masquer le menu

La belle histoire

- 3 mars 2011 - Par Benjo DiMeo

Face aux caméras, quelques minutes avant de prendre place à la table pour disputer l'ultime duel contre son coéquipier, Almira Skripchenko tentait de prendre du recul pour répondre aux questions de l'équipe télé.. Mais peu importe par quel bout on tentait de prendre les évènements, la chose dans son ensemble était tout bonnement inimaginable. Deux joueurs de la même équipe s'affrontant en table finale d'une épreuve qui en avait rassemblé 481 au total. Deux amis de longue date qui allaient maintenant s'affronter les yeux dans les yeux pour le titre. Pour en arriver là, une réaction en chaîne aura été nécessaire, l'une de celles qui défient les probabilités.

Ça a commencé comme ça

Deux semaines plus tôt, Almira et Davidi Kitai débarquaient à Los Angeles sur l'invitation de Matt Savage, superviseur en chef du World Poker Tour, pour disputer une épreuve au goût particulier : le Celebrity Invitational, rencontre freeroll où se mélangent pros médiatiques et célébrités du show-biz américain. Le premier jour, l'ambiance était résolument à la détente. « On était là pour s'amuser, le but n'était pas de se prendre au sérieux », raconte Davidi. « On avait droit à une recave, une seule, à 200$, destinée à une œuvre de charité. Je l'ai utilisée dès la première main ! » Par la suite, Davidi s'est monté un gros tapis, et est revenu pour le Day 2 en compagnie d'Almira. Entre temps, Nicolas Levi, lui aussi du voyage, avait déja été éliminé, mais se rattrapera bien vite en terminant en second place d'un tournoi annexe à 5,000 dollars l'entrée.

Lors la deuxième journée de l'épreuve, les choses sérieuses allaient véritablement commencer. « La plupart des célébrités avaient disparu du tournoi, et le niveau était bien plus élevé. Il ne restai plus que joueurs qui étaient là pour gagner. » La belle histoire se poursuit : Davidi et Almira sont de nouveau assis à la même table une bonne partie de la journée, et contre vents et marées, malgré les quelques bad-beats qui se sont mis en travers du chemin, ils atteignaient la table finale, ensemble, soudés.

Deux joueurs du Team Winamax autour de la même finale, le fait n'était pas inédit. Il y avait eu Arnaud Mattern et Ludovic Lacay à Varsovie, il y a trois ans, puis Anthony Roux et Almira, déjà, aux WSOP 2009. Cette fois, Davidi et Almira faisaient face à quatre adversaires, et les six finalistes possédaient un tapis équivalent. Tout était envisageable. Mais l'on osait pas croire au scénario parfait. C'est pourtant celui qu'on a reçu.

With a little help from Lady Luck

Coverage par Winamax

D'entrée de jeu, le destin semblait dire aux W que cette journée leur appartiendrait. Le coup d'envoi venait à peine d'être donné qu'Almira engageait tous ses jetons au milieu après avoir floppé deux paires. Effroi en découvrant la main de Dinara Khaziyeva : deux paires supérieures ! Le miracle vint sous la forme d'un 9 salvateur sur le tournant. C'était trop beau pour être vrai. Almira se débarrassa de l'autre joueuses d'échecs dès la main suivante : elle était désormais chip-leader.

Une heure plus tard, c'était au tour de Davidi de se retrouver au bord du précipice, à tapis avec As-Dame contre la paire de 7 de Dan Heimiller. Le pro américain dominait la finale jusque là, ayant notamment provoqué l'élimination de l'amateur Damon Schramm. Un As sur le flop permit à Davidi de doubler son tapis. Les deux joueurs Winamax se partageaient maintenant le chip-lead.

Les Dieux du Poker veillaient sur Almira, et son Roi-6 réussit à battre le As-Dame de George Rechnitzer. Le très solide amateur de Californie sortait dès la main suivante, et ils n'étaient plus que trois. Dan Heimiller se révela des plus coriaces, comme l'on pouvait s'y attendre. Mais l'histoire était en marche, et Heimiller dut se contenter de la troisième place.

Smells like Team Spirit

Coverage par Winamax

Le rêve était devenu réalité. Nos deux coéquipiers étaient face à face pour un ultime duel. Peu importe le gagnant : une belle fête se préparait quoi qu'il arrive. Tout au plus nous fallait-il demander à Davidi et Almira de faire durer le plaisir. On en a eu pour notre d'argent, avec 90 minutes de duel à couteaux tirés, tendu, serré : les deux amis ne se sont pas fait de cadeaux. Les blindes étaient élevées, les 'moves' se calculaient au millimètre près. Les jetons sont passés de main en main, chacun défendant son terrain avec ardeur. Puis, comme il fallait bien un dénouement à ce duel que l'on aurait pas dédaigner voir ce terminer par un match-nul, Davidi a pris l'avantage définitif, trouvant deux paires puis une quinte pour déstabiliser Almira. A 22 heures 07, la joueuse du Team Winamax engageait ses derniers jetons avec As-2. Elle floppe un As, mais le Dame-3 de Davidi trouve une seconde paire sur le turn. C'était fini.

Deuxième bracelet pour « Le Génie »

Coverage par Winamax

Comme on a dit ! Une expression que l'on entend souvent chez le belge du Team Winamax. Il l'avait dit, qu'il allait gagner, et il l'a fait. Ce soir, Davidi Kitai a ajouté un second bracelet à son poignet, trois ans après son triomphé aux World Series of Poker. Certes, ce titre World Poker Tour qu'il ajoute à son palmarès n'était qu'un tournoi freeroll, sur invitation, avec une dotation bien inférieur à celle des tournois pros auxquels ils est habitué.

Mais qu'importe le prize-pool, pourvu qu'on ait l'ivresse : Davidi Kitai et Almira Skriochenko nous auront fait vibrer durant cette nuit blanche à Los Angeles. Une double victoire pleine d'émotion, acquise à force de panache et de combativité, qui restera longtemps dans nos mémoires.

Benjo