masquer le menu

La fête est finie

- 1 décembre 2015 - Par Benjo DiMeo

 Si je voulais succomber un instant à ce vice mineur mais encombrant qu’est la superstition (dans l’univers où j’évolue, cette tare est généralement jugée avec bienveillance), je dirais que la bonne étoile de Guillaume Diaz l’a quitté dès lors que la date de son anniversaire eut expiré.

Jugez plutôt : il était très exactement minuit passé de deux minutes lorsque Guillaume a joué, et perdu l’ultime coup de poker de l’étape parisienne du World Poker Tour National Series.

Jusque là, le pro du Team Winamax avait fêté son anniversaire en faisant son boulot avec concentration et bonne humeur, fonçant à travers les demi-finales, puis la finale de l’épreuve, entamée aux alentours de 18 heures.

Tout au long de la journée, son plan s’était déroulé sans accrocs majeurs. Certes, on l’avait bluffé à une ou deux reprises tout au long d’une journée qui avait débuté avec quatorze joueurs autour de deux tables. Certes, quelques rivières lui ont fait perdre de l’argent. Mais globalement, Guillaume avait joué la partition qu’on attendait de lui, et les Dieux du poker s’étaient montrés coopératifs envers le Top Shark en ce jour où son compteur-de-temps-qui-passe prenait une unité supplémentaire.

 Et puis lundi à fait place à mardi, et Guillaume, désormais âgé de 24 ans et un jour, a trouvé une paire de 10 dès le deuxième coup de son duel contre le mystérieux joueur chinois Yingui Li. Relance chez le français, 3-bet chez Yingui, c’est le moment de piéger : plutôt que d’envoyer son tapis (un peu plus de 30BB), Guillaume tente un petit 4-bet, histoire de pousser l’adversaire à la faute. Bingo : avec son KJ, Yingui tente l’intimidation avec un 5-bet à tapis, aussitôt payé par le Top Shark.

Un Roi sur le flop sera tout ce dont Yingui Li aura besoin pour prendre l’avantage, et assoir définitivement sa domination sur cette finale où son leadership n’a jamais été réellement remis en question.

De son côté, Guillaume Diaz doit une fois de plus se forcer à voir le verre à moitié plein, deux mois après sa troisième place au Winamax Poker Open de Dublin : le Top Shark ne remporte pas son premier titre majeur sur le circuit pro, mais gonfle son capital de 100,000 euros tout rond. Allez, il y aura d'autres occasions.

Inutile de perdre le sourire : la récompense est très, très belle, et les regrets peu nombreux