masquer le menu

Day 16, demandez le programme

- 12 juin 2010 - Par Harper

Six tournois au programme : deux Day 1, deux Day 2, deux finales, une journée typique des World Series of Poker !

Midi (21 heures) : Event #24 – No Limit Hold'em 1,000$ (Day 1A)
Qui dit samedi, dit boucherie.

14H30 : Event #20 – Pot Limit Omaha 1,500$ (Finale)
Voici les neuf finalistes :
Siège 1 : Trai Dang - 500,000
Siège 2 : Nenad Medic - 1,504,000
Siège 3 : John Barch - 546,000
Siège 4 : Ashkan Razavi - 294,000
Siège 5 : Tyler Patterson - 139,000
Siège 6 : Blair Rodman - 272,000
Siège 7 : Chris Hyong Chang - 195,000
Siège 8 : Denton Pfister - 167,000
Siège 9 : Thibaut Klinghammer - 366,000
Le vainqueur de l'épreuve empochera 256,919$. A suivre de près : le français Thibaut Klinghammer, qui signe la deuxième finale française après celle de Nicolas Levi.

14h30 : Event#22 – World Championship Ladies 1,000$ (Day 2)
Avec 136 survivantes pour 117 places payées, la bulle devrait éclater rapidement. Parmi les joueuses au départ, on compte Lacey Jones (17,500), Cathy Hong (39,600), Maria Ho (21,500) Liv Boeree (57,700), Michele Lewis (13,700), Evelyn Ng (55,200), Linda Johnson (64,400), et trois françaises : Audrey Jaudhuin (19,900), Gaelle Baumann (23,900) et Vanessay Hellebuyck (22,300). La tenante du titre 2008 (et finaliste 2009) Svetlana Gromenkova figure parmi les chip-leadeurs (ou chip-leadeuses ?) avec 70,100.

15h : Event #21 – Stud 1,500$ (Finale)
Sorel Mizzi entame la finale en position de chip-leader. C'est une partie à double enjeu pour Mizzi, qui a lancé quelques paris importants avec Durrrr sur une éventuelle victoire aux WSOP. Derrière lui, il y a Dan Heimiller (seconde finale cet été), Pat Pezzin, Jon Turner, Richard Ashby, Owais Ahmed, Darren Shebell et une femme, Christine Pietsch.

15h : Event #23 – Short Handed Limit Hold'em 1,500$ (Day 2)
Les neuf premières heures de jeu ont vu les effectifs réduire de deux tiers. Des 384 entrants, ils ne sont plus que 108 à prétendre à l'une des 36 places payées. Parmi eux, un minimum de deux français : Bertrand Grospellier avec un tapis au dessus de la moyenne (26,000), et Gabriel Nassif qui devra lutter avec quelques big bets (4,900). Justin Bonomo (56,900), JJ Liu (45,600), George Lind (49,600) ou encore Martin Kabrhel (32,200) occupent actuellement les premiers rôles.

17h : Event #25 – World Championship Omaha High-Low 10,000$ (Day 1)
C'est l'épreuve qui avait permis à David Benyamine de remporter son premier bracelet il y a deux ans, je m'en souviens comme si c'était hier. Au programme : un field de joueurs petit mais costaud et un rythme ralenti par l'incessant partage des pots.

Benjo et Harper

La deuxième finale française

- 12 juin 2010 - Par Harper

Event #20 – Pot Limit Omaha 1,500$ (Day 2)

Après dix heures d'un combat acharné, la table finale du Pot Limit Omaha est enfin constituée. Les déceptions sont nombreuses : nous n'y retrouverons ni Jason Mercier, le tenant du titre, ni Scott Montgomery, Jonathan Little ou encore Christian Harder, qui a subi mauvaise rencontre sur mauvaise rencontre durant la dernière heure. Cela ne vaut néanmoins pas la grande satisfaction : un français est en finale ! Thibaut Klinghammer, après avoir débuté la journée parmi les plus petits tapis, fait partie des neuf finalistes après une parfaite gestion de son tapis, commençant par prendre un maximum de risques durant la bulle, se calmant ensuite pendant l'écrémage post-argent avant d'attaquer de nouveau une fois en demi-finale. Notre tricolore aura fort à faire en finale : il devra lutter face au géant Nenad Medic, qui possède d'ores et déjà plus du tiers des jetons de la table. Voici les forces en présence :

Siège 1 : Trai Dang - 500,000
Siège 2 : Nenad Medic - 1,504,000
Siège 3 : John Barch - 546,000
Siège 4 : Ashkan Razavi - 294,000
Siège 5 : Tyler Patterson - 139,000
Siège 6 : Blair Rodman - 272,000
Siège 7 : Chris Hyong Chang - 195,000
Siège 8 : Denton Pfister - 167,000
Siège 9 : Thibaut Klinghammer - 366,000

Blindes 5,000/10,000

Les prix à remettre :

Vainqueur : 256,919$
Runner-up : 158,698$
Troisième : 102,306$
4e. 74,946$
5e. 55,711$
6e. 41,971$
7e. 32,007$
8e. 24,695$
9e. 19,259$

Coverage par Winamax

Thibaut, félicitations : tu es en finale d'un événement des World Series of Poker ! Peux-tu te présenter ?
« Je m'appelle donc Thibaut et suis originaire de Strasbourg. Je vis exclusivement du poker depuis plus de deux ans après avoir été dans le domaine de la finance au Luxembourg. Je suis un joueur de cash games et joue sur les parties où la grosse blinde est de 20 dollars, essentiellement dans les casinos autrichiens. Je tiens d'ailleurs à préciser qu'on ne peut pas reconnaître le talent d'un joueur dans un tournoi : ce n'est que de la chatte ! Il n'y a rien de plus pur que les cash games. »

Tu nous as fait part de tes lacunes en Omaha. On t'a pourtant vu parfaitement gérer cette deuxième journée. Quel était ton état d'esprit ?
« J'ai dit être une quiche dans cette variante car mon jeu de prédilection est le Hold'em. Après, il est clair que le Omaha ne m'est pas non plus étranger. Ensuite, ma stratégie fut simple aujourd'hui : ne pas me laisser mourir et donc agresser quand j'avais un petit tapis. Par la suite, j'ai resserré mon jeu mais j'ai touché de nombreuses cartes. Et comme je vous l'ai dit, c'est le secret pour réussir dans un tournoi... »

Nenad Medic débutera demain avec plus du tiers des jetons... Quelle sera ta stratégie pour aller le chercher ?
« Quand on regarde la structure des prix, je me dis que je ne me satisferais pas de moins qu'une troisième place. Pour cela, je vais vous livrer mon petit secret : il faudra chatter comme un porc ! »

Harper

David Baker remporte le No Limit Deuce to Seven à 10,000$

- 12 juin 2010 - Par Benjo DiMeo

Il l'a fait ! Après une prestation remarquée mais hautement frustrante dans le Player's Championship à 50,000 dollars (sixième place), David Baker, 23 ans, est cette fois-ci arrivé à conclure dans la très difficile épreuve de Deuce to Seven No Limit à 10,000 dollars. C'est la consécration pour celui qui se fait appeler « Bakes » en ligne, un joueur ayant démarré en play-money à 17 ans, devenant en l'espace de quelques années un compétiteur respecté en ligne comme en live grâce aux conseils avisés de Vanessa Selbst. Cette victoire survient dans une variante qu'il n'a commencé à étudier qu'en début d'année 2010.

« Ça fait plaisir d'avoir réussi à, grosso modo, développer un jeu de haut niveau en seulement cinq mois d'expérience seulement », a dit Baker, faisant référence au field extrêmement relevé qu'il a du battre pour décrocher la victoire – rien qu'en table finale, il y avait Daniel Negreanu, John Juanda et Erik Seidel. « Je n'aurais jamais pensé jouer un jour avec eux. »

Au départ du tournoi, Baker faisait figure de novice parmi les pros. Ce qui ne se révéla pas être un handicap majeur, comme il nous l'explique : « Le truc intéressant, à propos du Deuce to Seven, c'est que personne n'y joue vraiment beaucoup. Même les joueurs ayant beaucoup d'expérience n'ont finalement joué que très peu de mains, comparé à un expert en Hold'em. Ce qui fait que quand tu prends place au départ du tournoi, non seulement tes adversaires ne savent pas comment tu joues, mais en plus, ils ne savent pas vraiment s'adapter à ton style. »

Qu'est-ce qui fait un bon joueur de Deuce to Seven en No Limit ? Qu'est-ce qui différencie les bons des mauvais joueurs ? A ce sujet, David Baker explique que le Deuce est un jeu très particulier. « Il n'y a que deux tours d'enchères, et très peu d'informations disponibles – pas de flop, pas de cartes communes, etc. Dans ce contexte, la clé de ce jeu est de savoir lire ses adversaires. »

Est-ce une variante où il faut beaucoup bluffer ? Faire de gros folds ? Les deux ? « Pas vraiment, en fait. En finale, quand il ne restait plus que cinq joueurs, tout le monde était vraiment solide. Les tapis étaient équilibrés et je ne pense pas avoir été témoin d'un seul bluff. Il n'y avait pratiquement que des value-bets. Je n'avais pas assez d'expérience pour me lancer dans un gros bluff. J'ai joué de manière conservatrice. Mais c'est vrai qu'à quatre joueurs restants, tout le monde essayait d'imposer sa pression. »

Du No Limit Hold'em au No Limit Deuce to Seven, n'y a t-il qu'un pas ? « Les deux jeux sont très éloignés en soi, mais il est vrai que tout ce qui se rapporte à la stratégie de tournoi – le rythme, les vitesses, savoir repérer quand les gens serrent leur jeu, ou inversement, et la taille des tapis – tous ces éléments se transposent parfaitement en Deuce.

Avec une victoire et une sixième place dans l'épreuve la plus chère des WSOP , David Baker est en bonne position dans la course aux points pour le titre de Joueur de l'Année aux WSOP. Baker annonce son intention de jouer toutes les grosses épreuves restant au programme... Chose qu'il avait de toute façon déjà prévue avant sa victoire.

Coverage par Winamax

Vainqueur : David Baker 294,314$

2. Eric Cloutier 181,886$
3. George Danzer 115,295$
4. John Juanda 78,088$
5. Doug Booth 55,483$
6. Erik Seidel 41,270$
7. Eric Kesselman 32,080$
8. Daniel Negreanu 26,004$

Benjo

Une question de maitrise

- 12 juin 2010 - Par Harper

Event #23 – Short Handed Limit Hold'em 2,500$ (Day 1)

Et, finalement, la corde céda. Fabrice Soulier nous avait prévenu : il était prêt à tenter le tout pour le tour afin de monter un tapis monstrueux. « Epic fail » comme dit la jeunesse : moins de vingt minutes après notre entretien, Fab prenait le chemin de la sortie. Comme lui, plus de la moitié des entrants du jour est déjà en train de se faire une raison : ce n'est pas cette année qu'ils remporteront l'Event #23. C'est ballot. Pour 150 joueurs (sur 384 entrants), tous les espoirs restent permis. Parmi eux, le français Gabriel Nassif, qui possède un tapis un poil inférieur à la moyenne. Vitaly Lunkin, George Lind, Noah Boeken, Justin Bonomo ou encore Nick Binger sont tous bien fournis en jetons.

Coverage par Winamax

Quant à notre Elky national, il déroule, comme à son habitude. Après avoir débuté la partie un poil en retard par rapport à ses camarades, il pointe désormais à 32,000 alors que la moyenne ne dépasse pas les 20,000. Bertrand Grospellier partage la table de Martin Kabhrel. Faut que je vous parle de ce type. Il fait des trucs vraiment bizarres. Déjà, ses espèces de troubles compulsifs : dès qu'il s'apprête à jouer une main, il prend vingt secondes avant de se décider puis a toujours le même rituel : on pose un jeton sur les cartes, on remonte le col de sa chemise, on met ses lunettes noires, on prend ses jetons un à un, puis on place une relance. Je ne sais pas vous, mais si j'étais à la table, je tilterais direct. Deuxième phénomène particulier : le changement de table. Alors que tous les joueurs profitent de cet instant pour se détendre, Martin, lui, devient fou : « Passez moi deux racks ! » hurle-t-il au croupier. « Vite ! Vite ! » En panique, il balance ses jetons dans les racks puis se met alors à courir (oui, courir !) vers sa nouvelle table. Je me dis que le garçon avait surement une envie pressante mais non : il s'assoit, se recoiffe, et se met immédiatement à jouer. Le tchèque a peut-être faim de cartes, voilà tout.

Harper

Goodbye Roses

- 12 juin 2010 - Par Benjo DiMeo

Event #22 – World Championship Ladies 1,000$ (Day 1)

Le Day 1 le plus agréable des World Series of Poker vient de se terminer... Pendant dix heures, nous avons vu évoluer dans la Pavilion Room des femmes de tous horizons, de tous âges et toutes origines. Beaucoup d'amateurs et une poignée de pros pour un tournoi résolument convivial. Les rires ont été nombreux, et la compétition des plus cordiales.

Bref, une vraie fête du poker au féminin, à laquelle se sont joints quelques intrus masculins, une vingtaine de trouble-fête (dont un Shaun Deeb en maquillage et robe de soirée) que les filles se seront acharnées toute la journée à faire regretter d'avoir voulu foutre le souk dans leur tournoi a elles. On murmure en coulisses que Harrah's (l'opérateur des WSOP) envisage purement et simplement de bannir de ses casinos les hommes ayant participé à l'épreuve, pour dissuader à l'avenir que les petits plaisantins de ce genre ne se multiplient. Quoi qu'il en soit, je n'ai repéré qu'un seul poilu au milieu des princesses à quelques minutes du coup de sifflet final.

Abordons les mauvaises nouvelles, si vous le voulez bien. Shannon Elisabeth et Maridu Mayrinck ont été éliminées en fin de journée. Même topo pour Alexia Portal, qui 3-bet à tapis après une relance et un call. La joueuse du Team Winamax est payée deux fois, et voit une de ses adversaires miser sur le flop K-3-3. Alexia montre Valet-10, qui ne trouve pas de miracle face à Roi-Dame.

Moins de 150 joueuses ont survécu au premier tour... La partie a été aussi agressive – si ce n'est plus – que lors des boucheries mixtes.

Voici quelques unes des joueuses qui reviendront samedi pour disputer le Day 2 :

Svetlana Gromenkova 86,000
Linda Johnson 58,000
Evelyn Ng 40,000
Liv Boeree 40,000
Jess Wellmann 28,000
Gaelle Baumann (France) 27,000
Karina Jett 22,000
Michele Lewis 16,000
Lacey Jones 15,000
Cathy Hong 14,000

Tableau de bord
Moins de 145 joueuses restantes (sur 1,054 au départ)
117 places payées
Blindes : 500/1,000, ante 100
Tapis moyen : 26,800

Benjo