masquer le menu

The sky is the limit

- 12 mai 2018 - Par Flegmatic

Un énorme Day 1C permet au SISMIX 2018 de battre ses propres records

Cliquez ici pour le classement et le seat draw du Day 2

Cliquez ici pour retrouver toutes les vidéos du SISMIX

SISMIX
La troisième et dernière journée de départ de cette cinquième édition 2018 du SISMIX aura confirmé ce que l'on pressentait depuis deux jours : vous êtes de plus en plus nombreux à aimer Marrakech et le poker en 6-max teinté de fiesta ! Alors que la piscine du Es Saadi n'a pas désempli tout au long de l'après-midi et une bonne partie de la soirée (dans l'ordre : du hip-hop, du live, un carnaval sous LSD, un couscous géant, et un orchestre Marcoain), 518 inscriptions ont été enregistrées sur le Day 1C (re-entry inclus), portant l'affluence totale à 1 252. Une augmentation de 16% par rapport à l'édition 2017, elle même en augmentation par rapport à etc, etc. Vous voyez le genre.

SISMIX
1 252 inscriptions ! Un chiffre qui fait du SISMIX le plus gros tournoi jamais organisé sur le continent Africain, et le plus gros tournoi en 6-max tenu en dehors de Las Vegas et des WSOP. On a régulièrement l'occasion de vous l'entendre le dire : fun, effréné, riche en adrénaline, le poker short-handed plaît à tous les types de joueurs, les amateurs comme les pros. Et pour nous observateurs, c'est le même régal. La preuve ci-dessous.

Le VietF0u bat aussi des records

Pierre Calamusa
Un jour, on a vu Pierre Calamusa ne pas monter une tonne de jetons sur un Main Event estampillé Winamax, mais c'était une erreur : il avait simplement oublié d'écrire un zéro sur son sac de jetons de fin de journée. Il l'a dit et répété : le troisième re-entry est celui qui permet de gagner le SISMIX. Il en était même tellement convaincu qu'il n'a connu qu'un seul et unique sens de progression sur sa dernière bullet : vers le haut. Après avoir doublé dès sa première main, il est passé à 100 000, puis à 250 000, 500 000, 600 000, 800 000 jusqu'à atteindre... le million ! 1 030 000 jetons pour être exact : le plus gros tapis jamais vu à la fin d'un Day 1 de l'histoire du SISMIX. Qui d'autre que lui pouvait bien réaliser pareil exploit ?

"C'est clair que monter vingt tapis de départ en une seule journée c'est complètement fou, réalisait LeVietF0u en quittant la Salle Jean Bauchet. Il n'y a que le 6-max qui permet ça. Et aussi le fait qu'un certain nombre de joueurs n'ont pas peur de mettre les jetons au milieu." Un constat surtout vérifié lors de la première partie de sa journée. "Plus le Day avançait, plus la fatigue faisait son effet et plus les mecs se laissaient faire. À la fin, il n'y avait plus grand monde qui osait me jouer. C'est vraiment le genre de journée où tu gagnes plein de petits coups sans résistance. Dans l'ensemble je suis content de moi, j'ai très bien joué."

Côté physique, pas trop dur d'enchaîner aujourd'hui, après un épique titre sur le Winamax Beer Pong Open et une tournée de dix bouteilles de champagne offertes au Theatro ? "C'est vraiment curieux, mais non. Alors que je suis vraiment sorti tous les soirs. Mais j'arrive frais. Aujourd'hui par exemple, j'ai late reg à 15 heures, c'était bien. Mais là maintenant tout de suite, j'ai juste envie d'aller me poser tranquillement au Social Club. Allez salut, à demain !"

Adrian Matos ne dirait pas non à une victoire low roller

Adrián Mateos
Lorsqu'on lui a posé la question, il n'a pas pu s'empêcher de sourire. Dis-nous, Adrian Mateos, cela fait combien de temps que tu n'avais pas joué un tournoi à 500 euros en live ? "Wow... Quatre ans, cinq ans peut-être ?" Cela nous ramène donc à 2013, l'année où l'Espagnol a débuté sa carrière météorique avec une victoire à Enghien-les-Bains face à Fabrice Soulier, sur l'un des plus gros tournois de cette année-là, le Main Event des World Series Europe. Des tournois à friendly buy-in comme le SISMIX, la maquina n'a donc eu le temps d'en disputer qu'une poignée à Madrid (certains qu'ils a remportés), à l'époque où il venait juste d'obtenir sa majorité, ainsi que son permis de conduire. Sa carrière a ensuite décollé tellement vite qu'il n'a jamais eu à y retourner. Pour autant, n'en déduisez pas que le numéro 2 mondial est arrivé à Marrakech avec l'intention de traiter par dessus la jambe le festival de son sponsor : "J'ai joué mon A-game, j'essaie de le gagner ce tournoi ! Et puis, j'adore le format 6-max. On n'a pas assez d'occasions de jouer short-handed." Résultat : Adrian termine le Day 1C (le seul qu'il a joué, et avec une seule bullet s'il vous plaît) avec un stack de 309 000. Au dessus de la moyenne, donc. Question : comment ajuster son jeu lorsque la majorité de nos adversaires sont amateurs ? On n'est pas sur un tournoi à High Roller 25 000 euros : les adversaires sont complètement différents. "L'important, c'est d'avoir conscience de son image que tu renvoies. Il y a deux types d'amateurs : ceux qui refusent de jouer contre toi parce qu'ils te reconnaissent, et ceux qui veulent absolument te battre, pour la même raison. La clé est donc de mettre chaque joueur dans la bonne catégorie, et adapter tes ranges en fonction"

En compagnie de notre mastodonte chip-leader Pierre Calamusa, Adrian rejoint Michel Abécassis et Sylvain Loosli au Day 2 du SISMIX !

Le Day 1C où tout a changé

Marvin Dupré
Le clan des WIP enlistés sur le Day 1C fleurait bon la vidéo virale, les video games, et les dizaines de milliers de followers, mais malheureusement, aucun de nos egamers n'a réussi à tenir la distance aujourd'hui. On ne saurait leur reprocher : si certains d'entre eux n'en étaient pas à leur premier event (Aypierre, Xari), d'autres étaient encore en train de se faire expliquer les règles une heure avant le coup d'envoi (n'est-ce pas jOsSpace et YoMax ?). Aussi brève l'expérience fut-elle, on espère qu'elle leur a plu. La seule de nos célébrités non-poker ayant franchi le Day 1C est un vrai passionné : Marvin Dupré. L'ancien candidat The Voice avait déjà gagné une bague WSOP Circuit au CCM, il y a 18 mois, bien avant de sortir son premier disque : sa première journée de poker à Marrakech se solde par une qualification avec 226 000 jetons. Presque la moyenne ! Avis à ses futurs adversaires du Day 2 : ne vous fiez pas à l'étiquette "WIP" collée sur l'épaule et à sa bonne humeur permanente : les cartes, Marvin sait les tenir.

La lanterne rouge de Casablanca

Karim
Dans un reportage poker, les bilans de fin de journée font systématiquement la part belle aux joueurs ayant monté de gros tapis, et/ou aux pros, aux "regs". C'est bien légitime, mais pourquoi ne pas, pour une fois, accorder un paragraphe au joueur qui a terminé le Day 1C tout en bas de tableau, avec seulement 24 000 jetons. La partie reprendra samedi aux blindes 3 000 / 6 000, mais Karim Bennani Smires gardait le sourire en fin de journée : "Je recevais des textos de mon pote, il me disait de tout envoyer, d'en finir ! Mais pourquoi ? J'ai encore ma chance ! En plus regarde, j'ai gagné le chip race, c'est un signe !" Il faut dire que Karim n'est pas du genre à faire tous les festivals du circuit : son business à Casablanca le tient bien trop occupé. Alors quand ce passionné s'inscrit, ce n'est pas pour s'envoyer en l'air. Son style prudent a porté ses fruits à plusieurs reprises au cours des dix dernières années : une finale EPT en 2009 (Londres), une victoire à Mazagan (2010) et une troisième place sur un WPT National Series, toujours à Mazagan (2012). Et ce Day 1C ? "Pas bien ! J'ai perdu 50 000 en jetant la main gagnante. J'avais une quinte, et à l'abbatage mon adversaire était très sûr de lui au moment de retourner son jeu. J'ai cru qu'il avait couleur ! Mais non... " Oublions cette faute de carre : qui sait, le Day 2 pourrait apporter à Karim un double-up rapide. Puis un autre... "En tout cas, qu'est-ce que c'est beau, le poker en 6-max ! Il faudrait pouvoir jouer tout le temps comme ça."

Ils sont passés in extremis

On ne va pas se mentir, parmi les 104 joueurs qualifiés sur ce Day 1C, une grande majorité nous sont pour le moment inconnus. Rien de rhédibitoire à cela, nous n'attendons que d'apprendre à connaître les autres. En attendant, nous pouvons vous dire que Jonathan Guez et Cheng-Wei Yin font partie du Top 10 de la journée, que Romain Nardin et Paul-François Tedeschi représentent les réguliers du circuit live avec des tapis au-dessus de la moyenne, que le finaliste de l'an passé Said Haho peut espérer un improbable back to back, que Said El Yousfi et Sofiene Belaid s'illustrent à nouveau sur un tournoi organisé au Es Saadi ou encore que Mike4895 et RSM nous offrent deux des plus beaux pseudos "ballec" jamais vus sur un tournois de poker.

On ne les reverra plus sur ce Main Event

Slimane Mamèche
Forcément, a 80% de joueurs éliminés aujourd'hui, la liste des têtes d'affiches à avoir pris la porte est longue comme le bras de Michael Phelps. Soulignons tout de même les efforts infructueux du Red Diamond et runner-up du High Roller Christophe Beyer, du champion EPT Jean Montury (malgré deux tentatives), du vainqueur de l'édition 2015 Jérôme Sgorrano, des habitués des lieux Sonny FrancoGilles GoriSlimane Mamèche, (photo), des Wameurs Cédric "smiths2000" Arnaud et Sylvain "Sylleo" Roullet, du président de Poker Savoie Matthieu Laurent, des réguliers de nos tournois live Matthieu Lamagnère et Mathieu Selides, du Maltais Matthieu Rodriguez, du finaliste 2017 Rakesh Lalwani ou encore du serial perfeur online Guillaume Dupuy.

3 questions à...

Encore une fois, nous nous sommes régalés aujourd'hui à poser un tryptique de questions (plus ou moins) sérieuses à des acteurs du SISMIX bien différents les uns des autres :

jOsSpace le débutant
Aypierre et Minecraft
Jo Guez et le betting
Arthur et le beer pong
Matthieu Laurent et l'ancienne école
Marvin Dupré et la musique
Francisco et l'Espagne
Alice et les tables TV

Vibrations urbaines cette nuit au Theatro

Soiree Orientale
Après avoir dégusté un délicieux couscous lors de la pause dîner, les joueurs du Main Event et le reste des festivaliers de ce SISMIX vont pouvoir se délecter d'une savoureuse soirée Urban Vibes au Theatro. Derrière les fourneaux, le duo italien Dual Beat fera office de plat principal entre les diverses mignardises concoctés par DJ Luniz, qui servira son quatrième set (!) depuis le début du festival. Si l'on peut penser que les 253 qualifiés pour le Day 2 vont se tenir à carreau, on ne devrait pas manquer de monde pour faire trembler les murs de la meilleure boîte de Marrakech et admirer les shows hauts en couleurs de leur troupe de danseurs. Bonne nuit les enfants, ne sortez pas trop tard !

Benjo, Flegmatic et PonceP
Photos : Caroline Tribot