masquer le menu

Grosse main, petit partage

- 20 mai 2017 - Par Flegmatic

Main Event (Day 2)

Ivan Deyra

Vivant ensemble au quotidien dans une colocation de grinders cinq étoiles du côté de Londres - où l'on retrouve aussi entre autres Victor Choupeaux et Adrien Delmas -, Ivan Deyra et Romain Lewis partagent également depuis quelques minutes la même table sur ce Main Event. Un spectacle dont on délecte d'autant plus qu'il n'est qu'éphémère, leur table faisant partie des prochaines à casser. Comme si les deux loustics en étaient conscients, ils viennent de nous offrir une empoignade de toute beauté à quelques encablures de la bulle.

C'est le récent runner-up du FPS Monte-Carlo qui ouvre les hostilités avec une ouverture UTG à 22 000. Au cut-off, 'ValueMerguez' fait monter les enchères à 68 000 avant de voir Romain lui revenir dessus pour 147 000. Ivan prend son temps mais finit par payer pour découvrir un flop 246 qui ne touche a priori pas trop la range des deux joueurs.

Romain Lewis

Romain ne s'en laisse pas compter et ajoute un "petit" 85 000 dans le pot. "Il n'y a pas de honte à faire le lâche ValueMerguez !," lâche-t-il à son pote qu'il sent hésitant. Mais la lâcheté n'est pas dans le vocabulaire de l'homme au maillot du Brentford FC, qui paie avant de check back le turn 3, face à un Romain absolument mort de rire. Le 5 sur la rivière complète un scénario plus que parfait, offrant désormais à tout ce beau monde une quinte sur un plateau, en plus de faire rentrer le tirage couleur à pique.

Presque immédiatement, Romain avance alors trois grosses piles de jetons, demandant sans plus attendre le tapis d'environ 250 000 d'Ivan. "Tu ne peux pas fold une quinte à la bulle !," enchaîne-t-il, bien décidé à mettre un maximum de pression sur son coloc'. Près d'une dizaine de personnes sont alors agglutinés autour de la table, entre joueurs, couvreurs, photographes et membres du floor, trépignant d'envie de connaître l'issue de cette main rocambolesque.

Romain - Ivan

Ivan rentre alors dans un tank qui va durer de très longues minutes. À ce moment-là du tournoi, avec seulement quatre éliminations séparant les survivants des places payées, vous imaginez bien qu'aucun joueur à table ne compte demander le Time, trop heureux de pouvoir gagner du temps en toute décontraction.

Après s'être avachi sur la table et avoir lâché deux ou trois soupirs, Ivan finit par jeter au-delà la ligne un jeton jaune pour signfier un call. "Partageons mon ami, partageons !," clâme Romain, retournant A10 tandis qu'Ivan montre KK. Tout ça pour ça me direz-vous ? Oui, mais avouez que le voyage valait largement la destination.