masquer le menu

Level 20, le Team prend deux directs dans les reins

- 9 juillet 2018 - Par Benjo DiMeo

Main Event Day 4 - Level 20 (8 000 / 16 000, ante 2 000)

He had a bad day

Davidi Kitai
Ce dimanche 8 juillet 2018 n'était pas la journée de Davidi Kitai. Après des débuts chaotiques en table TV principale aux côtés - entre autres - d'Antonio Esfandiari, où il s'est notamment fait attraper la main dans le sac en train de tenter un bluff contre un joueur qui avait full, le Génie belge n'a pas véritablement semblé en mesure de faire exploser son talent aujourd'hui. Son dernier coup ressemble à s'y méprendre à un setup : au bouton Kitbul a 4-bet shove avec une paire de 10 qui s'est écrasée contre la paire d'As de la grosse blinde. 223e l'an passé pour 46 000 $, Dav' signe un deuxième ITM consécutif sur le Big One, forcément frustrant pour le compétiteur qu'il est, qui s'achève en 362e place, pour un gain de 33 305 dollars.

N'allez pas croire pour autant que les WSOP de notre Pro s'arrêtent là pour autant. Arrivé tard à Vegas cet été - le Main Event était son tout premier tournoi -, le futur papa du Team a bien l'intention de s'illustrer sur une épreuve qui lui avait souri il y a deux ans : le 6-max Championship à 10 000 $, qui démarre mercredi prochain. Le rendez-vous est pris.

Muss' : chocolat

Mustapha Kanit
Peu après Davidi, un autre joueur du Team jouait son dernier coup, après une journée passée plus ou moins 100% en mode short-stack. "J'avais 16BB, j'ai envoyé avec Roi-Dame, je suis tombé contre As-Dame", résume Mustapha Kanit, à qui il reste encore quelques tournois à son programme : "Je vais faire le 5 000$ et, peut-être, le 50 000$ Highroller."

Pour son premier ITM sur le Main Event des WSOP, Muss récolte 33 305 dollars.

La France a peur

Éric Sfez
Juste avant la dernière pause - et la dernière heure de jeu - de ce Day 4, nous avons pu observer deux coups joués à deux tables différentes, impliquant des Français, qui ont dû à chaque fois abandonner. Le premier est l'oeuvre d'Éric Sfez, dont le tapis de 2,4 millions n'est plus qu'un lointain souvenir. C'est avec environ 500 000 que le Francilien ouvre en milieu de parole et trouve preneur du côté du bouton. Notre compatriote enchaîne avec une première sacoche à 54 000 sur un flop 876, puis une seconde sur le 5 au turn, pour mieux se faire relancer à tapis par son adversaire, qui le couvre. Il ne faut pas longtemps à Éric pour rendre ses cartes au croupier d'un geste énervé.

Non loin de là, le spot est étrangement semblable à la table de Pierre-Guy Gentil. Lui aussi a ouvert - en premier de parole -, a été payé une fois - par la grosse blinde - et a envoyé deux barrels à 50 000 puis 110 000 sur J79Q. Sa voisine réfléchit durant de longues minutes avant de finalement annoncer "tapis", pour les derniers 600 000 du vainqueur KING5. Vous l'avez compris, là encore, le Français décide de lâcher l'affaire, non sans hésiter. Alors que les blindes s'apprêtent à passer à 10 000 / 20 000, ante 3 000, Éric et Pedro vont devoir remettre un petit coup de collier pour espérer placer quelques jetons dans un sac ce soir.