Un Day 2 rapide, intense et spectaculaire

- 21 mai 2017 - Par Harper

De 256 à 18 joueurs en 13 heures de jeu !

« Ce qui fait que tout le monde aime ce tournoi, c'est sa folie et sa vitesse. » Ces paroles signées Gaëlle Baumann collent parfaitement à l'incessante activité perçue lors de cette seconde journée du tournoi. La joueuse du Team Winamax poursuit : « On joue des gros pots en permanence, le fait d'être en 6-max pousse pas mal de joueurs à s'envoyer en l'air... Y compris des professionnels parmi lesquels je me compte ! » Tout au long de ce Day 2, nous avons ainsi assisté à des montées en puissance, des explosions en vol, des batailles épiques et des rencontres inévitables. Si vous étiez loin de votre ordinateur aujourd'hui, on vous résume cette belle journée de poker en quelques paragraphes.

Ils n'ont pas vu la couleur des dirhams

bust

Sur les 1 078 tapis achetés à la caisse du SISMIX, seuls 256 étaient de retour en seconde journée. La première action faite par les survivants en déboulant dans la salle a été de jeter un coup d'oeil à la répartition des gains : 125 places payées, 1 000 000 de dirhams pour le vainqueur. Un million ! Du jamais vu. Ce chiffre a excité quelques-uns de nos favoris : malgré de beaux tapis, Moundir et Salem Sahed ont été dans les premiers éliminés de la journée, à l'instar d'un Aurélien Guiglini n'ayant pas réussi à faire l'argent malgré cinq bullets mises dans le tournoi. Dans le même temps, Maxime Chilaud, Michel Abécassis, Romain Nardin ou encore Timothée Marlin quittaient la salle Jean Bauchet sans un rond en poche.

Une bulle ibérique

bulle

Tombés après trois heures de jeu à 126 restants, les prétendants à l'argent n'ont pas vraiment fait dans la dentelle. Les tapis ont été légion et c'est finalement Igna Poker, un Espagnol s'étant bien moqué de nous à l'heure de nous refiler son identité, qui a rejoint la sortie après un coup particulièrement audacieux où il a tout mis rivière avec une simple deuxième paire contre un brelan chez son adversaire Mounim Kaddouri. Applaudissements dans la salle : tous les joueurs étaient assurés de prendre un minimum de 11 000 dirhams, soit 1 004 euros. Parmi les primés, Mathieu Laurent a signé sa troisième place payée sur l'épreuve !

Les anciens vainqueurs ont brillé

davidi

Ce n'est pas la seule démonstration de force faite par des personnes ayant précédemment marqué le SISMIX puisque les vainqueurs des trois premières éditions ont également réussi à se glisser dans l'argent. Après une longue bataille où il a fait voler à plusieurs reprises une dizaine de blindes, Davidi Kitai (vainqueur en 2014) a fini par être éliminé en 72e place avec une paire de 4 contre les 9. Celui qui avait déclaré que « s'il ne gagnait pas ce tournoi, il arrêtait le poker » a été aperçu sur une table en ligne dans la soirée. Une retraite de courte durée. Dans la foulée, Bruno Lopes (vainqueur en 2016) a rendu les armes en 63e place avec Roi-Six contre Roi-Cinq, son adversaire trouvant une couleur. Restait alors le Belge Jérôme Sgorrano (vainqueur en 2015) mais son brelan de 4 est venu se fracasser à une couleur pour sceller son élimination en 53e place. C'est une certitude, nous aurons un vainqueur inédit !

Le SISMIX, un tournoi où l'ennui n'existe pas

action

D'un aveu général, le SISMIX est une épreuve où l'action ne faiblit pas. Un constat aidé par un premier fait : le vainqueur doit être trouvé en trois jours. Pas le temps de niaiser, donc, avec des niveaux de 40 minutes le premier jour et de 50 le second. Et puis il y a ce format 6-max qui semble faire l'effet d'un excitant chez les joueurs... Il vient toujours un moment dans la journée où ils ne peuvent s'empêcher de cliquer !

Prenez cette main entre Ivan Deyra et Romain Lewis. Le second a 4-bet avec As-Dix et mis son grand ami à tapis sur un tableau 246-3-5 avec trois piques. Après une longue hésitation, Ivan a fini par payer avec une simple paire de Rois pour un partage. Romain Lewis terminera par s'incliner quelques heures plus tard en 66e place. Il y eut également le craquage de Quentin Roussey (90ème), millionnaire avant un 5-bet à tapis disproportionné avec Roi-Valet contre un Romain Meyer qui n'en demandait pas tant avec une paire d'As en main. Pour d'autres, pousser les jetons avec des mains marginales a eu du bon : Sofiene Belaid a joué un pot de 1,7 million - à ce moment-là près de trois fois la moyenne ! - avec Neuf-Dix contre le As-Roi de Jérémy Saderne. Le récent vainqueur du Winamax Poker Tour se voyait déjà s'envoler vers une nouvelle finale quand une quinte est apparue sur le turn pour Sofiene.

Jérémy a alors dû se contenter de la 99e place, rejoignant les favoris qui ne connaitront pas le Day 3 de ce SISMIX : le runner-up de l'édition 2016 Alexis Fleur (122e), Alexandre Réard (95e), Erwann Pécheux (48e) ou encore la joueuse du Team Winamax Gaëlle Baumann, 58e après avoir atteint les trois dernières tables l'an dernier. Alors que Guillaume 'Fowan' Dupuy s'inclinait en 21e place au milieu d'une phase euphorique autour des tables, un autre joueur de l'équipe au W rouge a manqué le Day 3 d'un cheveu : Alex Luneau, 20e. « Un pro du Team Winamax en finale, c'est pourtant le minimum ! » sourit Sylvain Loosli en référence à la grande réussite de l'équipe au W rouge sur les tournois de son sponsor. 

La fin de journée dingue de Said Haho

Alors que du côté de la piscine du Es Saadi, le groupe Offenbach parvenait à faire danser les déçus du tournoi comme notre WIP Emmeline Ndongue, 78e de l'épreuve pour son premier tournoi live, le Main Event voyait émerger de sérieux candidats à la table finale. Un exemple ? Ivan Deyra qui s'est fait la peau de Kevin Droz (pourtant assis derrière 3,2 millions à 45 joueurs restants !) lors d'un coup déjà devenu épique où Kevin a décidé d'engager son tapis avec une maigre paire de Six alors qu'Ivan 'ValueMerguez' possédait deux Rois. Et voilà comment l'un des joueurs les plus réguliers de Winamax.fr devient l'un des principaux favoris au titre. Il sera accompagné parmi les hommes de tête de Paul Guichard qui a notamment éliminé Pamela Grafouillere (35e), dernière femme en course, avec deux As contre deux Rois.

saidhaho

À l'image de la journée, c'est sur une main folle que s'est achevé le Day 2. Sur un tableau K-2-2, Sofiene Belaid a décidé d'engager 3,2 millions de jetons (l'équivalent du tapis moyen !) avec un simple As-Valet. Oui, hauteur As ! Said Haho (photo) avait floppé la main rêvée : un carré de 2 ! Il n'y a plus aucun suspense, ce pot de 7 millions part dans la direction de Said, un joueur ne possédant pas encore la moindre place payée sur le circuit qui attaquera les trois dernières tables en position de chipleader... Tandis que Sofiene, large chip-leader deux heures plus tôt, était le dernier éliminé de ce Day 2. Minuit venait de passer : magnanimes, les superviseurs déclairaient la trêve, une demi-heure plus tôt que prévu. Il est vrai que la journée s'était déroulée un poil plus vite que ce qu'ils avaient prévu.

Déjà assurés de prendre 44 000 dirhams, les 18 survivants lorgneront dimanche dans un premier temps sur la table finale récompensant ses protagonistes d'un minimum de 130 000 dirhams. Et, lorsqu'ils arriveront dans la majestueuse Cour des Lions où se déroulera l'ultime table (à ce moment-là, ils ne seront plus que six), ils pourront alors légitimement penser à succéder Kool Shen et aller chercher le million de dirhams promis au vainqueur.

Reprise des hostilités à 13h (soit 15h en France : hé oui, deux heures de décalage au lieu d'une : avec le ramadan qui débute bientôt au Maroc, on change d'heure ce soir) N'oubliez pas de lancer Winamax aux alentours de 20 heures pour écouter notre édition spéciale du Mutiplex Poker en direct de Marrakech.