masquer le menu

3 questions à... l'acteur Hugo Becker (Baron Noir)

- 10 mai 2018 - Par Benjo DiMeo

Main Event (Day 1B)

Hugo Becker
A trente ans, la dernière recrue dans l'écurie des WIP Winamax a déjà une carrière bien remplie. Sur sa "Hendon Mob" cinématographique, on retrouve des rôles avec Greta Gerwig et Adam Brody (Damsels in Distress), Clovis Cornillac (Chefs), une série US vue partout le monde (Gossip Girls), des tournages en Espagne (Bajo Sospecha), ou encore deux saisons entières au premier plan dans la série Française la plus célébrée de ces dernières années (Baron Noir), aux côtés de Kad Merad, Niels Arestrup, François Morel...

Bref, si vous prêtez attention à l'actu du petit et grand écran, vous connaissez forcément le visage d'Hugo Becker. Après deux heures de jeu dans le Day 1B (où on l'a vu faire tapis dès la première main avant de perdre un énorme pot parce qu'il pensait avoir As-9 au lieu de As-4 !), le comédien hyperactif (et, pour notre plus grand plaisir, hyper bavard) a répondu avec le plus grand sérieux à nos questions les plus débiles.

Dans Baron Noir, tu incarnes un jeune député évoluant au sein d'un Parti Socialiste rempli de magouilles et de coups bas. Te voilà maintenant à Marrakech pour jouer au poker. Faut-il nécessairement être
un escroc pour gagner des élections et au poker ?

Gagner des élections, cela demande un grand sens de la psychologie, et une excellente connaissance de l'adversaire. Oui, je parle aussi de poker, là ! Mais la différence entre les deux, c'est qu'en politique, tu es censé incarner des idéaux, alors qu'au poker, tu n'incarnes que toi-même. C'est un jeu individualiste, tu joues seul, donc tu vas prendre plus de risques. En politique, on doit penser aux conséquences de nos actes sur les autres. Mais dans le fond, la politique et le poker, c'est une suite de petites joutes où l'on doit analyser l'adversaire, se demander comment l'influencer, le faire vaciller. Dans les deux cas, il y a des joutes verbales, et si tu te fais relancer deux fois, cela ne veut pas dire que tu dois te taire ! Mais dans les deux cas, il faut aussi savoir se taire. Encore plus important : il faut savoir écouter l'autre.

Baron Noir
Avec Kad Merad dans Baron Noir

Ta table de poker idéale, avec seulement des personnages de fiction ?

D'abord : Jim Carrey dans le Truman Show. Avant qu'il se rende compte de la supercherie ! Puis : tout le casting de Vol au Dessus d'un Nid de Coucou. Là, tu as de vrais personnages, il doit y avoir moyen de rigoler ! Et ils ne sont pas aussi fous qu'il n'y paraît. Et puis, un perso réél avec qui j'aimerais jouer, parce que je l'aime bien et qu'on vient de tourner ensemble en Thailande, c'est Kool Shen. [NDLR : Cela va peut-être arriver aujourd'hui : Kool Shen est assis à quelques tables de celle d'Hugo.]

Kool Shen
Avec Kool Shen au SISMIX

Au SISMIX, tu as croisé un de tes plus vieux amis : le bien aimé arbitre en chef Thomas Gimie. Tous les matins, il déclame du Victor Hugo pour les croupiers avant que la salle n'ouvre au public, sur fond de musique classique. Il est aussi théâtral dans la vraie vie ?

On s'est connus au cours Florent, donc tu peux imaginer qu'on s'entend bien sur ce sujet. C'est le genre de mec qui a compris que le poker, c'était bien plus qu'un jeu de cartes : il y a de la psychologie, des mathématiques... Thomas, il est pas seulement obsédé par la littérature. D'ailleurs, si tu le croises en dehors d'un tournoi, tu ne pourrais jamais imaginer que c'est son métier. C'est quelqu'un qui est très curieux, très cultivé, très fin... Et très con, aussi. Il fallait bien que je dise un truc négatif !

Thomas Gimie
Thomas Gimie, arbitre-poète

Allez, une question bonus : un bon film sur le poker, c'est un film où le héros gagne à la fin, ou l'inverse ?

Les Joueurs, mec, Les Joueurs ! Fin ouverte !

Merci Hugo, et bonne chance pour le Day 1B.