masquer le menu

The Grinder entre dans la légende

- 20 juin 2018 - Par Veunstyle72

Pour la troisième fois de sa carrière, Michael Mizrachi appose son nom sur le trophée le plus prestigieux du poker
Event #33 - The Poker Players Championship 6-handed 50 000 $ (Day 5 / Finale)

mizrachi
Photo : WSOP.com

Il l'a fait ! Michael Mizrachi remporte pour la troisième fois de sa carrière le titre suprême de champion WSOP sur un Poker Players Championship, après s'être déjà imposé en 2010 puis en 2012. Pour cette nouvelle performance, l'Américain empoche plus de 1,2 million de dollars, mais réussit surtout quelque chose que personne avant lui n'avait réussi dans l'histoire de ce tournoi : un triplé magique, inhumain, et d'ores et déjà légendaire.

"Gagner trois fois ce titre, c'est sans précédent, je le sais. Durant ce tournoi, les cartes ont toujours été avec moi, tout du long, je ne peux vraiment pas me plaindre. En revanche, je ne m'attendais pas à run good aussi longtemps. Et je vais vous dire quand tout a basculé : au Day 2, j'étais shortstack et là... je renverse mon café sur la table. On nous change alors de table... et tout s'est inversé ! On va dire que c'était le move qu'il fallait faire !"

Heureux, rigolard, mais aussi très fier et complètement réaliste quant à cet accomplissement personnel, Michael Mizrachi se verrait bien entrer très rapidement dans le panthéon des joueurs de poker, le Hall Of Fame, à l'âge de 40 ans, tout comme l'ont fait avant lui Daniel Negreanu (2014) et Phil Ivey (2016) : "Est-ce qu'on peut entrer dans le Hall of Fame avant 40 ans ? Je ne crois pas, n'est-ce pas ? J'ai le sentiment que cette troisième victoire pourrait m'aider à rentrer plus facilement tout de même, peut-etre même dès que j'aurai 40 ans. C'est une énorme performance, j'en suis conscient, sachant que je n'envisageais pas de jouer beaucoup de tournois sur ces WSOP. Je me suis dit "peut être le Main Event, peut-être le 50 000$", et au final ce ne doit être que mon 4e tournoi de l'été. Désormais, je vais tenter d'aller chercher le titre de Player of The Year, peut-être même devant John Hennigan, qui sait ?" 

HU

Supporté par une foule de railbirds, amis, famille (stackeurs ?), Michael Mizrachi s'est appuyé sur ce soutien pour être plus motivé que jamais et ne décevoir personne dans les tribunes : "Quand vous avez un groupe d'amis et une famille comme la mienne qui vous supportent comme ils l'ont fait, c'est un sentiment incroyable, ça vous transcende et ça vous donne l'énergie nécessaire pour aller au bout des choses. C'est un peu comme si je jouais un match de foot ou de basket à domicile, j'ai toujours le public avec moi et je prends ça comme un avantage par rapport à mes adversaires. Et fort heureusement, tout s'est plutôt bien passé." 

Jamais avide de victoire et d'argent, Mizrachi veut désormais étoffer encore un peu plus son palmarès en allant triompher là où il n'a pas encore vraiment réussi... chez nous : "J'aimerais gagner un EPT, mais pour ça il faudrait déjà que je les joue, je ne voyage pas souvent en Europe. Au pire, je pense que je j'irais jouer les WSOP-E si je me sens toujours aussi chaud dans les prochaines semaines. Parce que vous savez, à chaque fois que vous gagnez un bracelet, vous avez l'impression d'être sur le toit du monde, alors autant en profiter. J'ai très confiance en mon jeu, alors pourquoi s'arrêter de jouer ?"

Mais avant de penser à l'Europe, une autre écheance importante attend "The Grinder", on pense évidemment au tournoi One Drop à 1 million de dollars l'entrée, qui aura lieu mi-juillet : "Pour être honnête, je ne sais pas encore si je vais le jouer, un million de dollars c'est beaucoup d'argent. Je l'ai joué en 2012, ça s'est mal passé et ça m'a rendu malade. Alors on verra, il est probable que je le joue quand même, je me déciderai au dernier moment."

chips

Parfois adulé, parfois décrié, Mizrachi a toujours avancé avec ça, et s'en contenterait presque très bien. Mais plus que sa personnalité, Mizrachi cherche avant tout la considération aujourd'hui, de la part des pairs mais aussi du public. Et de son frère ? "Vous aurez toujours des gens pour vous aduler et d'autres pour vous détester, c'est ainsi que le monde fonctionne. Je pense que j'ai suffisament donné à ce jeu pour au moins avoir le respect que je mérite. Mon frère Robert détient 4 bracelets, mais j'en ai 4 aussi et pas les plus vilains. Je ne peux vraiment pas me plaindre, c'est dingue de remporter ce Players Championship trois fois déjà. Mais je pense que Robert a du souci à se faire, car je ne vais pas en rester là."

Découvert dès 2005 avec deux énormes titres World Poker Tour remportés à quelques mois d'intervalle (et une présence quotidienne sur les plus grosses tables online de l'époque - les anciens se souviennent de "TheGrinder" sur la 100$/200$ Limit de PS), Michael Mizrachi est avant tout un joueur de variantes, et aimerait le rappeler à tout le monde : "Le Stud reste ma variante préférée, j'y ai énormément joué au Commerce Casino de Los Angeles, j'ai aussi beaucoup joué les Mixed games sur internet. Je pense qu'on peut décemment dire que ce tournoi est le mien, non ? Et je reviendrai d'ailleurs l'an prochain pour le gagner à nouveau, je vous l'annonce." 

Chipleader dès le Day 2, chipleader au Day 3, au Day 4 et même au Day 5, avant de remporter la table finale, Michael Mizrachi envisage désormais d'aller faire la fête... mais pas à n'importe quel prix non plus : "La dernière fois que j'ai gagné, ça m'a couté très cher en soirée ! Je crois qu'on va laisser les amis et la famille m'inviter ce soir. Mais dans tous les cas, ça finira surement en boite puis au Rhino, normal non ?"

Hennigan manque le doublé cet été

john hennigan

Face à Michael Mizrachi, un autre monstre évoluait sur cette table finale, John Hennigan. Beaucoup moins célèbre chez nous qu'ici, Hennigan réussit des WSOP presque parfait, avec déjà 4 ITM, dont 2 tables finales, deux pré-table finales et une victoire ! Il s'en fallu de peu pour qu'il ne rafle son deuxième bracelet de l'été, et le 6e de sa carrière, ainsi que son second trophée sur ce tournoi. Mais alors que s'est-il passé pour que ce tête à tête soit si rapide, 30 minutes maximum, alors que les deux joueurs étaient plutôt deep ?

Si vous suivez ce coverage depuis le début, vous savez surement quelle variante a permis de construire quelques uns des plus gros pots lors de ce tournoi : le No Limit Hold'em. Sur la dernière main du tournoi, Mizrachi a open (225 000) et Hennigan a 3-bet (750 000), payé par Mizrachi, et c'est sur un flop Q95 que les choses se sont emballées : c-bet à 700 000 d'Hennigan, relance à 2 millions de Mizrachi, tapis pour 5,3 millions, snap call chez Mizrachi.

Le futur vainqueur de ce tournoi retourne 98 pour une paire intermédiaire et un tirage flush, alors que John ne pouvait montrer mieux que JT pour hauteur valet et tirage quinte par les deux bouts. Et le suspens aura été de courte durée, puisqu'un 10 s'écrasera sur la table, rendant hystérique toute le rail de Mizrachi. La river 8 est anecdotique, et c'est ainsi que ce Poker Players Championship s'acheva.

De quoi rendre plus fier que jamais son frère Eric, sur Twitter.

Résultats de la table finale
Vainqueur - Michael Mizrachi (USA) 1 239 126 $
Runner up - John Hennigan (USA) 765 837 $
3e - Dan Smith (USA) 521 782 $
4e - Mike Leah (Canada) 364 197 $
5e - Benny Glaser (UK) 260 578 $
6e - Aaron Katz (USA) 191 234 $

Le combat des chefs

- 20 juin 2018 - Par Flegmatic

Benny Glaser (5e, 260 578 $), Mike Leah (4e, 364 197 $) et Dan Smith (3e, 521 782 $) baissent le pavillon
Troisième PPC pour Michael Mizrachi ou sixième bracelet pour John Hennigan ?
Event #33 - The Poker Players Championship 6-handed 50 000 $ (Day 5 / Finale)

Elle répond à toutes nos attentes cette table finale du Poker Players Championship ! Un casting cinq étoiles, une compétition féroce et accrochée et de nombreux rebondissements. Faisons le point sur les dernières heures écoulées autour du Thunderdome de l'Amazon Room.

Plus souvent en queue de peloton que devant, Benny Glaser et Mike Leah ont suivi dans le rail le premier sortant du jour Aaron Katz. Galvanisé après avoir signé l'élimination de ce dernier, le Britannique a semblé quelques minutes pouvoir refaire son retard sur Dan Smith, mais a vu son retour aux affaires stoppé d'abord par le Canadien en Limit Hold'em, puis par John Hennigan en Stud Hi-Lo, avant que Leah ne l'achève en Deuce to Seven Triple Draw dans une bataille de short stack (5e, 260 578 $). Malgré une résistance acharnée ponctuée d'un double up, l'ami Mike fut le suivant sur la liste, sorti en Pot-Limit Omaha par Michael Mizrachi (4e, 364 197 $).

Mizrachi - Hennigan - Smith

Après l'élimination du Canadien, Mizrachi, Smith et Hennigan se sont livrés à un long et intense jeu du chat et de la souris. Un temps décroché, Dan Smith a connu un court mais prolifique rush, avant de se faire arrêter net par un Hennigan qui parvenait à enchaîner pour ravir le chiplead à Mizrachi. Une petite secousse qui n'a pas ébranlé outre mesure un "Grinder" toujours aussi solide, qui a repris les devants en un rien de temps, sur deux mains de Omaha Hi-Lo. La première, en "scoopant" Hennigan et la seconde en encaissant un gros pot face à ses deux adversaires.

Dan Smith OUT

Tombé dans la zone rouge suite à une main de Razz perdue contre Hennigan, Smith fut le premier à mettre un genou à terre, avant de finalement s'effrondrer en Limit Hold'em. Sur un flop 985, le plus jeune des deux Américains a tout mis avec 107 pour open handed, et n'a pas trouvé l'un de ses outs pour passer devant le AK de Hennigan. Runner-up du High Roller for One Drop, il y a deux ans, Dan Smith ajoute une cinquième (!) troisième place à sa carte de visite WSOP et passe donc une nouvelle fois tout près de ce bracelet qu'il convoite tant. Pas sûr que cette première très belle place payée sur ce PPC suffise à le contenter.

Sans faire injure à l'ami Dan, et si ce duel final entre Michael Mizrachi et John Hennigan était tout simplement le plus prestigieux et lourd d'enjeux que l'on pouvait imaginer ? D'un côté, "The Grinder" a l'occasion de rentrer dans l'histoire en devenant le tout premier joueur à remporter trois fois ce Poker Players Championship, après 2010 et 2012. De l'autre, John Hennigan peut inscrire son nom une deuxième fois sur ce "David 'Chip' Reese Trophy" (après 2014), et ajouter un sixième titre WSOP à sa collection, une semaine après avoir remporté le tournoi de H.O.R.S.E. à 10 000 $.

Une nuée de chiffres qui a de quoi faire tourner la tête et qui vous donne une petite idée, à la fois du prestige de cette épreuve, et du talent de ces deux joueurs. À côté, les récompenses de 1 239 126 $ et 765 837 $ qui seront alloués respectivement au vainqueur et au runner-up paraissent presque anecdotiques. Le plus beau dans tout cela, c'est que cette confrontation au sommet pourraît durer un bon moment, Mizrachi ne menant que d'une courte tête, avec 12 145 000 jetons contre 9 605 000. Messieurs, dames, observez attentivement et veuillez ne pas déranger, les génies de notre jeu sont à l'oeuvre.

Payout
Vainqueur : 1 239 126 $ (et la gloire éternelle)
Runner-up : 765 837 $

Sylvain en peine, Guillaume enchaine

- 20 juin 2018 - Par Veunstyle72

Le point sur le premier round : Guillaume Diaz valide seul son ticket pour le second tour
Event #39 - Shootout NLHE 1 500$ (Day 1)

loosli volatile

Il est à peine 18h30 à Las Vegas, et la grande majorité des participants de ce tournoi sont déjà rentrés à la maison ! C'est aussi la particularité du Shootout, on ne dispute qu'un sit'n'go et la journée est déjà terminée. Certains rentrent déçus, puisque déjà au bois, et quelques rares chanceux ont déjà la banane jusque là, puisqu'assurés de repartir avec un peu d'argent. Sans compter que ce mercredi, ils reviendront pour disputer un nouveau sit'n'go qui les emmenera cette fois directemet en table finale !

Les Français et le Team Pro Winamax participaient bien évidemment à ce tournoi, et on retrouvera un joli W pour le Day 2, puisque Guillaume Diaz a validé son ticket pour la suite, en sortant vainqueur de sa table.

"Je restais sur quelques jours sans ITM, sans Day 2 même, ça commençait à être long ! Je plaisante, non mais ça va, il y a eu la table finale de Romain Lewis hier pour nous remotiver et ça a bien marché !"

Qualifié et donc garanti de gagner 5 227$, c'est avec le sourire que Guillaume viendra disputer sa nouvelle table demain : "Il est génial ce tournoi pour ça ! Qualifié, dans l'argent, et on a le reste de la journée pour profiter puisqu'on n'a même pas joué six heures. Mais outre l'argent, ce tournoi est génial parce que tu joues toutes les phases du sit'n'go : à 9, puis 4 handed et finalement Heads Up, c'est vraiment cool et on s'amuse bien."

Débarqué en late reg sur ce tournoi, son tapis avait déjà fondu de 7 500 à 6 800, sans jouer. Rien pour inquiéter volatile38, bien conscient de la profondeur des tapis lors des premiers niveaux, et qui avait de toute façon d'autres chats à fouetter avant ça  : "Je suis arrivé en retard, parce que j'étais en train de vibrer sur Russie-Egypte. Le bet n'est pas passé aujourd'hui, mais ça va puisque cette fois-ci on avait pas envoyé la bankroll, comme hier sur l'Angleterre !" (voir le tweet à la fin de ce post)

volatile

"Du coup, j'arrive un peu retard sur 75/150, il y avait déjà un busto et on s'est très vite retrouvé à 6 joueurs sur 9, on était assez deep. Rapidement je suis passé chipleader de ma table, et à 4 left, j'ai fait un très mauvais move contre le seul bon joueur qu'il y avait avec moi, je l'ai fait passer énorme. Une fois à 3 left, c'était dingue, puisqu'on avait 5% des jetons à deux, et le troisième avait tout le reste, 95% des jetons donc. Finalement, j'arrive à bust le 3e avec KQ vs A8, je trouve une Dame au flop, et en Heads Up, je me retrouve avec 15 000 contre 50 000 jetons. Là, tout se passe super bien, je suis dans la zone, et le mec en face de moi a rapidement paniqué lorsqu'il a vu son stack descendre, descendre, descendre, et il a joué des coups un peu trop vite."

Guillaume a alors abattu sa bête blessée peu de temps après cette remontada assez folle : "Le coup décisif qui l'a mis dedans, c'est lorsque j'étais en train de revenir, que j'avais 40% des jetons. Il open et je défend 6 et 8 offsuit, ça vient genre 884 avec un flush draw. Check check, turn un 2, qui rentre le flush draw, je bet à hauteur du pot, il call, et River c'est un As, qui est une blank en fait. ll avait déjà tank/fold 3 ou 4 fois avant, et je sentais qu'il était énervé, qu'il voyait son stack fondre petit à petit, je sentais qu'il n'allait pas fold. Du coup, j'ai misé 1,5 fois la taille du pot sur la river, et il a call en cinq secondes cette fois ! Je ne suis même pas sûr qu'il avait un As, peut-être juste une paire... Je ne le bust pas là dessus, mais sur la dernière main, il a craqué un peu : j'open alors qu'il a 25 blindes, et il a shove Dix et Neuf offsuit, quand j'avais une paire de Six. Et on a gagné le flip. Il a craqué sur la fin, complet !"

loosli

Du côté de Sylvain Loosli, on est encore sur les premiers pas à Vegas, lui qui n'est arrivé qu'hier, après un énorme périple en avion : "Ce n'était pas simple du tout d'arriver jusqu'à Las Vegas cette année ! J'ai pris deux avions différents. On devait décoller vers midi dimanche. J'attendais l'avion à l'aéroport... avant qu'on nous annonce que le vol ne partait finalement pas aujourd'hui. Je rentre alors chez moi le soir, sachant qu'on partait le lendemain à 9h et qu'il fallait donc se lever à 5h du mat'. Arrivé à 9h, on nous dit que finalement ce sera à 10h. Ça sentait le faux plan.. Une demie-heure plus tard, toujours rien. On embarque quand même... et là ils nous disent qu'il y a un autre problème, encore un problème technique ! On a fini par décoller vers 14h !" 

Avec toute cette déchatte, Sylvain ne pouvait que gagner sa table... ce qu'il n'a pas du tout fait, éliminé directement au premier tour, en HU : "Petit deeprun quand même pour commencer, petit Heads Up qui va bien avec aussi, c'était fun. Après, mon adversaire a littéralement marché sur l'eau. Il était short et en quelques mains, il est passé énorme. Il s'est pris une petite livraison à 3 left, avec A8 dans les mains de son adversaire, contre QQ chez lui. Du coup, on a commencé le Heads Up, j'avais 30 blindes, il devait en avoir 120 environ. J'ai eu du mal a remonter la pente : lui frappait, moi je n'ai pas fait de paires. Il gagnait 80% des coups quand moi je râtais tous les boards. Ma stratégie était bien en place, ça marchait tranquillement, mais les cartes ne suivaient pas." 

Pas découragé pour autant, Sylvain Loosli attend surtout la suite de son Vegas, et ça s'annonce assez bouillant : "In dans tout ! Je viens pour jouer les gros tournois, les petits, un peu de variante aussi... ah d'ailleurs, je pense que je vais me faire le 25k PLO de mercredi." 

salle shootout
L'ambiance d'un Shootout est unique dans le sens où la salle se vide beaucoup plus vite que sur une épreuve classique

daria_feshchenko
Daria Feshchenko participait à ce tournoi... mais elle n'a pas gagné, tristesse

loni harwood
Loni Harwood chute également, lors du tête à tête final

joao vieiraJoao Vieira a participé à ce tournoi, il est même monté sur le podium... avant de terminer 3e

reard mikedouPetite table française par ici, avec Alexandre Reard face à Ludovic Riehl. Tous les deux se sont retrouvés en tête à tête final, et c'est Alexandre Reard qui a fini par s'imposer

arthur conanArthur Conan dispute son premier heads up live à Las Vegas... et au bout de 5h de tête à tête, le vainqueur n'est toujours pas connu !

Quand tu passes le premier tour ==> 5 227 $ pour 100 joueurs
Quand tu passes le second tour ==> 15 180 $ pour le 10e

Les gains en finale
Vainqueur : 236 498 $
Runner up : 146 146 $
3e : 105 907 $
4e : 76 829 $
5e : 56 763 $
6e : 42 476 $
7e : 32 198 $
8e : 24 728 $
9e : 19 245 $
10e : 15 180 $

"On a sauvé la bankroll !"

Petite vidéo trouvée sur le Twitter d'Ivan Deyra. On comprend maintenant pourquoi ils arrivent tous en late reg sur les tournois !

Le grand dégel

- 20 juin 2018 - Par Flegmatic

Qualifié pour zéro euro, Olivier Nagel termine 56e et empoche 9 758 $
Event #34 - Double Stack NLHE 1 000 $ (Day 3)

Olivier Nagel OUT

L'histoire aurait pu être magnifique, mais elle n'en reste pas moins très belle. Troisième du KING5 2018 avec ses quatre potes de l'équipe Exil in Vegas, Olivier Nagel a porté haut les couleurs de Winamax durant trois jours. Très haut même aujourd'hui lorsque, après à peine plus d'une heure de jeu, il transformait son tapis de 164 000 (soit 16 blindes) en une montagne de 800 000 jetons, avant de redescendre à 550 000 suite à un bluff audacieux. "Et puis ensuite, je n'ai plus vu grand-chose," a avoué l'Alsacien.

Changé de table alors qu'il commençait déjà à se faire grignoter par la structure, et toujours card dead, Olivier devait se contenter "d'une relance par tour, histoire de rester à flot." Tombé à 250 000 sur des blindes 15 000 / 30 000, il envoie finalement son tapis en début de parole avec J10 et se fait payer par la grosse blinde, qui retourne K10. Les cinq cartes du board ne seront d'aucune aide à notre qualifié, dont la formidable aventure s'arrête en 56e place, sur 5 700 entrées, pour un gain 9 758 $.

"Je pense que j'avais une bonne image sur cette table. Quand je fais tapis ici, je représente une main assez forte. Et lui met quand même la moitié de son tapis en jeu. Les blindes arrivaient vite vers moi, mais j'aurais peut-être pu attendre encore un peu. Bon, c'est comme ça." Si cette sortie peut laisser à Olivier un arrière-goût amer, il ne garde que du positif de son tournoi. "C'est juste incroyable !, lâche-t-il. J'avais déjà fait quelques perfs online pour 3 000 / 4 000 €. Mais là, c'est presque 10 000 $ ! D'ailleurs, ça va être le meilleur problème de mes vacances, réfléchir quoi faire de cet argent. J'avais prévu de m'acheter une voiture avant la fin de l'année, à voir si ce sera avec ces dollars." Une réflexion qu'il va pouvoir entamer avec ses potes, lors de leur road trip est-américain, entre la Vallée de la Mort, le parc de Yosemite et San Francisco. On a connu pire.

Olivier va également pouvoir faire retomber un peu la pression, suite à un peu plus de deux jours en apnée. "J'ai essayé de rester concentré le plus possible, de ne pas simplement "profiter" du moment, pour ne pas gâcher le one time. Et puis j'ai senti le niveau monter entre le Day 1 et aujourd'hui. Au Day 3, c'était beaucoup plus facile d'identifier les quelques moins bons joueurs de la table." Une expérience qu'il va pouvoir mettre à profit lors de ses prochaines sorties, et pourquoi pas sur des tournois live Winamax. Une chose est sûre, en attendant d'accueillir à bras ouvert la seconde cargaison de qualifés de fin de festival (pour le Main Event notamment), Olivier, tu nous as bien fait vibrer !

Plus ouverte que prévue

- 20 juin 2018 - Par Veunstyle72

Après 200 minutes de finale, un seul joueur a été éliminé
Michael Mizrachi garde le cap mais Dan Smith n'est pas très loin
Event #33 - The Poker Players Championship 6-handed 50 000 $ (Day 5 / Finale)

trophee

Une finale, ça ne joue pas, ça se gagne. Cette belle phrase de sportif colle parfaitement à la situation actuelle sur ce Poker Players Championship. 210 minutes après le début du spectacle, un seul joueur a rendu les armes, Aaron Katz, 6e donc pour 191 234$. Il aura perdu presque tout ce qu'il a tenté dans la journée, d'abord en Stud, puis en Razz et en PLO, pour finir par bust sur une main de Limit Holdem assez anecdotique contre Benny Glaser

Et depuis cette élimination, la guerre fait rage. Si Michael Mizrachi conserve actuellement son chiplead, avec un tapis quasi identique à ce qu'il possédait en début de finale, c'est Dan Smith qui fait la bonne opération du jour pour le moment, ayant fait augmenter son tapis de 4,4 millions, à 6,3 millions. C'est du grind pur et dur pour l'instant. Les joueurs sont encore suffisamment deep pour nous proposer un spectacle qui pourrait finalement durer un petit moment.

leah hennigan

Mike Leah, shortstack officiel de cette finale, n'est pas prêt de lâcher le morceau. Ici, on le voit réfléchir suite à une dernière mise de John Hennigan en Holdem, sur un board avec pas mal de trèfles. Il finira par fold et Henningan en profitait alors pour lui retourner sa main, qui comportait l'As de trèfle, pour les nuts. Sans s'énerver, toujours avec le sourire, Mike Leah doit forcément en inquiéter quelques-uns, lui qui n'est jamais le plus mauvais dans toutes ces variantes. Pour le moment, son tapis se maintient plutôt vers le bas... mais au moins il se maintient. Et le joueur le plus en danger, c'est désormais l'Anglais Benny Glaser

michael mizrachi
Michael Mizrachi, chipleader toujours incontesté

L'horloge tourne et les présentations du jour son plutôt bien avancées, on devrait avoir de l'agitation d'ici quelques minutes.

Chipcount à 5 left 
Chipleader - Michael Mizrachi : 8 700 000
2e -  Dan Smith : 6 300 000
3e -  John Hennigan : 5 900 000
4e -  Mike Leah : 1 270 000
5e -  Benny Glaser : 340 000

trophee

trophee