masquer le menu

Pensées d'après-dîner

- 6 juin 2009 - Par Benjo DiMeo

Des moules avec la purée (à défaut de frites) c'est ce que j'ai pu manger au Buzio's, le restaurant de fruits de mer du Rio. Bruno Fitoussi a pris du ragoût de palourde en entrée, s'est éclipsé avant de s'être vu servir son plat principal, car il était déjà l'heure de reprendre la partie. Antony a patienté quelques minutes, le temps de recevoir son plat de pâtes, mais il a du repartir sans en avoir fini la moitié. Je suis resté avec Tallix, qui m'a raconté la fin de son parcours dans le 2,500$ No-Limit tout en mâchouillant son steak (passionnant, ces descriptions culinaires, hein ?)

« J'aurai pu réaliser un exploit », dit-il, ce qui, la bouche pleine de viande, donne « Ch'aurais pu réalicher un exchploit ». Tallix était en effet tombé à 300 aux blindes 100/200, ante 25, avant de remonter à 6,000 après avoir doublé trois ou quatre fois de suite.

« Et puis est arrivé ce qui semble être la seule main de la journée où j'étais favori quand les tapis sont partis : j'ai engagé mes jetons avec APiqueAPique contre JTrèfleJCarreau sur un flop 4Carreau4Trèfle3Trèfle. » Trèfle sur le turn, trèfle sur la rivière, et game over prématuré. Tant pis.

De retour dans l'Amazon Room, j'observe un peu Antony – l'épreuve a été déplacée depuis la Miranda Room durant , une expression imagée signifiant que son tapis en a pris un coup. Anto pointe à 80,000, ce qui reste relativement confortable à ce stade de la partie. Mais les antes grimpent : pas question de perdre plusieurs coups d'affiliée, ou la sentence sera inévitable.

Arnaud passe me voir sur le banc de presse : la partie s'apprête à reprendre. Le champion EPT de Prague a volé en première classe durant les cinq premières heures du tournoi, avant de faire une bétise qui l'a fait retomber à 30,000. Là encore, un tapis encore jouable. Il reste 400 joueurs et les places payées sont encore loin : sans doute qu'elles ne seront pas atteintes avant la fin du Day 1.

Pendant ce temps, deux finales se déroulent sur les deux podiums ESPN, et n'attirent pas autant les foules que celles des jours précédents. Paul Parker vient d'être éliminé en sixième place de l'épreuve mixte Omaha/Hold'em, laissant Ben Grundy seul pour porter haut les couloirs de l'Union Jack. L'anglais est un des meilleurs experts du circuit en Omaha, multi-millionnaire en gains de cash-game. Son palmarès en tournoi reste cependant modeste. A côté, plus que trois joueurs dans l'épreuve de Short Handed, avec aussi un anglais en piste pour remporter le second bracelet européen des WSOP jusqu'à présent. Je ne connais pas les deux autres. Mister and Mister Random.

L'épreuve de 17 heures, un étrange Short-Hand joué en Limit Hold'em, a attiré 367 joueurs, chacun mettant 2,500 dollars sur la table pour tenter de décrocher l'or.

Enfin, longue journée en préparation dans l'épreuve de No-Limit à 2,000 dollars : ils sont encore 85, et Jason Mercier est chip-leader après avoir joué un coup énormissimme contre un joueur qui avait autant de jetons que lui, c'est à dire beaucoup. What else ? On jouera probablement jusqu'à trois heures du matin. Je vous promets qu'à cette heure-ci, pour la première fois depuis le début des World Series, je serai déjà couché.