masquer le menu
   

1 018 joueurs franchissent le Day 2A/2B

- 12 juillet 2017 - Par PonceP

Top 10

1. Lawrence Bayley (GB) 618 000
2. Mickey Craft (USA) 608 100
3. Richard Gryko (GB) 564 800
4. Scott Anderson (USA) 560 000
5. Sergio Castelluccio (Italie) 548 500
6. Michael Sklenicka (République tchèque) 540 600
7. Joseph Conor (USA) 511 100
8. Koen Breed (Hongrie) 480 800
9. Grayson Ramage (USA) 471 000
10. Larry Smalley (USA) 469 000

20 Français (au moins)

41. Valentin Messina (Qualifié Winamax) 350 100
51. Antoine Saout 341 400
61. Eric Sfez 328 600
163. Kevin "Harper" Noblat 231 600
170. Fabrice Soulier 229 700
211. Julien Ehrhradt 212 700 (Qualifié Winamax)
299. Louis Linard 183 900
417. Adriano di Fatta 142 300
480. François Tosques 129 500
543. Romain Lefebvre De Rieux 113 500

647. Benjamin Nicolas-Teboul (Qualifié Winamax)
663. Jules Dickerson 90 000
803. Benoît Albiges 63 900
847. Arnaud Mattern 56 300
880. Anthony Kazgandjian 51 500
883. Michel Abecassis (Team Pro Winamax) 51 000
906. Gregory Benac 46 800
920. Romain Arki 43 800
961. Alexandre Amiel 34 500
997. Anthony Apicelia (Qualifié Winamax) 23 300

Vous vous devenez peut-être ce qu'il est advenu de Benoît Lam et Serge Chechin, que nous avions annoncé comme qualifiés pour le Day 3 dans notre dernier article de la journée ? Ces quatre-là ne figurent tout simplement pas au classement officiel ! Deux options :

1/ Ils ont été éliminés dans le court de laps de temps (entre 10 et 20 minutes) séparant notre ultime vérification, et la fin officielle de la journée. C'est tout à fait possible, en particulier dans le cas de Drieu et Benoît, qui étaient short-stack.
2/ Il manque des noms au classement officiel. C'est possible aussi, mais le cas est plus rare.

On ne manquera pas de tirer au clair cela au cours de la journée.

Le reste du field (sélection)

37. Marvin Rettenmaier (Allemagne) 359 100
50. Charlie Carrel (GB) 343 000
56. Kenny Hallaert 331 800
63. Ben Lamb 327 800
74. Sam Grafton (GB) 314 900
91. Jonathan Little (USA) 297 300
93. Morten Mortensen (Danemark) 295 700
96. Doug Polk (USA) 287 500
161. Michael Tureniec (Suède) 232 200
176. Mike Matusow (USA) 228 200

197. Christophe Vitch (USA) 221 200
228. Max Pescatori (Italie) 207 600
452. Joe Hachem (Australie) 134 700
457. Barry Greenstein (USA) 133 200
578. Scott Seiver (USA) 105 600
702. Vitaly Lunkin (Russie) 84 000
978. Tom McEvoy (USA) 29 600
1013 Pierre Neuville (Belgique) 15 600
 

Tableau de bord
1023 joueurs franchissent le Day 2A/2B (sur 2219 au départ)
Taux d'éliminations : 54%
Blindes au Day 3 : 1000/2000 ante 300
Tapis moyen : 164 000 (82BB)

Est-ce l'été des couvreurs ?

- 12 juillet 2017 - Par Flegmatic

Fin du Day 2A/2B
En cette journée dédiée aux médias, l'un de nos meilleurs couvreurs a enclenché la seconde sur le Main Event
Environ 900 joueurs sont déjà qualifiés pour le Day 3, dont au moins 21 français
Le Day 2C se tiendra mercredi


Field
Lorsque le tournoi dédié aux journalistes accrédités sur les World Series of Poker a débuté, l'équipe des reporters Winamax était pleine de confiance quant à ses chances de réussite. Pourquoi ne l'aurions nous pas été ? L'été à Vegas de ceux qu'on surnomme les "couvreurs", ces gens que vous voyez tourner autour des tables des pros avec en main carnet, crayon et appareil photo fut particulièrement riche en performances mémorables. Un an après son deep-run sur le Main Event, le réalisateur Victor "Tapis Volant" Saumont a ainsi remporté un tournoi au Golden Nugget pour 18,000$, lui apportant la confiance et la bankroll nécessaire pour retenter à nouveau sa chance sur le Big One, où on l'a vu tenir son rang face à Daniel Negreanu et Jason Mercier pour passer le premier tour avec les honneurs.

En finale de ce tournoi joué dans le vieux Vegas, on retrouvait aussi un certain Sylvain "Flegmatic" Charpentron, 9e parmi 1944 joueurs pour presque 10,000 dollars de prix au terme d'un partie jouée entre deux longues nuits passées à couvrir les Championnats du Monde au Rio pour Winamax. Cette somme allait être mise à contribution lors d'un autre day off, avec une place de runner-up sur un tournoi à 475$ au Binion's, pour 5,000 dollars supplémentaires. Pas mal pour quelqu'un qui, il y a deux ans encore, ignorait tout ou presque des bas fonds du circuit professionnel du poker. Histoire de ne pas être en reste, notre animateur radio et envoyé spécial sur ces WSOP Steven "Veunstyle" Liardeaux allait arracher une seconde place sur l'un des petits tournois organisés le soir au Rio, en marge des épreuves des WSOP, tandis que notre confrère Greg Ceran-Maillard de chez PMU profitait d'une visite au Caesar's Palace pour dealer à trois joueurs un beau billet sur le tournoi quotidien à 150 dollars.

Et que dire de Kevin "Harper" Noblat ? Cela fait sept ans que le reporter de Winamax se rend à Vegas, mais c'est seulement la première fois que le planning de notre reportage annuel lui laisse un peu d'air durant la période du Main Event. L'occasion était trop belle : avec l'aide financière de quelques copains, le voilà qui passait pour la première fois de l'autre côté de la barrière, sur le plus beau tournoi du monde qui plus est. Et, comme on le verra un peu plus bas, sa deuxième journée fut encore plus belle que la première (spoiler alert !)

Victor "Tapis Volant" Saumont
Victor "Tapis Volant" Saumont  (Golden Nugget, Juin 2017)


C'est peut-être le moment de rappeler une évidence : ces gens qui sont payés à vous raconter des tournois de poker ne sont pas embauchés pour leur capacité à gagner des gros pots, mais bien pour leurs talent d'écriture, leur sens de la narration, leur capacité à faire vivre une partie de poker pour ceux qui n'ont pas la chance d'y être. Mais cet été, on dirait bien que les couvreurs ont décidé de montrer que toutes ces heures passées à regarder des pros, à discuter avec eux, à écrire de longues pages, à monter de longs films les mettant au premier plan leur ont permis d'apprendre deux ou trois stratégies gagnantes. Jusqu'à, en quelque sorte, les battre à leur propre jeu : alors que l'été des pros français présents à Vegas a oscillé entre le "peut mieux faire" et le "très moyen" (voire même "carrément désastreux"), nos couvreurs-slash-amateurs ont collecté les dollars par dizaines de milliers.

De poker et de milliers de dollars, il n'en est pas question sur le freeroll des WSOP reservé aux journalistes. Avec 50 BB en guise de stack de départ et des blindes qui doublent toutes les quinze minutes, la stratégie n'est guère plus avancée que sur un heads-up de bataille corse contre votre petit cousin. Peu importe. Là n'est pas l'essentiel. On se rend à ce tournoi pour souffler une ou deux heures, loin des longues journées et nuits passées dans l'Amazon Room à traquer infos et chip-counts, on s'assoit pour déconner avec les confrères, descendre quelques bières en échangeant les potins, et gentiment se moquer du relatif skill des uns et des autres. Un joyeux concours de chatte avec des amis, certains qu'on ne croise qu'une fois dans l'année, lors des WSOP. Et puis, quand même, on essaie de donner le meilleur, à cause du last longer non-officiel de 20 dollars auquel 25 des 90 participants ont pris part.

Steven
Steven "Veunstyle" Liardeaux (Media Freeroll WSOP, Juillet 2017)


Est-ce que les WSOP 2017 resteront dans les mémoires des français comme "l'été des couvreurs" ? Nous aurons la réponse d'ici quelques jours, après avoir fini de vibrer aux exploits de Tapis Volant et Harper sur le Main Event. Mais en attendant, hors de question de lever le pied : alors que le Day 2A/2B se terminait, notre Veuntstyle atteignait la troisième place de ce freeroll spécial Médias. Une place bonne pour un gros morceau du last longer, dealé entre les derniers finalistes, et une console de jeu offerte par les organisateurs. Cela valait le coup de louper le dernier niveau de la journée sur le Main Event, mais rassurez-vous, les couvreurs les moins doués d'entre nous étaient bien dans l'Amazon Room pour assister aux dernières mains et discuter avec les survivants français.

Harper enclenche la seconde

Kevin Noblat
Au lendemain de la journée de rêve vécue par Victor Saumont en compagnie de Daniel Negreanu et Jason Mercier en table télévisée, un autre membre de la Team Couvreur a eu les yeux qui ont pétillé aujourd'hui sur ce Main Event : notre pote et collègue Kevin Noblat. Propulsé à 311 000 grâce à deux magnifiques livraisons - la dernière, superbe, signée d'un développeur de jeu vidéo japonais de renom - Harper a un peu plus peiné par la suite. "Dans les deux derniers niveaux, je n'ai pas gagné un coup. J'ai notamment perdu un pot avec top paire et flush draw contre une overpaire, et un autre où j'envoie deux barrels avec As-Dame sur As-10-4-8. Mon adversaire mise ensuite tout petit sur un 4 river. Je paie : il avait Valet-4. C'était quand même un pot à 60 000." Pas de quoi assombrir complètement ce Day 2 rondement mené, entamé avec 74 700 pions et bouclé avec 231 600. "La moyenne va tourner autour des 150 000, donc je suis très content. Il va bien falloir se reposer demain. Bon par contre on aura pas le seat draw du Day 3 avant tard, je pourrai pas faire mes devoirs. En tout cas je me rapproche du premier objectif : atteindre les places payées." Pour se faire, il faudra vraisemblablement jouer encore toute une journée, mais notre Harper national est prêt pour ça, croyez nous !

Team Winamax : setups et déceptions

Michel Abécassis
Les places payées ? C'est tout droit !

Michel Abécassis est l'unique rescapé d'une journée qui fut peu clémente avec le Team Winamax. Après la sortie du short-stack Kool Shen, la super-star du Day 1 Gaëlle Baumann quittait elle aussi l'Amazon Room beaucoup trop tôt, sur un coup de massue AA/KK qui n'a pas tourné en sa faveur. Ivan Deyra allait les suivre, son brelan floppé ne faisant pas le poids contre une improbable quinte flush. En attendant l'entrée en piste de Davidi Kitai, Alex Luneau, Aladin Reskallah et Romain Lewis sur le Day 1C, MIK.22 se rapproche donc des places payées, mais avec un tapis de 51,000 (25BB) qu'il devra impérativement faire croître pour espérer franchir la bulle, première étape véritablement cruciale de ce marathon qu'est le Main Event. "La fin de journée fut très difficile", relate Michel, expliquant avoir perdu un très gros flip à 100,000 unités avec As-Roi de coeur contre une paire de 7. C'est aussi ce genre de coups qui font la différence entre un stack dans la moyenne et un stack de survie !

Qualifiés Winamax : du bon, et du très bon

Julien Ehrhardt
Dans le clan des qualifiés online Winamax, les fortunes sont pour le moins diverses. Si tout a roulé aujourd'hui pour un Julien Ehrhardt dont le tapis n'a fait qu'augmenter pour culminer à 215 000 en fin de journée, Anthony Apicella a pris la direction opposée, notamment dans un dernier niveau qui l'aura vu perdre plus de 100 000, pour chuter à 23 000, soit onze blindes au départ du Day 3.

Entre les deux, Adriano di Fatta s'est lui visiblement fait plaisir. "J'ai passé un énorme bluff à Greg Raymer, raconte fièrement celui qui a entamé sa campagne de qualification par un satellite à 150 euros. Et plus tard, j'ai réussi à faire passer une paire de Rois avec une paire de 2. J'ai défendu ma blinde avant de check/raise sur un flop 8-Valet-Dame et derrière j'envoie une deuxième salve à 20 000 - en me laissant 20 000 derrière - sur une doublette de la Dame au turn. Ça lui a pris cinq minutes mais il a fini par fold." Voilà un qualifié qui n'a pas froid aux yeux.

Valentin Messina
Avec 350,000 unités emballées en fin de Day 2A/2B, Valentin Messina est le chip-leader français parmi les 21 trouvés autour des tables en fin de journée. Même si le vainqueur du France Poker Tour 2010 est grimpé aussi haut que 450,000 avant de redescendre après le dîner, difficile de faire la fine bouche : "Ce fut une très belle journée !" ValVegas a bénéficié de plusieurs livraisons, et a joué low variance le reste du temps pour accroître son capital à un rythme soutenu.

La satisfaction est donc de mise : seules deux éliminations sont à déplorer au sein de nos qualifiés par satellite. Jérôme Arnould fut l'un des premiers sortants (il n'avait pas beaucoup de jetons). A l'inverse, le chanteur Grégoire Boissenot aura tenu presque dix heures, perdant ses derniers jetons avec un As-Roi contre As-7 de carreau faisant couleur, sur l'une des toutes dernières mains de la journée.

Sfez plaisir

Éric Sfez
Un autre joueur qui n'a pas froid aux yeux : Éric Sfez. Bien parti pour terminer la journée dans la peau du chipleader tricolore, il s'est engagé dans un énorme bluff sur la toute dernière main de ce Day 2, qu'il a malheureusement raté. Ricou a tout d'abord payé une ouverture d'une joueuse en milieu de parole, imité par la grosse blinde, avant de prendre les devants sur un flop 833, avec une mise de 6 200. Rebelote sur la Q au turn avec une seconde salve à 19 000, qui fait cette fois fuir la relanceuse initiale. La rivière est un J, sur laquelle Éric fait partir une troisième sacoche à 34 200. Il faut à son adversaire plusieurs longues minutes, et le Time demandé par un floor visiblement pressé de rentrer chez lui, pour qu'il finisse par payer avec A3. Quelque peu agacé par ce qu'il considère presque comme un slowroll, Éric place tout de même 328 600 pions dans son sac, de quoi lui offrir a priori plus de deux fois la moyenne.

Les autres...

Parmi les autres tricolores qualifiés du jour, citons également un Anthony Kazgandijian dont la paire de Rois s'est mangée les deux As de Vivian Saliba en toute fin de journée, pour passer de 110 000 à 51 500 - pour la petite anecdote, la Brésilienne, qui est LA fameuse seule joueuse de moins de 26 ans de tout le field, avait juste avant craqué les Rois avec Roi-Valet - Alexandre Amiel (34 000 - une rencontre As-Roi/KK lui coûte la moitié de ses jetons en toute fin de journée) et Grégory Bénac (49 000), qui n'ont jamais vraiment réussi à décoller, Romain Lefebvre de Rieux (130 000), qui va pouvoir continuer à regarder tranquillement Prison Break, un Louis Linard qui a terminé en fanfare (183 000) et les inébranlables Fabrice Soulier (230 000) et Antoine Saout (341 400), qui répondent comme souvent présents dans les grands rendez-vous.

Benoit Albiges
Il y a deux jours, Benoît Albiges nous faisait remarquer sa frustration de n'avoir jamais passé le Day 1 du Main Event. Voilà qui est oublié : Benoît saute deux cases, composant son ticket pour le Day 3 avec un tapis de 30BB. Il a joué au moins un coup dont lui et son épouse se souviendront : "Je suis à tapis avec deux As contre deux Rois. Flop : Roi-Valet-Valet ! Full floppé. Mais je trouve l'As au turn !"

Grafton / Polk
L'un des spectacles les plus réjouissants de ce Day 2 : la "bromance" entre Sam Grafton et Doug Polk, les deux pros ayant passé dix heures consécutives assis côte à côte.

Kenny Hallaert
L'histoire d'amour de Kenny Hallaert avec le Main Event se poursuit. Le November Nine 2016 n'a cessé de grimper durant ce Day et termine avec plus de 330 000. Parmi les autres grands noms déjà qualifiés pour le Day 3, citons Mike Matusow, Melanie Weisner, Barny Boatman, Michael Tureniec, ou encore Ben Lamb.

Rail Amazon
Une fin de journée dans l'Amazon Room, ce sont aussi tous ces railbirds qui attendent sagement de pouvoir accompagner hors du Rio leur compagne/pote/cousin/beau-frère.

The Devil
Nous n'écrirons ni son nom, ni son surnom, mais oui : Il sera au Day 3, et a célébré sa qualif' par le traditionnel coup de cymbales, qui a failli me rendre sourd car j'étais à deux mètres. Brrrrr.

Bière
La tradition de la bière de fin de journée a été respectée

Joueuse
Parmi les joueuses qui se sont fait plaisir, celle-ci, encore inconnue de nos services

Benjo & Flegmatic

Day 2A/2B : le chip-count partiel

Bière
Au moins 21 français ont franchi le Day 2A/2B. Le classement officiel sera disponible sous peu. En attendant, voici notre décompte maison réalisé en fin de journée :

Valentin Messina (Qualifié Winamax) 350 000
Antoine Saout 341 400
Eric Sfez 328 600
Kevin « Harper » Noblat 231 000
Fabrice Soulier 230 000
Julien Ehrardt (Qualifié Winamax) 215 000
Louis Linard 183 000
Serge Chechin 160 000
Adriano di Fatta 142 300
Romain Lefebvre De Rieux 130 000

François Tosques 130 000
Benjamin Nicolas-Teboul (Qualifié Winamax) 100 000
Jules Dickerson : 90 000
Romain Arki 83 000
Benoît Lam 80 000
Benoît Albiges 63 900
Arnaud Mattern
Anthony Kazgandijian 51 500
Michel Abécassis (Team Winamax) 51 000
Grégory Benac 49 000

Alexandre Amiel 34 000
Anthony Apicella (Qualifié Winamax) 23 000

Présumés éliminés : Jorge Alberdi, Pierre Merlin, Maxime Adam, Didier Luel, Massimiliano Rosi, Bertrand Rosique, Mathieu Selides, et Thomas Aunave.
Eliminés : Jérôme Arnould, Alexis Fleur, Gaëlle Baumann, Guy Pariente, Carlos Lopes, Erwann Pecheux, Simon Cazal, Grégoire Boissenot, Jimmy Guerrero, Paul-François Tedeschi, Ludovic Riehl, Kool Shen, Johan Guilbert, Ilan Boujenah et Ivan Deyra.

Tableau de bord
Environ 900 joueurs franchissent le Day 2A/2B (sur 2 219 au départ en début de journée)
Tapis moyen 164 000 (82BB)
Day 2C : mercredi à midi (21h en France)

Level 10, il faut mettre un dernier tour de vis

- 12 juillet 2017 - Par Flegmatic

Blindes 800/1 600, ante 200

C'est en ma qualité de piteux premier éliminé du tournoi média de l'équipe de coverage que je vous écris ces quelques lignes - une sombre histoire de As-Valet à tapis préflop qui s'écrase contre deux Rois, mais je vous épargne les détails -, pendant que mes deux collègues cliquent sur des boutons en enquillant les Coronas. Jaloux moi ? Je ne vois pas ce qui vous fait dire ça. Mais pendant que se joue cette épreuve d'envergure mondiale, prenons des nouvelles de ceux qui jouent ce petit tournoi que l'on appelle Main Event.

Les As sinon rien

Nit

Pourquoi ces messieurs ci-dessus se bidonnent-ils autant ? Parce que celui de droite, "le joueur le plus nit des cinq continents," selon un de ses voisins de table, vient de remporter un pot. Sa victime : Anthony Kazgandijian. Premier de parole, l'homme au parole vert mise 5 400 - soit 3,3 fois la grosse blinde -, et trouve deux payeurs, dont le Français. Puis, sur un flop 392, l'open raiseur prend environ un dixième de seconde avant d'annoncer "tapis." Après le fold du troisième joueurs, Anthony se prend à hésiter, mais finit par passer et se voit montrer deux beaux As noirs. "Quelle surprise !, lâchent alors ses voisins de droite, mort de rire depuis le début du coup. Qui aurait pu penser que tu allais jouer ça ?" "Je suis obligé de jeter, j'ai deux Valets, se rassure le Français. J'ai même hésité à fold préflop." Voilà une table qui sait s'amuser avec pas grand chose. Et ça fait plaisir à voir.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Amazon Purple

 2 : le nombre de tables restantes dans la zone Purple de l'Amazon. Les tables vides en arrière-plan, toutes occupées au coup d'envoi à 11 heures, vous donnent une petite idée du pourcentage d'éliminations, qui devrait dépasser les 50%.

Miranda
Scène similaire en Miranda, où quatre tables sont encore actives, dans ce qui ressemble plus à un décor de tournoi quotidien à 150 balles qu'au Main Event des World Series of Poker.

Chipleader
 5 : le nombre de piles de jetons orange de 5 000 que possède devant lui ce joueur encore inconnu - mais visiblement Roumain si l'on en croit l'écusson sur sa veste. De quoi lui offrir un tapis supérieur à 500 000 qui le place dans les favoris pour la course au chiplead.

"Steven est encore in à onze joueurs left." - Signé : un Benjo qui va pouvoir venir me rejoindre pour récupérer les chipcounts des joueurs français encore en lice. Chouette !

Level 9, le premier sortant du tournoi média ne fera pas la teuf

- 12 juillet 2017 - Par Flegmatic

Blindes 600/1 200 ante 200

Dernière salve de news avant le tournoi réservé aux médias, qui est un peu Main Event des couvreurs (du moins en ce qui concerne ceux d’entre nous qui ne jouent pas le vrai Main Event, n’est-ce pas Harper et Tapis Volant ?). Comme chaque année, la règle est simple pour les trois reporters Winamax (plus Jay Pee, notre animateur radio) engagés dans ce freeroll boucherie : le premier sortant doit retourner bosser, et couvrir le dernier niveau du Day 2A/2B, tandis que les autres peuvent profiter des bières et du buffet offert. Souhaitez-nous bonne chance !

Erwann en vol stationnaire

Erwann Pécheux
C'est un double exploit personnel qu'a réussi Erwann Pécheux aujourd'hui. Monté à 83 000 pour attaquer le niveau 8, le membre de la room PMU n'avait tout simplement jamais eu autant de jetons sur le Main Event... sur lequel il n'avait jamais atteint le niveau 8 non plus. Mais l'homme aux 48 places payées cet été à Vegas - sept en fait, dont quatre en dehors du Rio - est vite redescendu sur Terre. "J'ai du mal à décoller, nous a-t-il avoué. Mais bon c'est quand même fou ce tournoi. J'ai le tapis de départ, et je suis encore là, au Jour 2. En plus, je n'ai eu que des tables faciles, à la rigueur une un peu plus compliquée, mais j'y suis resté 45 minutes. Par contre, j'ai ai marre des amateurs qui paie des énormes check/raise turn pour fold river. C'est encore ce qu'il vient de se passer à l'instant, et le reg' à ma gauche a tout récupéré. Il a 300 000 maintenant." Tu sais ce qu'il te reste à faire.

Fabrice s'enlise

Fabrice Soulier
"Je suis crevé, je m'endors à table." La journée est longue pour Fabrice Soulier, qui ne trouve visiblement pas beaucoup d'action sur ce Day 2. "En plus, je m'étais mis dans la tête que la pause dîner était à la fin du niveau d'avant..." L'organisation ayant décidé de repousser le break de deux heures par rapport aux Jours 1, on imagine que Fabsoul n'est pas le seul à s'être fait avoir. Oh, mais que vois-je, Fab' ouvre UTG+2 à 2 600, et se fait 3-bet par le hi-jack qui envoie son tapis de 17 800. Avec A9 en main, le Français décide cependant d'arrêter les frais. Mieux vaut attendre tranquillement de partir manger.

Rieux bien qui rira le dernier

Romain
Installé tranquillement dans un coin de la Brasilia Room, un Français profite de son désert de cartes depuis trois heures pour se refaire la fameuse série "Prison Break". "Oui je sais que c’est une vieille série, mais je trouve ça parfait pour passer le temps quand tu ne soulèves rien d’intéressant." Lui, c’est Romain Lefebvre De Rieux. Qualifié grâce à un satellite sur Winamax pour participer au Monster Stack, Romain a du en revanche puiser dans son stock de miles pour se payer ce tournoi. "J’ai failli être très gros un moment donné, mais j’ai perdu le classique coin flip AK contre QQ. Non content d’avoir perdu ce coup, j’ai aussi et surtout fait doubler un bon joueur." Et pourtant, ils ne sont pas nombreux à sa table à se dépatouiller avec deux cartes en main. Témoin ce coup auquel j’ai assisté : un joueur relance UTG avant qu’un papy ne fasse tapis pour 60 000 juste derrière. Pas besoin d’avoir été 10h à la table pour comprendre que le monsieur n’est pas forcément le plus grand degen de la table. Deux sièges plus loin, un autre joueur le paye (pour la moitié de son stack) avec… une paire de 6 ! "Ah non mais quand je te dis qu’ils ne sont pas bons, je ne plaisantais pas." Papy retourne une paire de 8 et ne prend pas de bad beat dans la foulée : "Ça c’est une bonne nouvelle !" confiait Romain, "parce que lui, même s’il est un peu tight, il est aussi super prévisible." Avec 140 000 en sa possession, Romain vit donc un day 2 tout ce qu’il y a de plus agréable et va pouvoir tranquillement savourer le dinner break qui se profile.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

101 000 : le tapis de MIK22 à la pause-dîner (62BB)
262 000 : celui d’Harper au même moment (163BB)

« Tous les Onpok ont bust aujourd’hui » - Signé : Adrien Allain, qui fait partie des joueurs de l’équipe dont le Day 2 se joue demain (en compagnie de Thi Nguyen et Philippe Ktorza. Ce résumé lapidaire signifie que Paul-François Tedeschi et Guy Pariente ont rejoint Jimmy Guerrero.

Les joueurs français éliminés durant les trois premiers niveaux du Day 2A/2B :
(Malheureusement, cette liste n’est probablement pas exhaustive - nous ferons un point complet en fin de journée sur les joueurs ayant disparu de notre radar, comme Ludovic Riehl)

Jérôme Arnould (Qualifié Winamax)
Alexis Fleur
Gaëlle Baumann (Team Pro Winamax)
Simon Cazal
Ivan Deyra (Team Pro Winamax)
Jimmy Guerrero
Kool Shen (Team Pro Winamax)
Johan Guilbert
Paul-François Tedeschi
Guy Pariente

castelluccio
Le sosie de Fabrice Soulier monte encore des jetons ! L’Italien Sergio Castelluccio (14e en 2013) pointe à 400 000

Nikita Luther
Croisée sur le tournoi à 3 000 dollars lancé juste avant ce Main Event, l'Indienne Nikita Luther est toujours de la partie, avec un tapis légèrement supérieur à 100 000.

"Hey salut tu te souviens de moi ? La dernière fois que je t'ai croisé, c'était dans un taxi à la Grande Motte, tu étais complètement bourré." - Signé : un joueur Français amateur qui a l'oeil pour repérer les couvreurs qui profitent grassement des Player's Party du circuit du poker.



Les couvreurs Winamax faisant leur entrée au tournoi media

Level 9, peut-être le meilleur moment pour tenter un bluff

- 12 juillet 2017 - Par Veunstyle72

Blindes 600/1 200 ante 200

Chechin fameux trois mats, fin comme un oiseau

serge chechin
A la fin du jour 1B de ce Main Event, quelle ne fut pas notre agréable surprise que de découvrir un Français que nous ne connaissions pas sur la troisième marche du classement, avec 229 800 jetons. Son nom ? Serge Chechin. "Et encore, j'aurais pu avoir 350 000", se souvient-il deux jours plus tard. "Attends je t'explique, j'ai relancé trois mains consécutives en toute fin de journée, j'ai eu AK, j'ai perdu un peu, puis encore AK et là j'ai gagné, et enfin, j'ai eu une paire de Valets. J'ouvre à 1 200, on me 3-bet à 7 200, je paye. Ça vient un baby flop, et je décide de check raise de 7 500 à 23 000. Et là, il m'envoie tapis... j'ai du passer, c'était 80 000 le tapis."

"Le problème, c'est qu'aujourd'hui je suis en plein désert de cartes, et ça fait trois heures que ça dure." Impatient, Serge ? Le tournoi dure sept jours, sans compter la finale qui en durera trois. "Mais non, ça s'arrête le 17 et ça reprend en novembre, non c'est pas ça ?" Euh Serge, on se reveille, le concept de November Nine est officiellement mort. "Ah d'accord. Non parce que j'ai l'avion retour moi !" 

Serge Chechin a peut-être l'air de ne pas être complètement dans son tournoi, mais ce n'est qu'une impression. S'il dispute bien son premier event WSOP, le joueur de 45 ans est un habitué des cartes, et depuis longtemps. "Tu te souviens Calamusa, quand il gagne son tournoi à Aix Les Bains ? Et bien j'avais fait deuxième. Je me souviens que j'avais fait quinte et il avait fait flush." C'était en 2013, et depuis, Serge a enchainé les perf's ici et là... mais seulement sur des tournois à petit buy in. Habitant Mulhouse, il fait régulièrement les trois heures de route pour se rendre à Campione, son lieu préféré pour jouer aux cartes. Même s'il ferait bien du Rio son nouvel endroit préféré, alors même qu'il y pose les pieds seulement pour la première fois.

Ratiboisé

"Bust, mais le coup est marrant." C'est ainsi qu'Ivan Deyra a annoncé son élimination du Main Event sur le chat Whatsapp du Team Winamax. Il faut un peu de temps à ValueMerguez pour rédiger l'intégralité d'un coup, disons, rocambolesque. "Le bouton ouvre à 2 500, payé par un vieux en small blind, et je défends avec As-10 off dont le 10 de carreaux, avec un tapis de 31 000. Le flop vient As-As-3 avec deux carreaux, je donk bet 2 200 et seule la SB paie." Le turn est un 2, moment choisi par le joueur en question, assis en siège 9, de regarder ses cartes, mais de manière un peu trop visible. Bien malgré lui, Ivan pense alors apercevoir un petit carreau. "Il est plutôt tight, donc j'élimine les Roi-x de carreau, et je ne vois pas trop pourquoi il ferait ça avec une telle main. Je le mets sur paire de 4 ou paire de 5, et je paie. Il retourne 54 pour quinte flush. Drawing dead, VGG." Après Kool Shen et Gaëlle Baumann, le Bordelais est ainsi le troisième membre du Team Winamax à prendre la porte aujourd'hui, laissant seul Michel Abécassis porter haut le W rouge sur le Day 2A/2B.

Retour à la case départ

Anthony Apicella
Arrivé avec un peu plus de 130 000 ce matin dans l'Amazon Room, Anthony Apicella est désormais l'heureux détenteur d'un tapis s'élevant à... un peu plus de 130 000. Le dernier coup en date joué par notre qualifié ? Son voisin de gauche au hi-jack ouvre à 3 000, ce à quoi le Corse répond par un 3-bet à hauteur de 6 300. Il poursuit son agression sur un flop 7Q7 en ajoutant 6 000 au milieu, mais plus rien n'est misé par la suite, sur un turn Q et une rivière 9. Alors que son adversaire montre un AK complètement passé à côté du board, le Corse retourne J9 pour récupérer ce pot. Un joli surplace, qui maintient tout de même Anthony à plus de 100 blindes.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

"Trois bad beats et salut, bon courage pour la suite." Ça ressemble à un message d'adieu tout ça... et c'est exactement le cas : Alexis Fleur ne deviendra pas le futur champion du monde de poker, son aventure a pris fin lors de ce level 9.

604 : le nombre d’inscrits au Day 1A du Little One for One Drop, tournois à 1111$ faisant autant office d’oeuvre de charité que d’épreuve de consolation pour les éliminés du Main Event. Les inscriptions sont ouvertes jusque 22 heures ce soir.

Sylvain Loosli
"Un mec de quarante ans est arrivé à ma table il y a peu, il a 3-bet 100% des six mains qu'il a joué. Il a ensuite minraise UTG in the dark. On a eu le droit à un showdown croustillant avec 8-5 off." - Signé : un Sylvain Loosli qui s'amuse comme un petit fou sur le Little One for One Drop.

Après sept heures de jeu au Day 2, et avec encore trois heures prévues derrière, combien de tables sont encore actives ?

9 : dans la Miranda, forcément très calme. Ambiance "tournoi à 50 balles au Bally’s à onze heures le matin"
31 : dans la Brasilia (dont trois télévisées) Le couple Sam Grafton / Doug Polk enflamme le podium principal à coups de punchlines et hero calls. La Brasilia est actuellement pleine et le restera probablement jusqu’en fin de Day 2A/2B.
107 : dans l’Amazon. (47 en Tan, 48 en Gold, 12 en Purple).

Cela nous donne un total de 1323 joueurs restants, maximum, à une heure de la pause-dîner.

1 : Le nombre de jours de pluie à Las Vegas depuis notre arrivée il y a six semaines. C’est tombé aujourd’hui, à la surprise générale de ceux qui pensent (à raison) que la seule flotte qu’on trouve à Vegas se trouve dans les piscines des villas et hôtels.

Ismael Bojang
Parmi les têtes de série croisées dans l'Amazon Gold, l'autrichien Ismael Bojang avec 220,000 unités. Un régulier du circuit européen avec plusieurs finales et plein de side-events gagnés sur le circuit EPT.