masquer le menu

Composition des tables françaises

- 14 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Table B4
Deux français, et le meilleur joueur du monde : croisons les doigts pour que cette table soit filmée par ESPN ! Ludovic possède heureusement la position sur le meilleur joueur du monde en question : des coups passionnants nous attendent.

1/ Ludovic Lacay (Team Winamax) 5,965,000
2/ Marco Mattes (Allemagne) 3,470,000
3/ Scott Sitron (USA) 1,330,000
4/ Christopher Bach (USA) 2,765,000
5/ Manuel Labandeira (USA) 765,000
6/ Tommy Vedes (USA) 5,430,000
7/ Fabrice Soulier (USA) 3,025,000
8/ Phil Ivey (USA) 6,435,000

Table B6
1/ Miika Puumalainen (Finlande) 3,200,000
2/ François Balmigère (France) 2,025,000
3/ Dennis Phillips (USA) 2,305,000
4/ Joseph Cada (USA) 3,880,000
5/ Steve Sanders (USA) 3,360,000
6/ Joe Sebok (USA) 1,000,000
7/ Nick Maimone (USA) 4,900,000

Table B7
1/ Antoine Saout (France) 5,195,000
2/ Bradley Craig (USA) 2,445,000
3/ Corrado Montagna (Italie) 860,000
4/ Jeff Duvall (UK) 3,935,000
5/ Michael Jansen (USA) 820,000
6/ Gabriel Vezina (Canada) 1,250,000
7/ Prahlad Friedman (USA) 840,000
8/ Eugene Katchalov (USA) 3,300,000

Les chip-counts officiels

- 14 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Top Ten

1/ Darvin Moon (Oakland, USA) 9,745,000
2/ Billy Kopp (Erlanger, USA) 8,245,000
3/ Phil Ivey (Las Vegas, USA) 6,345,000
4/ Steven Begleiter (Chappaqu, USA) 6,315,000
5/ Ludovic Lacay (Toulouse, Team Winamax) 5,965,000
6/ Antonio Esfandiari (Las Vegas, USA) 5,430,000
7/ Antoine Saout (Saint-Martin des Champs, France) 5,195,000
8/ Ben Lamb (Las Vegas, USA) 4,975,000

Quatre français

5/ Ludovic Lacay (Toulouse, Team Winamax) 5,965,000
8/ Antoine Saout (Saint-Martin des Champs) 5,195,000
29/ Fabrice Soulier (Las Vegas) 3,025,000
45/ François Balmigère (Toulouse) 2,025,000

Les joueurs notables

3/ Phil Ivey (USA) 6,345,000
6/ Antonio Esfandiari (USA) 5,610,000
12/ Jeff Schulman (USA) 4,745,000
24/ Eugene Katchalov (USA) 3,300,000
34/ Tom Schneider (USA) 2,895,000
43/ Dennis Phillips (USA) 2,305,000
48/ James Akenhead (UK) 1,655,000
56/ Joe Sebok (USA) 1,000,000
60/ Prahlad Friedman (USA) 840,000

A noter qu'il ne reste que deux joueurs scandinaves en course au départ du Day 6 : le danois Benjamin Jensen, avec un tapis de 1,5 millions, et le finlandais Miika Puumalainen, avec 3,2 millions.

Quatre français passent le sixième tour

- 14 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Record absolu aux WSOP

Il est une heure du matin à Las Vegas : le Day 6 du Main Event des World Series of Poker vient de se terminer avec 64 joueurs restants. A une exception près, les cinq éditions précédentes du plus gros tournoi du monde avaient vu le dernier français en course tomber bien avant ce stade. Rien de tout cela ici : ils sont encore quatre à pouvoir prétendre à l'exploit. Un quatuor de professionnels, avec ça, dont un joueur du Team Winamax.

Tous ont survécu à six longues journées qui ont vu 99% des 6,494 partants tomber les uns après les autres. Pour Ludovic Lacay, Fabrice Soulier, Antoine Saout et François Balmigère, la table finale n'est plus un mirage lointain. Dans deux jours, elle pourrait bien se transformer en réalité.

Le prix de la journée la plus folle revient sans aucun doute à Ludovic Lacay. Le toulousain a fait tourner la tête à ses adversaires, relançant et sur-relançant à tour de bras sans jamais baisser le rythme. Quelques fois, il avait du jeu. Le reste du temps, pas vraiment. Et surtout, il y a eu ce coup sensationnel, à tapis avant le flop avec paire de Rois contre paire d'As, un tourbillon d'émotions qui s'est soldé dans la liesse avec l'apparition d'un Roi sur la rivière, quelques minutes avant que Yuestud ne dispute exactement la même main – avec des résultats funestes.

Fabrice Soulier est depuis presque dix ans l'un des joueurs emblématiques du poker français. Son septième (!) cash des World Series 2009 sera quoi qu'il arrive le plus beau de tous. J'ai plus m'entretenir quelques minutes avec Fabrice – ses impressions seront postées un peu plus tard.

Enfin, Antoine Saout et François Balmigère, les deux révélations de ce Main Event. Pour tout vous dire, je n'ai guère pu observer le second, restrictions médias obligent. Le premier a livré une prestation tout à fait impressionnante, réalisant quelques coups fumants, notamment un très gros call avec cinquième paire contre Cuts.

Et le reste des survivants, alors ? Le chip-leader Darvin Moon est un amateur complet ne jouant jamais dans les casinos, ne jouant jamais en ligne, se contentant de disputer une partie hebdomadaire dans un club d'anciens combattants. Incroyable, mais vrai.

Dans le top 10, deux stars du poker, des vraies : Phil Ivey et Antonio Esfandiari. Ivey, bien sur, voudra terminer ses WSOP de manière spectaculaire après avoir déjà remporté deux bracelets. Avec 6,345 millions de tapis, difficile de le placer à une autre position que celle de favori. Une victoire au Main Event entérinerait définitivement la légende. Esfandiari, lui, peine à faire tourner la machine depuis quelques années, après de nombreux succès au WPT et aux WSOP au début de la vague « poker » de 2003/2004.

Après l'élimination du tenant du titre Peter Eastgate, Dennis Phillips est le dernier joueur en course a avoir déjà disputé la finale de l'édition précédente des WSOP. Le comptable du Missouri avait adéchainé les passions dans les médias traditionnels américains : on peut imaginer le nombre d'articles qui serait écrits s'il pouvait rééditer son exploit. Définitivement une bonne chose pour le poker.

Parmi les autres personnalités, on notera aussi la présence de Joe Sebok (le beau-fils de Barry Greenstein, type en or et fondateur de l'excellent site PokerRoad.com) et Tom Schneider (joueur de l'année aux WSOP 2007 avec deux bracelets remportés cette année là)

Pour finir, une pensée pour Julien ElkY, David Benyamine, Julien Brécard et le qualifié Winamax Loic Degrou, tous les quatre tombés aujourd'hui.

La septième journée du Main Event débutera mardi à midi, heure locale. L'objectif du jour : atteindre les trois dernières tables, soit 27 joueurs. Combien de français en feront partie ? Voici les candidats :

Coverage par Winamax

Ludovic Lacay (Team Winamax) – 5,965,000

Coverage par Winamax

Antoine Saout – 5,195,000

Coverage par Winamax

Fabrice Soulier – 3,025,000

Coverage par Winamax

François Balmigère – 2,025,000

Tableau de bord
64 joueurs restants (sur 6,494 au départ)
Blindes : 25,000/50,000, ante 5,000 au départ du Day 7
Tapis moyen : 3,000,000

King 5 : un succès pour les NPC All Stars !

- 14 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Loic Degrou est le dernier français éliminé en date, tombé en 87ème place, après un move à tapis qui s'est heurté à une paire de Valets. Loic était totalement relax, pas le moins du monde remué, quelques minutes à peine après la fin de son parcours de six jours dans le tournoi. « C'est pas bien grave. Il fallait bien que quelqu'un sorte en 87ème place », rigole t-il. « C'était vraiment une belle aventure. »

En effet. Les cinq équipiers sont restés unis tout au long du tournoi, et se partageront la somme de 57,991 dollars, ayant tout décidé avant le départ de l'épreuve que, quoi qu'il arrive, leurs gains seraient mis en commun. Félicitation à tous. Et peut-être à l'année prochaine ?

Coverage par Winamax

Les « Npc All Stars », vainqueurs du King5 version 2009, triomphant à Vegas : Vivien Guihard, Michael Loublier, Loic Degrou, Emerick Mineau, et Geoffrey Doco

Copycat

- 14 juillet 2009 - Par Benjo DiMeo

Yuestud et Cuts jouent la même main - avec des résultats différents

J'en ai vues, des choses improbables durant mes cinq années passées à observer des tournois de poker professionnels. Mais je n'avais jamais été témoin d'une pareille scène. « C'est comme si le sort avait voulu se faire un kif », a commenté l'un des protagonistes peu après.

Quelques minutes après être revenus de pause-dîner, mes deux amis Julien Brécard et Ludovic Lacay étaient tous les deux à tapis à cinq minutes d'intervalle. Couverts tous les deux, risquant le tournoi le plus important de leur vie.

Tilt ? Fatigue ? Rush d'adrénaline causé par l'afflux de sucres et de graisses dans le sang ?

Non. Ils avaient tout simplement trouvé une paire de Rois, la deuxième meilleure main de départ au Texas Hold'em. Largement suffisant pour s'engager à tapis avant le flop.

Ce qu'ils ne savaient pas, c'est qu'ils faisaient face à une paire d'As.

Vous avez bien lu : deux des trois joueurs du Team Winamax encore en course dans le Main Event avec moins de cent joueurs restants (sur 6,494 au départ) se sont retrouvés « all-in » presque simultanément, dans des confrontation en tous points identiques.

Ludovic, d'abord. L'action fut d'une extrême violence. Un joueur relance. Ludovic sur-relance, et cinq secondes à peine plus tard, les tapis étaient au milieu et les jeux retournés. Il y avait plus de 5,7 millions au milieu du tapis.

Coverage par Winamax

Debout, le pro du Team Winamax a attendu que les caméras d'ESPN arrivent pour filmer la scène. Son tournoi allait probablement se terminer là. Depuis le rail, la confusion régnait, chacun essayant de discerner ce qu'il se passait. Mais les Brice Cournut, Antoine Dugast et autres Antoine Amourette qui observaient la scène savaient bien que la situation était des plus désespérées en observant le visage dépité de Cuts. « Deux Rois contre deux As », souffle t-il. « J'ai passé un Roi », dit un autre, retournant le couteau plus profond dans la plaie.

Mais le clan français garde espoir. « Le Roi, allez ! » crient-ils en coeur. Au signal des producteurs, le croupier commence à retourner lentement les cartes communes. Une carte, deux cartes, trois cartes, quatre cartes, et aucun changement. Puis, la dernière. « OOOOOH » Commotion générale autour de la table. Ludovic fait brutalement volte face, puis se prend la tête entre les mains. Une réaction qui ne veut dire qu'une seule chose. La carte qui vient de tomber n'est pas celle à laquelle il s'attendait : le dernier Roi restant dans le paquet. Une carte qui fait la différence entre une élimination à la 98ème place, et l'accession au poste de chip-leader.

Coverage par Winamax

Ludovic n'en revient pas, et le clan français non plus. Les supporters de Cuts exultent. Ce dernier n'en revient pas. Il secoue la tête, un large sourire aux lèvres. Julien vient lui donner l'accolade. Il faudra cinq bonnes minutes au croupier pour compter le tapis de Ludovic, et lui remettre son bénéfice miraculeusement acquis.

A peine ais-je le temps de foncer jusque l'ordinateur pour mettre à jour le compte Twitter du Team Winamax, que celui de Manuel Bevand clignote : « Yuestud est à tapis ! » A toute vitesse, je fais le chemin en sens inverse.

Sur le visage de Yuestud, je lis la même expression que cinq minutes auparavant. Quelques secondes après avoir embrassé Ludovic, Julien s'est rassis à sa table, et a retourné deux Rois. Comme Ludovic, il s'est retrouvé à tapis, contre deux As. Mais cette fois, le croupier ne jouera pas le rôle de sauveur. La logique est respectée, et la deuxième meilleure main de départ reste en seconde place au terme des cinq cartes du tableau commun. Mon collègue et ami n'a plus qu'une poignée de jetons devant, qu'il engage quelques secondes plus tard, en vain. Dans un mouvement symétrique à celui observé juste avant, Ludovic vient donner l'accolade à Yuestud, qui ne peut retenir ses larmes.

Coverage par Winamax

J'ai eu l'occasion d'être témoin de dizaines et dizaines de moments similaires au cours de mon aventure sur le circuit pro. Tous les joueurs éliminés m'ont fait part du même sentiment. Durant tout le tournoi, on flotte sur un nuage, au dessus de tout le reste. On est complètement immergé, intensément concentré sur la partie. L'élimination survient comme une chute brutale, un retour à la réalité. On est stoppé dans son élan. Le rêve s'arrête net. Il faut plusieurs heures pour reprendre ses esprits, chasser de sa tête la déception, et finalement réaliser la portée de l'exploit qu'on vient d'accomplir. Celui d'un amateur éclairé qui a disputé pour la première fois les championnats du monde, et à battu près de 6,400 joueurs pour terminer dans le top 100. Bravo, mon pote.

Coverage par Winamax

Ainsi, Ludovic et Julien ont risqué leur partie à quelques minutes d'intervalle. L'issue fut fatale pour l'un d'entre eux. Cuts poursuivra désormais son parcours en solo. En position de chip-leader, avec seulement 81 joueurs restants dans le plus gros tournoi du monde.

Tableau de bord
81 joueurs restants (sur 6,494 au départ)
Blindes : 20,000/40,000, ante 5,000
Tapis moyen : 2,400,000