masquer le menu

17 joueurs pour 7 places en finale

- 24 septembre 2017 - Par Benjo DiMeo

Otto Richard
Qui pour contrer le flamboyant chip-leader Matthieu Vincendeau dimanche ? L'amateur nantais est largement en tête, mais parmi ses adversaires se cachent de redoutables lames, même si peu de visages nous étaient véritablement familiers avant de les découvrir cette semaine. Les habitués de nos pages reconnaîtront sans peine Sonny Franco, aussi omniprésent que performant en live et online. Les plus anciens s'étonneront peut-être en voyant le nom d'Otto Richard (photo). Grinder depuis plus de dix ans, issu de la bande des joueurs de Magic s'étant progressivement tourné vers le poker (les Manuel Bevand, Gabriel Nassif et autres Farid Meraghni), le résident de Brighton (UK) est très rare sur le circuit live, mais est probablement l'un des demi-finalistes ayant joué le plus de mains sur Internet, en témoigne son badge Red Diamond, le statut VIP le plus difficile à atteindre sur Winamax, reservé aux stakhanovistes les plus acharnés.

Deux joueurs doivent leur présence sur le Main Event à une victoire sur le Grand Prix, le championnat mensuel des joueurs de MTT : on peut donc supposer que le jeu en tournoi ne connaît que peu de secrets pour eux. Un autre Matthieu que le chip-leader représente la France des clubs : Matthieu Martin, qualifié via l'association Poker Excellence.

Jean-Robert Autran
A l'étranger, nous devons encore nous rencarder sur les profils de Michael O'Sullivan et Jason Tompkins, les deux derniers joueurs pouvant encore prétendre à garder le titre WPO en Irlande. Je n'ai jamais entendu parler de Knut Bernsten, qualifié via un satellite en ligne, mais le simple fait de voir à côté de son nom la mention de la Norvège, le pays de Johnny Lodden, me donne des sueurs froides. Un joueur des Pays-Bas et un autre venu d'Espagne tenteront aussi d'empêcher les français de gagner à Dublin, ce qui est arrivé pas moins de trois fois au cours des sept éditions précédentes. Habitué à montrer ses stratégies sur Twitch, Jean-Robert Autran (photo) sera aussi à suivre de près dimanche, après avoir vécu un run phénoménal lors de ce Day 2.

Les 17 demi-finalistes

1/ Matthieu Vincendeau (Qualifié Winamax Club Trophy, France) 7 350 000
2/ Michael O Sullivan (Irlande) 4 750 000
3/ Adrien Decramer (France) 4 675 000
4/ Jason Tompkins (Irlande) 4 585 000
5/ Jean-Robert Autran (France) 3 770 000
6/ Teunis Kooij (Pays-Bas) 3 500 000
7/ Knut Bernsten (Qualifié Winamax, Norvège) 3 405 000

8/ Otto Richard (Red Diamond, France) 3 040 000
9/ Lozano Manzanares (Espagne) 2 740 000
10/ Sébastien Zanolini (France) 2 680 000
11/ Laurent Decauwert (France) 2 635 000
12/ Sonny Franco (France) 2 595 000
13/ Jonathan Barusta (Vainqueur Grand Prix, France) 2 350 000
14/ Matthieu Martin (Qualifié Poker Excellence, France) 1 570 000
15/ Didier Bernard (Vainqueur Grand Prix, France) 1 430 000
16/ Tony Nadau (France) 1 300 000
17/ Guillermo Sanchez (Espagne) 935 000

Blindes 40 000 / 80 000 ante 10 000
Reprise à midi (13h en France)


Les prix

Vainquer 92 000 €
Runner-up 67 000 €
3e : 45 000 €
4e : 32 500 €
5e : 23 000 €
6e : 16 000 €
7e : 12 000 €

8e : 10 000 €
9e : 8 500 €
10e : 7 600 €
11e : 6 856 €

12e et 13e : 6 100 €
14e et 15e : 5 400 €
16e et 17e : 4 700 €

La partie reprendra à midi, heure locale (13h en France) et sera bien entendu diffusée sur notre chaîne Twitch. Le vainqueur du WPO, c'est pour bientôt !

Vous êtes pressés, ou quoi ?

- 24 septembre 2017 - Par PonceP

Un frénétique Day 2 se conclut à minuit
Les Team Pro ont quitté le navire


Vous savez quoi ? Elle est passée vite cette journée ! Pourtant, avec 231 joueurs alignés au départ pour 125 ITM et une fin de journée prévue à 18 joueurs, elle promettait d'être plutôt marathonienne. Au lieu de ça, ce fut plutôt un sprint avec un rythme soutenu et sans réel temps mort. Le début de la journée fut d'ailleurs une véritable hécatombe avec plus de 80 éliminations en l'espace de deux niveaux.

ThomasBulle
La période de la bulle, souvent vecteur de ralentissement et parfois fastidieuse, s'est par exemple déroulée comme dans un rêve de Tournament Director. Le fameux main-par-main n'aura même pas eu lieu, puisque deux joueurs choisirent d'engager leur tapis en même temps et furent éliminés. 

LaurentDonfut
Laurent Donfut termine bubble-boy officiel du Main Event du WPO 2017, mais sa sage décision d'arborer le logo au W rouge lui permit de ne pas repartir les mains tout à fait vides. Nous le retrouverons avec plaisir sur le prochain évenement du circuit Winamax de son choix. En attendant, le malheur des uns a fait le bonheur des 125 autres et toute la salle a largement célébré la bonne nouvelle dans une communion à l'émotion communicative. Un habitué du circuit Winamax nous a même confié avoir les larmes aux yeux, true story. 

Une fois ce beau moment passé, on s'attendait à assister à un concours d'envoyage en l'air post-bulle classique. Et nous ne fûmes pas déçus : les shortstacks, soulagés de rentrer dans leurs frais, ont sereinement envoyé valser leurs derniers jetons restants et les chipleaders en ont profité pour prendre le large. Tout cela aurait dû tranquillement retomber au dinner break, qui permet souvent aux joueurs de souffler. Le rythme s'en ressent souvent à la reprise, mais encore une fois, on dirait bien que personne n'avait vraiment le temps de traînasser aujourd'hui. Il n'a fallu qu'un niveau et une poignée de minutes pour passer de 32 joueurs à 17 et signer la fin de cette journée, quasiment un niveau plus tôt que prévu.

Aladin
Parmi les éléments marquants de ce Day 2, la véritable désillusion vécue par le Team Pro Winamax. Arrivés en grand nombre, avec huit représentants sur les dix engagés dans le tournoi, aucun n'aura le plaisir de participer au Day 3. La faute à pas de chance, souvent, comme cette cruelle élimination d'Aladin Reskallah en 62e position pour 1 300 € peu de temps avoir perdu un pot conséquent avec paire de Rois en main.

Davidi
Davidi Kitai aura aussi vécu une journée haute en couleurs. Premier joueur à passer la barre du million de jetons, il quitte le tournoi en 28e position pour 3 000 € et signe le plus beau deeprun du Team. Pourtant, on devinait de la déception dans son regard après son élimination. Il arrive parfois que le plan de jeu coince. C'est en tout cas le sentiment que semblait exprimer Davidi après avoir perdu beaucoup de plumes contre Parham Ahoor alors qu'il possédait un tapis considérable.

P14B
En revanche, on ne risque pas de parler de déception pour qualifier le parcours du Boss. Patrick Bruel s'est régalé en participant à son premier WPO et il s'est même permis de terminer 77e pour 1 100 € pour soigner les statistiques : 100 % d'ITM sur les terres Dublinoises. Ses "shuffle up and deal" et sa bonne humeur à table ont ravi tous les joueurs et laissé des souvenirs dans toutes les têtes. Tu reviens quand tu veux, Patrick !

Kool Shen nous a aussi quitté trop tôt, en 80e position pour 1 100 €. Quant aux frères d'armes Ivan Deyra et Romain Lewis, ils se sont suivis sans avoir démérité, respectivement en 48e et 45e position pour 1 500 € et 1 700 €. Avec en tout six ITM sur les huit du début de journée le bilan n'est pas si sombre.

Ivan Tononi

Mais nos W rouges ne sont pas les seuls à s'être fait emporter par ce flot d'éliminations. Nombreuses sont les têtes de série à avoir dû dire au revoir à leur rêve de Day 3, certaines avant les places payées, comme Alex Reard (premier sortant du jour), Matthieu Lamagnère ou Davy Fradet d'autres après, comme Mikedou (114e), l'Italien Ivan Tononi (107e), qui a signé sa cinquième place payée sur un Main Event WPO, Erwann Pécheux (103e), Jean-Marie Peyron (82e), Clément Richez (44e), l'habitué Jérôme l'Hostis (30e), deux ans après sa sixième place ici-même, et Samuel "jenny59200" Anclevic (24e).

Muriel Bailly

Du côté des amateurs, nous n'oublions pas nos WIP Moundir, Bernard Mendy et Mike d'Inca, ce dernier étant le seul des trois à atteindre les places payées (84e) au lendemain de sa finale sur le Sniper, le sympathique Romain Arki (68e), dont le taux d'ITM en 2017 est toujours de 100% après son deep run sur le Main Event des WSOP, la dernière féminine du tournoi Muriel Bailly (photo), Nicolas "Cebabook" Barthe, qui a porté les couleurs du staff Winamax jusqu'en 39e place ainsi que le vainqueur du Winamax Club Trophy Clément Leblay (23e).

BestMarmotte - Patrick Bruel

Sur le streaming, l'attraction de la journée fut incontestablement BestMarmotte. Installé en table TV aux côtés de P14B puis de Kitbul pendant plusieurs heures, le streamer d'Hearthstone a suscité l'enthousiasme, fédérant une "MarmotteArmy" qui s'est manifesté en masse sur le chat de notre chaîne Twitch. Short stack la majeure partie de la journée, Bertrand a fini par rendre les armes en 52e place, non sans avoir pris "le plus gros kiff pokerisique de [s]a vie." Un bonheur qu'il a même gentiment prolongé derrière le micro de notre streaming. Je ne pensais pas écrire un jour cette phrase, mais Marmotte, ce fut un plaisir !

Parham Ahoor

Enfin, les tous derniers instants de la journée furent le théâtre des éliminations de deux des visages emblématiques de cette édition 2017. Finaliste EPT et vainqueur WSOP, le Suédois Peter Eichhardt n'était pas franchement prévu au casting de ce Main Event, mais a fait durer le plaisir jusqu'à une belle 20e place. Quelques minutes plus tard, la page de ce Day 2 se tournait sur la sortie de celui qui a causé bien des misères aux joueurs du Team W sur ce festival, autant sur ce Main Event que sur le Highroller - où il a terminé runner-up - Parham Ahoor (photo).

Une élimination qui a confirmé la prise de pouvoir de celui qui s'affiche tout en haut du chipcount, que vous avez appris à connaître sur vous avez suivi notre streaming autant que consulté ces colonnes, et que l'on vous présente, en compagnie des 16 autres survivants de ce tournoi, dans un article dédié à venir très vite ! 

Matthieu Vincendeau : gros stack et gros coeur

- 24 septembre 2017 - Par Benjo DiMeo

Fort en gueule, volontaire et muni d'un énorme tapis, le chip-leader a des allures de vainqueur idéal
Mais il lui reste tout de même 16 joueurs à battre, certains très, très affutés


Narrativement parlant, la conclusion du Day 2 a respecté à la lettre la logique établie au cours des douze heures précédentes. Un scénario de film hollywoodien, avec les deux grands héros de la journée s'affrontant lors d'une ultime bataille. Pas de place pour un match nul : l'un des deux s'en est allé, vaincu, tandis que l'autre ajoutait des jetons à une collection déjà bien impressionnante.

Parham Ahoor
On s'amusera en constant que Matthieu Vincendeau et Parham Ahoor (photo) ont en une commun une bouche volontiers généreuse en trash talk, une stratégie agressive, et une volonté de s'impliquer dans les gros pots. Sauf que si le run du premier n'a pas connu le moindre signe d'essouflement aujourd'hui, le second aura perdu de la vitesse à la fin d'une journée où il avait pourtant réussi à éliminer Romain Lewis et causer de nombreux maux de têtes à Davidi Kitai. On pourrait mettre ça sur le compte de sa tendance à vouloir jouer un peu trop souvent en étant derrière au niveau des probabilités.

Toujours est-il qu'a minuit, c'est avec seulement un million (une douzaine de blindes) que Parham s'est retrouvé à tapis, après une ouverture de Matthieu. Ce dernier a quelque peu hésité, pour finir par décider que sa paire de 3 valait le coup pour mettre fin au tournoi pour la soirée. Face à As-8, l'amateur de Nantes est resté en tête tout au long d'un board Roi-Dame-9-5-4. Le Day 2 était terminé.

Matthieu Vincendeau
Problème de riche : Matthieu avait tellement de jetons à compter que les 16 autres joueurs qualifiés pour le Day 3 étaient partis depuis longtemps lorsqu'il parvint finalement à trouver un total de 7,375 millions, soit presque cent blindes. Ses amis nantais, caennais et vendééens l'attendaient en célébrant bruyamment. "Qu'est-ce qu'on a kiffé aujourd'hui !"

Qualifié en freeroll après avoir terminé en seconde place du Winamax Club Trophy, Matthieu pouvait savourer l'instant... Et réveler qu'il se voyait déjà en haut de l'affiche ce midi. "Oui, c'était mon objectif de terminer chip-leader ! J'avais eu un bon Day 1, j'ai commencé avec pas mal de jetons. J'ai joué pour terminer en haut." Et comment on devient chip-leader, exactement ? "On m'a toujours dit qu'il valait mieux être relanceur que payeur. Si j'hésite entre les deux, je préfère généralement relancer. Sinon, je passe !" Ce qui ne veut pas dire que Matthieu a envoyé les jetons dans tous les sens. "Je n'ai pas tellement fait de gros bluffs. Mais des fois, ils ont voulu me tester avec des sur-relances. Ils se sont pris des 5-bet !"

Nous avons clairement affaire à un joueur à l'aise dans ses baskets pokéristiques. "J'ai chatté un Deglingo avant le Main Event, j'ai pris mille balles, la semaine est déjà magnifique, c'est sûrement un peu pour ça que je suis détendu et en confiance." Mais si Matthieu nous plaît tant, c'est aussi parce qu'il a, pour sa première participation au WPO, parfaitement compris l'esprit de notre festival. "Le WPO, c'est pas que le Main Event, c'est pas que le Highroller, c'est une semaine entière, avec des amis, et du fun. Au Poker Club Ouest, on est une cinquantaine, tous amis, on se retrouve régulièrement, on a un tournoi de charité annuel pour aider des gamins. Le poker, c'est accessoire."

Matthieu soulignera l'importance du soutien des dits amis : "Le rail est crucial. Il y a ceux qui sont là avec moi à Dublin, et les autres qui regardent le stream. La famille à Nantes, les potes, j'ai reçu des messages toute la journée, même en Martinique on me regardait !"

Les fans de Matthieu n'auront pas trop longtemps à attendre pour kiffer devant les exploits de leur poulain : les demi-finales débuteront dimanche à midi, heure locale (13h en France).

Un seul représentant Wam en demi-finales

- 24 septembre 2017 - Par Chhriis

Il était convenu que le Day 2 s’arrêterait à la fin du niveau 26 ou après avoir atteint 18 joueurs restants. Vers minuit et demi, c’est la seconde option qui a sonné le glas de cette deuxième journée de compétition.

laetrem WPO2017 2-2

Malheureusement, c’est le Wameur Rémi « laetrem » (photo ci-dessus) qui a terminé en 19e position et qui sera donc privé de Day 3. Il faut dire que la fin de journée n’a pas été facile pour celui qui s’était qualifié pour un investissement de 8 € sur Wam Poker : rongé par les blinds et antes, il a eu bien du mal à trouver des spots pour investir les quelques jetons qui daignaient encore constituer son stack. Tombé à environ cinq blinds, il a trouvé un bref sursis avec une paire de deux transformée en brelan. La main suivante, c’est avec Roi-Cinq qu’il a remis le couvert, payé par Roi-Valet. Dominé, aucune carte n'est cette fois venue l’aider comme ce fut le cas à plusieurs reprises auparavant.

Rémi commente : « Je n’ai pas de regrets. Ca a été difficile sur la fin car je ne suis pas du genre à me laisser mourir comme ça en tombant à quelques blinds, mais je n’ai vraiment pas eu de spots. Ca me rappelle un peu la Finale du Winamax poker Tour à laquelle j’avais participé et où mon élimination avait un peu ressemblé à ça ». Grâce à sa performance, il emporte 4 100 € avec lui.

Ritou WPO2017 2

De son côté, le discret Matthieu « Ritou » (photo ci-dessus) ne s’est mis en danger qu’une seule fois aujourd’hui, engageant son tapis préflop avec As-Trois. Payé par As-Roi, c’est sur la rivière qu’il a trouvé la paire tant attendue pour continuer son parcours. Armé d’une vingtaine de blinds, il sera demain le seul à représenter notre forum en demi-finales.

Saluons également les disparus de ce Day 2 car plus tôt dans la journée, nous avions perdu des membres emblématiques de notre forum tels que Sylleo, zerodcuix, SHARKDURRR ou encore Ricardoc_GS que nous aurions eu plaisir à suivre plus longtemps. De la même façon, de beaux espoirs ont été nourris par Sidluis et Olstartiflet, tous deux auteurs de deep runs prometteurs mais finalement presque frustrants.

A demain pour connaitre le nom du vainqueur de cette huitième édition du Winamax Poker Open de Dublin !

Chiba raté

- 24 septembre 2017 - Par Flegmatic

Jean-Marc Chiba

On le pensait avec déjà un bon pied vers le Day 3 après sa double élimination réalisée un peu plus tôt dans la soirée. À la place, Jean-Marc Chiba a connu deux coups du sort pour faire partie du dernier wagon de sortants de ce Day 2. Sur le premier, il paie le tapis de Michael O'Sullivan avec une belle paire d'As, et perd son 80/20 face à la paire de 4 de l'Irlandais. Son tapis réduit à peau de chagrin, il envoie ensuite le reste de ses jetons avec A8, et voit Lozano Manzanares pousser tout son stack à son tour... payé par O'Sullivan deux crans plus loin. JMC est dominé par le AK de l'Espagnol et la paire de Dames de l'ami Mickey qui profite de l'occasion pour plus que doubler son tapis de 2,17 millions. Sur ces entrefaits, Jean-Marc quitte donc ce Main Event en 21e position, pour un gain de 3 550 €.

Peter Eichhardt

Une poignée de minutes plus tard, il fut suivi par le vétéran suédois Peter Eichhardt. Le vainqueur de bracelet WSOP s'est retrouvé à tapis avant le flop avec une paire de 10 et a perdu l'ultime coin-flip de son tournoi face à As-Dame. Avec cette vingtième place, il ajoute 4 100 € à son long et prestigieux palmarès. Il ne reste donc plus que 19 joueurs, la fin de journée est tout proche.