masquer le menu

Day 19, demandez le programme !

- 14 juin 2009 - Par Benjo DiMeo

Midi - Event #30 : Pot-Limit Omaha 2,500$ (Day 1)
Quoi, nous en sommes déjà au trentième tournoi ? Les journées défilent à une telle vitesse...

14h – Event #26 : Limit Hold'em 1,500$ (Finale)

14h – Event #27 : Pot-Limit Omaha High-Low 2,500$ (Finale)
Antony !

14h – Event #28 : No-Limit Hold'em 1,500$ (Day 2)
Yuestud poursuit sur sa lancée : il possède un petit tapis au départ de la seconde journée de ce donkament, mais les places payées sont très proches.

14h – Event #29 : World Championship Heads-Up 10,000$ (Day 2)
Point de français au départ du troisième tour : ElkY a finit par succomber face à Jimmy D'Ambrosio, après nottament une confrontation AQ contre KT (T au flop) et AQ contre AA (rien à faire vu la hauteur des blindes)

17h – Event #31 : HORSE 1,500$ (Day 1)

Entretien avec Antony Lellouche

- 14 juin 2009 - Par Benjo DiMeo

Propos receuillis à l'arrache, devant la porte du taxi... Enjoy !

C'est ta troisième table finale aux World Series of Poker ! Félicitations !

Et dans trois variantes différentes, en plus... [No-Limit Hold'em, Deuce to Seven Limit, et Pot-Limit Omaha High-Low] Il va falloir essayer de faire mieux... En 2004, j'ai sauté rapidement avec QQ contre AK. En 2007, j'ai terminé troisième du Deuce mais sans jamais vraiment avoir de jetons. Et me voilà de retour en finale après le bide total de 2008.

Un bilan avant la finale ?

Très content. Je domine le tournoi depuis presque le début du Day 1. Mon tapis n'a jamais cessé de monter. C'est en demi-finales, avec 14 joueurs, que j'ai perdu presque tous mes jetons. Sur des coups assez standard, je pense... Il y a eu notamment ce coup où Roland de Wolfe gamble un gros coup préflop et trouve un flop très chanceux pour lui.

Andy Black disait qu'il prenait trop de risques...

Carrément. Et il va continuer. Surtout quand la partie deviendra short-handed.

Coverage par Winamax

Entre deux coups, Antony refait le match avec Roland de Wolfe

Quelle va être la stratégie en finale ?

L'Omaha High-Low n'est pas le genre de jeu où tu va décider à l'avance « Bon, je vais jouer agressif », ou à l'inverse « Je serai super sérré ». Tu joues beaucoup avec tes cartes, il n'y a pas beaucoup de psychologie, et il faut éviter d'essayer d'arracher trop les blindes. Les blindes ne sont pas encore grosses : on peut encore entrer dans les coups sans relancer.

Il y a eu un coup incroyable, où tu as brelan contre full max : l'argent part au flop, et tu es sauvé in extremis avec un low runner-runner. C'est là que j'ai été témoin d'un moment d'émotion chez toi, assez rarissime...

Exact, j'ai brandi le poing en lâchant un petit « ouais ! », chose que je ne fais jamais. Mais je vais te dire, si je saute sur ce coup, en 18ème place, après avoir bien joué pendant vingt heures, j'aurais pas pu le supporter. Les WSOP auraient été terminés pile à ce moment : j'aurais joué n'importe comment tous les autres !

Merci Antony, et bonne nuit !

Il y a un an presque jour pour jour, David Benyamine rompait dix années de disette en devenant le quatrième joueur français à remporter un bracelet de champion du monde. De par son parcours atypique, son habilité à maitriser une myriade de jeux différents, son indifférence à l'argent et son succès aux plus hautes limites, Antony Lellouche est en quelque sorte le parfait successeur à David Benyamine. Un peu comme un fils spirituel. Je ne sais pas pour vous, mais j'aimerais bien entendre la Marseillaise au Rio lundi...

Quelques mots avec Andy Black

- 14 juin 2009 - Par Benjo DiMeo

Une interview complètement improvisée avec le jovial irlandais, finaliste des WSOP en 2005. Propos receuillis cinq minutes après la fin de la partie.

Coverage par Winamax

Alors, Andy, tu va démarrer la finale avec un petit tapis, c'est quoi le plan de bataille ?
Bien jouer !

Tes adversaires autour de la table finale sont tous expérimentés... Comme le chip-leader Scott Clements.

Ce qui est amusant, ce que lorsqu'il a gagné ses deux bracelets, j'ai atteint la table finale lors du premier, et les demi-finales lors du second !

Vous vous, connaissez bien, donc...

Oui. Et comme d'habitude, c'est moi le petit tapis ! Je survis depuis des heures sans jeu et sans jetons...

Mais ce qui est bien dans ces jeux de partage, c'est qu'on peut tenir plus longtemps...

Oui, et je vais insister : je n'ai VRAIMENT pas eu de cartes aujourd'hui. Je me suis maintenu en bluffant.

Du genre ?

Je limpe, et je paie une relance, le flop tombe avec un As, tout le monde checke jusqu'à moi, je n'ai rien : je mise ! J'ai eu tout de même quelques bonnes mains, mais j'ai manqué les flops. A un moment, j'ai 2-3-4-5. Le flop tombe A-9-T, et le turn est un autre As. J'ai encore misé, et tout le monde a passé. On essaie de prendre les jetons par-ci par là.

Tu démarres la finale avec un peu moins de vingt blindes.

C'est pas si mal : on joue à neuf, et il n'y a pas d'antes. Je peux tenir cinq ou six orbites avant de devoir recourir à des mesure extrêmes.

OK, ce tournoi n'a pas le plus gros prize-pool des WSOP. Tu vas chercher quoi : l'argent, ou le bracelet ?

Je veux gagner. Il est temps que je prenne un bracelet ! On a pas souvent la chance d'être en position de remporter le bracelet : j'ai envie de saisir la mienne.

Parlons de ta position à la table...

J'ai Roland à ma droite, ce qui est très bien. Il adore mettre ses jetons dans des situations bizarres. Il gamble beaucoup !

Comment se sont passés les WSOP jusqu'à présent ? Tu es l'un de ceux qui a joués le plus de tournois. Selon les stats, tu en es à quatorze...

Grâce à cette finale, je suis à jeu. J'ai pris 70,000 sur le premier tournoi, et j'avais aussi un pourcentage de Tony G, qui a terminé dixième. On va voir si j'arrive à passer vraiment positif demain !

Où sont passés les irlandais aux WSOP cette année ? Je ne les vois nulle part...

Padraig Parkinson est là, Kenneth O'Leary aussi, mais c'est à peu près tout. D'ailleurs, chose marrante, il y a un book-maker qui proposait un pari « match-bet » sur le joueur qui ferait le plus de résultats entre moi et Marty Smith [vainqueur du PLO 10,000$ en 2008, note de Benjo]. Padraig a parié sur moi, car il savait que Marty ne va arriver à Vegas qu'à la fin des World Series pour le tournoi de Omaha !

Antony Lellouche en finale du Pot-Limit Omaha High-Low à 5,000$

- 14 juin 2009 - Par Benjo DiMeo

Un second bracelet pour le Team Winamax ?

Coverage par Winamax

C'est fait ! Dimanche, à 14 heures, Antony Lellouche se présentera sur le podium ESPN pour disputer sa troisième table finale des World Series of Poker.

Il sera accompagné par un casting éclectique et à la tonalité résolument européenne, avec Andy Black, Roland de Wolfe et Alex Kravchenko. L'américain Scott Clements disputera sa cinquième table finale des WSOP en Omaha, et tentera de décrocher son troisième bracelet avec son statut de chip-leader.

C'est un joueur du nom de Stewart Yancik qui fut le dernier à partir ce soir, achevé par Scott Clements avec une quinte max. Mais c'est Antony qui avait fait le plus gros du travail, en faisant grassement payer à Stewart une main « max-max » : full en haut, et low A2 en bas.

Un pot qui eut le double effet de précipiter l'obtention de la table finale, et de faire remonter le tapis d'Antony pour le faire repasser dans le peloton de tête.

Le casting des finalistes, par ordre de position autour de la table (fourni par www.worldseriesofpoker.com) :

1/ Antony Lellouche – 533,000
2/ Roland de Wolfe – 386,000
3/ Alex Kravchenko – 267,000
4/ Andy Black – 182,000
5/ Brett Richey – 238,000
6/ Scott Clements – 801,000
7/ Armando Ruiz – 192,000
8/ John Racener – 214,000
9/ Robert Campbell – 152,000

Les blindes seront de 5,000/10,000, et les prix distribués seront les suivants :

1er/ 246,616 dollars
2e/ 152,618$
3e/ 101,063$
4e/ 72,121$
5e/ 53,881$
6e/ 42,993$
7e/ 36,200$
8e/ 32,105$
9e/ 29,965$

Restez branchés pour deux courtes interviews...

Dix joueurs

- 14 juin 2009 - Par Benjo DiMeo

Scott Clements a fait sauter deux shorts-stacks sur le même coup. Incroyablement, sa paire de Rois (assortie d'une paire de Dames) a réussi à scooper contre les deux tirage low de ses adversaires, en trouvant un Roi au flop, puis un full sur la rivière.

Exactement au même moment, Antony misait le pot sur le flop 6-9-T avec A-A-2-5, faisant passer Roland de Wolfe. Le joueur du Team Winamax retrouve un peu d'air, et commence la pré-finale à dix joueurs avec un tapis de 350,000 – pile poil dans la moyenne.

Encore une élimination, et l'on peut aller se coucher... Le prochain sortant recevra 21,000 dollars.