masquer le menu

Bellande, enfin !

- 2 juillet 2018 - Par Veunstyle72

Jean-Robert Bellande remporte son premier bracelet WSOP : santé !
Event #58 : NLHE 6-max 5 000 $ (Day 4 et Finale)

Des bouches vont se fermer ce soir dans le milieu du poker. Toutes ces bouches moqueuses, ricaneuses qui vont devoir admettre une chose aujourd'hui, le joueur le plus solide sur ce tournoi à 5 000$, que beaucoup diront qu'il est l'un des plus relevés de ces WSOP dans al variante reine du poker, celui qui repartira avec le bracelet WSOP et les 616 302$ qui vont bien avec, c'est Jean Robert Bellande.

"Tous ces blabla à propos du fait que je gagne mon premier bracelet, c'est comme si on m'enlevait un poids !"

jean robert bellande

L'Américain touche enfin du bout des doigt, je répète, enfin (!) le graal tant espéré par tout joueur de poker. Parce que quand on parle d'une quête du bracelet, avec Jean Robert, c'est un peu l'Indiana Jones du poker qui cherche sa pierre précieuse partout depuis 15 ans environ, mais avec deux mains gauches. Avec lui, impossible de s'ennuyer à une table de poker. On aime ou on déteste, mais JR fait partie de ces joueurs qui ne laissent personne indifférent. Sa taille est imposante, sa voix est profonde, ses bad beats sont déjà devenus légendaires, et aujourd'hui il ajoute à tout ça un bracelet WSOP, qu'il préfère poser sur le dos d'un bon vieux Château Margaux. Qu'en penser ? Que Jean-Robert écrit une magnifique nouvelle page de sa carrière, et que ce soir le Bordeaux n'a pas fini de couler à flôt, tout simplement.
 


Ne me dites pas que quand on évoque Jean Robert Bellande, vous ne pensez pas à ce jinx d'anthologie, à ce bad beat de légende ?

Table finale à double vitesse, sur ce tournoi qui a presque réussi aux Français. Il a fallu une demie heure pour voir la première élimination, celle du Polonais Kacper Pyzara en 6e position. C'est le futur vainqueur de ce tournoi qui s'est occupé de lui, avec JJ contre A7. Puis en 5e position, deux mains plus tard, l'Américain Eric Blair se faisait éliminer par son compatriote Andrew Graham, sur un coup qui ne rentrera pas dans la légende, As-Trois contre As-Dame. Deux orbites plus tard, Jean Robert Bellande faisait une seconde victime sur cette finale, Tay Nguyen, 4e, avec encore une fois une paire de Valets, sauf que cette fois il dominait largement son adversaire, avec une paire de Huit. Chouette une finale express s'est-on alors dit... avant d'attendre environ 3h30 pour obtenir une nouvelle élimination, et donc le Heads Up final ! Après des rebondissements dans tous les sens, après avoir même pris un temps le chiplead, c'est un autre Américain, Andrew Graham, qui prenait la plus petite marche du podium, finalement éliminé par Jean Robert Bellande, l'homme en forme du jour, dans un pot de 10 blindes assez anecdotique, Roi-Deux contre Valet-Neuf. 

Dean_Lyall

Le Heads Up Bellande/Lyall pouvait commencer, et l'Ecossais ne partait pas favori, avec un désavantage de 2 contre 1 pour Bellande. Le héros de "Survivor in China" (Ouais, il a fait pas mal de choses dans sa vie le copain JR) pensait peut-être rapidement plier le match, sauf que Lyall avait apparement d'autres projets, notamment celui de s'accrocher comme une huitre sur son rocher, à son stack. Après avoir doublé une première fois, Dean Lyall est même passé devant, prenant à son tour une avance de 2 contre 1. Mais ça, c'était avait que Jean Robert Bellande ne s'énerve et ne gagne pas moins de 8 mains d'affilée, rendez-vous compte en heads up ! Sur la 9e main, Lyall a décidé de se rebeller, tout en prononçant les mots magique, "all in". Dans le timing et avec sa main, A3, l'idée n'était pas complètement stupide, c'est juste le timing qui était horrible, puisque Jean Robert ouvrait QQ

jean robert bellande

"Queen deuce deuce !" a-t-il osé réclamer au croupier, afin de boucler enfin cette table finale. Et après le déroulé d'un board T9364 Jean Robert Bellande pouvait lever les bras au ciel avant de les faire tomber dans ceux de sa compagne et de ses amis dans le rail. L'Américain souffle, un souffle de soulagement, et ajoute un petit "Oh my God !" qui vient probablement du fin fond du coeur. Deux minutes plus tard, il soulevait enfin son premier bracelet, devant le tableau des champions déjà courronnés cet été. Et bien ce soir, Jean Robert a gagné le droit à son tour, d'y afficher son portrait pour les 16 jours qu'il reste sur ces WSOP 2018.

jean robert bellande

Photo : WSOP.com

Parlons peu, parlons vin

Après sa victoire, les photos et surtout son long passage à la caisse, j'ai réussi à attraper l'animal Bellande. L'air fatigué mais comme drogué par le bonheur d'avoir enfin gagné, Jean Robert a accepté de revenir sur une partie très stratégique de son jeu... le vin à table. Ce fut rapide mais très enrichissant. 

Bonsoir Jean Robert Bellande, je suis reporter pour un média Français et il y a quelques jours on t'a vu boire une petite bouteille de Petrus comme s'il s'agissait d'un coca cola, quelle est véritablement ton approche du vin ?

"Oh my Gosh ! Il n'y a rien de meilleur que le vin Français, ça me comble de bonheur ! Ce n'est probablement pas la meilleure idée du siècle que de boire un grand cru plus cher que le buy in du tournoi, mais... écoutes, je fais ça parce que je m'amuse au poker, pour moi il faut savoir mixer entre le fait de bien jouer et aussi celui de s'éclater avec tes amis à table, c'est important de s'amuser, il faut ! Si vous regardez jouer, vous verrez que je m'amuse toujours à table. Que je gagne ou que je perde, je passe un bon moment."

Et aujourd'hui, tu as gagné... alors avec quel genre de grand cru fête-t-on un bracelet WSOP ? 

"J'ai déjà passé beaucoup de temps avec Margaux aujourd'hui, on a passé un bon moment ensemble, et je pense que c'était mérité. Je ne suis pas un grand connaisseur de vin, mais je sais que j'adore les grands crus Français, j'adore Château Margaux, j'adore Petrus, mais ce que je veux dire, honnêtement pour moi Margaux c'est le meilleur choix, celui que je pourrais faire pour la vie."

Frank Kassela est alors arrivé de nul part pour sauter dans les bras de Jean Robert : "Tu l'as fait hein ! Tu l'as fait ! Tu savais que je voulais que tu le fasses", mettant fin à cette rencontre qui partait pourtant bien. Merci tout de même Jean Robert, et mollo sur les bouteilles de chez nous s'il te plait.

**L'abus de grands crus à une table de poker ou ailleurs est déconseillé pour la santé