masquer le menu

Sven Ragnar Astrom remporte le World Poker Tour de Venise

- 10 mai 2009 - Par Benjo DiMeo

La table finale fut l'une des plus courtes de l'histoire

C'est seulement à la rivière que l'action s'est emballée. Le board affichait les cartes suivantes :

7Carreau7TrèfleJCoeurACoeur4Coeur

Mise, relance, tapis, payé : tout s'est passé en accéléré. Martin Jacobson a retourné KCoeur6Coeur pour une couleur runner-runner. Il s'est surement cru beau, mais c'était sans compter sur la paire 4Pique4Carreau de Sven, qui s'était lui aussi amélioré sur la rivière.

Et comme ça, l'étape vénitienne du World Poker Tour était terminée, après une table finale express de deux heures et demie, peut-être la plus courte de l'histoire du WPT ? La partie aurait d'ailleurs pu se finir beaucoup plus tôt si Martin Jacobson n'avait par deux fois survécu à un all-in préflop. C'est aussi en Italie que l'on avait assisté à la finale EPT la plus courte de l'histoire, c'était à San Remo en avril 2008.

Résultats – World Poker Tour Venise
397 joueurs – 4,300 euros

Coverage par Winamax

Vainqueur : Sven Ragnar Astrom (Suède) 397,960 euros
2e/ Martin Jacobson (Suède) 238,840 euros
3e/ Vincent Pasdeloup (France) 169,740 euros
4e/ Mike McDonald (Canada) 109,540 euros
5e/ Michele Slama (Italie) 86,720 euros
6e/ Mario Adinolfi (Italie) 66,940 euros

Tapis payé

- 10 mai 2009 - Par Benjo DiMeo

Astrom relance, et Martin envoie ses 30 blindes avec 5Coeur4Coeur. Astrom fait un bon call avec ACoeur3Carreau. L'audace de Martin est récompensée par un board 8Pique6Pique2Coeur7Pique8Carreau, lui donnant une quinte et le remettant presque à égalité avec son adversaire.

Cela fait deux fois qu'Astrom est à tapis avec la meilleure main de départ, et cela fait deux fois qu'il perd la confrontation.

Reprise

- 10 mai 2009 - Par Benjo DiMeo

Sven Astrom : 4,200,000
Martin Jacobson : 1,500,000

Blindes : 20,000/40,000, ante 4,000

Telex

- 10 mai 2009 - Par Benjo DiMeo

Cela fait maintenant une heure que Jacobson et Astrom sont en tête à tête. C'est plus de temps qu'il n'en avait fallu pour passer de six à deux joueurs.