masquer le menu

Blancs de père en fils

- 21 septembre 2018 - Par Flegmatic

Main Event 550 € (Day 1C)

Alexandre Blanc

Dans le poker comme ailleurs, on a tendance à dire qu'on ne se souvient jamais des deuxièmes. Mais en ce qui concerne le Winamax Beer Pong Open 2018 de Dublin, on a envie de croire que l'histoire sera différente. Tout simplement parce qu'elle est belle et insolite. Imaginez faire découvrir cette activité de soiffards à votre père, qui n'en avait alors jamais entendu parler, et vous frayer un chemin jusqu'en finale de la compétition, au milieu de presque cent équipes. C'est exactement ce qui est arrivé à Alexandre (photo) et Thierry Blanc (ci-dessous).

"Cette fois, je ne voulais surtout pas le rater !, avoue le premier, grand habitué de nos festivals live. L'an dernier, je m'étais fait éliminer en septième place du High Roller, soit pile à temps pour manquer de quelques minutes la fin des inscriptions. Et en mai, à Marrakech, je ne devais pas jouer le Day du tournoi de beer pong, sauf que je suis tombé malade. J'ai dû jouer le Day suivant et j'ai raté le tournoi. Donc pour ce WPO, j'avais prévu de jouer  le 1A et le 1C si besoin, mais surtout pas le 1B !"

"C'était vraiment top cet événement, abonde Thierry, qui découvre quant à lui le WPO. Je n'étais pas censé venir, mais le fiston m'a obligé (rires) ! Plus sérieusement, disons qu'une fenêtre de tir s'est ouverte, et c'est bien tombé ! Ah et tu peux écrire qu'on veut une revanche contre Harper et Gaëlle ? Mais cette fois avec des pintes pleines... parce que je sais que Gaëlle ne tient pas si bien l'alcool." "Mais il n'y a pas de problème, nous a ensuite répondu l'intéressée. Franchement, ils nous ont impressionné par leur concentration pendant le match. Ça se lisait dans leurs yeux," rebondit O RLY. Une force mentale qui s'explique sans nul doute par le passé de sportif du papa, ancien boxeur professionnel, comme est venu par la suite nous le préciser Harper.

Thierry Blanc

Et le poker alors : aussi une affaire de famille ? "C'est lui qui a découvert ça seul, précise Thierry. Il s'est initié dans son coin et il est devenu pas trop mauvais je crois." Avec plus de 80 000 $ accumulés un peu partout dans le monde depuis 2014, avec notamment une 17e place sur la Finale du Winamax Poker Tour 2017, où nous avions fait sa connaissance, on est effectivement en droit de le penser. "En ce qui me concerne, je m'y suis mis un peu par hasard, grâce à des amis. Je suis un gros joueur de cartes d'une manière générale, notamment de tarot, et je joue aussi beaucoup aux échecs. Donc cela ne m'a pas pris bien longtemps pour attraper le virus du poker."

Formateur en mathématiques appliquées à la gestion à la Réunion, Thierry trouve le moyen d'assouvir régulièrement sa soif de cartes et de jetons. "Il y a un casino à la Réunion, qui propose des tournois mensuels à 330 € qui réunissent environ 80 joueurs. Et quatre fois dans l'année, ils font des tournois à 550 €, où il peut y avoir une centaine de participants. Pour jouer un peu plus souvent, il faut se tourner vers l'Île Maurice, où l'offre est un peu plus conséquente, avec notamment deux gros festivals par an et parfois des tournois à 1 100 €."

Pour l'heure, celui qui "rêvait de venir jouer le WPO," mène tranquillement sa barque sur ce Day 1C, avec un tapis de 110 000 jetons, légèrement inférieur à la moyenne. C'est terminé en revanche pour Alexandre. Après avoir beaucoup enchaîné les swings, le fiston a tenté un squeeze à tapis pour ses quinze dernières blindes et est tombé contre une paire de 7. Nul doute qu'on le reverra à table pour un ou plusieurs de nos Side Events, ou dans le rail, pour soutenir et coacher papa. Une deuxième finale, sur les deux Main Events du festival, voilà qui ferait son petit effet.