masquer le menu

La belle journée du clan Portugais

- 30 juin 2018 - Par Benjo DiMeo

Joao Vieira dispute un gros tournoi de PLO après avoir vibré devant la victoire d'un de ses meilleurs amis
Event #60 : Pot-Limit Omaha High-Low 10 000 $ (Day 1)


Joao Vieira
Il est minuit à Las Vegas, mais la journée de Joao Vieira est loin d'être terminée : si tout se passe bien, le Portugais va encore jouer deux bonnes heures dans l'épreuve de PLO High-Low la plus chère de l'été, et pourra revenir une douzaine d'heures plus tard au Rio pour entamer le second tour du tournoi avec un tapis dans la moyenne.

De fait, Naza114 est arrivé au casino hôte des WSOP bien avant que les mots "shuffle up and deal" ne soient prononcés : un compatriote était dans le dernier carré de l'épreuve "Big Blind Antes" à 3 000 dollars, et Joao ne pouvait décemment pas manquer le sacre de celui qu'il considère comme un ami, et un joueur exceptionnel.

Bracelet Portugais
Photo : WSOP.com

Bien lui en a pris : après s'être défait de ses trois derniers adversaires (dont le Belge Jonathan Abdellatif), Diogo Veiga a posé pour la photo, bracelet en main, entouré d'un parterre d'amis à l'enthousiasme communicatif, dont bien entendu Joao. "Il est incroyable", nous confiera plus tard le Portugais du Team Winamax. "Il ne joue pas beaucoup de tournois, c'est seulement son deuxième voyage cette année après Barcelone. Il a gagné une tonne les deux fois ! Mais il mérite, c'est un type très cool, et un très bon ami." En effet : en avril, Diogo terminait en quatrième place du partypoker Millions organisé en terres Catalanes, pour un prix de 450 000 euros. Trois mois plus tard, le voilà qui empoche le bracelet (le deuxième seulement de l'histoire du poker Portugais, six ans après la victoire de Francisco António da Costa Santos sur un PLO organisé durant les WSOP Europe à Cannes) et plus de 500 000 dollars.

Après ce très beau moment vécu en communauté ("le plus beau que j'ai jamais vécu dans ce jeu"), Joao n'a pas sauté tout de suite dans l'épreuve de PLO8. "A force de crier et de m'exciter dans le rail, j'avais la tête qui tournait !" Un peu comme si tu étais ivre, mais sans avoir bu ? "Exactement ! Du coup, je suis allé me reposer un peu et suis arrivé au niveau 300/600."

Avance rapide : six heures plus tard, Joao a fait grimper son stack à 80 000 à une table où j'ai reconnu Chris Bell, le dernier adversaire de Davidi Kitai sur le Pot-Limit Hold'em remporté par le Belge en 2008. A la table d'à côté, un Michel Abécassis semble t-il moins en veine avec 40 000 - mais il reste encore beaucoup, beaucoup de coups à jouer ce soir.

Je demande à Joao le secret de la réussite sur un tournoi de PLO High-Low. Sa réponse tient en un mot : "Freeroll !" Plait-il ? "Il faut jouer serré, et attendre les situations où tu vas jouer en freeroll, donc avec un risque minime. Un low max avec un gros tirage high, par exemple. Le but, c'est de cibler les joueurs qui s'embarquent avec des mains moyennes, des mauvais tirages, et leur prendre les 3/4 du pot, voire tout le pot !"

Au compteur : 218 joueurs (un très bon chiffre, selon Joao), et déjà plus de 80 éliminés, dont David Benyamine.

Phil Hellmuth
Nous avons croisé Phil Hellmuth dans le parking VIP à son arrivée : nous revenions de dîner et il était donc assez tard. "Je le sens bien aujourd'hui", a t-il confié à Scotty N'Guyen en montant les escaliers menant vers l'entrée de service du Rio. "C'est peut-être mon tournoi !" On n'a pas pu s'empêcher de penser que si Phil pensait vraiment cela, il ne se serait pas pointé avec cinq heures de retard

Phil Calderaro
Vainqueur du PLO High-Low à 1 500$ en 2017 et dixième du même tournoi hier, Nathan Gamble est en course, de même que la plupart des adversaires qu'il a affrontés en finale hier : Daniel Negreanu, Eli Elzera, Mike Matusow... En revanche, je n'ai pas croisé Bruno Fitoussi


Valise
Un joueur qui vient d'arriver en ville... Ou qui est prêt à s'en aller à tout moment