masquer le menu

Et si on imitait Romain Lewis ?

- 9 juin 2018 - Par Tapis_Volant

Pierre Calamusa et Ivan Deyra sont à 28 joueurs restants d'un bracelet WSOP
Event #17 : NLHE 6-Max 1 500 $ (Day 2)

Calamusa_Deyra

Même s’ils ne ne l’avoueront peut-être jamais, Pierre Calamusa et Ivan Deyra ont probablement été galvanisés par la performance de Romain Lewis cet après-midi et cet exploit de leur pote les a poussé à ne rien lâcher sur ce Day 2. Romain a en quelque sorte montré la voie et c’est tout naturellement que Pierre et Ivan vont vibrer à leur tour dès demain puisqu’ils viennent de se qualifier pour le Day 3 de l’Event #17, le NLE 6-Max 1 500$.

Ils ne sont plus que 28 joueurs en lice sur les 1 663 au départ de l’épreuve et on s’attend encore à une nouvelle performance tricolore au Rio demain, avec notamment un Pierre Calamusa dans le Top 10.

Visiblement très fatigué par cette journée passée dans la chaleur du Rio, Pierre Calamusa n’avait pas trop envie de s’étendre sur ce qui lui avait permis d’amasser un tel stack. Une fois n’est pas coutume, le système de climatisation rencontre quelques problèmes ces jours-ci et les joueurs se plaignent beaucoup de la chaleur dans l’Amazon Room. Gentiment, Pierre m’a tout de même glissé quelques mots sur son parcours sur ce Day 2 qu’il entamait avec le 28e tapis.

Pierre_Calamusa

« C’était clairement une super journée, j’ai eu une table dure au début, avec pas mal de regs. Mais en fait, ils demandaient qu’à se faire value. Du coup, je me suis fais livrer toute la journée par des mauvais regs, et surtout j’ai value grassement. Alors qu’ai été pendant un long moment chipleader avec 600k, sur la fin de journée, je suis tombé à 250k et j’ai réussi à pas craquer. J’ai fait des efforts pour ne pas subir le jetlag cette année et pour pouvoir tenir même malgré la fatigue. Sur les dernières mains de la journée, un mec s’est amusé à me 4-bet pour la moitié de son stack avant de passer sur mon shove et ça m’a remis bien. Si en plus, tu comptes tous les petits coups qui passaient sans trop de résistance, je finis à 690k et je suis bien content. De toute façon, le tournoi se jouera surtout demain ».

En tant qu’observateur, j’ai passé cette fin de journée à entendre une voix dans ma tête, celle de Pierre dans les épisodes de Dans la Tête d’un Pro. Quand on sait que « LeVietF0u » n’a jamais réalisé de performance significative à Vegas, on imagine à quel point cette voix doit résonner dans sa tête pendant ce deep run.

Revenant sur sa journée à son tour, Ivan Deyra me raconte d’abord ce premier double-up qui l’a lancé sur ce Day 2 mais aurait pu tout aussi bien lui faire faire la bulle.

Ivan_Deyra

« J’ai 27 blindes au départ du coup et c'est quasiment la bulle. Je décide de défendre de grosse blinde avec 6-4 de coeur sur une relance UTG. Je paye un c-bet sur un flop 8-4-5 avec deux trèfles. La turn est le 7 de trèfle qui me donne la quinte et mon adversaire shove deux fois le pot. Je me suis dit qu’il ferait pas ça avec flush et j’ai payé. Il avait une paire de sept en main. On a transpiré sur la river. »

Sur une table qu’il me décrit comme facile, Ivan est ensuite monté à 130k sans rencontrer spécialement de résistance. « Des petits coups preflop principalement, jusqu’à ce que je change de table. Là, tu sais pas pourquoi, mais y a un joueur qui m’a 3-bet/call avec KT quand j’avais deux dix. Il me l’a mise en trouvant KT2xK sur le board. Je tombe à 70k après ce coup et je me fais déblinder jusqu’à 18k. Je vois pas une main et j’ai une image d’énorme nit à ce moment-là, je descends à 6 blindes au plus bas. Grâce à cette image, je gagne pas mal de coups preflop, je chatte aussi 77 contre TT à tapis preflop et je monte à mon max à près de 400k, quasiment sans showdown, une succession de coups 3-bet ou squeeze preflop où on me laisse faire. »

La fin de journée d’Ivan Deyra sera un peu plus compliquée, avec notamment l’arrivée à la table du redoutable Bart Lybaert en possession d'un stack monstrueux de 800k à ce moment-là, c’est simple, le belge entre dans tous les coups et il faut vraiment y aller pour le voir folder. Ivan Deyra fera le dos rond sur la fin de journée et termine avec un tapis de 237k, soit un peu moins de 24 blindes pour la reprise demain.

Bart_Lybaert

Bart Lybaert, bien placé avec le Day 3 de l'Event #17

Ils ne sont donc plus que 28 en lice dans cette épreuve qui offrira au vainqueur la somme alléchante de 378 743$ ainsi que le tant convoité bracelet. Après la performance de Romain Lewis que vous avez pu suivre cette nuit, deux membres du Team Winamax sont à nouveau en passe d'écrire l'histoire française sur ces WSOP 2018. La reprise aura lieu demain à 12h sur les blindes 5k/10k/1k. Quelques grands noms sont encore en course pour le bracelet, tels que Bart Lybaert (716k), Ryan d'Angelo (585k), Ognyan Dimov (380k) ou encore Nick Schulman (280k). A demain pour la suite de cette épreuve qui nous occupera une bonne partie de la journée.

Le rêve éveillé de Justin Bonomo

- 9 juin 2018 - Par Tapis_Volant

Justin Bonomo poursuit une prodigieuse année 2018
Un deuxième bracelet WSOP, cinq après son premier
Event #16 : Heads-Up No Limit Hold’em Championship 10 000$ (Finale)


Justin_Bonomo

Surfant sur un run d’une autre monde depuis plus de six mois et ayant accumulé plus de 13 millions de dollars sur le circuit en 2018, Justin Bonomo poursuit sur sa lancée en remportant au Rio son deuxième bracelet WSOP sur l’Event #16, le prestigieux tournoi de Heads-Up à 10 000$ l’entrée.

Avec 114 joueurs inscrits au départ de l’épreuve, il aura fallu sept matchs à Justin Bonomo pour pouvoir soulever sa breloque quatre ans après son premier bracelet sur un 1 500$ 6-Max en 2014. Il a battu successivement David Peters, David Laka, Jake Schindler, Niall Farrell, Mark McGovern, Martijn Gerrits et Jason McConnon pour remporter 185 965$ et ce titre tant convoité, succédant au palmarès à Adrian Mateos.

Justin Bonomo peine à réaliser quand on l’interroge sur sa réussite actuelle. « Je pense que je suis en train de rêver, ce n’est pas la vraie vie. Tu gagnes dans tes rêves parce qu’au moins, tu sais que tu peux gagner chaque tournoi dans ce monde-là.
Huit joueurs sont parvenus à entrer dans l’argent sur cet Event #16, notre français Julien Martini échouant à la bulle après un heads-up rocambolesque contre Jan-Eric Schwippert.

Les résultats de l’Event #16 :
Vainqueur : Justin Bonomo 185 965$
Runner-up : Jason McConnon 114 933$
3e : Juan Pardo Dominguez 73 179$
4e : Martijn Gerrits 73 179$
5e : Jan Eric Schwippert 31 086$
6e : Mark McGovern 31 086$
7e : Nicolai Morris 31 086$
8e : Kahle Burns 31 086$

Pendant ce temps, nos W's se régalent sur le 6-Max

- 9 juin 2018 - Par Tapis_Volant

Pierre Calamusa chipleader
Adrian Mateos et Ivan Deyra toujours là
Il reste 62 joueurs
Event #17 : NLHE 6-Max 1 500 $ (Day 2)

Calamusa_Mateos

Maintenant que le folie Lewis est légèrement retombée, intéressons-nous à un tournoi sur lequel on ne compte ni un, ni deux, mais trois représentants du Team Winamax à 62 joueurs restants, l’Event #17 : un tournoi de 6-Max à 1 500$ qui a débuté hier a rassemblé la bagatelle de 1 663 joueurs.

Assis cote à cote, Pierre Calamusa et Adrian Mateos n’ont pas connu la même réussite cet après midi puisque si le vainqueur du Sixmix 2018 vient de trouver un double-up deux rois contre deux neuf pour remonter à 35bb, Pierre Calamusa occupe tout simplement le fauteuil de chipleader avec plus de 600k devant lui, soit 3 fois la moyenne à l’heure où j’écris ces lignes. Pour l’instant, pas trop d'informations sur le pourquoi du comment de cet énorme stack, mais en allant à la pêche aux infos, je devrais vous trouver ça pour le post de fin de journée.

Ivan_Deyra

Tombé à une dizaine de blindes peu avant la pause-dîner, Ivan Deyra se bat comme un beau diable pour survivre sur ce 6-max, lui qui a à peu de choses près remporter tous les tournois de ce format sur Winamax. Il possédait une quarantaine de blindes quand je suis passé le prendre en photo en plein squeeze preflop.

Alexandre_Reard

Plusieurs autres joueurs français se sont illustrés sur l’épreuve, comme les toujours réguliers Sébastien Comel (67e, 3 984$) et Alexandre Réard (75e, 3 984$) ou encore Gaëlle Baumann (189e, 2 342$) qui s’offre une ligne Hendon Mob dès son premier tournoi de l’été ici à Vegas.

Gaelle_Baumann

Ce tournoi promet tout de même un joli billet de 378 743$ au vainqueur et devrait logiquement trouver son héros dès demain. Dans le field restant, encore de nombreuses têtes connues comme Ryan D’Angelo, Bart Lybaert, Jared Hamby, Ognyan Dimov ou Thomas Muhlocker.

Romain Lewis a touché le graal du bout des doigts

- 9 juin 2018 - Par Tapis_Volant

Romain Lewis termine runner-up et réalise la plus belle performance de sa carrière
194 837$ dans la besace !
Event #13 - NLHE Big Blind Ante 1 500$ (Finale)

Romain_Heureux

Après les bracelets remportés par Julien Martini et William Reymond, on pouvait logiquement espérer ajouter une troisième breloque à la collection signée Romain Lewis. C’était en tout cas l’objectif affiché par notre Team Pro Winamax qui souhaitait voir son run sur son premier tournoi du séjour se continuer seulement quelques heures de plus.

Table_finale

Et pourtant, rapidement, Romain Lewis va se retrouver en souffrance, n’espérant qu’une chose, voir les autres se faire éliminer avant lui. Pourtant, c’était pas le plan avant cette table finale. Romain avait été clair « je joue la gagne, les considérations ICM passeront après mon désir de gagner un bracelet ». Le scénario de cette table finale va faire changer d’avis à Romain, qui va sagement attendre que les gros tapis fassent le boulot. C’est ainsi que l’américain Colin Robinson s’occupe de pousser vers la sortie Bohdan Slyvinskyi avec AQ contre A7 à tapis preflop.

Le rail tricolore appelle les cartes pour permettre à Romain Lewis de gratter un palier et de s’assurer 73 242$ et Bohdan Slyvinsky doit se contenter d’une 6e place sur l’épreuve ainsi qu’un billet de 54 160$.

Bohdan_Slyvinsky

Bohdan Slyvinsky, 6e pour 54 160$

Une bataille de short-stack s’engage alors entre Romain Lewis et Nhathanh Nguyen, tous deux sous les dix blindes à 5 joueurs restants, Romain va jusqu’à tank 2 minutes en plein cinéma pour que le changement de blindes affecte son adversaire et ne tombe pas sur lui. D’une manière plutôt étrange, Romain bénéficiera également d’un walk alors que son adversaire ne possédait que 3 blindes et Romain seulement 7.

Nhathanh Nguyen va doubler une fois avec KQ contre K8 chez Benjamin Moon, mais son deuxième tapis payé sera le dernier, son KJ ne s’améliorant pas contre le A7 du même Benjamin Moon.

Nhatahn_Nguyen

Nhathanh Nguyen, 5e pour 73 242$

Romain Lewis est alors le grand favori pour la quatrième place, avec un tapis réduit à quelques blindes. Et pourtant, les planètes vont s’aligner en quelques minutes.

Rail2

Le rail est en délire pendant le double-up de Romain

D’abord, sous les chants enthousiastes de son rail quatre étoiles, Romain Lewis va doubler son tapis avec QJ contre A4 chez Steven Snyder, en trouvant une Q sur le flop. Ce double-up tellement important le replace dans la course et on commence de nouveau à imaginer un Romain Lewis fringant qui filerait droit vers le bracelet.

Snyder

Steven Snyder, 4e pour 100 268$

D’autant que quelques minutes, plus tard, Steven Snyder prend la porte en 4ème position pour 100 268$, avec K4 contre AT à tapis preflop contre Benjamin Moon.

C’est un coup initié par un limp de Romain Lewis qui va conduire à un clash entre les deux plus gros stacks, Benjamin Moon et Colin Robinson. Romain se contente de limper avec une paire de dix en main et ils sont trois à découvrir un flop Q46. Robinson check, Moon mise, Romain paye et Robinson décide de check/raise all-in avec 85 pour un gros tirage. Si Romain Lewis s’écarte de ce traquenard, ce n’est pas le cas de Benjamin Moon qui a floppé deux paires avec Q6 en main. Benjamin Moon conserve son avantage et Colin Robinson termine sur la troisième marche du podium, récoltant 138 938$ pour ses efforts, lui qu’on avait découvert lors de la table finale du PokerStars Championship de Prague remporté par Kalidou Sow.

Robinson

Colin Robinson, 3e pour 138 938$

Et comme ça, presque par enchantement, Romain Lewis accède au heads-up pour le bracelet sur cet Event #13, avec certes un désavantage considérable en terme de jetons (18BB contre 103BB) mais avec le précieux métal posé sur la table et encore de l’espoir.

Le rail est en folie. Cette table finale s’est tellement bien goupillée pour Romain Lewis que, sans faire grand chose d’exceptionnel, il se retrouve à une marche du graal avec un adversaire qu’il pense clairement prenable malgré son déficit en jetons.

Heads-up

Malheureusement, après 40 minutes de tête-à-tête, Romain Lewis décide de partir à tapis pour 23 blindes avec A2 suite à une ouverture de Benjamin Moon avec AJ en main. Malgré un tableau 4938 qui nous offre un rail en transe, la river 8 n’apporte aucun des nombreux outs qui pouvait permettre à Romain Lewis de se repositionner dans la course au bracelet WSOP.

Romain_serieux

Romain Lewis, runner-up pour 194 837$

Pas du tout déçu après son élimination et conscient du scénario parfait de cette table finale, Romain Lewis réalise la meilleure performance de sa jeune carrière, empochant 194 837$, de quoi lancer son Vegas sur de bons rails. Car Romain n’a pas l’intention de s’arrêter là. Après un plongeon dans la piscine et quelques heures de pause, il sera bien au départ de l’Event #20 : NLHE Big Blinds Ante 5 000$ et avec la confiance qu'il a accumulé ces quatre derniers jours, il y a fort à parier qu'il ne sera pas là pour faire de la figuration.

Benjamin_Moon

Benjamin Moon, vainqueur pour 315 346$

Les résultats de la table finale

Vainqueur : Benjamin Moon (USA) 315 346$
Runner-up : Romain Lewis (France, Team Winamax) 194 837$
3e : Colin Robinson (USA) 138 938$
4e : Steven Snyder (USA) 100 268$
5e : Nhathanh Nguyen (USA) 73 242$
6e : Bohdan Slyvinsky (USA) 54 160$

Romain Lewis dans la cour des grands

- 8 juin 2018 - Par Tapis_Volant

Romain Lewis en quête de bracelet, à suivre à 14h sur Twitch (23h en France)
Event #13 - NLHE Big Bling Ante 1 500$ (Finale)

Je me souviens encore de la première fois où j’ai entendu parler de Romain Lewis, c’était à Prague en 2014, sans doute au Darling où, entouré de danseuses plus ou moins dénudées, un de mes collègues couvreurs, Tommy Mandel pour ne pas le nommer, me parle d’un nouveau jeune joueur avec son emballement habituel. « J’ai vu un mec sur le DSO Gujan-Mestras, il a 18 ans, il déroule tellement que je suis sûr qu’il va faire des trucs de dingue dans les prochaines années, tu devrais voir comment il joue, c'est impressionnant pour son âge ! ». J’écoutais d’une oreille distraite, occupé à siroter un verre en contemplant le spectacle qui s'offrait à moi sur la scène du cabaret préféré des joueurs de poker. On en a vu des étoiles filantes dans le milieu du poker, des jeunes joueurs qui se révèlent à 18 ans et dont on n’entend plus jamais parler par la suite. Il en fallait plus pour me convaincre que quatre ans plus tard, ce même Romain Lewis était à 6 left d'un bracelet WSOP.

Romain_Lewis_Tommy

Romain Lewis sur le DSO Gujan-Mestras en 2014 (©Tommy Mandel)

Staké à cette occasion à Gujan-Mestras pour son premier gros tournoi live, Romain avait terminé runner-up de l’épreuve, signant sa première ligne Hendon Mob et déjà un beau gain à 5 chiffres qui devait le convaincre de jouer plus régulièrement, lui qui était alors habitué aux freerolls associatifs chez PokerSphere à Bordeaux.

L’année suivante, Romain Lewis terminait à nouveau runner-up d’un tournoi, mais beaucoup plus prestigieux cette fois, puisqu'il s'agissait d'un Side Event à 2 000€ de l’EPT, à Prague également, où seul Steven Chidwick est parvenu à s’interposer entre le jeune français et le trophée. Un field ultra relevé, une prestation unaniment appréciée par tous les observateurs, il était clair qu'il fallait désormais compter sur ce Romain Lewis.

Galvanisé par cette performance qui lui fait remporter 79 360 €, Romain Lewis se lance alors à corps perdu sur le circuit. Il est de tous les évenements pokéristiques, enchaîne les performances comme sa deuxième place sur le WPT Super High Roller de Marrakech pour 36 000$ ou sa quatrième place sur le partypoker WPT Prague pour 39 120 € en 2016.

Mais Romain Lewis sait que pour continuer à arpenter le circuit, il lui faut trouver un sponsor, le graal de tout jeune joueur qui cherche à continuer à bouger aux quatre coins du monde pour jouer aux cartes. Il a une belle gueule, est très « tchatcheur » et, poussé par des potes, il décide de participer au casting d’une émission de télé-réalité, La Maison du Bluff, avec l'objectif de gagner la compétition mais surtout de profiter de l’expérience humaine proposée.

Il en sortira vainqueur après avoir dealé à deux avec Valentin Messina. Je pense que c’est sur cette Maison du Bluff, où j’officiais en tant que responsable chipcount et réalisateur des coulisses de l’émission, que j’ai noué une belle amitié avec Romain. J’avais la chance de l’avoir croisé sur plusieurs events live avant l’enregistrement de l’émission et sa maturité m’impressionnait déjà beaucoup. Mais c'est pendant l'émission que j'ai pu me rapprocher de lui et apprendre à mieux le connaître. Faut dire qu'il cherchait quelqu'un pour parler de poker et que c'était pas forcément simple avec le casting de l'émission.

Romain_Montecarlo

Romain Lewis lors de sa deuxième place sur le PokerStars National à Monte-Carlo en 2017

De cette expérience télévisuelle est venue l’idée de réaliser un film sur l’année de Romain Lewis en tant que joueur sponsorisé PokerStars. Suivre un joueur dans son quotidien, autant sur ses sessions online que sur les déplacements pour jouer le circuit, le filmer dans sa vie de tous les jours, interroger ses proches, sa famille, le club dans lequel il avait débuté, bref le voir vivre au quotidien et comprendre ce qui l'a mené à consacrer sa sa jeunesse à notre jeu préféré.

Je l’ai suivi sur de nombreuses destinations, je l’ai vu disputer son premier tournoi à 25k€ à Barcelone, enchaîné les re-entrys sur les SCOOP du .com dans sa colocation de grinders pragoise, multi-tabler deux side events sur un EPT, défier ses potes sur des paris, faire des soirées arrosées.

Le projet était beau, ambitieux et plein de promesses, et malgré les résultats moyens que Romain a connu pendant ces quelques mois de tournage, l’expérience s’est avérée magnifique. Le film ne verra probablement jamais le jour, puisqu’il a été stoppé net par le départ de PokerStars de France. Et c'est un de mes plus grands regrets, très clairement, d'autant que Romain m'avait fait une totale confiance pour le suivre partout.

Pendant tous ces moments que j’ai filmés à ses côtés, j’ai souvent endossé le costume du chat noir. A chaque fois que j’arrivais avec ma caméra, Romain perdait le coup. C’est arrivé un nombre incalculable de fois, assez pour que je me remette en question et appréhende chaque moment où j’appuie sur le bouton REC. C’est devenu une private joke entre nous et je m’arrange toujours aujourd’hui pour lui signifier quand je suis présent près de lui et qu’il gagne un 20/80 ou même un flip. Comme hier quand il a split As-Valet contre As-Roi alors qu’il aurait pu quitter le tournoi...

Depuis l’arrêt de ce projet de film, Romain a - comme par hasard - réalisé de grosses performances comme sa deuxième place (encore une !) sur le PokerStars National Monte-Carlo en 2017 pour 127 385 €, sa meilleure performance à ce jour.

Romain_Ivan

Il a surtout fait son entrée dans le Team Winamax dans la foulée, et les caméras de Dans la Tête d’un Pro ont pris le relai pour le suivre lors de son tout premier Vegas l’an dernier, où il a terminé à une belle 16ème place sur le 10 000$ 6-Handed Championship en compagnie de son pote Ivan Deyra. Je vous invite également à lire son dernier billet de blog, dans lequel il revient sur les mains les plus folles de sa jeune carrière.

En manque de résultats significatifs depuis son entrée dans le Team malgré quelques beaux deep run, Romain Lewis attendait le bon moment pour claquer la performance que tout le monde attend. Et c’est maintenant que ça se passe puisque Romain n’a plus que 5 joueurs à éliminer pour accéder son rêve de gosse, le bracelet WSOP tant attendu. Et c'est cette fois en tant que couvreur pour Winamax que j'aurai la chance d'assister à cet événement qui me réjouit d'avance. Romain a le quatrième tapis à la reprise, soit 26 blindes à faire fructifier. Comme il me le disait hier, "Je suis à un double-up du chiplead, tout est possible et je vais tout faire pour gagner !"

J’ai définitivement abandonné mon costume de chat noir et j’espère bien voir Romain soulever la breloque dans les prochaines heures. Et même si cette scène ne fera pas partie de ce film que j’avais intitulé « La Cour des Grands », Romain Lewis aura alors prouvé au monde entier qu’il est devenu grand.

Romain_LewisTF