masquer le menu

Fin du Day 1

- 7 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Il était temps

Cette fois-ci, on en a fini pour de bon avec les présentations. Après quatre départs, la première journée du Main Event des WSOP est enfin terminée. On peut affirmer sans risque de se tromper que le dernier des Day 1 fut le plus fou de tous, avec un Rio plein à craquer, si bien qu'il a fallu refuser du monde, entraînant un scandale dont on a pas fini de parler.

Ces quatre journées de départ ont vu s'affronter 6,494 joueurs. C'est le premier chapitre d'une longue histoire qui s'achève aujourd'hui. On découvre à peine les protagonistes, l'intrigue en est encore à ses balbutiements. Comme dirait ma mère durant la coupure publicitaire d'un épisode mollasson de Navarro : « Il ne s'est pas encore passé grand chose. » Clairement, le meilleur est à venir : de nombreux rebondissements nous attendent durant les neuf jours qui viennent. Le dénouement, on ne l'obtiendra qu'en novembre prochain, avec la désignation du vainqueur final...

Les pros du Team Winamax Alexia Portal (34,000) et Nicolas Levi (89,000) reviendront mercredi pour le Day 2B, qui, avec environ 2,800 joueurs, remplira toutes les salles disponibles du Rio. Ils seront rejoint par le membre du staff Winamax Aurélien Guiglini, qui finit le Day 1 avec 55,000, satisfait de s'être maintenu à flot sans jamais faire de grosse main, ou presque.

Quid du King5 ?

Les trois survivants de l'équipe gagnante du King5 ont trouvé la journée très longue : la fatigue s'est installée durant les deux derniers niveaux. La fatigue a justement fait commettre quelques erreurs à Loic, comme il l'a expliqué à Yuestud après la conclusion de la partie. Mickael, lui, a fait le yo-yo durant les quatre premiers niveaux, avant de trouver un rush vers la fin. Vivien a avoué manquer d'expérience en cash-game No-Limit, ce qui lui a posé quelques problèmes pour évoluer dans une structure aussi deep. Geoffrey a vécu une heure noire durant laquelle il a trouché trois fois les As, une fois les Rois, et une fois les Dames. Noire ? Tout simplement parce qu'il n'a gagné avec aucune de ces mains. Son tournoi s'est terminé avec AA qui part à tapis contre QQ sur un flop hauteur Valet (36,000 au milieu). Le turn ? Une Dame.

Mickael « kelfalron » Loublier 77,575
Loic Degrou 55,200
Emerick « M.Rik » Mineau 51,000
Vivien « MagicWylke » Guihard OUT
Geoffrey Doco OUT

On termine avec deux français qui terminent très bien la journée et dont on a pas beaucoup parlé : Germain Gillard et ElkY, tous deux pointant à 125,000. « J'ai run super good, et avec mon image agressive, ça a bien payé. », a dit Germain, qui s'est même autorisé une pause dans le coin fumeur alors qu'il restait encore vingt minutes à jouer. Avec 300 blindes devant lui, il est vrai qu'il n'y avait pas le feu. « Qu'est c'est agréable d'avoir autant de jetons devant soi. Très belle structure. »

En piste pour le Day 2

La seconde journée rassemblera 4,500 joueurs environ, et sera elle aussi divisée en plusieurs parties. Deux, pour être précis. Rendez-vous mardi à midi (21 heures en France) pour suivre en direct le Day 1A avec Johny, Tallix, Yuestud, Antony Lellouche, Ludovic Lacay, etc, etc.

Les cinq dernières minutes

- 7 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

J'ai passé les dernières minutes du Day 1D à observer Nicolas Levi, toujours assis en Brasilia Room à la droite de Nasr el Nasr. C'est simple : sur les six coups que j'ai regardé, Nicolas s'est impliqué dans cinq d'entre eux.

Sur le premier, le joueur du Team Winamax paie en position une relance à 1,100 venue d'un joueur ressemblant comme deux gouttes de vodka à Jon Randomson. Vous savez, la star de l'EPT Copenhague. Lunettes noires, capuche, cheveux soigneusement étudiés pour avoir l'air décoiffés, etc. Le scandinave typique. Le flop est TPique6Trèfle5Trèfle. Randomson checke. Nicolas mise 3,000 – un overbet. Payé rapidement par Jon. Le turn JCarreau est checké par les deux joueurs. La rivière est un autre JCoeur. Randomson. Nicolas – qui, autant le révéler tout de suite, vient de trouver un brelan runner-runner avec QJ – value-bet 8,000. Randomson paie, et je ne serai pas surpris qu'il ait voulu jouer au malin avec hauteur As. Je veux dire, il me semble impossible qu'il ait QQ, KK ou AA ici. Au mieu une paire de huit ou neuf.

Une minute plus tard, Nicolas 3-bet Nasr à 3,000, et se fait payer. Le flop est KCoeur3Pique4Coeur. Nicolas remarque en rigolant qu'il « ne peut pas check/raiser », étant en position. Nasr checke, et Nicolas mise 4,100. Payé par Nasr. Le turn APique et la rivière 7Trèfle sont checkés. Nasr montre ACoeurTCoeur, largement suffisants pour remporter le pot.

Juste après, Nicolas relance à 1,100, mais abandonne après un 3-bet adverse. CrocMonsieur recommence dès la main suivante, et est payé par un joueur en position. Flop TCarreau2Coeur3Pique. Check/check. Turn 7Carreau. Nicolas mise, il est payé. Pas d'action sur la rivière, une brique, et Nicolas annonce « Quatre carreaux ! » en montrant un tirage raté 8Carreau5Carreau. Heureusement qu'il n'a pas touché : son adversaire possédait QCarreauJCarreau pour un tirage supérieur.

Enfin, dernier coup observé, Nicolas relance, à nouveau à hauteur de 1,100, et remporte les blindes et ante.

Si ces cinq minutes sont à l'image du reste de la journée, on pourrait écrire un roman sur le Day 1D de Nicolas Levi. Je vous livre tout de suite l'épilogue sans passer par la case « intrigue » : le joueur du Team Winamax termine la journée avec 90,000, soit trois fois le stack de départ.

Pendant ce temps là, les autres membres du Team...

- 7 juillet 2009 - Par Reg da Fish

 Vidéo Winamax - Nécessite Flash Player

Level 4

- 7 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Ce post contient deux interview exclusives

J'ai passé une bonne partie de la journée à me demander si le meilleur joueur français du monde avait réussi à s'inscrire pour le Main Event. Après tout, David Benyamine centre traditionnellement son attention sur les cash-games du Bellagio, et aurait très bien pu, comme beaucoup de ses collègues « high-stakes », choisi d'arriver en dernière minute, comme il l'avait lors de la plupart des tournois à 10,000 dollars qui se sont tenus ces six dernières semaines.

Et bien non. J'ai retrouvé Benyamine au fond de la Brasilia Room, assis en table 248, assis derrière un tapis de 44,000. Scoop, le joueur le plus réservé du circuit (avec Phil Ivey) m'a même adressé la parole. Je vous livre en exclusivité mondiale l'intégralité de l'entretien :

DB :« Salut... »
Moi : « Hé, salut. »
DB : « .... ça va ?... »
Moi : « Bien, bien. »

Coverage par Winamax

Pas mal, hein ? Je discute rapidement du problème avec les inscriptions. David avait son ticket depuis des semaines. Voilà quelqu'un de prévoyant. Pas comme son meilleur pote Patrik Antonius, qui devrait en prendre de la graine. Oui, la rumeur persistante dit que le playboy finlandais faisait partie des recalés de ce matin, et aurait obtenu un passe-droit.

De son côté, ElkY pointe à 90,000. Il a pris le temps de m'expliquer pourquoi il devrait être encore plus haut si tout s'était passé comme prévu. Quand je dis « il a pris le temps », cela veut dire environ 17 secondes avec son débit mitraillette :

« TainSickJdevraisAvoir130,000J'aiValet9flopValetValet7 pot3BetPréflopEtAuFlopTurnRoiRivièreDixTainSickIlaAsDame, sick monkey, quoi. Nan ? »

Du côté de l'Amazon Bleue, Raymond Domenech a délaissé son poste de railbird d'Estelle Denis, mais cette dernière s'accommode très bien de son absence, ayant continué de faire progresser son tapis, pour passer à 120,000, soit quatre fois la cave de départ. Estelle prend la place de Nicolas Levi au poste de chip-leader français. Le joueur du Team Winamax est toujours bien placé avec 95,000. Son voisin de droite Nasr el Nasr semble posséder une mémoire phénoménale. « Benjo, faut que tu m'imprime les vieux reportages ! Il se rappelle de tous les coups qu'on a joués ensemble, et me les raconte en détail ! »

Guignol n'arrête pas de trouver des flops chanceux, pour ensuite voir la tendance s'inverser sur le turn ou la rivière. Comme lorsqu'il a floppé un As avec AQ. Un joueur inexpérimenté paie sa relance au flop avec KK, et trouve ensuite un Roi. Ou encore quand il floppe un T-6-2 avec Q-T, et se fait check/raiser par KQ. Le turn est un Roi, la rivière une Dame, faisant perdre 8,000 à Guignol, qui n'aurait pas payé si la rivière avait été une autre carte.

Alexia Portal reste stable avec 45,000.

Dans la Miranda Room, j'ai perdu trace d'Ami Zaicik. Papa Jacques se maintient à 60,000. Jean-Bernard bot possède environ 50,000. Je l'ai vu miser 6,500 sur la rivière JTrèfleKTrèfle9CarreauJCarreau8Coeur, et remporter le pot sans showdown. A sa table, le discret joueur de cash-games Joe Cassidy.

Coverage par Winamax

Sur la table ESPN principale, Erik Lindgren fut le second choix des producteurs télé après le refus de Phil Ivey. Sur la seconde table, Peter Eastgate défend son titre, soutenu par une bande de scandinaves incluant Soren Konsgaard (éliminé lors du Day 1A, il me semble). Le danois pointe à 47,000.

PAUSE-DÎNER

- 7 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Le chiffre officiel de la participation au Main Event est tombé : 6,494 inscrits, créant un prize-pool de plus de 61 millions de dollars. 648 joueurs seront payés. Ils remporteront une somme comprise en 21,365 et 8,548,435 dollars. Wow, huit millions de dollars. A noter que tous les finalistes de novembre repartiront millionnaires.

La partie reprendra à vers 20 heures 30, heure locale. La plus grosse histoire jusqu'à présent côté Team Winamax ? La montée en flèche de Nicolas Levi, qui fut l'un des premiers joueurs a dépasser la barre des 100,000.