masquer le menu

Day 8, demandez le programme

- 3 juin 2009 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

On se quitte pour aujourd'hui. Rendez-vous ce soir pour la suite de notre reportage en direct du centre de la planète poker : le Rio Hotel de Las Vegas.

Un chiffre record de SEPT tournois seront joués en simultané lors de de la huitième journée des World Series of Poker... Ce qui n'était jamais arrivé depuis la création du festival (d'ordinaire, le chiffre maximum est de six, mais la finale du 1,000$, prévue mardi, se jouera finalement aujourd'hui, rajoutant un tournoi au programme)

Midi : Event #9 – No-Limit Hold'em Six-Handed 1,500 dollars (Day 1)
Si besoin en était, l'action sera encore plus frénétique que d'habitude dans cette épreuve discount à 1,500 dollars, puisqu'il n'y aura que six joueurs autour de chaque table, au lieu des neufs habituels. Tous les prétextes seront donc bons pour envoyer le tapis le plus vite possible. Un format nerveux, adapté aux joueurs de cash-game online : on retrouvera donc plusieurs membres du Team Winamax au départ, dont Tallix et Johny pour leur premier tournoi de l'été.

14 heures : Event #7 – No Limit Hold'em 1,500 dollars (Day 1)
Oops, je vous ai menti – j'avais promis un point sur les français en course, mais les autres tournois en cours m'ont occupé plus longtemps que prévu, et quand j'ai emergé, les joueurs du 1,500 étaient partis. On regardera la liste des survivants en début de journée demain, histoire de faire le point sur les français encore en course. Environ 340 joueurs seront au départ du Day 2 – l'argent devrait être atteint assez rapidement en début d'après-midi.

14 heures : Event #4 – No Limit Hold'em 1,000$ (Finale)
Sept randoms, plus Steve Sung et Dan Heimiller. En direct sur internet, pour ceux que ça intéresse. Mais ne ne demandez pas le lien, je n'en ai aucune idée.

14 heures : Event #5 – Pot Limit Omaha 1,500 dollars (Finale)
Go Jason ! Le casting :

Siège 1/ An Tran (445,000 – non officiel, ce joueur n'ayant pas rempli sa fiche)
Siège 2/ Jason Mercier (384,400)
Siège 3/ Chris Biondino (182,000)
Siège 4/ Matt Giannetti (311,000)
Siège 5/ Kevin Iacofano (770,000)
Siège 6/ Jonathan Tare (639,000)
Siège 7/ Dario Alioto (315,000)
Siège 8/ Vic Park (341,000)

Le vainqueur prendra un quart de million, le premier sortant 22,000 dollars.

14 heures : Event #6 – World Championship Stud 10,000 dollars (Finale)
Au moment où je quitte l'Amazon (trois heures du matin), la finale à huit n'a pas encore été atteinte. Ils sont encore onze, parmi lesquels Max Pescatori, Tim Phan, Greg « FBT » Mueller, Hassan Habib, Jeff Lisandro, Eric Drache et Daniel Negreanu. Bref, pas des petits joueurs.

14 heures : Event #8 – No-Limit Deuce to Seven 2,500$ (Day 2)
Ils ne sont plus que cinquante au moment où j'écris ces lignes – là encore, on fera le point demain sur qui est IN et qui est OUT. Objectif du Day 2 : obtenir la table finale à six (ou sept, je sais plus trop)

17 heures : Event #10 – Pot-Limit Hold'em/Omaha 2,500 (Day 1)
Un tour à deux cartes, un tour à quatre cartes : les fans de l'alternance seront servis, avec cette épreuve mélangeant les deux variantes les plus populaires du poker moderne. Parmi les français au départ : le joueur du Team Winamax Michel Abécassis, faisant sa grande entrée aux WSOP 2009.

(midi à Vegas = 21 heures en France)

It's OK to play rags

- 3 juin 2009 - Par Benjo DiMeo

Au fond de la Brazilia Room – plus cosy, plus aérée que la bouillonnante Amazon – se joue depuis déjà six heures la première (et unique ? Je ne sais plus) épreuve de Deuce to Seven No Limit des World Series of Poker.

Pour les novices, il s'agit de l'unique variante des championnats du monde jouée à l'ancienne : en fermé, avec tirage. En Limit, on a la possibilité de changer une ou plusieurs de ses cinq cartes à trois reprises, créant quatre tours d'enchères. Ici, nous sommes en No Limit, avec seulement un tirage, et deux tours de mise.

Le but du jeu ? Trouver le « moins bon jeu » possible, tout simplement. Point de quinte, de couleurs, de fulls et encore moins de carrés en Deuce to Seven. Le nirvana de cette variante, les nuts, la main max, c'est 2Trèfle3Carreau4Trèfle5Coeur7Coeur. Après, un peu en dessous, vous avez les « low 8 » (genre 8-6-4-3-2), puis les 9, les 10, etc, etc. La nature « No-Limit » du jeu fait qu'il faut prendre des risques. L'agression paie, et beaucoup n'hésitent pas à faire tapis d'entrée de jeu, avant même d'avoir tiré de nouvelles cartes.

Autour de la douzaine de table encore en activité, point de Patick Bueno. En revanche, Xavier Laszcz est là, assis à la droite de Greg Raymer. Très vite, je suis témoin d'un coup rigolo. Xavier paie une relance hors position, et lance : « Tu as de bonnes chances de remporter ce coup : il me faut deux cartes. » En effet, il est généralement déconseillé de s'engager dans un coup si l'on a plus de deux cartes à changer – les probas ne sont pas en notre faveur. Mais le relanceur demande lui aussi deux cartes. Xavier éclate de rire : « Ah, tu essayais juste de voler le coup, hein ? »

Xavier consulte son jeu, puis checke. Son adversaire ne regarde pas les cartes qu'il a reçues, mais se prépare tout de même à miser. « Tu ne va pas jouer en aveugle, quand même ! », s'écrie Xavier. « Peut-être. » Finalement, après deux bonnes minutes d'échange verbal – Greg Raymer lançant même « Je vais demander le temps avant même que tu aies vu tes cartes – l'autre joueur checke aussi.

Xavier retourne ses cartes une par une, en commençant par la plus faible – les trois premières sont sympa : 2, 3, 6, mais sa main tourne en eau de boudin avec un Dix et un Roi. Pas beaucoup de chances de remporter le pot avec hauteur Roi. L'autre joueur retourne ses cartes une à une aussi : un 8, un 6, un 4, un 3 - « Je sais que tu as fait une paire, je le sais ! », hurle Xavier – puis un... 6, lui donnant effectivement une paire, perdante bien sur. Laszcz remporte le pot.

Coverage par Winamax

Xavier est un habitué des parties de Deuce to Seven de l'Aviation Club de France, mais celles-ci se jouent en Limit, et non en No Limit. La différence importe peu à Xavier, qui s'est adapté très vite : « il faut très attention à la position, c'est tout. »

A sa droite, un autre français, François-Charles Scapula. Je n'ai jamais rencontré le parisien, mais je me souviens bien de ses trois places payées aux WSOP 2006. « Je ne joue que dix tournois par an, pas plus », me confiera t-il après avoir sauté avec 8-7-5-x-x contre 8-6-5. « C'est génial, ce jeu. J'y jouais pour la première fois de ma vie, mais c'est dix fois mieux que le Hold'em ! »

Plus tard, Xavier relance, et entend « all-in » de la part de Greg Raymer. « Reste à côté de moi », me souffle t-il. L'action revient jusqu'au français, qui snap-call et tape du poing sur la table – signifiant qu'il veut reste « pat », en clair, il ne veut pas tirer de nouvelles cartes. Raymer tire une seule carte, et demande à Xavier son jeu. Ce dernier s'éxecute : 7-6-5-4-2. « Aie, je suis mort », dit Raymer avec un petit rire. Il révèle un 8-x-x-x qui, quelque soit la carte reçue au tirage, n'aura en effet aucune chance de remporter le pot.

Greg Raymer reste à la table quelques minutes, le temps de demander son nom et prénom à Xavier, avec l'intention de dédicacer l'un des fameux fossiles qui ont donné au champion du monde 2004 son prénom. Greg n'est pas tombé sur le nom de famille le plus facile à écrire, et deux ou trois mains s'écoulent durant l'opération.

Coverage par Winamax

Je ne sais pas si l'on peut considérer Mike Matusow comme le champion en titre. Certes, Mike The Mouth avait remporté en 2008 l'unique épreuve de 2-7 No Limit des Series, mais il s'agissait d'un tournoi à 5,000 dollars, et non 2,500, qui est plus joué avec recaves illimitées durant deux heures. Bref, pas un tournoi de petits bras. Le format freezeout et le prix d'entrée réduit ont résulté cette année en un quasi-doublement du nombre d'entrée, passant de 85 à 142.

Coverage par Winamax

Parmi les participants, le flambeur le plus légendaire de Las Vegas : Archie Karas, qui a un jour possédé l'intégralité des jetons de 25,000 dollars du Binion's Horseshoe après plusieurs flamboyantes sessions de craps.

Jason Mercier en table finale du Pot-Limit Omaha à 1,500$

- 3 juin 2009 - Par Benjo DiMeo

Un favori du Team perfe à nouveau !

Nos chouchous sont en forme ! Après Lex Veldhuis lors de l'épreuve à 40,000 dollars, c'est au tour du génial Jason Mercier de se hisser en finale d'un tournoi des WSOP, une semaine à peine après le début du festival.

Mercredi à 14 heures, Jason s'assoira autour de l'ultime table de l'épreuve de PLO à 1,500 dollars. Le natif de Floride a écrasé le tournoi de bout en bout depuis le Day 1. Interview recueillie à chaud, quelques minutes après la fin provisoire de la partie.

Coverage par Winamax

Félicitations, Jason ! Après les WSOP-Europe, c'est ta deuxième table finale aux championnats du monde - encore une fois en Pot-Limit Omaha. Comment tu te sens ?

C'est génial, bien sur. J'espère faire une meilleure place qu'à Londres [il avait terminé en 8e position, ND Benjo].

Est-ce que ton jeu a changé depuis septembre dernier ?

Oui. J'ai fait quelques petits ajustements. Je jouais un poil trop de mains à l'époque, et ça m'a couté cher en finale. Je pense que demain, je vais jouer assez tight en début de partie, éviter de gambler, et observer ce qu'il se passe autour de moi à la table.

En parlant de jouer trop de mains, il faut qu'on revienne sur ce fameux pot de 270,000 que tu as joué à tapis avant le flop avec TTrèfle7Trèfle5Trèfle8Carreau...

[rires] OK, bon, donc j'ai relancé en début de parole avec cette main, mais j'avais un tapis énorme et je relançais tous les coups. Steve paie de petite blinde, et la grosse blinde fait tapis. Ce joueur a une range assez serrée – les As ou les Rois, pas moins. J'ai une côte suffisante pour m'engager contre l'une de ces deux mains, et cela ne va pas me couter très cher. Mais je ne peux pas me contenter de payer, car cela inciterait Steve à rentrer dans le coup aussi. Si je fais « pot » à nouveau, Steve ne peut me payer qu'avec les As, donc je me retrouverai souvent en tête à tête contre la petite blinde. Bon, sur ce coup, il avait bien les As, et j'ai eu l'impression de commettre une grosse erreur. Mais après, j'en ai parlé avec quelques amis plus calés que moi, et ils m'ont dit que ce n'était pas si grave. Si la grosse blinde avait eu un As en plus de ses Rois, j'aurais même été légèrement favori contre mes deux adversaires combinés.

Comment tu as abordé le tournoi après avoir perdu ce gros pot ?

Je ne suis jamais tombé plus bas que 180,000 [contrairement à ce que j'avais écrit, ND Benjo] Je n'ai pas tilté, j'ai gardé confiance, et j'ai fait quelques gros moves qui m'ont fait remonter. Genre celui-ci : je paie une mise sur le turn Q-Q-6-3. La rivière est un 2. Mon adversaire mise les 2/3 du pot. Je fais boite : j'ai une Dame, mais à ce stade du coup, il s'agit d'un bluff – en face, il y a surement un full, et je veux représenter un full supérieur, ou un carré. Mon adversaire passe, et je ne montre pas ma Dame, mais le reste de ma main : J-T-8.

Quid de tes adversaires en finale ?

Dario Alioto est très bon, évidemment – il a déjà un bracelet dans cette variante. Je vais aussi me méfier de Matt Gianetti, le texan.

Tu as gagné des millions depuis ton entrée sur le circuit live, avec une victoire EPT, un High-Roller, une autre finale EPT, et plein d'autres trucs. Demain, le premier prix ne sera « que » de 237,000 dollars. Tu va jouer pour le bracelet, je suppose ?

En fait, pas du tout. Le bracelet, c'est sympa, mais l'argent importe beaucoup plus !

C'est la première fois qu'on me dit ça ! D'habitude, tous les joueurs arrivant en finale me jurent la main sur le coeur que le bracelet compte infiniment plus que les sommes en jeu.

Les mecs qui te disent ça ne paient pas d'impôts [mort de rire] !

Bon, Jason, tu es le favori officiel du Team depuis le Day 1 des WSOP, alors ne nous déçois pas demain !

T'inquiètes !

Day 7 - Un rapide récapitulatif

- 3 juin 2009 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

En attendant d'aller nous intéresser de plus près aux tournois encore en cours à cette heure de la nuit – 23 heures, présentement, voici un court résumé, histoire de mieux se situer :

Event #7 – No Limit Hold'em 1,500 dollars (Day 1)
Le superviseur Steve Frazier l'a annoncé au micro : une moyenne de 4,7 joueurs par minute (par minute !) ont sauté depuis le début de l'épreuve à midi. Ils ne sont plus que 570 sur les 2,791 qui avaient pris le départ, et il reste un peu plus d'une heure à jouer. Quelques français sont là, comme Jacques Zaicik, ElkY ou Stéphane Tayar. On y revient plus tard.

Event #4 – No Limit Hold'em 1,000$ (Day 3)
Comme je l'avais suspecté, la partie ne s'est pas poursuivie au délà de l'obtention de la table finale. Les superviseus ont décidé que dix heures de jeu, c'était bien assez, et qu'il était inutile de continuer une partie qui allait probablement en durer huit de plus. Les neufs finalistes – une bande de randoms menés par Dan Heimiller – reviendront à l'Amazon Room mercredi à quatorze heures pour décider du vainqueur.

Event #5 – Pot Limit Omaha 1,500 dollars (Day 2)
Short-stack depuis la pause-dîner, notre ami Claude Marbleu a finalement du s'incliner en vingtième place, pour un prix de 7,012 dollars. Avec dix blindes à peine, Claude a « potté » au bouton avec ATrèfle3TrèfleKCoeur5Coeur, s'est fait payer par la petite blinde, et a engagé le reste de ses jetons sur le flop 3Pique4TrèfleJCoeur. Le français avait pas mal d'outs contre le A-8-7-7 de son adversaire, mais ne s'est pas amélioré. "Pas de regrets", a commenté Claude, que l'on retrouvera dans quelques jours autour de l'épreuve de HORSE à 3,000 dollars.

Ils ne sont plus que quatorze autour des deux dernières tables, dont Jason Mercier et Dario Alioto – l'italien est titulaire d'un bracelet WSOP-Europe dans cette discipline. Plus que six éliminations et l'on tiendra une table finale.

Event #6 – World Championship Stud 10,000 dollars (Day 2)
Exit Oriane Teysseire et Bruno Fitoussi : ce tournoi est désormais french-free. La bulle approche : encore quatre des vingts survivants à sortir, et l'on pourra célébrer les places payées dans la joie et la bonne humeur. Max Pescatori est chip-leader, déterminé à remporter son troisième bracelet.

Event #8 – No-Limit Deuce to Seven 2,500$ (Day 1)
Tout ce que je sais à propos de ce tournoi joué dans la Brazilia Room, c'est qu'ils étaient 153 au départ. Je vais aller tenter d'en savoir plus. Mon voisin de gauche sur le banc de presse me signale que Patrick Bueno était au départ.

*** PAUSE-DÎNER ***

- 3 juin 2009 - Par Benjo DiMeo

On se retrouve... plus tard

PLO : 29 joueurs restants, dont Claude Marbleu.