masquer le menu

Si vous avez manqué le début

- 23 septembre 2018 - Par Rootsah

Retour sur un Day 2 aussi qualitatif que quantitatif

WPO Dublin
Tous les "couvreurs" habitués du Winamax Poker Open vous le diront : la journée du samedi est celle de tous les dangers. Parce que le Day 2 du Main Event est long (90 minutes de plus qui nous emmènent jusque 1h30 du matin), et rempli à ras bord d'action : de 251 joueurs à midi, ils n'étaient plus que 17 à posséder encore des jetons 14 heures plus tard. Si vous avez la flemme de relire tous nos articles à propos de cette journée XXL (franchement : honte à vous), on vous refait le match en mode "bullet points".

Un démarrage en trombe : durant les deux premières heures du Day 2, une bonne centaine de joueurs quittent le Main Event les mains vides, nous rapprochant à toute vitesse de la bulle. Les trois Teams Pros Winamax Gaëlle Baumann, Pierre Calamusa et Sylvain Loosli n'ont pas tenu plus de 40 minutes, alors que Leo Margets a échoué à six places de l'argent. Fabrice Gouget, Julien Ehrhardt, Maxime Chilaud ou encore Xavier Arnal repartiront aussi sans inscrire leur nom au palmarès de l'édition 2018.

WPO Dublin
Une phase de "main par main" interminable et ponctuée de rebondissements : un niveau de jeu entier, 11 mains disputées en 70 minutes, et 9 short-stacks réussissant à doubler !

WPO Dublin
Finalement, c'est Mickael Denoyelle, qui termine 151e et endosse le costume de bubble-boy. Allez, ses efforts ne seront pas vains : on l'invite à l'édition 2019 du tournoi !

Après une bulle aussi longue, la tension se relâche, c'est logique : l'heure suivante accouchera d'une cascade d'éliminations, mais aussi de nombreux double ups. Plusieurs têtes connues s'arrêteront là, empochant un min-cash : Thierry Blanc (142e), Aurélien Guiglini (133e), Guillaume Diaz (132e), Léo Sellez (131e), Mike d'Inca (127e), Ivan Tononi (108e), Mark Buckley (99e), le tenant du titre Otto Richard (95e), Sonny Franco (83e) ou encore Maxime Parys (64e). A la pause-dîner, on ne recensait déjà plus que 48 joueurs en course.

WPO Dublin
A qui ont profité toutes ces éliminations ? Au cours de ce Day 2, nous avons assisté à la montée en puissance de Matthieu Lamagnère, l'habitué du WPO (9 éditions, 9 participations !) se propulsant au sommet du classement grâce, notamment, à un call de génie et un gros coin-flip gagnant. De son côté, l'aventurier Moundir a fait résonner la salle de ses cris en trouvant le plus beau setup du Texas Hold'em : les As contre les Rois !

WPO Dublin
Après le dîner, six niveaux ont été bouclés avant le coup de sifflet final, nous permettant d'assister à une trentaine d'éliminations supplémentaires : Anthony Soules (41e), la dernière féminine du tournoi Elisabeth Loiseau (38e), Davidi Kitai (34e), et enfin du duo Mustapha Kanit (23e) / Eric Sagne (20e), tous deux crucifiés par le même bourreau, Adrien Delmas.

Trois nuances de W rouges

- 23 septembre 2018 - Par Flegmatic

3 joueurs bien connus de nos services dominent à l'entame des demi-finales

Matthieu Lamagnère
Matthieu LamagnèreAdrien Delmas, Adrien Guyon. Si l'on essaie de jouer au jeu des points commun entre les trois premiers du classment à l'issue du Day 2 de ce WPO 2018, un se dégage immédiatement : Winamax. Probablement le seul joueur au monde à avoir disputé tous les WPO et tous les SISMIX (avec notre Guignol national ?), le premier a un tant fait partie de notre Team online des Local Heroes, et ne manquerait pour rien au monde l'un de nos festivals live. Le second n'est ni plus ni moins que le dernier vainqueur en date de la Top Shark Academy, a déjà tout gagné sur nos tables online, et ce malgré son (très) jeune âge et a lancé sa carrière il y a quatre ans ici-même, à Dublin, en terminant quatrième de ce WPO pour près de 30 000 €. Quant au troisième, il est lui aussi sorti vainqueur de notre pépinière à requins, en 2015 et s'illustre régulièrement en MTT sur notre site.

Trois joueurs made in chez nous donc, qui portent en eux l'ADN Winamax, que nous sommes fiers d'avoir vu grandir sur nos tables online et live, et qui seront les mieux placés dimanche pour aller chercher les 100 000 € promis au vainqueur. Avec un podium pareil, le tournoi le plus fun de l'année ne se serait-il pas mué en tournoi le plus dur de l'année ? Éléments de réponse avec les réactions de nos champions et de quelques-uns de ceux qui partiront à leurs trousses.

Matthieu Lamagnère
Au moment de résumer sa journée, Matthieu confiait qu'il était passé par tous les états durant ce Day 2 : "J'ai un peu chatté, mais j'ai eu aussi des moments de doute, confirme celui qui a gagné sa place pour ce tournoi via son club du Haillan Poker Tour. À un moment, je ne trouvais pas de spots, les regs me posaient problème. Le coup charnière a été ce double up avec deux Dames contre As-Roi quand je suis arrivé en table télévisée. Je ne trouvais pas le rythme, et cette main m'a permis de repasser à quatre millions de jetons. J'ai pris le contrôle de la table, et quand Adrien Guyon est parti, tout a été encore plus fluide. J'ai fini par prendre trois gros pots à la fin."

Forcément, Matthieu vise maintenant plus haut : "Je serai très déçu évidemment si je ne fais pas la finale, et je vise au moins le Top 3. Pour une fois, j'ai une vraie chance de perfer sur un Main Event Winamax !" Pour rappel, il s'est déjà imposé sur un tournoi Winamax, le High Roller du SISMIX 2017, devançant pour finir Sylvain Loosli, Pierre Calamusa et Kool Shen. Il est maintenant temps pour SixCoups d'aller boire deux, trois bières pour décompresser : "Mine de rien, on est tout le temps concentré, c'est fatiguant..."

Adrien Delmas
Au terme d'une journée swingy, conclue par un 4-outer venu de l'espace ayant mis fin au deep run d'Eric Sagne, Adrien Delmas résumait son Day 3 en termes simples, sans considérations superflues, témoignant de son approche ultra-réfléchie du poker. "J'ai pris chaque main l'une après l'autre. J'essaie juste de résoudre chaque situation au meilleur de mes capacités." Le fait d'être le dernier pro du Team en course ? "Cela n'a aucune importance !" Ses objectifs pour les demi-finales ? "Que je termine 12e ou 1er, il n'y a qu'une chose qui compte : bien jouer, et prendre les meilleures décisions." On ne se fait pas trop de soucis là-dessus.

Adrien Guyon
Pour Adrien Guyon, ce Day 2 a ressemblé à s'y méprendre à la journée parfaite, bouclée avec le 3e tapis, de 6,3 millions.  "J'ai pris un gros coup à la bulle pour monter à 1,2 million et ensuite, je suis vraiment monté petit à petit, raconte le Top Shark 2015. Des petits bluffs, des petites values, des petits 3-bet light, je n'ai jamais mis mon tapis en danger, c'était parfait. Même si avec tout ça, j'ai quand même trouvé le moyen de faire doubler quatre fois Moundir !" Autant dire que pour son premier tournoi de 2018, le Poitevin - qui, de nos jours, endosse plus souvent la blouse de prof' de poker que l'uniforme du grinder online - vit un rêve, et est d'ores et déjà assuré de faire mieux que sa 22e place en 2013. "C'est sûr que s'il y en a un à deep run, c'est celui-là."

Eric Gum110
Dernier Wameur en course après l'élimination sur le gong d'Arthur-Erwan "Coloscopie", le chipleader du Day 1C Éric "Gum110" a connu un samedi aussi compliqué que son vendredi avait été simple. "J'ai énormément souffert, avoue-t-il après avoir empaqueté 1,2 millions de jetons, ce qui lui fera tout juste douze blindes pour le Day 3. Je suis monté au plus haut à 2 millions, mais vraiment à part ça, rien d'extraordinaire. J'ai eu tellement peu de jeu, je rentrais dans tellement peu de mains, que j'ai dû me construire une image de grosse serrure. Adrien [Delmas] peut quand même me remercier, c'est moi qui l'ai relancé quand, alors qu'il avait 200 000, il me met As-9 contre As-Roi. Mais bon maintenant, c'est vraiment que du bonus, moi je suis un amateur qui joue en freeroll, je fais ça pour le plaisir !" Herbert Léonard appréciera.

Moundir
En queue de peloton, on retrouvera une autre vieille connaissance, en la personne de Moundir, qui termine avec 470 000, soit à peine cinq blindes à la reprise. L'aventurier était pourtant chipleader en milieu de Day suite à un énorme setup ! "Ensuite, je suis monté à 5,9 millions, avant de perdre plusieurs gros coups, rembobine le WIP. Mais je suis quand même très content d'être parvenu à ce stade du tournoi. Je suis arrivé en retard et j'avais deux blindes à la bulle ! Ce Main Event est vraiment magnifique. Les étoiles sont avec moi sur les tournois Winamax. " Le plan pour demain ? "Push any two ! Et cela fait déjà 4 500 € que je donnerai aux enfants."

Marc MacDonnell
Alors que cinq joueurs français ouvrent la marche au classement et que trois la referment, ils sont huit joueurs étrangers à s'intercaler entre la 6e et la 14e place. Enfin, "étrangers", façon de parler, puisque six d'entre eux sont en fait des locaux. Une batterie d'Irlandais, dont le représentant le plus fameux est sans aucun doute Marc MacDonnell (photo). Sauf que l'homme aux presque deux millions de dollars de gains est le moins bien loti en jetons, avec 12 petites blindes pour attaquer le Day 3. Le mieux placé s'appelle Karol Wojciechowski (48 BB), devant le bourreau de Mustapha Kanit Andrew Dooley (36 BB), Qiang Liu Zhi (34 BB), Samuel Baneham (32 BB) et James O'Brien (14 BB). À côté de cela, on retrouve également un Hongrois, Gabor Csire (25 BB) ainsi que le chipleader du Day 1A, le volubile belge Dominique Potenza (17 BB).

Le chipcount au départ du Day 3

Les demi-finales débuteront dimanche à midi, heure locale (13h en France). On connaîtra le vainqueur du WPO Dublin 2018 dans la soirée, en direct sur Winamax TV !

Andrew Dooley

1. LAMAGNERE MATTHIEU (Qualifié Haillan Poker Tour) 9 770 000
2. DELMAS ADRIEN (Team Winamax) 7 185 000
3. GUYON ADRIEN 6 285 000
4. MEYNIEL PAUL 5 515 000
5. FONTAINE ANTOINE (Qualifié Grenoble Poker) 5 260 000
6. WOJCIECHOWSKI KAROL (Irlande) 4 860 000
7. DOOLEY ANDREW (Irlande, photo) 3 600 000
8. LIU ZHI QIANG (Irlande) 3 405 000
9. BANEHAM SAMUEL (Irlande) 3 185 000
10. CSIRE GABOR (Hongrie) 2 530 000

Dominique Potenza
Il est resté en dehors de notre radar, mais le fantasque chip-leader du Day 1A Dominique Potenza a continué d'en faire voire des vertes et des pas mûres à ses adversaires

11. POTENZA DOMINIQUE (Belgique, photo) 1 700 000
12. PARDOUX ROLAND (Qualifié Grenoble Poker) 1 495 000
13. O'BRIEN JAMES (Irlande) 1 450 000
14. MCDONNELL MARC (Irlande) 1 215 000
15. GAHON ERIC (Qualifié Wam-Poker) 1 200 000
16. MALLET GREGORY 585 000
17. ZOUGHARI MOUNDIR (WIP) 470 000

Blindes au départ du Day 2 : 50 000 / 100 000, BB ante 100 000
Tapis moyen : 35 BB

Les prix restants

Vainqueur : 100 000 €
2e : 70 000 €
3e : 50 000 €
4e : 36 500 €
5e : 26 000 €
6e : 18 500 €
7e : 13 440 €

8e - 9e : 10 000 €
10e - 11e : 7 500 €
12e - 14e : 5 650 €
15e - 17e : 4 400 €

Liste complète des joueurs primés lors du Day 2

Grimbot busto, Chambon fumé

- 23 septembre 2018 - Par Benjo DiMeo

Les deux derniers sortants du Day 2
Main Event 550 €


L'horloge égrénait les dernières secondes de la journée lorsque coup sur coup, les cartes ont décidé qu'il y avait encore un peu trop de joueurs restants. Avec les éliminations suivantes, nous tombons à 17 joueurs : tous sont qualifiés pour le Day 3 !

Arthur-Erwan Grimbot
"J'avais envie de revenir au Day 3 avec un peu plus de jetons", explique Arthur-Erwan Grimbot pour justifier sa décision d'open-shove ses 20BB avec As-Dame. Le qualifié online se fait payer par deux Rois, mais est tout sourire au moment de collecter son prix : "C'est une bête d'expérience ! Je me suis qualifié pour juste dix euros." Comme il l'écrivait cette semaine sur son excellent blog sur Wam-Poker, disputer le WPO était un vieux rêve de 'Coloscopie' : le voilà qui se réveille la tête pleine de souvenirs, et enrichi de 3 450 €.

David Chambon
La dernière victime de Matthieu Lamagnère se nomme David Chambon. SixCoups a démontré une dernière fois sa forme resplendissante du jour en améliorant au flop son Roi-Dame, qui jouait contre As-Roi.

A très vite pour un petit récap' du Day 2, et une présentation des 17 prétendants au titre.

L'amour et la violence

- 23 septembre 2018 - Par Benjo DiMeo

Main Event 550 € (Day 2)

Eric Sagne
Brutale, cruelle, dévasatrice, la sortie d'Éric Sagne en 20e position, à quelques minutes de la fin du Day 2. En difficulté à la bulle, l'ancien pro venu s'amuser sur le tournoi le plus fun de l'année avait ensuite démontré que sa caisse à outil pokeristique était encore en parfait état de marche, parvenant à garder ses jetons, et même à les faire fructifier. Lorsque survient le coup de massue, Éric vient juste de doubler son stack. Une bouffée d'air frais. Lui qui n'a pas joué un tournoi en live depuis des années - c'était au WPO, déjà - entrevoit la qualification pour le Day 3. La délivrance est proche.

De petite blinde, il paie une relance envoyée au cutoff par Zhi Qiang Liu. Quatre joueurs dans le coup au total. Son A6 a trouvé deux belles paires sur A69. Personne ne mise. Le turn 10 amène un deuxième pique.

C'est là que les choses s'emballent. Éric mise 180 000 dans le pot de 700 000. Son voisin de gauche - Antoine Fontaine - paie, imité par Zhi Qiang. Le pot est gros. Et il va encore grossir : Adrien Delmas relance à 850 000.

Décision cruciale pour Éric. Avec son stack de 1,4 million, il sait qu'Adrien ne peut pas être en bluff. A fortiori face à trois joueurs.

Éric laisse un passer un moment Kitai-en : six minutes de réflexion, montre en main, pour se laisser le temps de prendre la meilleure décision. Et puis... et puis il appuie sur la gâchette. Snap fold des deux autres joueurs. Snap call d'Adrien, bien entendu, qui montre 109.

J'aurai du mal à oublier l'expression d'Eric lorsque le croupier a retourné un 9 en guise de rivière. Il n'en a pas eue, d'expression. Durant de longues secondes, il n'a pas bougé d'un millimètre, et ses adversaires non plus, tandis que déjà, le croupier rangeait ses deux paires désormais perdantes, et dirigeait les piles de jetons en direction de son adversaire chanceux.

Réactions à chaud : "C'est un coup de massue, c'est violent. Ma décision est super dure, c'est pour ça que je prends mon temps. Il peut avoir As-10, As-9, la quinte. Mais je finis par le mettre sur le genre de main qu'il avait : deux paires inférieures."

Eric Sagne
Adrien prend le temps de se lever pour venir à la rencontre d'Éric.

"Désolé. C'est super dur."

"T'excuses pas ! T'as joué ton jeu."

Le poker au paroxysme de la violence : voilà comment se termine le tournoi du retraité Éric Sagne qui, après plusieurs années en tant que pro, se prépare activement à l'ouverture d'un bar à Paris. Une conclusion douloureuse qui contraste fortement avec le reste de son tournoi : "Je n'ai croisé que des gens très, très gentils. C'était une super expérience. C'est peut-être parce que je suis redevenu un amateur, que je suis plus détendu, que j'ai changé, ou quoi que ce soit, mais si j'ai passé un aussi bon moment, c'est grâce aux gens qu'il y a ici."

Eric Sagne
Comanche et Bruno Launais (tiens, encore un retraité) ont suivi de près les progrès de leur pote de toujours.

Ce n'est pas possible !

- 23 septembre 2018 - Par Flegmatic

Mustapha Kanit double son tapis... avant de faire doubler Adrien Delmas... puis de sortir en 22e place (3 450 €)
Main Event 550 € (Day 2)

Adrien Delmas - Mustapha Kanit

Les jetons passent de main en main sur les derniers niveaux de ce Day 2. Malgré une moyenne remontée autour des 40 blindes, les "all-in and call," continuent de fuser autour de la poignée de tables restantes. Pour preuve, pas moins de six joueurs ont quitté le tournoi lors du dernier niveau écoulé, précipitant la dissolution de la table qu'occupaient notamment Moundir et Mustapha Kanit.

Si le premier est désormais de retour en table télévisée, en compagnie de Matthieu Lamagnère et Adrien Guyon, notre Pro a récupéré le siège situé juste à la gauche de son compère du Team Winamax Adrien Delmas. À peine débarqué, l'Italien est toute de suite passé à l'action. Tout d'abord en doublant son tapis de 1,95 millions contre Andrew Dooley. Après un classique jeu de relances et surrelances préflop, tout part au milieu avec des mains plus que légitimes : paire de Rois pour Muss' et AK chez l'Irlandais qui ne trouve pas de miracle sur le board.

Adrien Delmas - Mustapha Kanit

Quelques mains plus tard, et alors que j'observais Moundir prendre un bad beat avec deux Rois craqués par le As-Valet de Roland Pardoux (Ace on the river comme dirait Barry Greenstein), nos deux W rouges se retrouvent cette fois l'un contre l'autre : avec AK en main, Mustapha domine le AQ du benjamin du Team. "Tiens, prend mon bounty !", lui glisse ce dernier, mais c'est bien une Q qui arrive sur le flop, accompagnée d'un J et d'un 9. "Maradona !", appelle Muss', qui a besoin d'un 10 pour gagner ce coup, qui n'arrivera ni turn, ni river. La barbe a vaincu la moustache.

Alors qu'Adrien s'offre un bol d'air frais, grimpant à 3,7 millions, Mustapha retombe sous les 30 blindes, et les perd peu de temps après. C'est lui qui ouvre les hostilités sur la dernière main de son tournoi, avec une ouverture à 165 000. Andrew Dooney décide alors de 3-bet à 400 000 et voit Muss' annoncer tapis pour un total de 1,7 millions. L'Irlandais ne met que quelques secondes à payer avec une paire de huit. Muni de AQ, l'Italien ne trouve aucune aide sur le tableau. Son premier Winamax Poker Open se termine en 22e place, auréolé d'un gain de 3 450 €. Dublin est déjà sa maison. Tu reviens quand tu veux Muss' !