14 joueurs, 1 titre, plein de possibilités

- 2 octobre 2022 - Par Flegmatic

SEAT DRAW
On vous présente les 14 prétendants au titre
Main Event 500 € (Fin du Day 2)

Un Champion WSOP, un ancien membre du Team W, un vainqueur de Winamax Beer Pong Open, un Red Diamond espagnol, des grinders online en plein rush, un qualifié club, un membre de l'une des communautés poker les plus sympa de France, un Winamax Important People en plein canular, des joueurs de l'est de l'Europe pour représenter les "locaux" : s'il faut de tout pour faire un monde, alors le Day 3 du Winamax Poker Open de Bratislava ne sera pas loin de ressembler à un monde parfait... qui n'en sera pas moins cruel. La moitié des 14 qualifiés à cette dernière journée ne verront pas la table finale et un seul d'entre eux pourra soulever le trophée et repartir avec les 120 000 € à la gagne. Alors avant de les retrouver dimanche à 12h30, on vous les présente, plus moins succinctement.

Clément Bonnant
1er : Clément Bonnant (Qualifié Winamax, France) - 14 725 000 (49 BB)
À midi, il entamait le Day 2 avec seulement 15 blindes : le genre de stack avec lequel des dizaines de joueurs n'ont pas tenu plus d'une heure ou deux aujourd'hui. Mais lui s'est accroché, a remonté la pente, et fini par mettre tout le monde d'accord lors des deux dernières heures, passant la ligne d'arrivée de ce Day 3 en position de chip-leader. Fun fact : Clément Bonnant devra rien de moins que gagner ce tournoi pour faire mieux que ces 100 000 $ remportés en ligne... le week-end dernier. "C'est pour lui cette fois, il crush en ce moment, abondait son pote Samuel Anclevic, présent dans le rail une bonne partie de la soirée. C'est fou la loi des séries quand même." Si l'on ajoute à cela que le Maltais a remporté l'une des plus grosses primes mystères mises en jeu lors des dernières Winamax Series (47 000 € sur le Highroller à 500 €), et qu'il avait commencé la journée avec quinze blindes, vous comprendrez que beaucoup de choses lui sourient dernièrement.

Adrien Guyon
2e : Adrien Guyon (France) - 12 075 000 (40 BB)
Non loin derrière lui se trouve un homme qui n'en finit plus de nous surprendre, à la fois par sa capacité à bâtir d'immenses murailles de jetons sur nos tournois live, mais aussi et surtout à retourner la tête de ses adversaires presque à chacune des mains qu'il joue. Et il en joue beaucoup... "C'était une journée de kiff, lâche Adrien Guyon. Je n'ai fait que bluffer. Je te mets au défi de trouver une main où j'étais en value. J'ai payé 2-3 tapis de short stacks, mais c'était pour cinq blindes. À côté de ça, j'ai beaucoup 3-bet light, j'ai fait que des coups qui n'existent pas. Sur l'une des dernières mains de la journée, je limp/reraise Roi-2 off. Je vois mon adversaire hésiter et je lui dis 'Tu sais, moi je sais juste pour faire marrer mes potes qui regardent le stream et te montrer un 2.' Il ne m'a pas cru, il a fold et je lui ai montré un 2."

Mais le coup qui était sur toutes les lèvres, c'est ce coup sur lequel il fait folder une quinte à Nacho Barbero en bluff complet. "Je limp Q6 au bouton et il check de grosse blinde. Flop J82, je mise 225 000, il call. Turn K, je check back. C'est un joueur trop intelligent pour que j'envoie le deuxième barrel ici. Turn 9, il check, je mise 435 000 pour lui faire fold un 8 ou un Valet pourri, il me check/raise à 1,5 million avec 3 millions derrière, je prends deux secondes de réflexion et je shove pour 5 millions." Un move sorti de derrière les fagots qui fait complètement perdre les pieds au Champion du Monde argentin. "Ce n'est que du metagame ici. Parce qu'on joue beaucoup trop loose tous les deux, je sais qu'il sait que je n'ai aucune flush. Et puis personne ne bluff ce spot. C'est pour ça que je l'ai fait. On s'était joué à Madrid donc il me connaissait un peu et inversement. Mais après ça il m'a dit 'OK, donc contre toi il faut que je pousse la réflexion encore plus loin.' Il était en tilt pendant une bonne heure derrière." Le Top Shark 2015 conservera-t-il ce style champagne lors du Day 3 ? Si oui, on ne cache pas qu'on a bien envie de voir ça le plus longtemps possible.

Vincent Malet
3e : Vincent Malet (France) - 11 625 000 (39 BB)
Bonne chance pour lui enlever ce sourire du visage. Planqué dans le ventre mou pendant une majeure partie de la journée, Vincent Malet a trouvé le bouton call pour s'offrir le scalp de Georgi Abuladze en table télévisée et grimper à 12 millions et se qualifier pour son premier Day 3. La moitié du duo de pranksters des Inachevés va devoir prévenir ses potes qu'il ne pourra pas être avec eux pour leur traditionnel home game du dimanche soir : cette fois-ci, il jouera pour 120 000 €. Et dire que pendant ce temps, son pote WIP Moundir marchait sur le High Roller, bouclant le Day 1 dans la peau de l'énorme chipleader...

4e : Romain Semler (France) - 11 575 000 (39 BB)
Le compte n'en finit pas d'être bon pour le prof de maths de Nancy. Le quatrième et dernier joueur au-dessus des dix millions de jetons, c'est lui, Romain Semler. Portant sans cesse ses yeux sur le haut du classement après avoir éliminé plusieurs short stacks en série, le joueur French No Limit  a trouvé un énième setup en début de soirée pour poursuivre son ascension, sous la forme d'une confrontation set over set qui fut fatale à Dylan Cechowski. Romain nous a avoué qu'il devait atteindre la onzième place pour signer un nouveau high score (live et online confondus), et effacer des tablettes cette victoire à 9 000 € obtenue sur un tournoi à 10 € d'une room concurrente. Sans vouloir lui jeter le mauvais œil, dans sa position, tout autre résultat que celui-ci ce dimanche aurait le goût d'une cruelle désillusion.

5e : Igor Mataruga (Serbie) - 9 350 000 (31 BB)
Déjà peu nombreux au départ malgré leur avantage géographiques, les Slovaques ont quitté le navire durant le Day 2. Mais subsistent encore une poignée de joueurs donnant à cette fin de WPO Bratislava la saveur de l'Est dont il a besoin pour rester crédible, comme Igor Mataruga, joueur sur lequel nous ne savons rien à ce stade, si ce n'est qu'il a pas mal contribué à accélérer la fin de la journée, grâce à plusieurs éliminations signées après le dîner.

Maxime Large
6e : Maxime Large (France) - 8 675 000 (29 BB)
Sur cent Lyonnais présents sur ce Main Event, il en fallait bien un au Day 3. Maxime Large sera celui-là, avec un peu plus que la moyenne, au terme d'une journée où nous ne l'avons pas vu faire des folies de son stack, mais passée globalement dans la partie haute du peloton. Avant de prendre le... large ? [son de caisse claire]

Nicolas Tytgat
7e : Nicolas Tytgat (France) - 7 350 000 (25 BB)
Faute d'avoir pu échanger avec lui en fin de journée, Nicolas Tytgat reste pour nous celui qui a signé l'un des, sinon LE plus gros call du tournoi. Aucune perf' trouvée sous ce nom sur Hendon Mob, aucune trace de lui dans notre fichier de qualifiés, aucun pote présent dans le rail pour nous dire quel voisin modèle il a toujours été, aucun souvenir de l'avoir croisé précédemment sur un autre festival, mais un tapis de 7,3 millions le plaçant juste en dessous de la moyenne : voilà une affaire qu'il nous faudra tirer au clair à un moment ou un autre.

8e : Edvin Makic (Autriche) - 7 250 000 (24 BB)
Vienne n'est qu'à une heure en voiture d'ici - c'est d'ailleurs l'aéroport par lequel la grande majorité d'entre nous ont transité pour arriver à Bratislava. On s'étonne donc d'avoir croisé aussi peu d'autrichiens au Banco Casino cette semaine. Ne subsiste qu'un certain Edvin Makic, dont le seul et unique résultat live enregistré sur Hendon Mob est une neuvième place sur un tournoi à 280 € organisé à Vienne lui ayant rapporté... 176 €. Soit il y a un bug, soit ils ne comprennent rien aux payouts de l'autre côté de la frontière.

9e : Deividas Daubaris (Lithuanie) - 6 925 000 (23 BB)
Même s'ils ne le connaissent pas, ses adversaires qui savent se servir de Google savent qu'il faut se méfier de lui autant que d'un Jose Barbero : aussi inconnu soit-il, un joueur dont le palmarès comporte des finales sur des 10 000 $ à l'Aria où des 5 000 $ des WSOP sera forcément dangereux sur notre "petit" WPO à 500 euros l'entrée. D'autant que le Lithuanien Deividas était présent dans le Top 10 du tournoi dès la fin du Day 1.

Lionel Muggeo
10e : Lionel Muggeo (France, Qualifié Grenoble Poker Pontois) - 6 525 000 (22 BB)

Au moment d'emballer ses 22 blindes, Lionel Muggeo a sans doute eu l'impression qu'elles en pesaient 200. C'est qu'à midi, il arrivait à sa table du Day 2 avec seulement 10 BB dans les poches. 357 éliminations plus tard, le Grenoblois devait se rendre à l'évidence : il était passé entre les gouttes, survivant à une sacrée course d'endurance longue de 14 heures. "A la reprise, je ne voulais pas sauter, mais c'était principalement parce que la file d'attente pour le prochain tournoi était interminable, je voulais vraiment éviter de la rejoindre", répond-t-il, mi-sérieux mi amusé, lorsqu'on lui demande son état d'esprit avec un si petit stack de départ. "J'étais détendu. J'ai d'abord doublé, puis après 30 minutes, le coup crucial : je gagne Roi-Valet contre Roi-Dame." Derrière, aucun bad beat n'est venu stopper net son come back : "J'ai gagné tous les all-in préflop." Pratiquant le poker depuis cinq ans, l'amateur de 39 ans aime jouer à toutes les formes de poker ("J'ai tout fait") mais se concentre maintenant sur les MTT online. Sans gagner des sommes folles, mais sans y perdre son temps non plus. "En cinq ans, j'ai pris 9 000 euros. Sans grosse perf. Tu regardes mes résultats, il n'y a aucun gros résultat. En fait, même si je saute le premier demain, ça sera quand même mon plus gros score. C'est le one time !" Après des vacances à Vegas cet été ("Là, j'ai perdu par contre") Lionel est arrivé à Bratislava avec l'écussion du Grenoble Poker Contois, le club au sein duquel il s'est déjà qualifié pour 3 WPO, ainsi que les WSOP.

11e : Jose Barbero (Argentine) - 4 950 000 (17 BB)
C'est peu dire que notre Argentin préféré n'a pas digéré le coup perdu contre Adrien Guyon. Dindon de la farce du plus gros bluff du Day 2, Jose Barbero a passé les 90 minutes suivantes à secouer la tête, incrédule quant à ce que venait de lui faire subir ce Français à la harangue facile. Voilà le genre de truc qu'il n'a pas l'habitude de se prendre dans la figure dans les tournois à 5 000 et 10 000 $ l'entrée qu'il fréquente habituellement. En tant que spectateurs, on a envie de voir Jose prendre sa revanche sur Adrien dimanche et remonter ses 17 blindes : cela ouvrirait assurément la voie à une finale de légende.

Stefan Baczynskyj
12e : Stefan Baczynskyj (France) - 4 500 000 (15 BB) 
Quelques mois après le WPO Madrid, où il avait fait l'objet d'un portrait en milieu de Day 1C avant de terminer ITM, Stefan Baczynskyj est de retour pour un troisième résultat sur un Main Event Winamax. Quoi qu'il arrive, cela sera le plus beau de tous. Mais qu'il soit véritablement magnifique, il faudra que le Parisien, qui joue exclusivement en live, trouve un peu d'aide dès le début de la journée, afin de transformer ses 15 BB en un capital un poil plus menaçant.

13e : Raphaël Blouet (France) - 3 300 000 (11 BB)
Le fondateur de Spin Elite a déjà gagné le tournoi le plus important de la semaine, le Winamax Beer Pong Open... Si jamais il bénéficie d'un peu réussite dès le début du Day 3, alors Raphaël Blouet pourra carresser le rêve d'un historique doublé WBPO/Main Event.

Arturo Biarge
13e : Arturo Biarge (Espagne, Red Diamond) - 2 925 000 (10 BB)
Le short de ce Day 3 ne sera pas tout à fait un joueur comme les autres. Originaire de Huesca, dans le nord de l'Espagne, Arturo Biarge est un habitué de nos tables Expresso entre 50 et 100 €, le plus souvent en mode Nitro, à tel point qu'il a fini par conquérir le statut de Red Diamond. Le dernier Espagnol de ce tournoi a joué des millions de mains en ligne, mais son carnet de route en live est pour ainsi dire pratiquement inexistant : son premier tournoi "en dur", il le jouait en mai dernier, au WPO Madrid. Ce Main Event de Bratislava n'est que le troisième. "Le online, c'est mon truc. Je ne dirai pas que je ne suis pas à l'aise ici, mais j'ai je me sens comme un poisson hors de l'eau. Mais ça va : demain, je reviendrai avec un stack que j'ai l'habitude d'avoir aux tables Nitro." En cas de victoire, Arturo décrochera le plus gros gain de sa carrière. S'il termine deuxième aussi, mais il fera à peine mieux que sa troisième place obtenue sur... un Expresso Million en 2019, pour 80 000 €, sous le pseudo bitcain.

WPO Bratislava
On pourrait remplir un annuaire avec la liste des joueurs qui vont manquer à cette dernière journée du Main Event. Forcément : on a assisté à 357 éliminations aujourd'hui. On se contentera de citer le Team Winamax, tombé comme un seul homme aujourd'hui (meilleures perfs : Romain Lewis, 89e, et Pierre Calamusa, 100e), le chip-leader du Day 1A Benjamin Gros (37e), le récent finaliste WSOP Maxime Parys (64e), et le taulier Matthieu Lamagnere (135e).

Les prix restants

Vainqueur : 120 000 €
2e : 88 000 €
3e : 65 000 €
4e : 47 000 €
5e : 35 000 €
6e : 25 000 €
7e : 18 140 €
8e et 9e : 13 300 €
10e et 11e : 10 000 €
12e à 14e : 7 500 €

Rendez-vous dimanche à 12h30 pour la conclusion du Winamax Poker Open Bratislava ! Oui, déjà.

Seat Draw

Galerie photo

Flegmatic & Benjo

Un mot sur le High Roller

Moundir
Plus de 160 inscriptions, une dotation de presque 150 000 euros, 24 joueurs restants en fin de Day 1, Alexane, Volatile et Joao encore là, OK super, et non mais attendez, quoi ? Ole Schemion est venu nous rendre visite et a monté le deuxième tapis ? MOUNDIR A TERMINE CHIP-LEADER AVEC PRESQUE LE DOUBLE ? Purée !

14 suffiront amplement

- 2 octobre 2022 - Par Benjo DiMeo

Le Day 2 s'arrête aux portes des demi-finales
Avec seulement 14 joueurs restants à la veille du dernier jour, le spectre d'un remake de l'interminable Day 3 du WPO Madrid s'éloigne


Day 2 fin
Les organisateurs espéraient atteindre les deux dernières tables et 12 joueurs restants ce soir. Lorsque le gong a sonné, sur le coup de deux heures du matin, ils étaient encore 14, assis autour de trois tables. Et c'est amplement suffisant ! Les demi-finales sont toutes proches, la finale aussi. Rien à voir avec le scénario du WPO Madrid en mai, lorsque le Day 2 s'était terminé à la même heure avec encore 21 joueurs en lice. Au casino Aranjuez, pour atteindre le chiffre de 14 restants, il avait fallu patienter jusqu'à 16 heures 30 le dimanche ! Ici à Bratislava, nous avons donc de l'avance, et le scénario catastrophe vécu en mai - nous étions encore au casino à quatre heures du matin ! - n'a que peu de chances de se produire. Ouf !

Avant de vous présenter les prétendants au titre, rendons l'hommage qui leur est dû aux derniers éliminés du Day 2...

Benjamin GARCIA RIVIERA
C'est sur un "coin-flip pour shorts" (une paire de 3 qui se heurte au As-Roi de Maxime Large) que Benjamin Garcia Rivera a rendu les armes en 19e place. L'Espagnol encaisse 4 600 €, six jours après avoir disputé la finale du premier Sprint du festival (4e pour 1 440 €).

Viorel GHERCIU
Paire contre paire, ça perd pour Viorel Gherciu, qui avait la pointure du dessous au moment de jouer le tout pour le tout en table TV contre Igor Mataruga. Les confrères de Poker52 ont discuté avec le Moldave : ils nous apprennent que Viorel a fait ses études à Lyon. Le Francophone joue en ligne mais s'autorise un festival live chaque trimestre. Celui-ci se termine par une 18e place bonne pour 4 600 €.

Victor FRYDA
Un finish frustrant de plus pour Victor Fryda cette semaine. Après une 9e place sur le Battle Royale, le voilà qui doit se contenter de la 17e place sur le Main Event, mais en ayant gratté un palier, c'est déjà ça (5 800 €). Deux résultats signé dans la foulée d'une très belle perf' online sur les WSOP du .com (un podium à 63 154 $ sur une épreuve KO à 2 100 $ l'entrée).

Benjamin AHRENS
C'est avec très peu de jetons que Benjamin Ahrens a tenté le move de la dernière chance, muni de K8. Si peu de jetons qu'Igor Mataruga pouvait se permettre d'aller chercher un autre scalpe avec une hauteur 107. On n'est pas si loin du coin-flip, et la pièce va tomber du côté du gros stack avec l'apparition d'un 10 au flop. Croisé au Winamax Club Trophy en avril - c'est là qu'il avait remporté son siège sur le WPO, en terminant en 7e place d'un des deux Main Event - le joueur du Chicago PC91 se hisse en 16e du plus gros tournoi Winamax payant de l'histoire. Il remporte 5 800 €.

Georgi ABULADZE
La dernière des 357 éliminations du Day 2 a frappé le joueur qui possédait le plus gros tapis 14 heures plus tôt : Georgie Abuladze. Son bourreau ? Le dernier WIP en course, Vincent Malet, qui ouvre au bouton pour 750 000. C'est défendu par l'Estonien depuis les blindes, qui check/raise ensuite pour le maximum (comprenez : all-in, pour 4 millions) sur un flop Q89. Georgie fait ça avec un tirage couleur presque max, K4, et si Vincent va longtemps hésiter, en définitive il ne pouvait décemment pas jeter sa top paire Q10. Les deux dernières cartes du Day 2 sont un 4 et un A. Rideau !

En route vers le doublé

- 2 octobre 2022 - Par Flegmatic

Main Event 500 € (Day 2)

Le plus beau doublé qu'il est possible de réaliser sur un Winamax Poker Open n'est pas celui que vous imaginez. Bien sûr, remporter deux tournois la même semaine, ça vous pose un joueur. Il faut non seulement bien run, mais aussi être capable d'enchaîner physiquement autant d'heures à table en aussi peu de temps et surtout de résister aux tentations qui peuvent surgir de nulle part et à n'importe quel moment. Mais que dire de quelqu'un qui en viendrait à gagner le Main Event et... le vrai Main Event de tout bon festival Winamax qui se respecte. Car oui, triompher à la fois au poker et au beer pong, voilà ce qui ferait de vous le joueur de WPO ultime.

Raphaël Blouet

Cet exploit, Raphaël Blouet (photo) est le seul à pouvoir encore le réaliser. Jeudi soir, il s'imposait sur le Winamax Beer Pong Open aux côtés de son pote Ludo, au terme d'une finale dantesque, dernier des six matchs remportés durant une soirée épique, face à 98 autres équipes. "Écoutez pas ce que disent les gens, travaillez votre beer pong et pas votre poker, mettez-vous des caisses toutes les semaines et c'est ça qui vous emmènera loin," glissait-il après ce sacre au micro de Winamax TV lors d'une incroyable interview vérité. C'est donc ça le secret ? "Ça, et la chatte !," ajoute évidemment l'intéressé, plein de lucidité.

À moins que ce ne soit l'environnement global de ce premier WPO en terre slovaque. "Bratislava, c'est la meilleure étape que vous ayez organisée pour l'instant. Je préfère même ça à Dublin. L'hôtel est en plein centre, on est au cœur la ville, on peut faire plein de trucs différents pendant la semaine, tester plein de restaurants... Tous les jours ça change." Ce qui ne change pas en revanche, c'est que Raphaël continue de faire des malheurs à une table. Avec 5,7 millions devant lui au moment du redraw à 18, et même après avoir perdu un peu de plumes en table TV, il navigue toujours en eaux calmes autour du tapis moyen. Il est même assuré de faire mieux que sa 24e place obtenue à Dublin en 2019.

Sous la barre des 20 joueurs restants

- 2 octobre 2022 - Par Benjo DiMeo

Main Event 500 € (Day 2)

On a perdu trois joueurs en rafale aussitôt après la dernière pause du Day 2 :

22e : Pierre-André Devoille (Qualifié Kill Tilt)
21e : Théo Rebour (Red Diamond)
20e : Jérémy Celeste

Ils remportent chacun 4 600 euros. Tous étaient short-stack, voire très short-stack.

Theo Rebour
Il ne joue pas de MTT, son truc c'est l'Expresso : cela n'a pas empêché Théo Rebour de faire mieux que 99 % des participants sur ce WPO Bratislava... et de finir meilleur classé parmi le (très) gros contingent de joueurs Red Diamonds invités à Bratislava ! [EDIT : Zut, c'est pas vrai ! Il en reste encore un : l'Espagnol Arturo Biarge Carnicer. Désolé.]

On n'achève pas (encore) Vincent

- 2 octobre 2022 - Par Flegmatic

Main Event 500 € (Day 2)

Vincent Mallet

Si les équipes de Dans la Tête d'un Pro ont suivi Moundir toute la semaine à table et en dehors, ils auraient été bien inspirés, comme ils le font lors de votre série préférée, de basculer à l'élimination de celui-ci sur un autre de nos WIP, en l'occurrence Vincent Malet. Sans jamais avoir monté un gros tapis, la moitié du duo des Inachevés se maintient en vie sur ce Main Event. Et le pire, c'est qu'il y prend goût. "J'ai de très bonnes sensations, avoue-t-il. Le premier jour, j'avais les mains qui tremblaient, mais je commence à me sentir de mieux en mieux."

Pourtant, après un premier gros rush en début de journée qui l'avait fait monter à 930 000 sur ses 400 000 de départ, Vincent a "perdu un peu confiance après deux heures sans cartes." Heureusement, un setup est venu le tirer de ce mauvais pas. "Deux As contre As-Roi en bataille de blindes." C'est facile le poker quand ça se passe comme ça. Avec un peu plus de 4 millions de jetons aux blindes 80 000 / 160 000, le Youtubeur reste en sursis mais ne comptez pas sur lui pour s'affoler. "À Madrid j'avais fait vingtième du Sunday Surprise après avoir un peu balancé mon tournoi, je m'en étais voulu." Les leçons ont été apprises, le bras est sûr, tous les ingrédients semblent présents pour faire durant le plaisir un peu plus longtemps. "Un Day 3, ce serait énorme. Je serais obligé de changer mes billets d'avion." À ce niveau-là, je pense qu'on devrait pouvoir s'arranger.