez John Cynn.

"Vous croyez qu'on connaîtra le gagnant avant que la France devienne Championne du Monde ?" - Signé : un compatriote qui aimerait bien dormir une poignée d'heures avant de se lever pour la finale, qui débutera à huit heures, heure de Las Vegas.

Ça aurait pu se terminer là

- 15 juillet 2018 - Par Benjo DiMeo

En difficulté depuis le début du duel, Tony Miles exécute une manoeuvre risquée pour remonter la pente
John Cynn reste cependant en tête après 2h30 et 32 mains jouées


Cela fait maintenant plus de deux heures que l'auditoire massé autour du podium ESPN assiste à un duel haletant, bruyant, en tous points passionnant. Quel bilan tirer après une trentaine de mains ? D'abord : les jetons sont surtout partis du côté de John Cynn, qui a rapidement pris l'ascendant grâce à plusieurs board et décisions de qualité. Ensuite : Tony Miles ne manque cependant pas de ressources, ayant sorti quelques tours de magie de sa poche pour remonter. Enfin : ce duel est riche en coups passionnants, qui ne manqueront pas d'être analysées par les experts sur les forums et Youtube.

Les deux coups les plus importants du duel (jusqu'à présent) ont vu Miles se montrer tour à tour malchanceux, puis audacieux. On rembobine.

Miles
Main #272 : Désormais en net désavantage avec 146 millions contre 247 millions (la faute à l'agressivité de John Cynn, et pas mal de showdown gagnants, durant les deux premières heures du duel), Tony Miles défend une relance à 6 millions. Le flop tombe 844. Personne ne mise : Tony tente alors un donk-bet à 8 millions sur le turn, un 9. A ce stade, Tony est encore en bluff avec son 76, mais il va trouver la carte qu'il attendait sur la rivière, un 5 lui donnant la quinte. Forcément, le protégé du VietF0u mise, mais se fait relancer par Cynn, qui fait passer les enchères de 17 à 38,5 millions. Perplexe, Tony Miles ne pourra se résoudre à passer cette main, et ne pourra que se lamenter après avoir payé : Cynn montre 94 pour le full. Quel runout désastreux pour Tony !

Main #276 : L'écart s'est donc un peu plus creusé : Miles n'a plus que 125 millions (62BB) contre 269 millions (135BB) chez Cynn. Ce dernier débute ce coup avec une relance à 5 millions au bouton. Tony Miles défend, et les deux voient tomber un flop 34J. Miles check/call 4,5 millions. Le turn est un 3 a priori anodin. Miles check, mais c'est pour mieux check/raise à 20 millions après le deuxième barrel à 6,5 millions de Cynn. Ce dernier paie : un très gros pot est en train de se constituer. Et ce n'est pas fini : la rivière est un K, et Miles prononce les deux mots magiques : "all-in".

Heads Up
John Cynn entame une longue réflexion. On le constatera trente minutes plus tard sur ESPN : avec son 64, soit une modeste paire sur le flop, il se demande s'il n'est pas devant. Durant d'interminables minutes, il se demandera s'il peut terminer le tournoi dès maintenant... Ou redonner un avantage crucial à son adversaire. A plusieurs reprises, on le verra faire le même geste du bras, signifiant un mélange de "Mais que se passe t-il ?" et "Je crois que je suis devant".

Mais John Cynn décidera finalement qu'il ne souhaite pas prendre le risque de relancer son adversaire. Dommage, incroyablement dommage : s'il avait eu le courage (la folie ?) de payer, le Main Event se serait terminé sur le hero call le plus légendaire de son histoire. Car en face, Tony Miles avait tout envoyé avec... hauteur 7 ! Un 7 et un 5 ne constituant rien d'autre qu'un tirage ventral raté, et transformé en bluff dès le turn.

Si Tony Miles est actuellement en train de montrer quelques faiblesses techniques face à un John Cynn ultra solide, il n'a aucune leçon à recevoir en matière de courage et de gonades ! Trente minutes après cet énorme coup, une bronca générale s'élèvera dans le public, au moment où la diffusion ESPN parvenait à ce moment en décalé : l'information a circulé à toute vitesse dans les gradins. "Seven high like a boss", hurlera un William Kassous admiratif.

Les positions après 32 mains jouées en heads up :

John Cynn 240 000 000
Tony Miles 155 000 000


Il est 21 heures à Las Vegas et les blindes vont bientôt passer à 1,2 million / 2,4 millions avec une ante de 400 000.