masquer le menu

Steve Albini atteint le Nirvana

- 18 juin 2018 - Par Tapis_Volant

La légende du rock indé Américain mate Lisandro et Ferguson pour remporter son premier bracelet WSOP
Event #31 : Seven-Card Stud 1 500 $ (Finale)

Steve Albini

Parfois, quand on vous annonce qu’une table finale WSOP se déroule dans un coin du Rio avec deux joueurs en passe d’aller conquérir leur 7e bracelet, vous êtes rassurés : « Très bien, je tiens mon histoire, j’auraie de la matière pour écrire mon article ». Vous commencez à réviser votre palmarès des vainqueurs de bracelet, à préparer des jeux de mots et rassembler des photos. Et puis, vous jetez un oeil au chipcount de l’Event sur WSOP.com et découvrez un nom qui vous fait tilt, pendant un court instant. Steve Albini. Si vous étiez fans de Nirvana pendant votre adolescence, ce nom d’Albini résonne forcément en vous. Et si c’était vraiment le producteur d’In Utero, le dernier album studio de Nirvana, qui était en train de dérouler en table finale d’un tournoi de Stud ? Je n'y crois pas trop à ce moment-là, d'autant qu'il y a aussi un certain Michael Moore sur la table finale. Deux homonymes ? Concernant Albini, je me demande pourquoi il viendrait jouer les World Series, plutôt qu'être en train de chanter sur scène quelque part ou d'enregistrer le premier album d'un groupe underground.

La journée se termine au Rio et j’apprends que ce fameux Steve Albini est venu à bout de Jeff Lisandro, pourtant large chipleader au moment du heads-up et grand spécialiste de Stud (il a gagné trois de ses six bracelets sur cette variante). Je me dis que c’est bon, j’ai échappé à un article où je vous raconterai le 7e bracelet de Lisandro, rejoignant ainsi Billy Baxter et Men Nguyen au classement.

Et puis, mon réveil sonne, un message WhatsApp de Benjo m’apprend qu’il s’agit bien du vrai Steve Albini, celui qui a travaillé avec les Pixies, PJ Harvey, Mogwai, Nirvana, et une quantité impressionnante de groupes de rock underground, y compris des Français, comme Les Thugs ou Dionysos. Une semaine à peine après avoir pogoté devant Shellac lors d'un festival au Portugal, il me commuique son enthousiasme d'assister - de loin - à un grand moment des WSOP. Et là, je sais qu’on tient notre belle histoire. Cette histoire d’un mec qui a changé la face du rock à jamais et qui est venu défier les joueurs de poker sur leur terrain.
 

Nirvana
Steve Albini avec Nirvana (1993)


Parce que voir Steven Albini dominer une table finale dont les participants cumulent 15 bracelets WSOP (6 pour Jeff Lisandro, 6 pour Chris Ferguson, 2 pour Frankie O’Dell et 1 pour Michael Moore), ça étonne d’abord mais ça fait surtout bien plaisir, quand on sait tout ce que ce gars a apporté à la scène musicale depuis le début des années 80. Car, si Steve Albini est surtout connu pour avoir produit certains des meilleurs disques rock des années 80 comme le Surfer Rosa des Pixies, ce boulimique de travail a produit plus de mille groupes, restant très souvent dans l’ombre et refusant même parfois d’apparaître sur les pochettes d’album ou recevoir des royalties sur les ventes de disque.

En plus de son activité de producteur, Steve Albini a également fondé plusieurs groupes, dont Big Black et Shellac. Au sein de ces derniers, il a enregistré cinq albums, dont le dernier, « Dude Incredible » est paru en 2014. Pour vous faire une idée, n’hésitez pas à regarder ce petit bijou qu’est l’enregistrement de leur prestation au Primavera Festival de Barcelone en 2017.
 

Shellac
Steve Albini avec Shellac

La finale de l'Event 31

Vainqueur - Steven Albini (USA) 105 629 $
Runner-up - Jeff Lisandro (Australie) 65 282 $
3e - Katherine Fleck (USA) 43 765 $
4e - Chris Ferguson (USA) 29 999 $
5e - Frankie O’Dell (USA) 21 035 $
6e - Paul Sexton (USA) 15 096 $
7e - Michael Moore (USA) 11 095 $
8e - Esther Rossi (USA)  8 355 $

Quelques productions marquantes de Steve Albini




 



 

Ses groupes