masquer le menu

Rendez-vous jeudi à 15h30 pour le second tour

- 22 octobre 2008 - Par Benjo DiMeo

Nous observerons seize rencontres demain, avec trois français au départ, dont Cuts du Team Winamax. Deux matchs consécutifs seront joués : au terme de cette journée, les huit survivants entreront dans les places payées.

Isaac Mayolas (Espagne) contre Juan Maceiras (Espagne)
Iago Gonzalez Lopez (Espagne) contre Daniele Mazzia (Italie)
Garcia Ayala Cayetano (Espagne) contre Claudio Rinaldi (Italie)
Alessio Isaia (Italie) contre Ricardo Giuseppe Bozicevich (Espagne)

Harold Olson contre Morten Thomsen (Danemark)
Omar Steven Adb El Hamid contre Juan Sastre During (Espagne)
Ludovic Lacay (France) contre Jonas Daniel (Suède)
Erik Markus Friberg (Suède) contre Gunther Johannes Engel (Allemagne)

José Luis Navarro (Espagne) contre Mauro Stivoli (Italie)
James Atkin (UK) contre Jon Wong (UK)
Fiore Stefano (Italie) contre Morten Hougaard Jespersen (Danemark)
Vidal 14 (Espagne) contre Roland Rozel (France)

Jeff Kimber (UK) contre Pier Paolo Fabretti (Italie)
Daniel Carter (UK) contre Orjan Hoibo Knutsen (Norvège)
Alex Meoni (Italie) contre Nicolas Dervaux (France)
Dave Penly (UK) contre Dani Vargas (Rep. Dominicaine)

Fin (spectaculaire) du premier tour

- 22 octobre 2008 - Par Benjo DiMeo

Cela faisait déjà un moment qu'il ne restait plus qu'un seul match en cours au Gran Casino, entre Guy Gorelik et Morten Hougaard Jespersen. Il aura fallu plus de quatre heures de partie, et un bad-beat final pour décider de l'issue de la rencontre.

En déficit en jetons, Guy Gorelik s'est retrouvé à tapis avec la meilleure main : ACarreauQCoeur contre ATrèfle9Pique.

Le joueur Israélien a laissé échappé un cri de joie en voyant tomber la QTrèfle au flop. Il s'est brutalement rassis en voyant tomber un troisième trèfle sur le turn. « Oh, no, no, no, please no ! », a plaidé Gorelik, qui n'a cependant rien pu faire contre l'apparition d'un TTrèfle sur la rivière, donnant une couleur à son adversaire danois. Après le coup, Gorelik est resté assis de longues minutes en secouant la tête...

Johny001 : Jeu, Set, et Match

- 22 octobre 2008 - Par Benjo DiMeo

Coverage par Winamax

Le parcours de Guillaume s'est arrêté au premier tour contre l'Anglais Jeff Kimber, champion en titre de son état.

Les impressions de Johny :

« On a joué seulement 90 minutes, difficile de juger vraiment du niveau de mon adversaire. D'après ce que j'ai pu voir, il jouait bien, très très solide : il n'a pas tenté un seul bluff, il jouait ses cartes. Pas d'erreur technique, mais pas énormément de créativité, donc.

Il y a deux ou trois coups que j'ai payés, car je n'avais pas d'idée précise de sa manière de jouer. En fait, il avait un jeu énorme à chaque fois, comme le coup du full As-3 sur 3-3-7-8-A, où j'ai payé avec juste un 8. Ou ce coup où, avec T-3, je check behind sur 7-3-2. Le turn est un 7, une bonne carte, en principe. Il mise, je paie. La rivière est un 4 : en fait, il avait 7-4. C'est le genre de coup où certains joueurs vont tenter des moves avec « air », mais là, ce n'était pas le cas.

Si c'était à refaire, je pourrais sauver des jetons sur ces coups là. En dehors de ça, il ne s'est pas passé grand chose. Mon adversaire a joué ses cartes, il en a eu beaucoup de bonnes. J'ai été très actif, j'ai fait deux calls perdants qui m'ont fait glisser, et c'est à peu près tout.

En fait, le plus gros coup que l'on a joué, c'est le dernier...[ND/ Une coin-flip pour 25,000 avec A-K contre TT] »

Trois résultats

- 22 octobre 2008 - Par Benjo DiMeo

Daniel Vargas (Rep. Dominicaine) bat Nicolas Ragot (France)

Orjan Hoibo Knutsen (Norvège) bat Ana Cortillas (Espagne)

Vidal 14* (Espagne) bat Stefano Canfailla (Italia)

Il ne reste donc plus qu'un match en cours : celui entre Guy Gorelik (Israel) et Jesper Hougaard (Danemark)

* Un joueur qui a demandé aux organisateurs qu'on n'affiche pas son vrai nom...

Nicolas Ragot éliminé

- 22 octobre 2008 - Par Benjo DiMeo

Après Guillaume de la Gorce, c'est un autre de nos fiers représentants français qui mord la poussière. Compte-rendu du match, pas Nicolas lui-même :

« En fait, j'ai toujours été derrière en jetons. Dès le départ, j'ai perdu deux coups où j'ai check/call hors position avec une paire plus un tirage couleur. A chaque fois, mon adversaire a fait un gros overbet à la rivière et j'ai du abandonner. Du coup, je suis passé de 20,000 à 13,000. Les positions se sont maintenues pendant un moment.

Après, je remonte à 22,000. Je fais deux bluffs qui ne passent pas, et je redescends à nouveau. Short-stack, j'ai vacillé quelque temps, avant de finalement perdre une confrontation Roi-8 contre As-Valet dans un pot de 18,000. Très souvent, il attaquait depuis la grosse blinde quand je limpais. Je complète donc pour 600, il relance à 2,000, je fais tapis, il paie, et voilà...

Mon adversaire maitrisait bien le jeu préflop, ce qui rendait ma tâche difficile. Au flop, je pense que j'avais un petit avantage. Je regrette de ne pas avoir su concrétiser quand j'ai repris brièvement la tête, je le sentais mal à l'aise, il y avait moyen de faire quelque chose... »