masquer le menu

Ivan Deyra poursuit son marathon

- 13 juin 2018 - Par Veunstyle72

Onze français dans l'argent de ce marathon
Il ne reste que 246 joueurs "seulement"
Event #24 : The Marathon NLHE (100 min levels) 2 620$ (Day 2)

ivan deyra

Arrêt aux stands de quelques heures pour tous les athlètes de ce Marathon, qui reviendront ce jeudi à 13h pour disputer quelques kilomètres de flops supplémentaires. La journée de ce day 2 s'est arrêtée net après l'éclatement de la bulle, au nez d'un pauvre Indien qui n'avait rien demandé, un certain Dilip Ravindran. Son bourreau ? L'homme dont on vous parlait tout à l'heure, le Belge Bart Lybaert. Ce dernier a trouvé un brelan de deux au flop, quand l'Indien détenait deux beaux Rois en mains. Et hop, adieu le marathon, adieu tous les efforts, tous les sacrifices... et adieu surtout le pognon ! 

Avec l'élimination de ce joueur, ce sont 246 joueurs qui se sont assurés un minimum de 3 930$. Onze Français sont dans le même train, celui qui les emmenera direction les 653 000$ de la gagne. Pour cela, il faudra encore parcourir un peu de chemin, puisque le tournoi ne trouvera un gagnant qu'à la fin du 5e jour de compétition. C'est qu'il faut être très motivé pour gagner ce tournoi...

Coup d'oeil sur l'état des tapis "bleu blanc rouge", pour s'apercevoir, sans surprise si vous avez suivi le jour 1, que celui qui donne le rythme dans le clan Français, n'est autre que Pierre Merlin. Ivan Deyra est quant à lui le dernier membre du Team encore debout, après l'élimination de Gaëlle Baumann juste après le dinner break, sur un flip.

Pierre Merlin : 348 000
Jeremie Sarda : 346 500
Ben Achraf : 325 000
Patrick Legrand : 238 000
Matthieu Lamagnere : 187 000
Laurent Patroni : 125 500
Benjamin Chalot : 120 000
Ivan Deyra : 113 000
Julien Sitbon : 95 500
Cyril Bremond : 55 500
Joseph Teanotoga : 23 500

Le top 10

Chipleader - Walter Fisher : 641 500
2e - Scott Einiger : 636 000
3e - Daniel Colpoys : 598 500
4e - Bart Lybaert : 569 500
5e - Joseph Pietrafesa : 524 500
6e - Yaniv Peretz : 496 500
7e - Faraz Jaka : 491 500
8e - Spencer Champlin : 486 000
9e - Marcos Antunes : 480 000
10e - Martin Kozlov : 465 000

Le reste du field : 

15e - Anton Morgenstern : 440 000
19e - Marvin Rettenmaier : 381 000
21e - Chris Moorman : 378 000
41e - Jonathan Abdellatif : 302 000
57e - Jesse Sylvia : 249 000
84e - Matt Affeck : 205 500
85e - Martin Jacobson : 205 500
95e - Rick Alvarado : 187 500
98e - Mohsin Charania : 185 000
100e - Scotty Nguyen : 184 000
103e - Chance Kornuth : 178 000
124e - Taylor Paur : 138 000
126e - Andre Akkari : 136 500
130e - JP Kelly : 134 000
131e - Bruno Politano : 133 500
132e - Dimitar Danchev : 132 000
139e - Martin Staszko : 126 000
141e - Samantha Cohen : 124 500
 

Les légendes ne meurent jamais

- 13 juin 2018 - Par Veunstyle72

Doyle Brunson raconté par ses amis 
Event #23 - Deuce-to-Seven Lowball Draw Championship 10 000$ (Day 3 et finale)

doyle brunson
A l'occasion de la table finale de Doyle Brunson, nous en avons profité pour demander leur avis à quelques personnalités du milieu du poker ayant pu approcher la légende de loin ou de près. Daniel Negreanu, Norman Chad, David Benyamine, son fils Todd, Charlie le superviseur, Jack Effel le boss des WSOP et même le fan Ivan Deyra, tous se sont prêtés au jeu de l'interview. Comme vous allez le constater, peu nombreux sont ceux qui croient vraiment aux adieux de Texas Dolly...

Norman Chad (commentateur ESPN)

presentateurs

"J’espère que ce n’est pas la dernière fois qu’on le verra aux WSOP. Dans le sport ou dans la politique, on a déjà vu des exemples de gens qui avait annoncé arrêter, avant de revenir. Mais s’il s’agit bien de sa dernière fois, je trouve ça incroyable qu’il finisse par une table finale. Après, évidemment, je suis déçu, surtout que Doyle nous avait déjà pas mal manqué ces dernières années. Mais quand tu le vois, tu penses « poker » forcément. Personnellement, j’ai un excellent souvenir avec lui : j’ai eu la chance de jouer une fois avec lui sur le Main Event il y a quelques années, pendant un Day 1, et lors d’un break il est venu me dire « Tu sais Norman, tu joues mieux au poker que ce que je pensais. » Ça m’a rendu extrêmement fier évidemment, et il m’a juste dit que je devais changer 3-4 trucs pour devenir un meilleur joueur. Il est toujours très gentil quand il s’agit d’échanger, j’apprécie vraiment ça chez lui."

Charlie Ciresi (superviseur WSOP)

charlie

"Il y a quelques jours, on m’a dit que Doyle allait venir disputer ce tournoi. Et que ça allait peut etre le dernier. Pour moi, c’est comme si j’assistais au dernier match de Michael Jordan. Au poker, il n’y a pas de plus grand joueur que lui. Et regarde, pour son dernier tournoi, il est en table finale, c’est incroyable. Je rêverais de le voir repartir avec le bracelet. Ça fait vingt ans que je suis dans le poker, son livre, c’est le premier que j’ai lu. Si tu regardes dans toute cette salle, il est le seul nom qu’absolument tout le monde connait. On peut aussi ajouter Daniel Negreanu, Phil Ivey, mais c’est différent. Le monde entier connait Doyle Brunson. Evidemment, ça m’attriste tout ça, même si là, alors qu’il est en table finale, je dois rester professionnel. Sa présence dans une salle de poker nous manquera… savoir qu’il ne reviendra pas… bon il reste de l’espoir, on sait jamais, mais s’il ne revient pas, il nous manquera. Désormais, il faut avancer et regarder devant. Doyle a mis le poker sur de bons rails et on ne peut que le remercier pour ça."

David Benyamine

david benyamine

"Je ne sais pas trop ce que ça me fait de le voir se retirer, puisque jusque là, il n’a jamais véritablement réussi à quitter ce milieu, mais je sais qu’il est un exemple dans le monde du poker. Je discutais avec lui il y a quelques jours, et il me disait que sans le poker, il serait surement déjà parti. Le poker lui permet de faire quelque chose dans sa vie, car même si c’est une addiction, c’est avant tout une passion aussi. C’est évident que ça lui permet de tenir le coup. Personnellement, j’ai beaucoup joué avec lui et j’ai appris à sympathiser avec lui, et lui m’a pris à la bonne. Après, je ne pense pas que ça fera un trou dans le milieu du poker, car cela fait déjà un bon moment qu’on ne le voit plus trop, mais quand on voit qu’il arrive cet été, qu’il joue un tournoi et qu’il atteint la table finale, c’est très beau. A son âge [84 ans], c’est impressionnant. Si je devais garder un bon moment, disons que c’est la fois où on a fait un gros pari entre nous sur un parcours de golf. Il jouait avec Mike Sexton, tous les deux contre moi, et il a perdu beaucoup d’argent ! Ce sera un bon moment à se rappeler."

Ivan Deyra

ivan deyra

"Ça me parait un peu fou de voir qu’il s’agit peut être de son dernier event, parce que moi j’ai commencé le poker en le regardant jouer, son livre, « Super System », c’était un peu la bible du poker. Doyle est une légende, et le voir être sur la fin, c’est un peu bizarre ouais. Ça fait combien de temps qu’il joue aussi ? C’est abusé ! C’est un peu une page qui se tourne, parce que si on regarde bien, ils ne sont plus beaucoup à avoir joué comme lui il y a des dizaines d’années de cela. C’est un peu comme si on fermait un gros livre, là."

Todd Brunson

todd doyle brunson

"Ce que je retiens de mon père, c’est qu’il a 84 ans et qu’il continue de travailler dur au poker. Je pense que quand on fait les efforts, les bonnes choses arrivent par la suite. Je trouve ça un peu insensé de parler de « dernier tournoi ». Qui a décrété ça ? Lui ? Il l’avait déjà dit il y a dix ans, et il y a quatre ans aussi. Il jouera à nouveau, vous verrez, c’est une sorte d’immortel. Jouer au poker, ça lui permet de garder l’esprit clair, c’est très important. Vous savez, j’ai un ami de 70 ans, et il commence à perdre les pédales très vite. Il ne travaille plus, il est dans son monde… mon père, c’est juste l’opposé."

Daniel Negreanu

daniel negreanu

"J’espère que ce ne sera pas son dernier tournoi ! Il avait déjà fait le coup, avant de revenir sur sa décision. En tout cas, ce serait incroyable qu’il gagne ce bracelet et je suis prêt à parier que s’il le gagne, il jouera encore plus. Avant lui, le poker était un jeu sympathique. Lui l’a professionnalisé, c’était son job et il est devenu très respectable pour ça, surtout après avoir écrit Super System. Et d’avoir joué aussi longtemps, d’avoir affronter autant de bons joueurs dans sa vie, et être encore là aujourd’hui, ça devrait en inspirer plus d’un. Je me souviens du premier jour où je suis arrivé à la Bobby’s Room, il était là avec Chip Reese, et je me suis dit « Ca y est, j’y suis, entouré des parrains du poker, les créateurs de de jeu, c’était un moment incroyable."

Jack Effel (Tournament Director WSOP)

jack effel

"Je ne veux pas qu’il dispute son dernier tournoi ! Vous savez, tant que Doyle respire, il continuera de jouer au poker, j’en suis sûr. Moi je veux qu’il continue à être Doyle. Sa présence sur les tournois signifie énormément pour tous les joueurs de poker. Quand les WSOP ont démarré en 1970, ils étaient quelques uns, et aujourd’hui Doyle fait partie des derniers encore sur ses jambes. Doyle a beaucoup de sagesse à transmettre, et je ne parle pas de mathématiques, probabilités etc, mais simplement de « quand jouer » et « quand ne pas jouer », les bases. C’est une sorte de parrain du poker, c’est lui qui a permis de rendre ce jeu célèbre. Tout le monde regarde Doyle et le considère aujourd’hui comme le plus grand. Sur cette finale, il peut faire de grandes choses, car si au poker il est très fort, en Deuce-to-Seven NL, il est encore plus fort. Je lui ai demandé l’autre jour à quel jeu il gamblait dans les années 70, il m’a répondu que trois variantes étaient utilisées : le No Limit Holdem, le Stud et… le Deuce-to-Seven No Limit. Ce jeu à vraiment une importance particulière pour ces légendes, qui ont parfaitement contribué à le rendre plus célèbre. Et pour Doyle, revenir des années après aux WSOP et sur ce tournoi en particulier, faire la table finale et se battre pour un nouveau bracelet, je trouve que c’est un moment historique, un moment surréaliste, un moment qui n’arrivera pas souvent dans une vie. Tournez la tête, observez bien, c’est l’histoire qui s’écrit sous nos yeux et qu’on ne reproduira jamais."

That's all, folks !

- 13 juin 2018 - Par Veunstyle72

A 84 ans, Doyle Brunson s'incline en sixième position pour sa dernière (?) finale WSOP
Une carrière de plus de cinquante ans s'achève ici
Event #23 - Deuce-to-Seven Lowball Draw Championship 10 000$ (Day 3)

doyle brunson

Et si on venait d'assister à une page de l'histoire ? Doyle Brunson disputant son dernier tournoi de poker des WSOP. Dans les couloirs du Rio, beaucoup de pros et amis de Doyle n'espèrent pas cette issue. Mais dans les faits, on s'approcherait tout de même plus de la fin qu'autre chose, concernant sa carrière de joueur de tournoi, pour le "Big Papa" du poker. 

Doyle a disputé son dernier coup de cartes sur ce tournoi, en partant devant, mais en finissant derrière, avec 8632 dans les mains, face à James Alexander et son T964. Les deux joueurs ont tiré une carte chacun, un K pour Doyle et un 2 pour Alexander. La main de Doyle est devenue légèrement moins bonne d'un coup, entrainant directement son élimination en 6e position, pour un gain de 43 963$.

Une standing ovation lui a alors été offerte pendant trente bonnes secondes, et il aura fallu à la légende Américaine trente nouvelles secondes avant de pouvoir quitter la table. Que ce moment devait être chargé d'émotion pour Doyle Brunson. "God bless him", lâchait un croupier en observant le Texan quitter la salle sur sa "Doyle mobile".

Le tournoi va se poursuivre mais les tribunes se sont étrangement vidées. Cinq joueurs vont désormais se battre pour un bracelet WSOP, avec une grosse pression en moins, puisque tous les regards étaient presque évidemment tournés vers Doyle. Dario Sammartino a notamment accéléré le pas, augmentant considérablement son tapis. Et dire qu'il doit disputer le deuxième tournoi de sa vie dans cette variante...

doyle brunson

La Belgique court en tête

- 13 juin 2018 - Par Veunstyle72

Jonathan Abdelatif et Bart Lybaert aux avant-postes du Marathon
Event #24 : The Marathon NLHE (100 min levels) 2 620$ (Day 2)

bart lybaert

Ces gens là ne sont pas comme nous, je vous promets. Quand ce n'est pas Davidi Kitai qui fait du bruit, il y a toujours, mais toujours un Belge pour le remplacer. Parfois même deux Belges d'un coup ! C'est à peu près ce qu'il est en train de se passer sur le jour 2 de ce tournoi marathon : Jonathan Abdelatif est l'actuel chipleader, avec un tapis de plus de 320 000, alors que son compatriote Bart Lybaet doit posséder aux alentours de 300 000. "Huuum, on n'est pas trop mal, c'est vrai", m'a simplement lâché Bart, l'un des seuls gros grindeurs que l'on peut souvent voir... bronzé ! Ça parait bête comme remarque, mais quand on passe des heures enfermé au Rio, ou dans un autre casino, on a du mal à trouver le temps pour profiter de la chaleur exérieure. Normalement. Car Bart n'a pas ce problème semble-t-il, et ce teint hâlé lui va à ravir. Pour la photo finale, ça aurait de la gueule... sauf que nous avons à peine dépassé la mi-course !

jonathan_abdelatif
Jonathan Abdelatif, en plein atelier de construction de stack

Avec une grosse vingtaine de kilomètres parcourus, les marathoniens de Vegas ont encore du chemin avant le bonheur, un bracelet et une bonne douche. 450 joueurs (sur 1637 au final) cherchent d'abord à atteindre les places payées, il y en aura 246. "Ce sera en fin de day", selon les prévisions d'Ivan Deyra

ivan deyra
La merguez la plus sèche de Las Vegas, Ivan Deyra, est très bien parti dans ce tournoi, avec un tapis qui frôle les 185 000 à cette heure-ci, en plein niveau 10 : "J'ai commencé ma journée en gagnant un flip, AK vs QQ, puis est venu ce coup sympa. J'ai AJ et je squeeze à 14 000, dans un 3-way. Un seul joueur me paie. Sur J72, je décide de c-bet à 15 000, il paie. Turn, c'est un K, on check tous les deux, et sur la river 3, j'envoie 34 000. Il a call muck, allez ouste." 

julien sitbon
Julien Sitbon n'est pas très frais en jetons, 50 000 environ, mais garde le sourire quoiqu'il arrive

jeremie sarda
C'est une romaaaance, c'est uuun joli tapis, signé Jéremieeee Sardaaaa (119 000)

gaelle baumann_boris_martin
Petit virage tricolore ici, avec Gaëlle Baumann, accompagnée de Boris Martin. Et Gaëlle n'est pas vraiment à la fête dans ce tournoi, malgré ce joli sourire sur la photo, elle nous raconte : "J'ai commencé la journée en perdant As-Roi contre Roi-Dix chez un shortstack qui avait 10bb. Mais bon, on était deux à l'avoir payé, il y avait du coup 30bb au milieu. Ensuite, contre mon voisin de droite, j'ai trouvé deux paires quand il avait deux paire supérieures. Puis j'ai perdu QQ contre AA, j'ai perdu quelques petits coups dans des pots squeeze... bref, je n'ai pas gagné un coup aujourd'hui. Ah, en plus de ça, je suis card dead !" Vite, une tisane pour Gaëlle, je sens qu'on va la perdre !

arthur conan
Petit Arthur Conan toujours en pleine découverte des WSOP. Avec 40 000 jetons actuellement, Arthur n'est pas encore hyper favori pour gagner le tournoi.

sgorrano chalot
Benjamin Chalot sans son chapeau de marin, ce n'est pas souvent : "Je le garde pour plus tard..." Le Français possède 120 000, ce qui reste très correct, même s'il avait démarré la journée avec un peu plus. A sa table, on retrouve... encore un Belge, décidément. Il s'agit de Jérôme Sgorrano (101 000)

guy pariente
Guy Pariente est également toujours in, avec un bon 90 000 face à lui

scotty nguyen
A l'international, c'est avec un immense plaisir que l'on suivra Scotty Nguyen aller le plus loin possible dans ce tournoi. Et pour le moment, avec plus de 220 000 devant lui, Scotty baby est plutôt bien parti

cate hall
La belle et la bête. Plaisir de croiser Cate Hall sur ce marathon, même si elle pointe plutôt en queue de peloton actuellement

ryan riess
On peut avoir gagner des millions déjà à ce jeu, et vouloir en ajouter un de plus à sa bankroll, ce que tente de faire le champion du monde 2013, Ryan Riess

kristen bicknell
Enfin, quittons nous avec le sourire de Kristen Bicknell, elle aussi confortablement installée dans ce tournoi

Il reste 450 joueurs (sur 1 637 inscriptons)
Level 10 - Blindes : 800/1600, ante 200
Moyenne : 95 000

Une dernière finale pour boucler la boucle

- 13 juin 2018 - Par Veunstyle72

Doyle Brunson est en table finale d'un tournoi WSOP... pour la dernière fois ?
Event #23 - Deuce-to-Seven Lowball Draw Championship 10 000$ (Day 3)

doyle brunson

Quelle journée spéciale du côté du Rio de Las Vegas, en ce mardi 12 juin 2018. C'est un moment historique que nous avons la chance de vivre, du côté de l'Amazon Room, le genre de moment qui n'arrive pas souvent dans une vie, puisque la légende Doyle Brunson dispute actuellement la table finale de ce tournoi Deuce-to-Seven, et selon quelques bruits de couloir, il s'agirait tout bonnement du dernier tournoi WSOP de sa vie.

Et pour une fois, difficile de se concentrer sur le reste de la table, bien qu'elle soit tout de même prestigieuse. Aux côtés de l'homme au chapeau de cowboy, on retrouve notamment Mike Wattel (992 000) chipleader actuel de ce tournoi, alors qu'il reste encore 8 joueurs, mais aussi Shawn Sheikhan (942 000), Brian Rast (627 000), James Alexander (524 000), Dario Sammartino (413 000), Farzad Bonyadi (354 000) et John Hennigan (260 000). 

Doyle est actuellement au milieu de ce peloton avec 633 000 jetons. Mais comme cette variante n'est que très moyennenement facile à diffuser à la télévision, on se contente de suivre l'action de loin. Les tribunes spectateurs sont généralement peu remplies, voir il n'y a carrément personne la plupart du temps. Mais cet après midi, ils sont plus nombreux qu'à l'habituide à avoir fait le déplacement pour voir le plus célèbre des cowboys jouer ce qui s'apparente à sa dernière partie de cartes, sur un tournoi labelissé WSOP. 

"Oui enfin, c'est aussi ce qu'il avait dit il y a 10 ans, et puis il y a 4 ans. Et à chaque fois, il est revenu", me glissait son fils, Todd Brunson, spectateur de cette finale, puisque éliminé en 10e position de ce tournoi. Todd Brunson qui a d'ailleurs répondu à quelques unes de nos questions, ainsi que quelques autres grands noms du poker. Un papier que vous pourrez découvrir un peu plus tard sur ce coverage.

Pour parler de ce tournoi quelques secondes quand même, sachez que Doyle se bat (les autres aussi, il est vrai) pour aller décrocher son 11e bracelet WSOP et la coquette somme de 259 670$. Le monde du poker n'a d'yeux que pour Doyle cet après midi, et on ne vous cache pas que pour une fois, on signerait bien pour que cette finale ne s'arrête jamais.

doyle brunson