Avis à la population désargentée

- 8 juin 2010 - Par Benjo DiMeo

Aux WSOP, il n'y a pas que les WSOP ! Ouh là, c'est nul comme attaque. Mal barrée cette news. Bon, en fait je pensais faire un peu de pub à l'intention de nos lecteurs se rendant à Las Vegas cet été, mais n'ayant pas forcément le budget pour disputer une épreuve officielle des championnats du monde. Tout de même, mille dollars minimum, je suis sur que cela représente une somme conséquente pour la plupart d'entre vous. Si vous êtes coincés au Rio sans les pesetas nécessaires pour jouer avec les grands, je ne saurais trop vous conseiller de vous rendre dans la Pavilion Room à treize heures. Une toute nouvelle épreuve deep-stack à destination des joueurs les moins fortunés vient d'y être lancée.

Pour un investissement de 200 dollars, vous pourrez prendre part à une bonne vieille épreuve de No Limit avec un tapis de départ de 15,000, des blindes à 25/50 et des rounds de trente minutes. Je ne sais pas si ces structures rivalisent avec celles proposées par les rois du deep-stack de Las Vegas, le Venetian, mais toujours est-il que la « value » de ces tournois est excellente : les touristes sont légions à s'y assoir après avoir fait un petit tour dans l'Amazon Room pour demander un autographe à Chris Ferguson et pris une photo avec Annie Duke.

Et, bonus de taille, vous pourrez jouer avec Kara Scott !

Coverage par Winamax

« Busto ! », rigole Kara pour expliquer sa présence dans cette épreuve. La regrettée présentatrice de l'EPT (désormais chez High Stakes Poker) possède un tapis de cent blindes alors que plus de la moitié des 210 participants se sont fait sortir.

Benjo