Découvrez les finalistes du SISMIX 2017

- 21 mai 2017 - Par Benjo DiMeo

Bios par les reporters Winamax avec un coup de main de Steven (Club Poker)

Said Haho
Siège 1 : Said Haho - 33 ans, Casablanca (vient de Rabat) - 56BB
"Pas de trace du chip-leader sur Hendon Mob. Peut-être une histoire de nom mal orthographié ? Il a terminé chip-leader du Day 1C, et s'est de nouveau propulsé en tête sur la dernière main du Day 2. Un bet facile pour une place en finale." Nous écrivions ces lignes hier soir en fin de Day 2 : il restait 16 joueurs et nous n'avions pas encore fait connaissance avec Said (qui n'est plus chip-leader, mais garde un bon tapis.) 24 heures plus tard, nous sommes un tout petit peu plus avancés : Said a accepté de nous parler, non sans montrer quelque réticence. "Je suis un joueur amateur", s'excuse t-il, comme si cela était une raison pour ne pas faire connaissance (nous, on pense plutôt que c'est l'inverse !) Said nous avoue avoir 33 ans, et aimer avant tout le cash-game. Il s'est inscrit au Day 1C et n'a pas eu à re-entry pour se monter un gros stack. Sa profession ? "Finance, tu écris finance !" nous dit-il avant de tourner les talons.

Hugo Larariche
Siège 2 : Hugo Larachiche - 24 ans, Valenciennes (vit à Montpellier) - 54BB

Pour sa première fois à Marrakech, Hugo vit un SISMIX de rêve. Qualifié en une seule entrée dès le Day 1A, ce nordiste installé depuis peu du côté de Montpellier s'est offert deux jours de détente entre piscine, cash game et tourisme, et ce alors que le gros du field bataillait encore dans le Salon Jean Bauchet. Arrivé frais et dispo au Day 2 avec le sixième stack parmi 256 qualifiés, il est resté presque toute la journée aux avant-postes, se montrant aussi discret qu'efficace. Jouant principalement online et uniquement en tournois, Hugo s'est chauffé pour venir avec quelques potes au Maroc grâce à plusieurs bons résultats réalisés coup sur coup sur Winamax.fr fin avril. On a notamment vu un "MR.BOON" (son pseudo en ligne) victorieux sur le Tie Break, deuxième d'un Monster Stack à 10€ et troisième d'un Digestif. Après un tel good run, nous n'avons donc pas été surpris d'apprendre qu'une bonne partie du million de Dirhams promis à la gagne viendrait directement s'ajouter à sa bankroll. Un grinder, un vrai.

Rakesh Lalwani
Siège 3 : Rakesh Lalwani - 44 ans, Inde (vit à Casablanca) - 59BB

Sous ses airs d’indien solitaire, un peu perdu dans la masse de joueurs franco-marocains, Rakesh Lalwani est en réalité un grand habitué des tournois qui se disputent au Maroc. Ce businessman qui vit à Casablanca aime aussi bien jouer au Es Saadi de Marrakech qu’à Tanger ou Agadir. Mais pour lui, seul le live compte. Et s’il ne joue au poker que depuis quatre ans, Rakesh a pourtant déjà décroché une bague WSOP Circuit ici même à Marrakech, en janvier 2016. « Ce n’est pas le gain le plus important de ma vie, mais c’est une grande fierté de gagner un tournoi  avec le nom WSOP », se remémore t-il. Si le SISMIX 2017 a parfaitement débuté pour lui, avec une table finale sur le tournoi d’ouverture, Rakesh est surtout ravi d’avoir déjà amélioré sa performance sur le Main Event, lui qui s’était incliné 14e en 2015, l’année ou Jérôme Sgorrano s’imposait. « Je joue le Sismix depuis qu’il existe, j’adore ce festival ! » Cette année, le scénario s’annonçait pourtant mal engagé : « A 160 joueurs restants, (pour 125 ITM), je suis tombé à quatre blindes ! » Rakesh s’est accroché, a eu le brin de réussite nécessaire pour remonter, et se bat désormais pour la victoire : « Je pense pouvoir m’offrir une petite propriété au Maroc si je gagne le million de dirhams. »

Florent Vaz Martin
Siège 4 : Florent Vaz Martin (Qualifié Girondins Poker) - 34 ans, Bordeaux - 15BB

On l'a surnommé "le meilleur grimpeur du Day 2", qu'il avait entamé avec seulement 12BB : voilà Florent en finale, toujours en position de short-stack, mais surtout toujours en position pour remporter le titre ! Le bordelais est ami avec nombre de joueurs chevronnés de Gironde (Matthieu Lamagnère, Romain Lewis, Jonathan Therme), mais le poker est un hobby pour lui : "J'ai dix ans d'expérience dans le poker, explique t-il, mais je joue surtout en ligne", explique t-il en détaillent des perfs sur à quatre chiffres sur des tournois mid-stakes de Winamax. "J'ai une petite bankroll !" Dont il n'a pas eu besoin pour jouer le SISMIX : "J'ai disputé le championnat à 2€ l'entrée de mon club, Girondins Poker. J'ai juste eu a payer l'avion !" Il n'en est pas à son premier live Winamax, ayant déjà atteint l'argent une fois au cours de ses trois participations au WPO Dublin. Cette semaine, il n'a eu besoin que d'une entrée sur lez Day 1. "Je suis monté vite, mais à la fin de la journée, j'ai fait un peu n'importe quoi et je me suis un peu effondré. J'ai doublé dès le début du Day 2, et après c'était la folie : un flip gagné avec As-Roi, deux paires de Rois où je trap et double à chaque fois..." Florent, qui exerce la profession de monteur (dans le domaine du documentaire) et dit "bien crevé" à l'aurée de la finale, sera soutenu à distance par sa petite amie, qui le bombarde de SMS depuis le début de l'épreuve !

Hector Gonzales
Siège 5 : Hector Gonzalez - 25 ans, vit à Palma de Majorque (Espagne) – 75BB

Dernier représentant d'un contingent espagnol toujours aussi fourni ici à Marrakech, celui que l'on désignait jusqu'à encore très tard par son seul prénom s'est désormais fait un nom sur ce SISMIX, en étant notamment le premier joueur à franchir la barre des dix millions de jetons. Venu en terre marrakchie avec comme seule volonté de profiter pour la première fois de ses tables de cash game réputées folles, Hector ne doit son entrée sur ce tournoi qu'à une session CG particulièrement réussie. Un scénario vu maintes et maintes fois qui semble lui sourire, d'autant plus qu'il n'a eu besoin que d'une seule bullet pour se qualifier pour le Day 2. Une deuxième journée qu'il a d'ailleurs bouclé en trombe, réussissant un magnifique strike doublé d'un bad beat avec une paire de Rois contre deux As et 109. « C'est en tout cas un plaisir de jouer ici. L'organisation est super et les tables de 6-max apportent beaucoup » nous a confié celui qui pourra compter sur un rail fourni et (on imagine) bruyant. Disputant seulement son quatrième tournoi live, il est en position idéale pour s'offrir une somptueuse première ligne à un million de dirhams.

Paul Guichard
Siège 6 : Paul Guichard - 24 ans, vit à Bordighera (Italie) – 22BB
Absent des tables durant deux ans, Paul Guichard est de retour aux affaires depuis le 1er janvier 2017. Et avec un certain brio puisqu'il signe sur ce SISMIX sa septième place payée de l'année, pour autant de finales ! « Le live me manquait vraiment » confie celui qui avait été découvert lors de l'EPT Deauville 2012 en atteignant la seconde place pour 557 000 €. Une gestion de bankroll douteuse l'a ensuite mené à la banqueroute, avant une tentative de relance infructueuse sur l'émission de télé-réalité poker La Maison du Bluff. C'est finalement à la force du poignet, via un grind intensif sur des tables en ligne, que Paul a retrouvé son meilleur niveau et un capital suffisant pour se considérer aujourd'hui comme joueur professionnel de poker. Habitant désormais en Italie à Bordighera, à quelques kilomètres de sa Côte d'Azur natale, Paul se concentre sur les tournois entre 500€ et 1 000€ de buy in avec un certain succès : sa plus belle performance cette année est une victoire sur le High-Roller du DSO Cannes pour plus de 20 000 €. Sur ce Main Event du SISMIX, son tournoi n'a pas été une sinécure : « J'ai fait un total de 5 entrées et je suis tombé à 17 000 jetons sur la dernière avant de connaître une ascension hyper fluide ! » En finale, Paul sera soutenu à distance par sa petite amie, qui a dû quitter Marrakech samedi.

Kazuma Fujiyama
Siège 7 : Kazuma Fujiyama - 38 ans, Japon (vit à Paris) - 75BB

Kazuma Fujiyama affiche le genre de profil atypique qu'on apprécie de voir arriver en finale d'un de nos tournois. Le jeune papa d’une petite fille de deux ans et demi est prestataire dans la production de documentaires pour la télévision japonaise (son pays de naissance). Ses productions sont principalement réalisées en Afrique, autour de thématiques culturelles, ethniques ou animalières, mais il lui arrive aussi de travailler sur la culture française ou sa gastronomie, « ce qui permet de manger gratuit dans de grands restaurants », explique t-il avec un sourire. Ce nostalgique de l’Aviation Club de France a démarré le poker entre amis, avant de se lancer dans le bain du live dans le cercle parisien. Il réussit l’exploit de signer trois tables finales sur ses trois premiers tournois (les fameux 500€ du mercredi soir) et se trouve au passage une passion pour le jeu de cartes. Un poil impatient online, même s’il joue régulièrement, il préfère l’atmosphère d’une partie en live, son ambiance, les contacts et rencontres qui se créent autour de la table. Il joue essentiellement des tournois, et a déjà participé deux fois au Winamax Poker Tour à Paris, sans succès pour l’instant. Si son coup à la bulle a fait beaucoup parler (il double à tapis couvert avec AQ contre TT grâce à une dame river), il nous raconte un coup qui nous avait échappé, lorsqu’à une vingtaine de joueurs restants il élimine un short-stack en gagnant avec As-10 dépareillés contre As-10 assortis (joli exploit !) Son gros bluff contre Yvan Deyra est également écrit en lettres capitales dans le roman de son SISMIX, lui permettant de dépasser les onze millions de jetons. Il faut noter que notre génie du Team Pro Davidi, dont il a partagé la table et avec qui il s’est pas mal bagarré (dans la bonne humeur à laquelle Kazuma nous a habitué depuis le Day 1C), a annoncé une neuvième place pour Kazuma dans ce tournoi, alors qu'il restait encore 126 joueurs. Ce sera déjà beaucoup mieux quoi qu’il arrive, d’autant que Kazuma a un très confortable tapis à l’orée de cette table finale.