masquer le menu

Découvrez les six finalistes du Winamax Poker Open 2016

- 25 septembre 2016 - Par Benjo DiMeo

Par ordre décroissant de tapis, roulements de tambours, voici les prétendants au titre, tadam !


Dimitri Joubert - 26 ans, Bordeaux - 5,86 millions de tapis
Bordelais de naissance, c’est de l’autre côté de la Manche que Dimitri Joubert a décidé de s’expatrier, du côté de Londres, pour pratiquer son activité favorite, le poker. Professionnel depuis cinq ans, si Dimitri est inconnu du grand public, c’est parce qu’il ne joue pratiquement jamais en tournoi. Joueur de cash game online (de la 2€/4€ et de la 5€/€10€), il n’hésite pas à faire monter les enchères beaucoup plus haut lorsqu’il joue en casino. « J’essaie de faire moitié live, moitié online, je m’épanouis autant devant mon ordinateur que sur la chaise d’un casino. » Il sera seulement supporté par son ami Mathieu Lamagnère sur cette table finale, « puisque tous mes autres amis sont au boulot : la fameuse session du dimanche soir ! » Sur ce WPO, il a n’a jamais réellement connu de problèmes : après avoir re-entry une fois, il a réussi à terminer le Day 1 avec 155,000, et hier soir, il a emballé près de 2,5 millions de jetons. « Je n’ai même pas de coup spécial à retenir. Tout le tournoi, je n’ai fait que grind. » Dimitri avoue en toute honnêteté que s’il venait à gagner, l’argent ne changerait absolument pas sa vie, « mais je vais quand même éviter de gaspiller mes jetons bêtement, maintenant que j’ai un bon tapis. Je ne joue pas cette finale pour l’argent, mais pour le prestige de gagner un tournoi. »


Antonin Teisseire - 50 ans, La Colle sur Loup (Alpes Maritimes) - 4,16 millions de tapis
Un détenteur de bracelet WSOP en finale du Winamax Poker Open ! La présence d’une véritable icône du poker Français à Dublin honore notre petit tournoi d’amateurs et de grinders online. Antonin Teisseire, c’est plus qu’un palmarès contenant 2 millions de dollars de résultats en live, c’est aussi et surtout une personnalité forte et attachante, un vrai coeur d’or mal caché dans une carapace bourrue et imposante. Le Cannois pratique le poker depuis 30 ans, autrement dit avant la naissance de chacun de ses adversaires en finale du WPO, ou presque. Après un ITM en 2015, c’est la deuxième fois qu’il participe au Main Event, étant venu cette année accompagné de son fils Artur (24 ans), qui s’est lui aussi classé dans les places payées. Antonin a sauté lors du Day 1A, et a re-entry lors du Day 1B. Il arrive en finale avec un tapis imposant après avoir remporté un énorme coin-flip qui a provoqué au passage l’élimination de Cédric Vanhoutte. « Je joue moins de tournois qu’avant », explique Antonin, qui fut longtemps membre de l’équipe pro du groupe Partouche. « Mais j’aime beaucoup les petits tournois comme le circuit Texapoker. Dans les tournois amateurs, les gens s’amusent, ils profitent, c’est vraiment un plaisir d’y participer. » C’est Stéphane Matheu, coach du Team Winamax, qui résumera le mieux le sentiment général : « Antonin est l’un de ces rares joueurs dont la victoire rend absolument tout le monde heureux. Je n’ai jamais entendu quelqu’un dit quelque chose de négatif sur lui. »


Sven McDermott - 19 ans, Dublin (Irlande) - 3,28 millions de tapis
Le dernier représentant du pays hôte du WPO joue au poker depuis un an seulement, mais il faut dire qu’il est encore tout jeune, et il l’admet avec un demi-sourire : « Cela occupe désormais une bonne partie de ma vie. » Le reste de son temps, Sven joue au Disc Jockey, mixant principalement pour des soirées privées en Irlande. Il dispute le WPO pour la première fois après avoir remporté un satellite à la veille du Day 1B. Avec cette finale, atteinte après avoir dérouté plus d’un adversaire grâce à un style hors des normes, Sven ouvre son palmarès en live. En ligne, il joue principalement en SNG.


Cyril Loichot - 27 ans, Chenove (Côte d'Or) - 2,975 millions de tapis
Cyril joue au poker depuis dix ans, essentiellement en ligne. Evoluant en micro et basses limites, c’est avec ses gains en MTT qu’il s’est offert le prix d’entrée pour participer à son tout premier WPO – et seulement son second tournoi en live. Ce maçon de profession n’a pas eu besoin d’utiliser l’option re-entry. Il est cependant passé à deux doigts de l'élimination lorsque, tombé à moins de dix blindes, il remporta un coup crucial à tapis lui permettant de se remettre à flot. Trente minutes plus tard, il était remonté à 70 blindes et pouvait alors se remettre en selle pour atteindre aujourd’hui la table finale. Cyril fêtera son 28ème anniversaire demain et ne dirait pas non à un gros cadeau à 72,000 euros avec 24 heures d'avance !


Jérôme Launay – 27 ans, Nantes (vit actuellement à Londres) - 2,37 millions de tapis
9e lors de l’édition 2015 du WPO, Jérôme Launay a réussi l'exploit rare de dépasser cette déjà très belle performance. Un coup d'éclat d'autant plus retentissant que celui a troqué cette année son déguisement de Leprechan pour un costume on ne peut plus seyant du Double-Face de Batman (et peut encore compter sur le soutien sans faille de tous ses potos de Kill Tilt dans le rail) ne joue... qu'un seul tournoi live par an  : le Winamax Poker Open. Résident londonien, Jérôme est avant tout un grand joueur de cash game online. «  Le MTT ce n'est pas du tout mon format, se permet-il même de préciser. En revanche, il m'arrive de publier des vidéos stratégiques de cash sur Kill Tilt.  » Quant à son Main Event, il l'a traversé sans encombre majeure, traçant tranquillement sa route après son inscription au Day 1A. «   J'aimerais dire que j'ai bien joué mais la vérité c'est que j'ai surtout touché des cartes, confesse-t-il humblement. J'ai eu une table plutôt facile au début, où j'ai monté assez facilement des jetons. Au Jour 2 par contre c'était un peu plus compliqué  : tous mes voisins de table avaient autour des vingt blindes. Et maintenant, je me retrouve dans une période de tournoi que je connais pas du tout. Je ne suis jamais allé aussi loin  !  » Une chose est sûre, quelque que soit son résultat final, il sera fêté comme il se doit.


Othman Chaib - 33 ans, Bordeaux - 920 000 de tapis
Tiens, mais qui revoilà ? En mars dernier, nous faisions la connaissance d’Othman en table finale du Winamax Poker Tour au cecle Clichy Montmartre. Six mois après sa septième place, le bordelais est de nouveau au rendez-vous d’une épreuve live Wina. Pas mal pour ce musicien qui ne dispute que peu d’épreuves en dur, préférant le jeu sur Internet. Othman a payé de sa poche son entrée pour le WPO, qu’il a joué en freezeout puisqu’il n’a pas eu à re-entry après avoir survécu au Day 1A. « J’ai été short-stack plus ou moins tout le tournoi », explique t-il. « Table de départ très dure avec Timothée Marlin et Antonin : je perds rapidement la moitié de mes jetons, puis j’arrive à remonter. J’ai navigué avec 15 ou 20 blindes pendant très longtemps. » Après avoir provoqué l’élimination du chip-leader du Day 2 Benjamin Maineult, mais manqué de spots favorables lors de la pré-finale, Othman entame la finale avec moins de dix blindes.