masquer le menu

La chatte à Day 1D

- 28 février 2020 - Par Benjo DiMeo

Main Event 1 500 € (Day 1D)

Day 1D
L'horloge murale nous informe que 152 joueurs sont inscrits au Day 1D, un peu plus d'une heure après le coup d'envoi. On est bien en dessous des chiffres des trois "flights" précédents, mais il les inscriptions vont rester ouvertes jusqu'au milieu de la nuit et à côté, on vit les dernières minutes d'un satellite offrant 21 tickets. Il aurait d'ailleurs pu se terminer dès maintenant, lorsqu'un joueur a fait tapis pour 17 000 aux blindes 7 500/15 000. Sauf que le joueur en BB a décidé de fold sa main. Une décision incompréhensible que les arbitres ont aussitôt récompensée par un tour de pénalité pour la BB. Si vous voulez mon avis, la sanction est un poil légère.

Un autre truc à noter : sur tous les satellites organisés cette semaine, les gagnants ont la possibilité de "cash-out" immédiatement, c'est à dire d'encaisser monnaie sonnante et trébuchante sans jouer le tournoi cible. Mais au vu du field, cela me semble anecdotique : nous avons affaire non pas à des gagne-petits en quête d'un billet de 1 500 balles mais bien à des assoiffés impatients de rejoindre le dernier "flight" d'un tournoi qui va dépasser les 800 inscriptions et offrir un million d'euros de dotation. A condition, bien sûr, qu'ils n'aient pas déjà re-entry, car la loi s'appliquant aux nouveaux clubs de jeu plafonne les réinscriptions à une seule.

Parlons du Day 2. Celui-ci sera découpé en deux (Day 2A samedi à 10h, 2B à 20h) et sera bref : seulement cinq niveaux d'une heure sont au programme, et le temps de jeu pourrait en pratique être encore plus court, car elle s'arrêtera une fois atteinte la bulle suivant une échelle des prix qui n'est pas encore connue. Ce n'est donc pas une mais deux bulles qui sont au programme demain (du côté de ce coverage, on va se concentrer sur la première avec Romain, Bruno et Gaëlle).

Sacha Cohen
Six jours après sa quatrième place à 16 000 € sur l'Opener du festival, Sacha Cohen se fait un petit (gros) plaisir en s'offrant le Main Event. PyroSC sera le premier à vous avouer que ce n'est pas la plus optimale des gestions de bankroll, mais il faut battre le fer tant qu'il est chaud !

Florian Duta
Son fer à lui est tellement chaud qu'il ne sait pas encore très bien s'il va gagner 70 000 €, 100 000 €, 140 000 € voire plus cette semaine : avant de voir ce que vont devenir ses 13BB dans le High Roller (reprise dimanche soir avec 3 joueurs restants), Florian Duta aimerait bien commencer un autre deep run en simultané.


C'est tout pour ce soir : Flegmatic sera de retour au Palais des Congrès dès 10h samedi pour vous narrer le Day 2A et la bulle. Bonne soirée à tous !

Benjo

Romain Lewis et Kool Shen rejoignent Gaëlle au Day 2

- 28 février 2020 - Par Benjo DiMeo

Cliquez ici pour le chip-count des Day 1A, 1B et 1C
Main Event 1 500 € (Fin du Day 1C)

Romain Lewis Kool Shen
Ils ont fait un petit bout de chemin ensemble, assis côte à côte à la même la table, plaisantant et badinant comme les deux collègues qu'ils sont. Le hasard des cassages de tables les a ensuite séparés, mais c'est unis par les liens du tapis qu'ils ont terminé la journée, peu après 19 heures. Par-là je veux dire que Romain Lewis et Kool Shen ont franchi le Day 1C avec exactement le même stack, au jeton près : 59 600. Ce qui représente un peu plus de la moyenne au terme du plus gros des trois "flight" organisés jusqu'à présent, qui a vu l'élimination de la moitié des 228 inscrits. On dirait que les Day organisés en journée vont moins vite que ceux peuplés par les oiseaux de nuit : à la fin du Day 1B, aux alentours de cinq heures du matin, on constatait que 63% des joueurs avaient bust.

Day 1C : le Top 10

Remigiusz Wyrzykiewick
Il est le cauchemar des couvreurs, la bête noire des correcteurs orthographiques, l'ennemi de ceux qui ne demandent que "voyelle" dans Des chiffres et des lettres. Nous parlons ici du chip-leader du Day 1C, un joueur polonais s'appelant... Remigiusz Wyrzykiewicz. Son talon d'achille ? Un outil qui a révolutionné l'informatique après son invention en 1983 par Larry Tesler (RIP), et qui nous permettra de parler de lui autant qu'on veut sans jamais commettre la moindre faute d'orthographe.

Derrière lui, on retrouve plusieurs têtes connues : Julien Loire, croisé dans les places payées du dernier Main Event des WSOP, le reg de Marrakech Slimane Mameche, ou encore Yannick Cardot, découvert récemment suite à un bref passage dans la Top Shark Academy.

Remigiusz Wyrzykiewicz 222 900
Sidi Tourad 175 900
Julien Loire 148 800
Slimane Mameche 144 700
Massimiliano Rosi 142 500
Nicolas Julien 141 600
Grégory Luttke Grech 140 000
Jerry Koob 138 900
Yannick Cardot 128 400
Lior Serfaty 123 100

Slimane Mameche
Slimane Mameche

Ils compostent eux aussi leur ticket pour le Day 2 : le champion EPT Jan Boubli, Timothée Scotti, Anthony Kazgandjian, Jérémy Nock, Thomas Simsen, David Pecheur, Rémi Castaignon, Sarah Herzali, Gilles Huet, Rémy Biechel, Antoine Saout...

Antoine Saout
Quand on a atteint pas moins de trois fois le Day 7 du plus gros tournoi de poker de la planète, franchir un Day 1 d'un WPT représente rien plus qu'une journée de boulot banale. N'est-ce pas, Antoine Saout ? C'est avec un stack modeste (25 800, moins que ce qu'il avait au départ) que le double finaliste du Main Event des WSOP ira au Day 2.

Rémy Biechel
La nouvelle, rendue publique il y a deux semaines, a pris de surprise la communauté du poker, qui suivait depuis des années les rebondissements de sa bataille contre l'administration fiscale française qui lui réclamait l'équivalent de 250% de ses gains entre 2008 et 2010 en arriérés d'impôts. Une demande ahurissante car ne prenant pas en compte le fait qu'il avait été stacké sur nombre de ses perfs, et que pas mal de ses gains avaient été réinvestis sur d'autres tournois.

Et la surprise fut sacrément agréable, tant on sait à quel point le FISC a pu se montrer peu généreux envers les joueurs de poker, pros ou non, ayant eu le malheur de se faire un peu de blé à ce jeu au 21e siècle : là où tant d'autres ont échoué, Rémy Biechel a bel et bien gagné son combat judiciaire contre le percepteur, et vu toutes ses pénalités annulées. Un heureux twist final a un feuilleton qui a duré plus de huit ans, et souvent mis à mal la patience et le moral de celui qui reste l'un des joueurs préférés de notre petit milieu de fans de cartes et jetons. "Ca fait un bien fou, c'est un poids qui s'envole", nous a t-il confié il y a quelques jours. "Je peux recommencer à penser à l'avenir." En attendant, Rémy fête ça en retrouvant le chemin des tournois : après avoir fait ITM sur l'Opener, on le verra au Day 2 du Main Event avec un tapis de 32 900.

Thomas Simsen
Grinder sur le .com à la grande époque, chef cuisinier sur des yatchs de luxe, directeur commercial, puis grinder encore, cette fois en live : lors du dernier WPO, le parcours atypique de Thomas Simsen nous avait tapé dans l'oeil. Quoi de neuf depuis sa 22e place à Dublin, qui marquait le sixième mois de son expérimentation du poker intensif en live ? Ce grand voyageur a semble t-il continué son tour d'Europe du poker : "J'étais à Barcelone pour le CEP, à Cannes pour le TPS [où il a gagné l'event à 150 € devant 132 joueurs, NDLR], j'ai fait l'EPT Prague aussi..." Sur ce dernier, Thomas a senti le vent souffler : "C'était horrible ! J'ai fait la bulle du 1 100 €, je me suis qualifié deux fois pour le 2 200 € mais j'ai bust, et sur le Main Event ça ne s'est pas bien passé non plus. Heureusement, j'ai des gens qui me soutiennent, j'ai quelques stackings."

C'est à ces généreux donateurs que Thomas doit sa présence à Paris. Là encore, les embûches se sont dressées sur son parcours : "Après avoir perdu la première bullet, j'hésite pour la seconde. Mon stacker accepte de financer la moitié. Le tournoi commence, je tombe rapidement, le stacker me demande des news et je suis bien obligé de lui dire que je n'ai plus que 3 400. Résultat, j'ai terminé la journée avec 78 200 !" De quoi le placer en 28e position parmi les 111 survivants du Day 1C ! Et sinon, le poker online, c'est fini ? "Je ne joue presque plus, à part pour essayer de gagner un satellite. Mais des potes grinders m'ont motivé pour le KING5. C'est très fun ! On a pas encore passé le Stade 1, mais on a fait les calculs : on est quasi sûrs d'être repêchés."

Avant d'aller jeter un oeil aux tables du Day 1D, posons les chiffres officiels :

DAY 1A - 180 inscrits - 84 survivants - Chip-leader : Jazzar MAROUN 152 400 
DAY 1B - 205 inscrits - 76 survivants - Chip-leader : Eric laurent SOUVAY 268 300
DAY 1C - 228 inscrits - 111 survivants - Chip-leader : Remigiusz WYRZYKIEWICZ 222 900

Une triplette qui vaut doublette

- 28 février 2020 - Par Benjo DiMeo

Main Event 1 500 € (Day 1)

Castaignon / KazgandjanQuand le marseillais Anthony Kazgandjian n'est pas occupé à converser avec le toulousain Rémi Castaignon (sûrement pour lui demander comment on fait pour ship un EPT), il s'active à trouver des setups. Comme par exemple brelan contre top-paire/top-kicker.

Une confrontation très rentable qui avait débuté par un raise UTG+1. C'est payé par Yannick Cardot (bouton) et Adel Naoun (BB).

Le flop tombe J32 et la machine s'emballe rapidement : check de Kazgandjian, 1 600 chez Cardot, payé par Naoun, et... check/raise à 5 600 chez Kazgandjian. Cardot s'écarte du chemin, mais pas Naoun qui envoie tout après quelques secondes de réflexion.

Snap-call chez Kazgandjian, et pour cause il vient de flopper un brelan de 2. Le As-Valet de Naoun est presque drawing dead. On dit presque, car l'As sur le turn va donner une brève mais intense frayeur à Kzgandjian, jusqu'à ce que ne soit retourné un innofensif 6 sur la rivière.

Les comptes sont effectués : Naoun couvre Kazgandjian, à qui il restait 22 000 quand le flop est tombé. Ce double up lui permet de remonter au dessus du stack de départ et de franchir la barre des 45 000.

Le compteur affiche 223 inscrits alors que la periode de "late reg" va bientôt s'achever.

Déjà plus de 700 000 € de dotation

- 28 février 2020 - Par Benjo DiMeo

Main Event 1 500 € (Day 1C)

Main Event Day 1B
14 heures : j'arrive au premier étage du Palais des Congrès pour aussitôt me prendre dans la poire une salle comble. Plus de 209 joueurs sont déjà en place sur le Day 1C du Main Event du WPTDeepStacks, confirmant l'excellent départ réalisé hier par le tournoi (voir plus bas). Une excellente nouvelle quelque peu assombrie par l'annonce par le Club Pierre Charron, dans la soirée de jeudi, que le France Poker Festival de partypoker, qui devait se tenir dans la foulée du WPT, n'aura finalement pas lieu. Les retards dans l'obtention des derniers agréments de sécurité avaient déjà repoussé l'ouverture officiel du club, et forcé les organisateurs à utiliser le Palais des Congrès comme béquille. Celui-ci n'était pas entièrement disponible sur la période prévue pour le FPF, ne laissant que peu d'option au club en si peu de temps.

Extrait de la communication officielle : "Bien que le Club soit prêt et que les équipes soient impatientes d’accueillir les joueurs, les différentes commissions de sécurité, qui doivent valider les travaux, ne sont toujours pas passées. C’est donc bien malgré nous que nous devons nous résigner à annuler le festival."

Pendant que l'on vous narrait le (toujours pas fini) High Roller jeudi, le Day 1A et le Day 1B se sont tenus en mode back to back, avec des affluences tout à fait réjouissantes : 180 et 205 inscrits, respectivement. Parmi les joueurs déjà qualifiés pour le Day 2 (160 au total, le chip-count complet est ici), on peut citer le dératiseur le plus célèbre de France Lucien Cohen, le runner-up de la Top Shark Academy Arnaud Enselme, le revenu comme si de rien n'était Jean-Paul Pasqualini, ou encore Mathieu Selides, Julien Sitbon, Bruno Fitoussi, Sonny Franco, Florence Allera, Pierre Merlin, Arthur Conan, ElkY, Benjamin Souriau (qui a rejoint le Day 1B dans la foulée de son élimination en 11e place sur le High Roller), Franck Kalfon, Nicolas Dumont, et Mouss Amaouche.

Main Event Day 1B
C'est un tournoi bien tressé auquel on est en train d'assister


Un coup de chapeau spécial à deux membres éminents de la presse poker : Jérémy Sirvin (producteur du RMC Poker Show) et Matthieu Sustrac (rédac chef de PokerNews France) seront au Day 2 ! Certes, nos confrères se sont qualifiés avec des tapis très faibles (moins que la cave de départ), mais si jamais ils ont besoin de motivation, ils peuvent toujours s'inspirer de ce mec qui est parvenu à remporter un Expresso 500 € après être tombé à... 2 jetons. "J'ai pris du plaisir à vivre ça une fois", nous a confié Sirvin par SMS. "C'était hyper sympa. J'ai eu l'impression de faire partie de votre monde une journée." C'est pas fini Jérem', c'est pas fini !

Le Team Winamax sera représenté au Day 2 par au moins un joueur. Une joueuse, en fait : Gaëlle Baumann. Et au moins un de ses collègues tentera de la rejoindre, via le Day 1D (coup d'envoi à 21h ce soir) : Kool Shen.

Du côté du Day 1C, un premier tour de table m'a déjà permis de croiser Antoine Saout, Jérémy Nocke, Rémy Biechel, Loorent et Moundir. On a dépassé les 700 000 € de prize-pool total et pour espérer en récuperer une partie, ces joueurs devront tenir jusque 19h, heure à laquelle la partie sera mise en pause.

Day 1A et Day 1B : le chip-count complet

Trophée Main Event
On aime beaucoup le monolithe très kubrickien qui sera decerné au vainqueur du Main Event

Une affluence capitale

- 27 février 2020 - Par Rootsah

Déjà plus de 350 inscriptions dans le tournoi principal du WPTDS Paris !
Main Event 1 500 € (Day 1A et B)

Si le dénouement du Highroller monopolise notre attention aujourd'hui, le Main Event à 1 500 € a également débuté ce jeudi, avec le Day 1A démarré à 10 heures et le Day 1B commencé à 21 heures. Un planning un peu inhabituel pour un tournoi de poker, mais qui permettra de jouer quatre Days 1 sur deux jours, avec les Days 1C et D vendredi aux même horaires.

Salle3
Il y a deux jours, Sébastien Sergent, le Social Media Manager du Club Pierre Charron, nous confiait attendre au moins 600 entrées dans ce Main. Mais ce chiffre pourrait bien être dépassé, puisque le Day 1A a enregistré pas moins de 188 entrées ! Le Day 1B, qui autorise les inscriptions tardives jusqu'à 3h45 du matin (!), comptabilisait déjà 167 entrées à la fin du level 3. On a déjà fait plus de la moitié du chemin... Comme on pouvait s'y attendre, les joueurs parisiens n'ont pas manqué le retour du WPT dans la capitale, et de nombreux pros français ont également fait le déplacement en Ile-de-France. On se souvient que lors du dernier WPT organisé à Paris en 2015 (le Main Event proposait alors un buy-in de 1 200 €), 736 entrées avait été validées. On pourrait bien dépasser ce chiffre...

Alors que le Day 1B se finira donc au petit matin, on peut déjà revenir sur le Day 1A : après 11 niveaux de 40 minutes, 86 joueurs ont composté leur ticket pour le Day 2A, qui se jouera samedi à 10h, et seront rejoints par les rescapés du Day 1B. Vous le savez, Gaëlle Baumann, seule joueuse du Team Winamax en lice, fait partie de la première vague de qualifiés, avec un tapis de 28 400 (alors que le stack de départ est de 30 000 jetons). Cela ne fera que 17 blindes à la reprise, mais tout est encore possible.

D'ailleurs, même le chipleader Jazzar Maroun n'a monté « que » 152 400, soit un peu plus de 5 starting stacks. Ce n'est pas énorme après 11 niveaux... Dans le Top 10, on retrouve aussi Bart Lybaert (116 000) et Xavier Mouysset (115 300), suivis par Alexandre Dana (106 400) ou Arnaud Enselme (101 700). En dessous des 100 000 jetons mais au dessus des 20 BB effectives, on retrouvera Joseph Mazig, Bruno Benveniste, Hugues Mazerolle, Sonny Franco, Mathieu Selides, François Tosques, Jeremy Palvini, Michel Leibgorin, Imad Derwiche, Jenny Israel, Arthur Conan, Pierre Merlin, Daniel Duthon et Ibrahim Senoussi, tandis que Jean Montury, ElkY, Dominik Panka,Tristan Forge et le producteur du RMC Poker Show Jeremy Sirvin sont shortstacks.

On vous donne le chipcount complet dès réception...

Moundir
Le Day 1B ne manque pas non plus de visages connus, avec notre WiP Moundir Zoughari (photo), Franck Kalfon, Isabel Baltazar, Thierry Cogniat, Eric Sfez, Antoine Labat, Nicolas Langlois, Stéphane Benadiba, Guiseppe Zarbo, Mouss Amaouche...

Deyra
On retrouve aussi Ivan Deyra, qui rentre d'un gros voyage poker et vacances entre Australie et Thaïlande. "J'ai tout de même passé une semaine à bosser le jeu dans un cadre parfait, confie Ivan, qui est donc (on l'espère) parti pour une longue nuit de poker. "J'ai fait 3 places payées aux Aussie Millions, c'est une belle destination, même si l'ambiance est un peu particulière avec les incendies. Mais j'ai vu des coups de légende, des hand histories incroyables... Ça me démangeait de retoucher les cartes !" Bref, Ivan est chaud bouillant pour faire quelques misères aux fields parisiens.