masquer le menu

Entretien au bord de la piscine

- 5 juillet 2009 - Par Reg da Fish

 Vidéo Winamax - Nécessite Flash Player

Le Team Winamax au complet passe le Day 1B

- 5 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Ils étaient quatre joueurs de l'équipe W au départ de la seconde journée d'intro du Main Event... Après huit heures de jeu, ils sont quatre à emballer leur tas de jetons, qu'il retrouveront le 7 juillet pour le Day 2A.

Michel Abécassis a vécu une journée difficile, émaillée de plusieurs mains « à accident », et s'est battu pour rester en course. Il reviendra dans trois jours avec un tapis de 19,000. Guillaume de la Gorce termine avec 35,000, ayant perdu deux gros coups en toute fin de journée. Son colloc' Tallix le dépasse avec 59,000. Patrick Bruel est resté sage avec 20,000, tendant tout de même un bluff sur la dernière main de la journée – il est payé sur le turn et la rivière par hauteur As, et ne peut montrer que hauteur Roi.

Quid des autres français ? Benjamin Pollak et Fabrice Soulier réalisent les meilleures performances tricolores du Day 1B, avec respectivement 105,000 et 110,000. « J'ai continué de flopper des brelans », m'a dit Pollak avec un sourire. « Je me suis même permis d'en jeter un sur le turn : mon adversaire avait un brelan supérieur. » Benjamin a aussi augmenté son tapis avec un gros bluff durant le dernier niveau. Rémy Biechel est au dessus de la moyenne avec 45,000, de même que Bruno Fitoussi avec 36,000. Antoine Amourette s'est senti malade toute la journée, mais a tout de même accumulé assez de jetons pour terminer à 55,000. Samy Khireddine est à 24,000, Nicolas Babel aussi. Enfin, notre ami belge Jean-Yves Dermoort possède 36,000. Pour les autres, on fera le point au début du Day 1C, dimanche à midi heure locale.

Il reste deux journées de départ – le Day 1C, et le Day 1D. La rumeur va bon train sur le banc de presse : ces deux journées vont être littéralement blindées de monde. Selon mes informations, on attend entre 3,500 et 4,500 joueurs au total sur le reste des Day 1. Ce qui pose un problème logistique : en effet, si l'on se base sur les chiffres d'hier, seulement 25% d'éliminations vont se produire. Les salles de convention du Rio ne seront tout simplement pas assez grandes pour accueillir plus de 2,800 joueurs pour le Day 2B. La faute au système d'inscription, qui permet aux joueurs de choisir leur jour de départ (une bonne idée en soi), et à la fâcheuse tendances des joueurs de justement choisir de commencer leur tournoi le plus tard possible.

La solution la plus simple a été décidée en fin de journée, et m'a été confirmée « off the record » par un organisateurs : on jouera un niveau de plus lors des Day 1C et 1D, pour tenter d'avoir le plus d'éliminations possible, et éviter une raz de marée au départ du Day 2B. Les joueurs du Day 2A joueront à leur tour cinq niveaux pour rattraper leur retard. Bref, un vrai merdier qui aurait pu être évité en ne prenant pas la décision stupide de jouer quatre niveaux hier et aujourd'hui.

Une affaire à suivre demain : nous aurons des tas et des tas de joueurs à suivre lors d'une journée qui durera deux heures supplémentaires.

Level 4

- 5 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Pascal Perrault fut le premier sortant français notable de la journée, tombant avec AA contre KJ – on murmure dans les milieux autorisés bien informés que l'argent est parti sur un flop K-J-X. Source : un espion infiltré au syndicat des pharmaciens-joueurs de poker.

Patrick Bruel semble souffrir avec 15,000 – ce qui reste un tapis tout à fait confortable aux blindes 150/300, ante 25. C'est là la beauté de cette structure : on peut jouer huit heures, perdre la moitié de son tapis de départ, et quand même posséder quarante blindes au départ du Day 2. Dans la plupart des tournois, 40 blindes est considéré comme un gros tapis en début de seconde journée.

C'est ce que se dit Rémy, qui possède 32,000 après être monté plus tôt à 43,000. « Je ne peux rien faire depuis trois heures. Les rares fois où j'essaie de voler, je me fais sur-relancer. Mais on ne peut pas gagner un tournoi si gros sans passer par ce genre de périodes. »

Big Papa Brunson et Chris Moneymaker ont été éliminés aujourd'hui. J'ai retrouvé deux champions du monde encore en course :

Coverage par Winamax

Amarillo Slim est presque complètement retiré du monde du poker. Mais il ne manquerait pour rien au monde un tournoi qu'il a gagné à une époque où les plupart des joueurs en course aujourd'hui étaient encore dans le berceau– s'ils étaient nés. Le Texan pointe à 47,000, et à l'air alerte malgré son âge avancé.

Coverage par Winamax

Greg Raymer, lui, possède 39,000. Je viens de le voir miser 4,000 sur un board QPiqueACoeur2PiqueKCoeur6Coeur, suffisant pour faire passer Alex Kravchenko.

Benjamin Pollak continue sa progression, et n'hésite pas à 3-bet une relance du bouton depuis la petite blinde, avec 9Trèfle8Pique. Il obtient le respect demandé : son adversaire passe.

« Il ne se passe pas grand chose pour l'instant », soupire Johny. Mais le joueur du Team Winamax a tout de même un coup intéressant à me raconter. « Je paie une relance avec K-J au bouton. Je floppe une gutshot sur Q-9-4. Je paie une mise de 750. Turn 6. Il checke, je mise 1,100. Il check/raise à 4,100. Je réflechis : ferait-il ça avec un gros jeu ? Non, ça ressemble plus à 78 ou JT qui transforme sa main en bluff. Je paie. La rivière est une Dame. Check/check. Il a TJ et je remporte ce gros pot – durant le deuxième niveau – avec hauteur Roi. »

Fabrice Soulier est notre chip-leader français à quelques dizaines de minutes de la fin du Day 1B, avec un tapis de 87,000.

Tableau de bord
Des tas de joueurs restants (sur 873 au départ)
Blindes : 150/300, ante 25 pendant encore 40 minutes
Tapis moyen : autour de 34,000

Level 3

- 5 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Les chiffres officiels de la participation au Day 1B sont tombés – c'est mon bon ami le Docteur Pauly qui m'a transmis l'information : ils étaient 873 au départ de la seconde journée d'introduction du Main Event. C'est tout simplement le plus petit Day 1 depuis que les World Series of Poker se sont installées au Rio en 2005. D'un autre côté, des tonnes et des tonnes de joueurs sont attendus pour les deux journées qui viennent, au point que Jack Effel a envisagé un moment de rajouter un niveau aux Day 1C et 1D (pour ensuite rééquilibrer durant les Day 2A et 2B). Mais l'idée à semble t-il été abandonnée. Plus d'infos à venir.

En tout cas, une chose est sûre : ces Day 1 à plusieurs vitesse, c'est plus possible. Il faut revenir au bon vieux système, où les joueurs n'ont pas le choix de leur journée de départ. L'ordinateur tire le Day 1 de départ au hasard, et comme ça, au final, chacune des journées compte à peu près le même nombre de joueurs. Histoire d'éviter les casse-tête aux organisateurs, dont la mission est de ne refuser personne au Main Event, et qui pourraient donc bien faire face à 3,000 joueurs pour le Day 1D. Va t-on être obligé d'ouvrir des tables dans le parking ?

Mais qu'importe, place aux nouvelles françaises. Patrick Bruel écoute « C'était l'hiver » de Francis Cabrel sur son Ipod, et possède environ 20,000. « Plein de mauvais petits coups », commente t-il. « Je perds 1,000 par-ci, 1,000 par-là, avec des As-Roi, des As-Dame... »

Etant un mauvais journaliste, je ne connais toujours pas l'identité du joueur français assis face à Patrick. Mais je peux vous raconter un coup bizarre qu'il vient de jouer. Le flop est JPiqueTTrèfle5Coeur. L'ami français checke (il est dans les blindes). Un autre joueur checke, et le troisième mise 4,400. Le français mini-relance à 9,800. Le troisième joueur fait tapis à son tour pour 38,000. Le premier miseur réflechit une plombe avant de passer. Le français jette ses cartes presque aussitôt ! Min-raise pour info ?

Coverage par Winamax

J'avais manqué Bruno Fitoussi en table 15. « Il ne s'est encore rien passé », dit Bruno, qui pointe à 21,000. Pas loin, notre ami belge Jean-Yves Desmoort n'a pas bougé avec 33,000. Antoine « Solody » Amourette a fait progresser son tapis pour atteindre 40,000. Il a laissé tomber le combo pardessus en cuir-tongs qui l'avait rendu célébré en début de mois pour arborer une veste noir aux couleurs du site par lequel il s'est qualifié.

Sur un flop ATrèfleQCoeur2Trèfle, Johny checke de grosse blinde, puis paie les 1,100 misés par le bouton. Le turn est un TPique qui n'entraîne pas d'action. Sur la rivière 2Pique, Johny value-bet son ATrèfle3Coeur pour 3,000. Il est aussi payé par ACoeurJCoeur : le pot est partagé. Le joueur du Team Winamax possède 33,000, pas beaucoup plus que le tapis de départ, mais l'abondance de jetons verts de 25 suggère un style plutôt actif.

Tallix possède 53,000, et continue d'attaque sans relâche son camarade de table Nicolas Babel. « Je crois que c'est un vilain coup », dit Tallix. « Je relance à 1,100 avec 7Carreau5Carreau après qu'un joueur ait limpé. Nicbab paie de grosse blinde, et le limpeur paie. Flop KTrèfle9Trèfle7Coeur. Tout le monde checke. Turn 2Pique. Le limpeur mise un montant ridicule : 600. Je dois payer avec n'importe quoi. Mais là, Nicbab check/raise à 3,100. Je peux avoir la meilleure main. Je paie. La rivière est un 7 : j'ai chatté un brelan. Je mise 5,300. Il paie et muck. Je me demande s'il avait un bon Roi, où s'il a fait un « hero call » avec hauteur As... » Résultat des courses : Nicbab est tombé à 15,000.

Un petit coup « small-ball » dont Fabrice Soulier est friand : cinq joueurs voient le flop dans un pot limpé. 2Coeur7Coeur3Carreau. La grosse blinde « donk » 600. Payé par Fabrice, et la petite blinde. Tous trois checkent le turn 9Carreau. Rivière : JCoeur. Check des blindes. Fabrice remporte le coup avec une mise de 2,025. Son tapis de 60,000 s'est probablement construit grâce à plusieurs coups similaires, calmement, et en ne montrant que rarement ses cartes.

Michel Abécassis a perdu deux gros coups avant la pause, de manière assez malchanceuse. Le premier ou Michel trouve deux As, et voit un flop Hauteur Roi contre un seul joueur. Il paie le « donk-bet » adverse, et fait de même sur le turn. La rivière est une Dame, et son adversaire checke. Sentant un piège, MIK22 checke derrière, et perd contre Roi-Dame (deux paires). Plus tard, Michel floppe la main-max, tirage presque max avec QCarreau9Carreau sur JCarreauTCarreau8Trèfle. Il se retrouve un tapis contre un brelan de 8, et crucifié par la « doublette » sur le turn. Deux coups qui font tomber Michel à 8,000. Il remonte prestement en trouvant une quinte sur le turn : le tapis est avancé au milieu sur la rivière (qui complète un possible tirage couleur), et un peu d'acting sera nécessaire pour faire payer son adversaire. Dernier compte en date pour MIK : 28,000.

Patrick Hanoteau poursuit son bonhomme de chemin avec 60,000, tandis que Pascal Perrault reste patient avec 32,000.

La francophonie

Coverage par Winamax

Notre ami belge Pierre Neuville pointe à 55,000.

Coverage par Winamax

Finaliste de l'épreuve de No-Limit à 2,000 dollars où s'étaient illustrés Tallix et Almira, la québécoise Laurence Grondin possède elle aussi 55,000 après cinq heures de jeu.

Tableau de bord
Plein de joueurs restants (sur 873 au départ)
Blindes : bientôt 150/300, ante 25 (le dernier niveau de la journée)
Tapis moyen : 35,000 environ

*** PAUSE DÎNER ***

- 5 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Comme hier, les superviseurs ont envoyé les joueurs en pause dès 16 heures 30. Pas un horaire habituel de dîner pour un joueur de poker, mais pas le choix. 90 minutes de break. On se retrouve vers 18 heures, heure locale.