Winamax

Fin du Day 1B

- 7 juillet 2010 - Par Benjo DiMeo

Des gens ont sauté, d'autres non

Sans surprise, la deuxième journée de départ du Main Event s'est déroulée à peu près de la même manière que la première : il y avait plein de monde au départ, plein de monde a sauté, et à la fin, il en restait quand même encore plein. Vous l'avez compris, le Day 1 n'est pas ma période favorite du tournoi principal des championnats du monde. Moi, c'est le Day 4 que j'attends avec impatience, quand les choses deviennent sérieuses avec l'arrivée des places payées.

Parmi les 1,489 participants au Day 1B, 1,021 ont survécu. Nous avions repéré une quarantaine de joueurs français au départ. Treize d'entre eux nous ont quitté au cours des neuf premières heures de partie, dont ElkY, Julien Brécard, Arnaud Mattern, Pascal Perrault, Roger Hairabedien et Eric Haik. Le Team Winamax aura aussi souffert dans la bataille : Anthony Roux a pris une décision regrettable avec un brelan, et Almira Skripchenko n'a jamais réussi à se construire un tapis.

Nous pouvons vous confirmer le passage au Day 2 de seize tricolores. Il est très probable que des français supplémentaires viendront s'ajouter demain à cette liste, une fois que nous aurons pu consulter le classement officiel. En attendant, voici l'état des lieux provisoire, sachant que le tapis moyen tourne autour de 42,000 :

Alex Bonnin 127,275
Kris Pereira 70,500
Antony Lellouche (Team Winamax) 61,500
Ludovic Lacay (Team Winamax) 59,075

Jean-Paul Pasqualini 51,000
Christophe Benzimra 45,000
Julien Drochon 40,050
Ahmed Debabeche 36,400
Vanessa Hellebuyck 32,000
Nicolas Poloniato 27,500
Sylvain Mazza 27,000
Eric Sagne 26,000
Xavier Jacquet (Local Hero Winamax) 23,500
Jacques Zaicik 22,125
Cyril Bensoussan 17,500
Tristan Guillard 14,000

Devant la caméra de Paco, Ludovic Lacay se demandait hier comment il allait gérer le premier jour du Main Event, deux jours après la déception immense que fut sa quatrième place dans le PLO à 10,000 dollars. Ce n'est pas quand un joueur touche des bonnes cartes qu'il faut le juger, a t-il dit en substance : c'est dans les moments difficiles qu'on peut déterminer son vrai niveau.  " Après être passé si près du bracelet, je n'ai aucune idée de comment je vais réagir si je me prends un bad-beat", avouait t-il. Aujourd'hui, Ludovic ne s'est pas pris de coup particulièrement horrible, mais a du faire face à une table difficile où rentabiliser les bonnes mains n'était pas une mince affaire. Le premier objectif – passer le Day 1 – est accompli : Ludovic reviendra au Day 2 avec plus de cent blindes devant lui. Antony Lellouche a terminé la journée avec un tapis similaire, tandis que Xavier Jacquet subissait plusieurs déconvenues durant la dernière heure, le contraignant à emballer un tapis inférieur à celui de départ.

Je vous donne rendez-vous mercredi à partir de midi (21 heures en France) pour le Day 1C. Guillaume de la Gorce, Alexia Portal et Davidi Kitai y représenteront le Team Winamax.

Benjo

Dernières mains en vrac

- 7 juillet 2010 - Par Benjo DiMeo

Level 5 – Blindes 200/400, ante 50

De sa propre estimation, le chip-count de Cyril Bensoussan devrait être d'au moins 15 millions (avec nos 250 de tout à l'heure, on était pas loin). Au lieu de ça, le pote d'Antony et Ludovic possède 35,000, à peine plus que le tapis de départ. Ce n'est pas si mal, quand on songe au gros fold qu'à effectué Cyril au cours de cette main qu'il me raconte :

« J'ai QCarreauTCarreau et le flop tombe ACarreauKCarreau2Carreau. Comment je pourrais être plus max', frangin ? Mon adversaire mise 1,300, je relance à 3,800, il paie. Turn : une brique. Il check/call 4,800. Rivière : ATrèfle. Il envoie 12,000, je jette mes cartes. Je suis sur que j'ai eu raison. »

Sur un board 6Carreau5Pique7Pique6Trèfle, Ludovic Lacay paie une mise venue de Mark Telscher, et le croupier retourne un intéressant 4Carreau en guise de rivière. Telscher vérifie que ses cartes sont toujours les mêmes, et mise 4,625. « Je suppose que je dois payer », dit Ludo en envoyant les jetons au milieu. Pas sur de lui, Telscher retourne ACoeur3Carreau pour la quinte du dessous et la main gagnante. « Il pensait qu'il bluffait, ou quoi ? », me demande Ludovic en aparté.

« J'ai perdu quinze coups de suite », ajoute Ludo. « J'avais 90,000 il y a une demi-heure, je n'ai plus que 56,000. » Relax, Ludo, c'est une somme largement suffisante pour attaquer le Day 2 aux blindes 250/500, ante 50.

Le flop est 8Pique9Coeur6Trèfle, et Antony Lellouche checke de petite blinde. Le bouton (le même contre qui Antony a 5-bet puis fold préflop) mise 1,500, et Antony répond par un check/raise à 3,750. C'est payé. Le turn est un 5Carreau qui ne provoque pas d'action. Rivière : 9Pique. Antony mise 3,250, et se fait payer rapidement. On ne verra pas les cartes du français : il est en plein bluff, et ne prend même pas la peine de les montrer. Son adversaire n'est pas obligé de retourner son brelan TCarreau9Carreau pour remporter le pot, mais s'exécute tout de même.

Enfin, notre Local Hero Winamax Xavier Jacquet va terminer le Day 1B avec moins que ce qu'il avait au départ, ayant récemment perdu un pot de 28,000. « Un joueur relance UTG, on est quatre à payer, je suis au bouton avec KCarreauQCarreau. Flop KCoeur9Coeur9Carreau. Tout le monde checke, je mise, et suis payé par le short-stack de la table. Turn 2Carreau. J'envoie une deuxième barrel à 3,000, il paie. Rivière : JCarreau. Il checke, j'hésite, et je fais une connerie : tapis. Il a K-9 dépareillés. Après, je fais doubler le joueur français à ma gauche avec As-Roi contre sa paire de Valets. Il avait 4,800 de tapis. »

Fin de journée à l'aveugle

Coverage par Winamax

Pour la toute dernière main du Day 1B, Ludovic Lacay nous a gratifié d'un petit show à l'américaine pour les caméras d'ESPN. J'arrive à la table au moment ou David Plastik annonce qu'il fera tapis sans regarder ses cartes si Ludovic relance à l'aveugle.

« OK », dit Ludo. Le croupier donne la main finale, et Ludovic relance en milieu de parole. David Plastik.... jette ses cartes, ouh le vilain menteur. Mark Teslcher paie au bouton.

« Je vais regarder mes cartes, maintenant, » dit Ludovic.
« Ah, tu avais vraiment pas regardé ? », répond Telscher, interloqué.

Flop 8Coeur6Coeur3Coeur. Ludovic checke, et Telscher mise 1,600. Ludovic complète en disant : « De toute façon, j'avais une main pour relancer préflop. »

Le turn est un 3Carreau et les deux joueurs checkent.

Rivière 4Carreau. Ludovic mise 5,000.

Telscher est éberlué : « Mais avec quelle main bonne pour relancer préflop tu peux miser sur un tel board ? » Telscher parlotte quelques instants, les caméras ne perdent pas une miette de la scène. L'anglais ne consent à jeter ses cartes qu'après s'être assuré que Ludo montrerait les siennes.

Cuts montre d'abord un 3Pique qui lui donne un brelan. « Quoi ? Un 3 ? Mais ce n'est pas une main pour relancer ! » Cuts retourne ensuite le 5Pique, pour 5Pique3Pique : « Ben si, tu vois que c'est une main pour relancer ! »

Coverage par Winamax

Annette Obrestad et les WSOP 2010, c'est terminé... Le phénomène norvégien nous a quittés après la pause-dîner. Rares sont les joueurs qui avaient suscité autant d'attentes cet été. Le bilan ? Décevant, forcément, tant les espoirs placés sur Annette étaient grands : quatre modestes places payées, et une demi-finale dans l'épreuve Shootout à 1,500 dollars.

Benjo

Il prend de la valeur

Coverage par Winamax

Tiens, Nicolas Poloniato. Nous n'en avions pas encore parlé aujourd'hui. Il faut dire que le français a effectué un parcours des plus discrets, se maintenant en permanence autour du tapis de départ. Je l'ai vu remporté une main en fin de journée. Sur un flop 6Pique6TrèfleQCoeur, il décide de check-call une mise de 2,000. Le tournant, un 8Pique, est alors checké. C'est sur la rivière 2Trèfle que Nicolas va passer à l'attaque : il envoie 3,600 et est payé dans les vingt secondes suivantes. Il révèle alors KTrèfleQCoeur, la main gagnante et termine la journée avec un tapis de 27,500.

L'échappé français

Nous ne l'avions pas repéré jusqu'à maintenant : un français a réussi à se hisser dans les hauteurs du classement. Il s'agit du membre de Club Poker Alex « Opus » Bonnin qui termine à 127,275. On se rattrapera dès samedi en publiant sa photo et une petite présentation, c'est promis. Un tricolore qui a eu moins de chance : Eric Haik, éliminé durant le dernier niveau.

Harper

Winamax : des hauts et des bas

- 7 juillet 2010 - Par Benjo DiMeo

Level 4 – Blindes 150/300, ante 25

Son massage terminé, Antony Lellouche se retrouve désormais seul face à ses huit adversaires du jour. Ayant attaqué le quatrième niveau avec 80,000 jetons, je le retrouve avec moitié moins une heure et demi plus tard. Au rapport, capitaine. « J'ai 5-bet/fold As-Huit » résume Antony. « C'était lors d'une bataille cut-off contre bouton. Il relance à 800 et je décide de faire 2,150. Il m'envoie 7,000 et je sur-relance encore à 18,000. Il fait tapis pour 55,000... J'ai hésité à payer car il me faut du 30% à peine... Mais bon. » Je suis d'accord avec ce « bon », un peu de calme Anto.

Quelques mains plus tard, le joueur du Team Winamax trouve As-Dame et paie une relance. Un joueur dans les blindes fait de même. Le flop est APiqueTPique6Trèfle : le relanceur initial envoie les deux tiers du pot. Anto paie mais pas la grosse blinde, qui passe. Arrivée du turn : un 9Trèfle. Le scénario est identique (enfin, hormis la blinde qui passe, vous l'avez compris). La river est un 4Pique : les deux joueurs checkent et Anto s'incline contre As-Six. Il chute à 44,000.

Allons prendre des nouvelles d'un autre français : Ahmed Debabeche. Mais si vous vous souvenez... Mr Kast ! Son tapis est monté à 40,000. « C'est fou ! » me dit Ahmed, « dès que je couche une poubelle, elle se transforme en quinte, full voire carré sur le tableau ! En revanche, avec mes vraies mains, il n'y a rien à faire... » Du coup, Ahmed s'applique à choisir les bons spots pour bluffer. « Il y a notamment cette main où je check-call deux mises sur un flop contenant un tirage couleur. Elle rentre à la rivière et je mise comme si je venais de la trouver... Il passe une paire de dames. Tu te rends compte ce que je suis obligé de faire ? Aller chercher des tirages que je n'ai même pas juste pour les bluffer ! »

Harper

Notre Local Hero Winamax Xavier Jacquet a « perdu tous les coups depuis la reprise » [je cite] pour tomber à 30,000. « Mais ensuite, j'ai repris des coups pour passer à 43,000. Il y a notamment eu un joli coup où mon voisin de gauche relance UTG à 925. J'ai KCarreauQCarreau, je paie de grosse blinde. Flop QPiqueTPique7Carreau. Il mise 1,100, je paie. Turn 7Carreau. Il mise 2,200, je paie. Rivière ATrèfle. Il mise 5,200. Je réfléchis, et paie : il rend aussitôt ses cartes. »

Adios

Pour eux, les WSOP sont terminés : Justin Bonomo, Alec Torelli, Gavin Smith, Joe Sebok, Ivan Demidov, Robert Williamson III...

Benjo

Tableau de bord
Plein de joueurs restants (sur 1,489 au départ)
Blindes : 200/400, ante 50 après une pause de vingt minutes

Ventre plein, tapis vide

- 7 juillet 2010 - Par Benjo DiMeo

Level 4 – Blindes 150/300, ante 25

Coverage par Winamax

Quelques minutes après la reprise, Anthony Roux est de grosse blinde et voit le bouton relance à 800 après que tout le monde aie passé jusqu'à lui. Le joueur du Team Winamax 3-bet à 2,500. Son adversaire est enclin à voir le flop.

Flop ACoeurTCoeur5Coeur. Anthony mise 3,200 et se fait payer.

Le turn est un autre 3Trèfle et Tallix checke. Le bouton mise 3,000. La situation est cruciale pour Tallix, qui n'a plus que 14,000 de tapis. A ce moment, j'ignore encore sa main, et m'imagine qu'il hésite entre jeter ses cartes et faire tapis. Mais Tall me surprend en portant son choix sur une troisième option : il paie.

Rivière : APique. Tallix checke. De manière plutôt logique, le bouton fait tapis et la balle revient dans le camp du français, qui a le choix entre préserver trente blindes, ou risquer son tapis. Tall possède ACarreau4Trèfle, une paire qui s'est transformée en brelan sur la rivière. C'eut été un call facile si le flop n'avait pas été monocolore.

Au bout de trois bonnes minutes de réfléxion, Tallix dit « call » d'une voix ferme. Son adversaire retourne KCoeur4Coeur pour la couleur max : le joueur du Team Winamax est éliminé. Il se lève, et me rejoint au bord de la table. Son regard traduit une détresse familière, que j'ai pu observer chez Manuel Bevand hier, et tant d'autres joueurs chaque été à Las Vegas. Cette détresse, c'est celle de l'élimination du Main Event.

Un dicton bien connu dit que c'est le pire jour de l'année pour tout joueur de poker qui se respecte, et il y a du vrai dans cette phrase. Tallix n'est pas du genre à s'appesantir des semaines sur ses échecs, mais force est de constater que c'est une élimination plus dure à encaisser que les autres. Il s'agit du plus gros tournoi du monde, après tout. On a qu'une seule chance par an.

Les WSOP d'Anthony Roux sont donc terminées, sans qu'il n'ait pu atteindre une table finale, comme cela avait été le cas en 2009. Sa meilleure chance, Tall l'aura eue dans le Short Handed à 5,000$, ou son parcours s'était arrêté en onzième place après un méchant bad-beat en demi-finales. Une place d'honneur qui lui a permis de collecter son unique place payée de l'été : 33,476 dollars.

Double barrel for value

Sur un flop ACarreau7Trèfle4Trèfle, Cyril Bensoussan mise 1,600. Il est payé par le joueur au bouton. Le turn est un 2Pique, et Cyril renvoie la sauce, pour 3,025 cette fois. Son adversaire passe et Cyril montre un ATrèfle, en garçon bien élevé.

Benjo

Table après table

Coverage par Winamax

Le problème avec la digestion, c'est toute cette énorme phase de latence qu'elle engendre. « Le sérieux, ce symptôme évident d'une mauvaise digestion » disait ce bon vieux Nietzsche. Certes, c'est énorme plat de pâtes aux crevettes était délicieux, mais je dois bien vous avouer être un peu lourd à l'heure d'aller chercher de nouvelles informations. Bon, ce n'est pas grave, je ne suis pas le seul. Depuis mon perchoir, je vois qu'Antony Lellouche a pris un massage qui lui fait le même effet que la prise de trois somnifères. Vous remarquerez d'ailleurs que chaque période suivant une pause repas plonge dans l'accalmie. Nous entendons beaucoup moins de « All in and call » autour des tables : les esprits sont comme calmés, apaisés. J'espère qu'Almira Skripchenko parviendra tout de même à sortir de cette torpeur un peu plus rapidement que les autres : avec son tapis de 5,000, elle n'a plus que dix-sept blindes pour se défendre. Sinon, on a perdu un français de plus : Albert « calculer » Gardes.

Harper

Tableau de bord
Plein de joueurs restants (sur 1,489 au départ)
Blindes : 150/300, ante 25 pendant une heure encore
Tapis moyen : je sais pas

Il reste trois heures à jouer

- 7 juillet 2010 - Par Benjo DiMeo

Les joueurs sont de retour dans l'Amazon Room pour terminer le Day 1B. Un niveau et demie et au programme. Pour l'heure, les blindes sont à 150/300, et les ante ont fait leur apparition : 25 par tête de pipe.

Côté Team Winamax, le bilan provisoire est partagé : Antony Lellouche et Ludovic Lacay ont monté de beaux tapis, tandis que Tallix et Almira sont bloqués en dessous du tapis de départ, avec une alerte rouge pour Almira, qui n'a plus que treize blindes.

Benjo