Qui va gagner le match France-Espagne ?

- 15 mai 2022 - Par Flegmatic

12 contre 9 : on part avec un léger avantage numérique
Mais la Lituanie, la Belgique et le Portugal ont avancé des pions jusqu'à la dernière case
Main Event 500 € (Coup d'envoi du Day 3)

Casino Torrelodones
Les demi-finales du WPO Madrid débuteront dimanche à 12h30 avec 24 joueurs restants, soit 1,01 % d'un field record de 2 182 entrées. Il n'y aura que 6 places en finale, et bien sûr un seul trophée pour accompagner le premier prix de 130 000 euros. Qui pour la victoire ? On vous déroule ci-dessous nos informations, entre citations récoltées directement à la source, souvenirs de tournois précédents, et données chinées sur Google.

Samuel Anclevic
1er : Samuel Anclevic (France) - 9,5 millions (80 BB)
Passer la bulle à 312 joueurs avec six blindes... pour terminer à la tête de l'escadron des 24 joueurs du Day 2 : tel est le destin doré que les dieux du poker ont réservé à Samuel Anclevic aujourd'hui. Le Français sera en effet au Day 3 avec 9 500 000 jetons, après avoir vécu une journée pour le moins agitée. "Le début était intéressant. 30 minutes après la bulle, j'avais 50 BB. Et encore 30 minutes plus tard, j'étais redescendu à 5 BB ! J'ai encore remonté, avant d'arriver sur ma dernière table du jour avec 1 100 000 sur les blindes 35k/70k." Le reste ne fut qu'une inarrêtable ascension vers les sommets, grâce à plusieurs gros pots gagnés en fin de journée : deux heures plus tard, Samuel avait grindé plus de 8 millions de jetons et emballait donc le stack du chiplead. "Quand tu touches, c'est plus facile ! Je me rappelle par exemple avoir relancé avec une paire de 4, effectué un c-bet avec air au flop, et troué le 4 au turn. Maintenant, il faut que ça continue encore quelques heures !" Si vous voulez faire plus ample connaissance avec l'un des favoris pour la finale et rejouer l'un des gros coups de sa journée, rendez-vous dans ce post publié en milieu de Day 2. Mais de toute manière, Samuel fera certainement parler de lui demain !

Adrian Garcia
2e : Adrián García (Espagne) - 9 millions (75 BB)
L'enemigo numero uno de Samuel au Day 3 sera un joueur espagnol aussi discret que redoutable. Globe-trotter invétéré (il a successivement vécu à Cardiff, Mexico City ou en Thaïlande), Adrián Garcia est un joueur de cash game bien plus que de tournois, habitué à jouer sur les tables du ".com" depuis les quatre coins du globe, jusqu'à NL 500 au format "Zoom" (chez nous, ça s'appelle le GoFast). Sa fin de journée a pris une autre tournure quand il a trouvé un full in extremis river pour passer devant la quinte frappée turn du joueur de volleyball professionnel allemand Nils Mallon.

3e : Nicolas Vayssières (France) - 8,505 millions (71 BB)
Existe-t-il un joueur français plus en vue actuellement que Chevre.Miel ? Depuis son exceptionnel deep run sur le Main Event des WSOP, le Sudiste est partout, online comme en live. Quatrième du High Roller Eureka à 2 200 € à Prague, vainqueur de son premier pique à Monte-Carlo sur un Side Event Hyper Turbo à 1 000 €, le tout sans arrêter de collecter les perfs en ligne : Nico a tout du joueur en confiance craint de ses adversaires et à qui tout réussit. "Je me contente de jouer tight... mais tout le monde pense que je bluffe tout le temps !", nous a-t-il glissé, comme pour justifier ces petits coups glanés à répétition. Réfléchi, la tête sur les épaules, on peut lui faire confiance pour ne pas se laisser griser, ni par l'enjeu, ni par l'ambiance, qui risque d'être survoltée s'il parvient à se glisser en finale.

Pierrick Letalleur
4e : Pierrick Letalleur (France) - 8,2 millions (66 BB)
Les coverages de tournois sont remplis d'histoires fantômes. Des récits jamais écrits, restés à l'état d'idée après une élimination précoce du sujet observé. Si, avec son stack de 66 BB, Pierrick Letalleur a largement mérité sa place dans cette présentation des joueurs du Day 3, ce paragraphe aurait très bien pu rester à l'état de brouillon, s'il avait pris une décision différente dès le début du Day 2, alors que la bulle n'avait pas encore éclaté. Faisant face à un check/raise à tapis de Franck Charpentier sur un flop 453, Pierrick avait le choix entre jouer ses Rois à fond et risquer l'élimination, ou préserver un stack de 160 000, 23 blindes qui l'assuraient de franchir la bulle sans encombres. C'est la prudence qui a primé. À table, beaucoup s'en sont étonnés : de BB, Charpentier s'était contenté de payer le 3-bet de Pierrick alors qu'il faisait face à deux joueurs. Mais douze heures plus tard, le joueur de Montpellier était encore là pour rejouer encore une fois cette main, et réaffirmer sa conviction. "Je lui ai demandé s'il avait les As. Il m'a dit oui. J'ai demandé deux, trois, quatre fois, il a répondu la même chose. J'ai envie de le croire. Je n'ai pas de raison de ne pas le croire. C'est presque la seule situation où je pouvais jeter cette main. J'avais un bon stack, je n'avais pas envie de le perdre." Et c'est ainsi qu'à deux heures du matin, il pouvait nous raconter la suite de son Day 2. "J'ai été assez card dead à 80 left. Je fonds jusqu'à 9 blindes quand arrive le coup qui fait la différence : je pousse UTG avec As-10, la SB paie avec une paire de 6, je gagne grâce à l'As au flop." Puis viendra une confrontation, moins incertaine, contre l'un des joueurs les plus titrés du field. "Avec 20 BB, j'ouvre avec deux Rois. Timothée Marlin shove avec deux 8, je snap call et je gagne. Ça a relancé mon tournoi."

Derrière, Pierrick trouvera une jolie idée de bluff avec un As-10 joué en bataille de blindes. "La SB ouvre assez cher, et mise 250 000 dans 600 000 sur le flop Roi-Dame-X. Je paie pour la gutshot et parce que peu de mains ont touché. Turn : 9 qui ouvre un flush draw, il y a aussi la quinte qui rentre. Il mise pas cher, 250 000 dans 1,1 million. Je paie. Brique sur la rivière, et là il mise le même montant. En fait il me dit 'J'ai un petit Roi et je ne sais pas quoi faire' !" Pierrick, lui, sait quoi faire : mettre à tapis son adversaire, avec une relance à la hauteur du pot. Et le coup est gagné.

Repensant à notre idée de l'article précédent, sur ce temps qui passe différement pendant un festival de poker que dans la vraie vie, on demande à Pierrick de quelle manière il sent les heures défiler sur un Main Event durant 14 heures. C'est long ? C'est court ? Il nous répond exactement ce que l'on pensait : "Le temps est dilaté. Il y a l'horloge que l'on regarde tout le temps, c'est du temps objectif. Mais dans la tête, la perception est complètement différente. Pour faire face à ça, tenir sur la durée, il y a un truc tout simple : respirer." Qualifié sur Winamax via les championnats de son club Montpellier Poker il y a un an et demi de cela (le Covid a su dilater le temps comme personne !), Pierrick va maintenant chercher le second souffle du marathonien afin d'accéder en finale de notre premier gros tournoi depuis 2019.

5e : Omar del Pino (Espagne) - 6,65 millions (55 BB)
Un spécialiste des Expresso qui ne dit jamais non à un beau tournoi live. Comme par exemple le Main Event du PS Festival de Marbella, qu'il a remporté en 2018 pour un gros chèque (environ 100 000 euros). Une victoire parmi beaucoup d'autres sur les tournois mid-stakes du circuit espagnol.

6e : Gytis Juskevicius (Lituanie) - 6 millions (50 BB)
Essayez de Google ce nom et vous tomberez sur un ancien boxeur, aujourd'hui âgé de 56 ans et qui a connu son heure de gloire en concourant sur les JO de Barcelone en 1992. Au risque de vous décevoir : non, ce n'est pas le même bonhomme à qui nous aurons affaire au Day 3.

7e : David Álvarez (Espagne) - 4,8 millions (40 BB)
Un habitué du circuit espagnol, régulier des tournois mid stakes de Winamax, où il compile plusieurs finales sous le pseudo de LA BOTRILA. Son ascension vers les sommets du chipcount a été quelque peu stoppée en fin de journée.

8e : Yoann Hillewaere (France) - 4,675 millions (39 BB)
Sous l'alias usurpateuryo, il a fait le choix original de Twitcher ses sessions... le matin, sur des tournois comme le Breakfast, le Coffee Time ou le Crunch. À le voir trembloter légèrement à chaque gros pot remporté, on comprend que Yoann vit à fond son one time, lui qui n'a que peu l'habitude de jouer en live. Nul doute qu'il sera soutenu par bon nombre de fans dans le chat en cas de passage en table télévisée.

Joaquim Marquez
9e : Joaquim Marques (Portugal) - 4,43 millions (37 BB)
Sur ce WPO Madrid, on a croisé José Gonzalez, vainqueur de l'Eureka Highroller sur la dernière édition de l'EPT Prague et qui aujourd'hui a fait le show avant de chuter non loin de la fin du Day 2. Lors de la finale remportée à Prague, Gonzales a croisé un certain Nicolas Vayssieres, encore en course au Day 3, mais aussi Pedro Marques. Hé bien : Joaquim est son papa. Et d'après nos infos, c'est lui qui aurait transmis la passion des cartes et jetons à son fils...

10e : Kevin Mastrosimone (France) - 4,385 millions (36 BB)
Deux lignes Hendon Mob datant des 20 et 21 août 2021 sur des tournois à tout petit buy-in à Aix-en-Provence : une victoire et une neuvième place. C'est tout ce que l'on sait à ce stade de ce joueur de 32 ans qualifié via les championnats Winamax du club Poker@Lyon.

11e : Julien Da Silva (France) - 4,38 millions (36 BB)
40 000 $ de gains en live accumulés en dix ans, semble-t-il... On utilise le conditionnel car nous ne sommes pas à l'abri d'un homonyme. L'écrasante majorité de ses résultats ont été signés à Gujan Mestras, mais Julien aurait deep-run le récent EPT National de Monaco (43e pour 4 800 euros).

Valentin Oberhauser
12e : Valentin Oberhauser (France) - 4,015 millions (33 BB)
Valentin n'a pas trop fait de vagues dans cette journée : mais à le voir parler avec nombre de grinders biens connus de nos services une fois toutes les tables déplacées dans la salle Mandalay, on comprend qu'on a affaire à un joueur de qualité. Il s'est d'ailleurs montré solide avec un tirage pas franchement favorable sur sa dernière table, avec Matthieu Lamagnère juste à sa gauche. Ses premières références en live datent de 2017 : il possède donc un minimum d'expérience pour aborder le dernier acte de ce tournoi avec un stack pile au milieu du field. Un joueur à ne pas prendre à la légère, de toute évidence.

13e : Pablo Herrera (Espagne) - 4 millions (33 BB)
Un joueur récréatif... mais qui n'a pas à rougir de ses performances dans les casinos de Madrid.

14e : Hugues Mazerolle (France) - 3,785 millions (31 BB)
Avec Hugues Mazerolle, il faut s'attendre à tout. En fonction de son humeur, il peut lâcher la bride à tout moment. Mais ce grinder qui n'a pas froid aux yeux est avant tout et à n'en pas douter un joueur de très grande qualité, en témoigne la liste de ses super perfs sur Winamax. Après s'être brillament emparé du chiplead en début de journée lors du Day 2 en ayant joué à merveille de son image de degen, il termine dans le ventre mou (14e) après une session pas trop prolifique en table télé. Mais s'il remonte des jetons, on tiendra là l'un des candidats sérieux à la victoire finale.

15e : Anthony Soules (France) - 3,520 millions (29 BB)
Anthony n'est probablement pas le joueur le plus spectaculaire du field, mais de toute évidence, on tient là un grinder solide, qui a su tracer sa route en table télévisée malgré la présence des monstres Nico Vayssières et Hugues Mazerolle, et dont les références en tournois online montrent sa maitrise du format MTT. Et lors du Day 1 B, autrement dit il y a une éternité, il nous a dit qu'il allait gagner le tournoi... Ses adversaires feraient bien de se méfier !

16e : Adriano Abbracciavento (Belgique) - 3,4 millions (28 BB)
Davidi Kitai, Jérôme Sgorrano et maintenant... Adriano Abbracciavento. Car vous fiez pas à son nom à forte consonnance transalpine, le membre de la Frietje Team (littéralemnt, "L'équipe Frites") est un pur produit d'outre-Quiévrain et pourrait de nouveau faire briller son pays sur un Main Event estampillé Winamax. Venu sur ce WPO avec son frère Fabrizio, qui a également atteint les places payées et Fred, leur ami commun qui leur a confectionné leurs tee-shirts personnalisés, le Bruxellois ne vise rien d'autre qu'une première grosse perf' en live. Et à l'entendre demander comment accéder à notre streaming depuis la Belgique, on imagine qu'ils seront nombreux à le soutenir par procuration depuis là-bas.

17e : José Maria Martin (Espagne) - 3,32 millions (28 BB)
Même topo que pour Pablo Herrera quatre places plus haut.

18e : Antonio Lopez (Espagne) - 3,23 millions (27 BB)
Un reg des MTT online, catégorie mid-stakes.

Timothée Marlin
19e : Timothée Marlin (France) - 2,86 millions (24 BB)
Tiens donc, un revenant ! Venu avec compagne et enfant à Madrid, AzizDuLoft, du nom de son ancien pseudo avec lequel il a longtemps terrorisé les tables de Winamax, a choisi de la jouer soft sur ce Winamax Poker Open. "Je n'ai joué que le Battle Royale et le Main Event. Mais les journées sont quand mêmes longues, c'est dur. Surtout que le petit se réveille autour de 7h30 le matin..." Ce qui n'a pas empêché ce joueur historique de nos festivals live de démarrer la journée tambour battant. "Je suis monté à 6,4 millions à mon pic, et j'ai fait doubler un joueur à 20 BB avec une paire de 8 contre deux Rois [Pierrick Letalleur, NDLR], puis un second avec As-Dame contre deux 9. Et sur l'avant-dernière main de la journée, j'ai perdu 800 000 en tentant de bluffer mon voisin de gauche en bataille de blindes. Au moins avec 25 BB demain les décisions seront plus faciles à prendre."

Juan Manuel Pastor
20e : Juan Manuel Pastor (Espagne) - 2,83 millions (24 BB)
En dehors de l'Espagne, seuls les anciens savent que nous avons ici affaire à un grand nom du poker ibérique, ambassadeur du rang de Bruno Fitoussi ou Michel Abécassis dans son pays. Car il est indéniable que les plus belles heures de Juan Manuel Pastor sont derrière lui, à en juger par la raréfication de ses résultats ces dernières années. Finaliste de l'EPT Londres en 2011 (4e),  l'ancien membre du Team PokerStars (c'était à la fin des années 2000) a longtemps tenu le crachoir au micro de l'EPT live, à l'époque où les commentateurs de cinq ou six pays différents étaient réunis dans une même pièce (souvent trop petite) à Deauville, San Remo, Dortmund ou Monte Carlo pour commenter en direct l'action dans une cacophonie en forme de Tour de Babel. L'auteur de ces lignes (Benjo) se souvient de cette atmosphère enfiévrée et ces longues nuits serrés autour des écrans de contrôle : c'est forcément avec un brin de nostalgie que je vais souhaiter à mon ancien confrère, personnage qui a contribué à populariser le poker à l'époque où c'était une activité confidentielle, de remonter la pente face à des adversaires plus jeunes et (probablement) plus affûtés que lui.

21e : Sébastien Lesoif (France) - 2,19 millions (18 BB)
On l'a déjà croisé sans vraiment le croiser : Sébastien a participé au SISMIX Costa Brava au printemps 2019. Il en est ressorti avec une 15e place sur le Sunday Surprise à 200 euros. Sans lui faire injure, le banc de presse tout entier a déjà préparé une bonne douzaine de jeux de mots avec son nom de famille en cas d'élimination prématurée comme de victoire.

Mathieu Lamagnère
22e : Matthieu Lamagnère (France) - 1,85 million (15 BB)
Il est le seul joueur à pouvoir se targuer d'avoir participé à l'ensemble des éditions du Winamax Poker Open, depuis la toute première en 2010, avec comme meilleur résultat une troisième place en 2018 pour 60 000 €. Ce dimanche, SixCoups va devoir en porter autant qu'en éviter pour sortir de la zone rouge dans laquelle il est tombé en se faisant bluff catch par Gytis Juskevicius lors de l'avant-dernier niveau de la journée. Sur A4283, il a mis à tapis le Lituanien qui a fini par fuck call avec un A5 loin devant le 102 du Bordelais.

23e : Angel Rodríguez (Espagne) - 1,825 million (15 BB)
Aucune info. Même cette encyclopédie vivante du poker espagnol qu'est Alex Hernando n'a jamais entendu parler de lui, c'est vous dire...

24e : Sergio Alsonso (Espagne) - 635 000 (5 BB)
Un reg des cash-games de Barcelone qui pratique aussi les MTT en live à tarif modéré, et le joueur le plus à même de sauter en premier dimanche. D'autant que le Day 3 va débuter à 12h30 par un palier de gains...

L'échelle des prix 

Trophée Main Event
Vainqueur : 130 000 €
Runner-up : 94 000 €
3e : 67 000 €
4e : 48 000 €
5e : 35 000 €
6e : 26 000 €
7e : 19 230 €
8e-9e : 15 000 €
10e-11e : 11 400 €
14e-12e : 8 700 €
17e-15e : 6 850 €
18e-23e : 5 450 €
24e : 4 500 €

Rendez-vous à 12h30 pour le coup d'envoi de la dernière journée du Winamax Poker Open Madrid !

Benjo, Flegmatic, Rootsah & Alex

Un sprint déguisé en marathon

- 15 mai 2022 - Par Benjo DiMeo

14 heures de jeu, 370 éliminations
Main Event 500 € (Day 2)

Bongo Loco
La chose est connue de tous ceux qui ont vécu ne serait-ce qu'un seul festival Winamax : ils sont régis par leurs propres lois. Le WPO Madrid ne fait pas exception. Ne comptez pas sur la physique pour en expliquer le fonctionnement. Dans cette galaxie miniature et autarcique, le temps est élastique, insaisissable telle l'eau s'écoulant d'un robinet. Tenter de le définir serait un vain exercice ; essayer de le dompter, une cause perdue. Ainsi, ces quelques instants de pause que l'on s'autorisera loin des tables de poker, sur le coup de vingt heures, se transformeront sans que l'on s'en rende compte en deux heures en apnée au plus profond de l'océan de cris, de sueur et d'autres liquides aux origines inconnues du Bongo Loco, adaptation espagnole de votre bon vieux Loto. Et lorsque l'on reviendra finalement à la réalité, on n'aura pas réalisé non plus que quatorze heures de jeu ont filé en un battement de cil sur le Main Event. Un marathon cachant en fait un sprint. Un concentré d'action propice à démontrer aisément la théorie de la relativité de ce cher Tonton Albert.

Day 2
Car c'est bien une dilatation du temps que nous a proposé le Main Event aujourd'hui : de 394 joueurs à midi, ils étaient seulement 24 encore assis à table à deux heures du matin, malgré une structure dont les louanges ont été chantées par nombre de participants. Le format short-handed y est pour beaucoup : à six par table, on joue plus de mains, on va au charbon plus facilement, le courage nous semble venir plus facilement. L'enthousiasme général, circulant avec fluidité à travers le casino (depuis la terrasse jusqu'aux tables du High Roller, depuis le bar jusqu'au Deglingo, depuis le Monster Stack jusqu'au rail de la table télé), a peut-être joué un rôle aussi. Avant de célébrer comme il se doit les derniers prétendants au premier prix de 130 000 euros - et au titre de champion sur le plus gros tournoi 6-max de l'histoire ! - rendons un dernier hommage à cette masse compacte qu'a formé le Day 2.

Loic Debregeas
394 joueurs, 312 placées payées de prévu : à midi, on pouvait compter avec précision les plus déçus avant même de les connaître. Parmi les 82 éliminés avant l'ITM, il y a eu le Top Shark 2022 Loïc Debregeas, son coéqupier Adrian Mateos, qui n'avait clairement pas prévu de gratter un min-cash avec ses dix blindes, le grinder online Mathieu Pontin, Clément Guillot et le tenancier de la maison PokerPotes, le Baron Ben Bragi, trahi par les As en bataille de blindes.

Bulle
Un qui a été un peu moins déçu que d'autres : après avoir vu une quantité astronomique de short-stacks doubler autour de lui au cours d'une phase "hand for hand" étendue à l'infini (90 minutes !), Thomas Santerne a 3-bet shove ses 26 BB en bataille de blinde face à son voisin de droit Alexandre Dana : deux Valets sont restés en tête contre As-Dame. 312 joueurs pouvaient enfin célébrer, mais on recroisera Thomas Santerne en 2022 : Winamax lui offre son entrée pour le prochain WPO.

Fred Musa
Dès lors, le défilé au bureau des paiements pouvait commencer. Cent éliminés en une heure, collectant le double de leur buy-in ou un peu plus, parmi lesquels un Pierre Calamusa chutant lourdement de son piédestal après plusieurs gros tirages manqués. Mais aussi Mickael Muselli, Hugo Saint-Paul, Emilien Malbranche, Rosalie Petit ou encore Fred Musa (photo), après un double up périlleux à la bulle. L'animateur historique de Skyrock aura ensuite amplement fêté ce joli deep run sur son tout premier festival live, en compagnie de collègues du staff auxquels on prédit un réveil difficile demain.

ShiShi
Une journée avec 94 % d'éliminés signifie forcément beaucoup de casse parmi les visages familiers du field. ShiShi (photo), Hayg Badem, Nacho Barbero, Valentin Devooght, Hadrien Gallois, Julien Ehrhardt, Jonathan Therme... autant de notables qui n'ont pas ménagé leurs efforts, atteignant parfois le sommet du classement, sans pour autant réussir à tenir la distance et concrétiser avec une accession en dernière journée.

Isabel Zapatería
Au chapitre des joueurs rencontrés pour la première fois à l'occasion de ce séjour madrilène, on peut citer le fils de Raffael Zarbo (161e), le Parisien Stefan Baczynski (150e), Alexandre Dana de la joyeuse bande portugaise des PokPokBulls (115e), Simon "LURAKEN" Wiciak (111e) ou encore la locale Isabel Zapatería (photo, 155e), reg low stakes en live depuis 2013 et qui nous a proprement bluffée par son style de jeu résolument agro.

Davidi Kitai
Quatre ITM pour le Team Pro, mais aucun à l'arrivée. Après le crash du VietF0u, on a d'abord dit au revoir à Davidi Kitai. Quelques heures plus tard, Kool Shen puis François Pirault ont fermé la marche pas si loin du but, aux alentours de la 50e place.

JOSE MANUEL	GONZALEZ SANCHEZ
Vous pourrez les chercher dans le classement des demi-finales qui sera publié derrière cet article : vous ne trouverez pas les plus gros tapis du Day 2. Sébastian Jimenez, Julien Robert, Alberto Ortiz, Xabier Martinez... Tous sont passés de vie à trépas aujourd'hui, y compris le pro des manèges à sensation José Gonzalez (photo), qui a fait l'ascenseur tout au long de la journée avant de s'arrêter en 32e place.

Plateau TV
Une impression dominait à la fin du Day 2 : croissante toute au long de la journée, l'intensité de l'action a culminé durant les dernières minutes de jeu. Plus on approchait de la fin, plus le rythme des éliminations semblait augmenter. Et c'est en un éclair que la journée s'est terminée : à peine le temps de taper quelques lignes à 32 joueurs restants qu'on renvoyait les 24 survivants chez eux après une myriade de busts en mode mitraillette, sous l'impulsion notamment d'un Samuel Anclevic qui a fait bien des misères à tous ceux qui se sont mis sur son chemin, et d'un Nicolas Vayssières dominateur en table télé. Et même si finalement l'heure de la dernière main du jour (soit aux alentours de 2 heures du matin) s'est avérée conforme aux prévisions faites par les arbitres au dinner-break, on gardera le souvenir d'une conclusion haletante. Le rythme sera-t-il le même demain, une fois que l'adrénaline sera redescendue et que les joueurs auront adapté leur stratégie à leur tirage de table ? Avec un tapis moyen proche de 40 blindes, on a envie de prévoir un début de journée plutôt calme. Le début, seulement !

Mathieu Duran
Petit cachottier de Matthieu Duran ! Le papa du live chez Winamax nous préparait depuis plusieurs mois le retour du Winamax Poker Tour, à la fois en France et en Espagne. La nouvelle a été lâchée l'air de rien en plein milieu du Loto géant animé par le désormais légendaire Philippe Maurice. Mais ne nous assaillez pas trop vite de questions : on a encore un peu de boulot avant l'annonce officielle. Et vous avez encore cinq bons mois à patienter avant le coup d'envoi de l'étape inaugurale à Paris !

L'ami des stars

- 15 mai 2022 - Par Rootsah

Main Event 500 € (Day 2)

Seb
"J'ai plein de potes connus dans le milieu, mais pas moi !" Voilà comment Sébastien se présente à nous. "Je fais partie de la bande de Lorenzo Lavis, Romain Denoix, Luraken... Il y a aussi Nicolas Vayssières et Valentin Oberhauser qui sont toujours dans le tournoi. On est logés dans un hôtel au centre de Madrid. Je suis aussi copain avec Philopok" (qui a gagné le dernier WPO Dublin, NLDR). Un bon présage ? 

En tout cas, pour l'instant, ça se passe bien pour celui qui se fait appeler Beu-C (Seb en verlan) : après avoir limpé AA au bouton avec un stack de 10 BB et entraîné les deux blindes dans le coup, il voit Baptiste Abadie open-shove un autre petit million sur un flop 8107. Seb paye évidemment, et une fois la petite blinde sortie du coup, fait face à 95 pour un open-handed. Malgré un 9 au turn, les American Airlines restent devant : on fait les comptes, et Seb possède 15 000 jetons de plus que son adversaire, qui termine donc 32e de ce Main Event.

Plus que trois joueurs à table : en attendant que d'autres débarquent, on en profite pour discuter un peu : "Je joue des tournois à 50 € sur Winamax. Je joue depuis 5 ans. Dans le civil, je suis pompier dans le privé, et j'ai une petite fille en bas âge. J'ai joué deux fois le WPO à Dublin, et je compte jouer davantage en live à l'avenir. J'ai déjà fait quelques min-cashs. Ici, je suis arrivé vendredi, je me suis payé le buy-in avec les Miles. Je serai aussi à Bratislava, à 100 %". Dans les dernières mains de la journée, Seb est retombé à 800 000 après "un mauvais call", de son propre aveu, contre Samuel Anclevic, avant de remonter à 2 millions, en touchant les As de nouveau. "Faut que ça dure, nous disait-il avant ces swings. Maintenant, il faut aller chercher les gros sous." Plus qu'à joindre le geste à la parole !

Abadie
Baptiste Abadie remporte 3 600 €, sa meilleure perf en live.

Samuel Anclevic sort de sa boîte

- 15 mai 2022 - Par Rootsah

Main Event 500 € (Day 2)

Anclevic
On l'a constaté au fur et à mesure du tournoi, le field de ce Main Event regorge de grinders de haut niveau, mais pas forcément très médiatisés. C'est précisément le cas de Samuel Anclevic. On nous souffle dans l'oreillette que nous avons affaire à un joueur expérimenté dans le milieu du poker : "Je joue depuis dix ans, confirme t-il. Je suis semi-professionnel. Mais je n'ai jamais trop fait partie de la communauté poker." Samuel roule d'ailleurs sa bosse depuis un bail sur nos tournois online : en vrac, il a en 2017 gagné deux titres Winamax Series en une seule soirée sous le pseudo jenny59200. Plus récemment, il a fait des étincelles sous l'alias LouisLignare, avec un titre Pokus, une troisième place sur la Trilogy 50 € pour plus de 50 000 € de gains, et a atteint la finale de certains des events les plus chers des Series l'an passé. "Ce pseudo est une référence à mon acolyte Louis Linard. Il me disait que mon pseudo était pourri, alors j'ai changé..." Samuel est également un habitué de nos événements live : trois de ses quatre lignes Hendon Mob datent du WPO Dublin 2017, où il était venu en compagnie de son père (il a bien changé de tête depuis). "Les events Winamax sont cools. On peut jouer beaucoup de tournois pour pas trop cher. En plus, mon meilleur ami vient de déménager à Madrid", explique celui qui réside à Lisbonne depuis un an, après avoir vécu entre Marseille et Aix.

Et pour l'instant, cette première édition du WPO Madrid se passe plutôt bien pour lui, puisqu'il vient de passer à 2 500 000 en attrapant en plein bluff un joueur espagnol. Le Français ouvre les hostilités à 150 000 préflop, et voit son adversaire défendre sa BB. Samuel c-bet à 155 000 sur un flop J92, une mise payée par l'Espagnol, qui fait de même pour 390 000 sur le turn 4. C'est à la river 8 que ce dernier décide de donk-bet all-in, alors qu'il couvre le Français. Samuel paye rapidement avec As-Valet, et gagne contre un 10-9 qui a tenté d'arracher le pot. "J'ai 800 000 à ajouter dans un pot qui en fait potentiellement trois millions, explique le Lillois. Je ne peux pas fold , il n'y a que sur un pique que j'aurai pu envisager de passer." Son adversaire sera éliminé quelques secondes plus tard par Seb "BEU C", un autre Français présent à table. En tout cas, en voilà un qui pourrait enfin squatter le feu des projecteurs et faire mieux que sa 24e place de 2017 sur le Main Event dublinois.

EDIT : Peu après, Samuel a pris un autre million pour grimper à 6 000 000.

Et sinon, il reste des Espagnols dans ce tournoi ?

- 15 mai 2022 - Par Flegmatic

Main Event - 500 € (Day 2)

David Alvarez

Oh que oui ma bonne dame, et pas des moindres ! Commençons par celui qui mène les troupes ibériques à moins de 40 joueurs restants, David Álvarez. C'est bien simple, celui qui sévit sur Winamax sous le pseudo LA BOTRILA ne semble avoir connu qu'un seul sens de progression aujourd'hui : vers le haut. De 204 000 jetons ce midi, il flirte désormais avec la barre des 5 millions et ce, en jouant pourtant depuis de longues heures à la droite d'un certain Timothée Marlin. Régulier des moyennes limites chez nous, avec plusieurs finales sur le Go Fast, l'XTASE, le Monster Stack, le Top 50 ou le Magnum, il semble être en plein one time sur ce WPO. [EDIT : le temps d'écire ces lignes, David a remporté un énorme lancer de pièce avec AK contre les deux Dames de Sébastien Guidez, pour franchir la barre des sept millions.]

David Corbacho

Membre du pendant outre-pyrénéen du Winamax Stream Gang, David Corbacho alias Corby, est lui dans une posture bien plus précaire, avec 1,4 million, soit tout juste 20 blindes. Mais à en croire l'interview qu'il a donné à nos confrères espagnols un peu plus tôt dans la journée, il savoure chaque seconde de ce Day 2, comme quelqu'un qui sait qu'il revient de loin. "Hier, lors du vingtième et dernier niveau, il me restait trois blindes." Ce qui ne l'a pas empêché d'empaqueter 173 000 pions. Et puis est arrivé le moment de la bulle et son lot de problèmes. "J'avais à côté de moi un gros stack qui s'est mis à ouvrir toutes les mains. Le reste de la table restait bloqué entre 15 et 20 BB, il a fait ce qu'il voulait." Mais les choses ont changé une fois dans les places payées. "J'ai doublé immédiatement et je me suis progressivement retrouvé avec deux fois la moyenne." Un brelan floppé qui se heurte à une quinte runner-runner se charge de le remettre dans le rang avant un nouveau setup, favorable celui-ci, avec deux Rois contre deux Dames. Un samedi riche en sensations fortes donc, à l'image de ce qu'il a vécu sur ce festival : "C'est la meilleure ambiance que j'ai jamais connue sur un tournoi live !"

José Manuel Gonzalez

Chipleader au départ su Day 2, José Manuel Gonzalez ne rééditera pas son exploit réalisé il y a quelques semaines à Prague le High Roller Eureka à 2 200 €. Son As-9 off joué à fond préflop pour un peu plus de 20 blindes s'est heurté au...

David Garcia
...KQ du reg' du .com David García.

Les 13 joueurs espagnols à 32 restants

Prénom Nom Tapis
David Álvarez 7 700 000
José Gómez 4 900 000
Omar del Pino 3 900 000
Ángel Rodríguez 3 700 000
Antonio López 3 600 000
Adrián García 2 200 000
Chema Martín 2 000 000
David Corbacho 1 900 000
Sergio Alonso 1 600 000
Pablo Herrera 1 550 000
Pedro Suárez 1 300 000
Juan Pastor 1 150 000
Mario Ávila 750 000

Tableau de bord
32 joueurs restants (sur 2 182 entrées)
Blindes : 50 000 / 100 000 / 100 000
Tapis moyen : 3 409 375
Prochain sortant : 3 600 €