masquer le menu

Ferguson of Anarchy

- 25 juin 2018 - Par Veunstyle72

Chris Ferguson cherche à glaner le 7e bracelet de sa carrière
Adulé ou détesté, le Champion du Monde 2001 fait toujours autant parler
Event #43 - NLHE 2 500 $ (Finale à 6)

ferguson

Après un long break poker, de 2011 à 2016, période qui correspond au scandale Full Tilt Poker, au Black Friday, et à toutes les accusations qui l'entouraient, Chris Ferguson est de retour sur le devant de la scène poker depuis trois étés donc, et ne semble plus vouloir le lâcher. En 2016, il réussissait à entrer 10 fois dans les places payées. L'année suivante, il a même réussi l'incroyable performance de terminer joueur de l'année de ces WSOP, après avoir notamment atteint l'argent à 17 reprises. Ajoutez à cela six cashes supplémentaires aux WSOPE Rozvadov quelques mois plus tard, dont une victoire et un bracelet, et c'est donc sans scandale (ou presque) que Chris Ferguson terminait numéro 1 sur les championnats du monde en 2017 : "Nous allons devoir nous faire à l'idée que désormais, tout l'été, en entrant au Rio, nous verrons la tête de Ferguson avant d'aller jouer un tournoi de poker aux WSOP", lâchait tout de même Doug Polk dans une de ses vidéos à son sujet. 

Cette année, et en tout cas depuis le mois de juin et le début des Series, l'homme au chapeau de cowboy a remis le couvert. Après avoir déjà atteint une table finale (4e de l'Event #31, un Stud à 1 500$), Chris Ferguson ajoute aujourd'hui une seconde table finale à son été, grâce à ce tournoi qui avait réuni 1 248 joueurs !

Mais comment fait-il ? Comment a-t-il réussi à traverser les époques mais également les ennuis, les accusations, les regards moqueurs parfois les insultes, et de pleine face ? Sa vidéo "d'excuses" fournie au début de l'été n'en avait que le nom, pour le reste, tout le monde s'est bien rendu compte que Ferguson était un piètre acteur, qui lisait plutôt mal un simple texte écrit sans saveur. A la différence des années précédentes, et je parle personnellement en tant que couveur qui n'a rien manqué du retour de "Jesus" Ferguson de 2016 à aujourd'hui, les insultes semblent s'être bien calmées, la tension est globalement descendue. On se souvient de ce spectacteur qui n'avait pas manqué de saluer son élimination en 4e place, d'un tournoi à 10 000$ (celui sur lequel Davidi Kitai termine runner up, et que vous pouvez retrouvez en vidéo sur les épisodes de "Dans la tête d'un pro"), en l'insultant copieusement et bien fort. Ferguson n'avait pas osé se retourner, et n'avait affiché aucune réaction. Cette année, dans le rail, on retrouve surtout la petite amie de Ferguson, ainsi que des mamans et de la famille. Les haters sont probablement toujours là, mais beaucoup plus calme. 

Si Ferguson gagne aujourd'hui, je pense que le monde entier du poker sera très curieux d'assister à la cérémonie du bracelet. Comment imaginer Jack Effel envoyer des fleurs à celui qui a longtemps été accusé d'avoir plus que participé au trafic financier qui se tramait sur Full Tilt à l'époque ? Les WSOP n'ont pas directement été impactés par le Black Friday, et les problèmes de Ferguson concernent Ferguson lui même, selon Jack Effel, directeur des tournois WSOP, qui n'évoque à aucun moment l'affaire Full Tilt quand on lui parle d'un des cowboys les plus célèbres dans le monde du poker : "Je défie quiconque de me prouver que Chris Ferguson n'est pas sympa. Ferguson est l'un des types les plus charmants que j'ai pu rencontrer dans ma carrière, et je lui remettrai son bracelet avec plaisir s'il venait à gagner ce tournoi. Où est le problème en fait ?" 

Pour éviter toute cette gène demain, cinq autres joueurs sont revenus en découdre aujourd'hui pour contrer Ferguson et aller chercher le demi million de dollars de la gagne, ainsi qu'un bracelet, mais rapidement, deux d'entre eux sont tombés. Ryan Laplante fut le premier à chuter, 6e pour 87 189$. Débutant cette finale avec 12 blindes, il n'aura disputé que 3 mains, avant de se faire sortir par Timur Margolin, avec As-Valet contre As-Roi. Une orbite plus tard, c'est un autre Américain qui était prié d'aller voir au cashier pour récupérer ses 117 894$, il s'agit de Dylan Linde. C'est la sixième fois qu'il fait ça cette année, la deuxième fois après une table finale !

bojang
Ismael Bojang face à Chris Ferguson

Second plus petit tapis au rédémarrage, c'est avec As-Dix qu'il a investi ses derniers espoirs, payé par la pointure du dessus As-Valet. Les jetons de Linde ont filé chez Ismael Bojang. L'Allemand est d'ailleurs dans tous les coups aujourd'hui, puisqu'il a notamment récupéré énormément de jetons chez Chris Ferguson, après une confrontation QQ vs TT, pour faire tomber "Jesus" à 15 blindes, à 4 joueurs.

Ceci dit, il en faudra encore un tout petit plus pour achever Ferguson, qui, s'il est aussi solide au poker depuis 3 ans, qu'il n'a été impliqué dans le scandale Full Tilt pendant tout ce temps, serait donc 100% coupable de tout ce qu'on lui reproche. 

Chipcount après 3h de finale 
Ismael Bojang (Allemagne) 6 700 000
Chris Ferguson (USA) 3 700 000
Michael Marder (USA) 3 100 000
Timur Margolin (Israel) 2 100 000

Les prix de cette finale
Vainqueur : 507 274 $
Runner up : 313 444 $
3e : 223 564 $ 
4e : 161 371 $