On ne l'appelle pas le Grinder pour rien

- 2 juin 2010 - Par Benjo DiMeo

Retournament de situation dans le Player's Championship

Trois heures après l'élimination de John Juanda en quatrième place, on tient le tête à tête final, et nous sommes bien forcés d'admettre que la troisième place du podium n'est pas celle à qui on s'attendait. On s'attendait plus à voir le short-stacké Michael Mizrachi, ou le moins expérimenté Vladimir Schmelev tomber aux portes du heads-up, plutôt que le chip-leader David Oppenheim !

Mais non. Le sacre en tournoi de ce phénoménal joueur de cash-games devra attendre. La chute du new-yorkais s'est faite lentement, petit à petit, jeton par jeton, et a coïncidé avec la spectaculaire remontée de Michael Mizrachi pour qui tout a fonctionné à merveille après la sortie de Juanda. Le Grinder a bluffé, payé des bluffs, trouvé de belles mains, et pratiqué un poker agressive, son énergie décuplée par le soutien de son clan, criant et chantant à chaque pot remporté par leur champion.

Coverage par Winamax

Après une ultime et cruelle coin-flip perdue sur la rivière (ESPN faisant durer la torture en pausant l'action trente secondes entre le flop, le turn et la rivière, quelle souffrance) David Oppenheim est éliminé en troisième place, remportant 603,348$, le plus gros gain de sa carrière en tournoi. Il laisse place au dernier tête à tête entre Michael Mizrachi (10,4 millions) et Vladimir Schmelev (6,8 millions)

Benjo