masquer le menu

Tout n'est pas si facile, tout ne tient qu'à un fil

- 30 mai 2016 - Par Benjo DiMeo

La finale, un sortant après l'autre

Entamée peu après 20 heures 30 dans la majestueuse Cour des Lions du Palace Es Saadi, dont la fonction de restaurant gastronomique a laissé place le temps d’une soirée au finish d’un grand tournoi de poker, la finale a commencé de manière classique. Entendez par-là que la logique a été initialement respectée avec les éliminations rapides des deux joueurs les plus en difficulté.

Malgré une expérience considérable en ligne, avec quatre titres Winamax Series (le record absolu) glanés ces trois dernières années, Thomas « FicheHas2Pay » Cazayous n’aura eu le temps de ne jouer qu’une main autour de la dernière table, le jeune grinder installé à Malte trouvant As-Roi aussitôt après s’être assis, et tombant contre les Valets d’Alexis Fleur : le coin-flip tournera à l’avantage du chip-leader.

Avec moins de dix blindes pour attaquer la finale, Karim Benamrouche pensait ne pas tenir plus que quelques minutes. En fait, l’amateur de Saint-Etienne sera resté en place près d’une heure, triplant son tapis face à Kool Shen et Sébastien Comte avant que son As-Valet ne se heurte au As-Dame d’Aurélien Guiglini. L’ordre dans lequel les cartes du board seront retombées ne seront pas tendre avec son rythme cardiaque, Karim trouvant un Valet sur le flop, avant que la Dame sur la rivière ne crucifie ses espoirs.

Malgré un double-up prometteur durant la première heure, Grégory Cometto subira ensuite le même sort, là aussi lors d’une confrontation à tapis préflop, avec un AsJs pas de taille conter les Dames de Kool Shen, scellant l’élimination du manager de boîte de nuit parisien en cinquième place.

Eminence grise de Winamax et figure emblématique du poker Français, tant pour ses résultats en tournoi que sa contribution à l’évolution des jeux en ligne dans l’héxagone, Aurélien Guiglini quittera la Cour des Lions en quatrième position, sans avoir réellement réussi à lancer sa finale, après une confrontation plus ou moins inévitable contre Kool Shen, chacun d’entre eux trouvant la top paire avec l’As sur le flop, avant que le rappeur ne s’améliore sur le turn avec une seconde paire. A noter qu’il s’agira de la seule élimination de la finale n’ayant pas été le résultat d’un all-in préflop.

On tenait le trio final, et là encore, une certaine logique était respectée : Kool Shen, Sébastien Comte et Alexis Fleur, les trois derniers prétendants au titre, étant en effet ceux possédant les trois plus gros tapis à l’entame du match. Mais contrairement à ce que l’on aurait pu croire, cette configuration linéaire n’aura pas résulté en une partie longue : une demi-heure seulement se passera avant qu’une élimination supplémentaire se produise.

Agressif, volontaire, le quasi-régional de l’étape Sébastien Comte (originaire de Lyon mais installé à Marrakech, avec un palmarès conséquent établi ici) se sera vaillamment battu, et aura bien mérité son podium, obtenu après que son As-7 ne se soit pas amélioré contre la paire de 10 d’Alexis Fleur.

Le duel final entre un jeune grinder de 23 ans qualifié pour le tournoi en freeroll (possédant les deux tiers des jetons après une finale menée sans commettre de faute) et une icône de la musique Française devenue petit à petit une figure du poker hexagonal aurait pu ne durer qu’une main, Alexis Fleur trouvant d’emblée une paire de Roi contre un Kool Shen enclin à s’engager son tapis avec une paire de 4. Au bord de l’élimination, il trouvera un 4 salvateur sur le turn pour rester en course, renversant complètement la vapeur.

Cela sera le point de départ d’un duel long (plus de deux heures), et riche en rebondissements : question bad beats, Alexis aura l’occasion de rendre la pareille à Kool Shen, avec un As-2 victorieux contre As-10, et un As-10 partageant contre deux Valets… Sans pour autant parvenir à reprendre l’avantage : ce dimanche, Bruno Lopes avait la réussite de son côté - et une clairvoyance certaine, en témoigne ce magnifique call avec une petite paire de 3 sur un board 72867, au moment même où Alexis avait décidé de bluffer avec QJ ! Peu après trois heures du matin, un dernier rebondissement (As-4 gagnant contre As-7) donnait, pour la seconde fois de l'histoire du SISMIX, la victoire à un pro du Team Winamax.