Winamax

Les amateurs au pouvoir !

- 9 mars 2016 - Par Benjo DiMeo

Livreur, moniteur d'auto-école, chanteur, chauffeur, agent immobilier... Jamais, au cours des cinq années d'existence du Winamax Poker Tour, la table finale n'avait offert autant de profils différents, jamais elle n'avait aussi bien rempli son rôle de baromètre du poker amateur. Entre l'étudiant qualifié en freeroll, le grinder jouant presque exclusivement en ligne, celui qui joue aux cartes en club le week-end, ou le passionné appliqué ayant déjà un palmarès enviable, toutes les façons de pratiquer notre jeu favori étaient représentées autour de la dernière table de l'édition 2015/2016 du festival.

Cette diversité rendait cette finale particulièrement excitante sur le papier, d'autant que les jetons étaient repartis de manière relativement équitable entre les huit derniers joueurs. Bien malin celui qui aurait pu prédire à l'avance le vainqueur !



A 14 heures et 37 minutes, les prétendants au titre étaient en place. Après un round d'observation d'une demi-heure durant lequel Sylvain Nazarian s'empara du chip-lead, un premier joueur prenait la sortie, victime d'un bad beat : la paire de Rois d'Allan Tirel ne tenant pas à tapis avant le flop contre le As-Dame de Mohamed Cheikh. Un coup du sort évidemment coûteux à ce stade de la partie : sans doute que les 17,500 euros remportés par le Nantais ont eu, sur le moment, le goût d'un lot de consolation.

Réduits à sept, les finalistes se sont montrés prudents, peut-être trop par moments : l'élimination d'Allan fut la seule observée durant les 90 premières minutes de la partie. Une remarque qui ne concerne pas Ricardo Manquant : le favori putatif de cette finale (en sa qualité de double vainqueur WPT/WSOP Circuit), se montra actif d'entrée de jeu, avec notamment un beau bluff réussi contre Mohamed. Mais au final, le joueur le plus titré de cette finale ne conserva guère longtemps le témoin de chip-lead : durant les heures qui allaient suivre, il allait passer dans les mains de trois joueurs différents : Sylvain, Mohamed, mais surtout Cyril.

Deux heures après l'élimination d'Allan, le public commencait à s'impatienter : le compteur restait figé à sept joueurs, dont une bonne moitié avec vingt blindes ou moins, poussant régulièrement leur tapis sans se faire payer.



Entre en scène Cyril Georges : dernier rescapé des 168 qualifiés des 45 étapes freeroll du Winamax Poker Tour, l'étudiant de vingt ans nous avait déjà fait très bonne impression de par son sang froid et la qualité de ses décisions. Désormais en tête au classement, il allait nous prouver en quelques centaines de secondes que les Dieux du poker étaient aussi de son côté.



17 heures 30 : le bordelais Othmane Chaib trouve As-Roi et se retrouve à tapis contre Cyril, qui montre... deux Rois ! Un sortant !



17 heures 37 : Ricardo Manquant trouve As-Roi et se retrouve à tapis contre... Cyril, qui montre... deux Rois ! Un deuxième sortant !... Tandis que Sylvain respire : avec ses deux Dames, il a perdu beaucoup de jetons mais a fait preuve d'assez de discipline pour abandonner préflop.



17 heures 40 : Cyril relance avec une petite paire de 3, et Salah Amrah envoie son tapis. Douze blindes, c'est trop peu pour que celui qui possède désormais l'écrasante majorité des jetons abandonne : c'est payé. Cyril remporte le coin-flip, et élimine son troisième joueur en dix minutes !

On tenait le dernier carré, et la domination semble t-il sans partage de Cyril allait prendre une petite pause, le temps que Sylvain double deux fois à la volée son tapis, la première sur un petit coup de chance (Roi-Dame qui bat As-Dame).



La machine à éliminations, elle, restait lancée à toute vitesse : allait partir le très sympathique Mohamed Cheikh après un call un peu trop optimiste contre Sylvain (Roi-10 contre As-10) et une faute de jeu qui aurait été vite oubliée en d'autres circonstances mais allait ici se réveler cruciale : payant une sur-relance de Cyril préflop, le moniteur d'auto-récole retourna aussitôt A6... avant de se rendre compte qu'il lui restait encore des jetons ! Cyril, qui avait reçu les Rois pour la troisième fois de la journée, n'avait donc aucun doute au moment de payer le tapis de Mohamed sur un flop 7-7-6, provoquant son élimination en quatrième place.



L'étudiant de Polytechnique ne connut finalement qu'un seul vraiment moment de doute au cours de cette finale : lorsqu'il s'evertua à payer Sylvain tout au long d'un board 47KKA, sans pouvoir montrer mieux que le Roi-Dame retourné par l'agent immobilier. À ce stade, nombreux crurent que les proverbiales mouches avaient changé d'âne : Sylvain possédait désormais les trois quarts des jetons en circulation.



Une domination qui allait s'accuenter en sortant Marc De Brito en troisième place : fidèe à son style "sous-marin", le sexagénaire s'était contenté d'observer ses adversaires sauter les uns après les autres. Une stratégie défensive qui permit à l'habitué des cercles parisiens de grimper sur l'échelle des prix sans rien faire d'autre que de pratiquer un jeu patient et solide, bonne pour un prix de 54,000 euros.



Malgré la considérable avance de Sylvain sur Cyril, les deux prirent le temps de discuter d'un éventuel deal. Une discussion qui ne porta pas ses fruits... Mais qui repris après que Cyril, très agressif et bénéficiant des cartes qu'il fallait, ait repris un avantage décisif après trente minutes de duel à sens unique. Juste avant la pause-dîner, l'étudiant faisait chavirer l'agent immobilier, réussissant le plus osé des bluffs pour faire chuter Sylvain à cinq blindes. Sonné, il n'allait jamais réussir à renverser la vapeur...