masquer le menu
   

576 joueurs franchissent le Day 1A

- 9 juillet 2017 - Par Benjo DiMeo

Top 10

1. Morten Mortensen (Danemark) 276 000
2. Sam Grafton (UK) 231 600
3. Griffin Abel (USA) 226 000
4. Jonathan Little (USA) 211 300
5. David Eldridge (USA) 207 000
6. Nachman Berlin (USA) 205 000
7. Frank Crivello (USA) 192 000
8. Michael Ravn (Danemark) 188 800
9. Rahul Byrraju (Inde) 186 100
10. Nick Schwarmann (USA) 176 600

Big Jig Rig
Big Jig Rig, par Mike Ross (Fremont Street, Las Vegas)

9 français

136. Romain Lefebvre 94 000
196. Benjamin Nicolas-Teboul (Qualifié Winamax) 78 800
241. Drieu Brucker 69 100
256. Julien Ehrhardt (Qualifié Winamax) 64 300
294. Jorge Alberdi 58 800
365. Pierre Merlin 48 100
389. Maxime Adam 45 100
446. Jérôme Arnould (Qualifié Winamax) 35 500
506. Benoît Lam 26 600

Le reste du field (sélection)

33. Barny Boatman (UK) 150 000
44. Anatoly Filatov (USA) 141 500
66. Steven Van Zadelhoff (Pays-Bas) 120 000
67. Faraz Jaka (USA) 119 800
88. Sam Chartier (Canada) 109 700
103. Jon Turner (USA) 103 900
123. Qui Nguyen (USA) 96 700 (tenant du titre)
131. Billy Baxter (USA) 94 800
135. Mike Matusow (USA) 94 000
142. Matthew Ashton (UK) 93 500
195. Phil Laak (USA) 78 900
230. Pim de Goede (Pays-Bas) 71 700
356. Jennifer Shahade (USA) 50 100
404. Doug Polk (USA) 42 700
461. Tom McEvoy (USA) 32 800

Tableau de bord
576 joueurs franchissent le Day 1A (sur 795 au départ)
Taux d'éliminations : 27,5%
Blindes au Day 2 : 300/600 ante 100
Tapis moyen : 69 000

Day 1A : Les traditions se perdent

- 9 juillet 2017 - Par Benjo DiMeo

Main Event : fin du Day 1A
Affluence faible sur la première journée de départ du Big One, comme d'habitude - L'excitation du coup d'envoi quelque peu diluée par une annonce en grandes pompes assez hors sujet - Environ 550 joueurs ont déjà validé leur ticket pour le Day 2 - Moins de français au départ que l'an passé, mais il est trop tôt pour tirer des conclusions sur la participation tricolore - Les Day 1B et 1C seront eux massifs


Fin du Day 1A
Les années se suivent et se ressemblent sur le Main Event : la première des trois journées de départ du plus gros tournoi du monde a attiré à peu près le même nombre de joueurs que les trois éditions précédentes, à savoir 795 joueurs. Et comme la structure n'a pas changé depuis l'an passé, le nombre de survivants à cette première salve est lui aussi similaire : il sont grosso modo 550 à avoir tenu les dix premières heures d'un tournoi qui en comptera plus de 80 au total.  Mécanique bien huilée, organisation au poil : le moteur des World Series Of Poker ronronne sans faire de vagues.

Et c'est peut-être là que le bat blesse. Comme il est désormais un fait établi que le Day 1A est ceui attirant le moins de joueurs (795, c'est la moitié de n'importe quelle épreuve No-Limit à 1500 balles comme on en a vu des dizaines tout au long de l'été), le coup d'envoi du tournoi le plus attendu de l'année tend à perdre de sa magie. Signe de cette désaffection : les musiques grandioses et discours enflammés qui caractérisent chaque année le Big One ont carrément été remplacés par une annonce certes importante (le partenariat commercial entre les WSOP et une grosse boîte de jeux en ligne chinoise, en vue de développer le poker et les championnats du monde sur le continent asiatique), mais qui semblait complètement à coté de la plaque dans ce contexte. On ne lance pas le plus beau tournoi de poker de la planète en récitant un communiqué de presse !

Lampée
On l'avoue sans honte et on ne s'en excusera pas : dès que l'on touche au Main Event, nous sommes des puristes. Comme le Superbowl dans le foot US, comme la Grande Boucle chez les amateurs de vélo, comme la Coupe du Monde chez les footeux, ce tournoi occupe une place à part dans le poker. Il y a le Main Event, et il y a les autres tournois. Et si l'on brade le Main Event, cette grande fête populaire rassemblant absolument tous les types de joueurs de poker de la planète (depuis les qualifiés ayant enchaîné les sats à partir de dix dollars) jusqu'aux plus grands pros jouant un million de dollars la cave en cash-game, alors c'est tout le monde du poker que l'on brade. Messieurs les organisateurs : gardez pour plus tard vos communiqués de presse dont vos joueurs, ceux qui vous rendent visite chaque été, ceux qui attendent l'épreuve les onze autres mois de l'année, se foutent royalement. Nous sommes là pour rêver, bordel !

Autre sujet de préoccupation : nous avons compté moins de dix français au départ de ce Day 1A. Moitié moins qu'en 2016 ! Là dessus, nous ne nous risquerons pas à des conclusions trop hâtives quant à la participation française : il se pourrait bien que les joueurs manquants attendent tout simplement les Day 1B et 1C pour faire leur entrée. Ces deux journées seront quoi qu'il arrive massives, et l'on peut prédire sans trop de risques de se tromper une affluence totale similaire, voire un poil supérieure, à celle des trois dernières éditions, aux alentours de 7000 inscriptions.

Les joueurs français que nous avons repéré avec des jetons en fin de Day 1A sont au nombre de six :

Romain Lefebvre 94 000
Julien Ehrhardt (Qualifié Winamax) 64 325
Pierre Merlin 43 000
Jérôme Arnould (Qualifié Winamax) 35 000
Benoît Lam 26 500

-----------------
Pierre Calamusa (Team Winamax) OUT
Abou Sy OUT

En tête des bilans tricolores de ce première journée, on retrouve un Romain Lefebvre tout en contrôle. Grimpé très vite autour des 80 000, il a empaqueté 94 000 jetons aux alentours de minuit. "Pour mon tout premier Main Event, je suis vraiment content, avoue le Parisien. J'ai eu une table plutôt moyenne, avec quelques mecs qui ont un peu fait n'importe quoi, même si logiquement le niveau s'est un peu élevé vers la fin. Globalement, j'ai joué small ball, plus souvent en value qu'en bluff, et c'est passé." Une stratégie gagnante à plus d'un titre sur un tournoi comme le Main Event.

Jérôme Arnould
Du côté de nos qualifiés online, la journée avait bien commencé mais s'est un peu moins bien terminée. Monté jusqu'à 70 000, Jérôme Arnould (photo) a subi les foudres de Martin Jacobson, perdant notamment une confrontation à tapis avec une paire d'As contre deux 9 chez le Champion du Monde 2015, qui en trouvera deux de plus sur le flop. Son Day 1A s'achève avec 35 000 pions. Constat similaire pour Julien Ehrhardt, grimpé à 110 000 avant de perdre de sa superbe lors du dernier niveau. Il reviendra mardi pour le Day 2 avec un tapis de 64 300 qui devrait coincider peu ou prou avec la moyenne.

Benoît Lam
Comme souvent, c'est finalement Benoît Lam qui ferme la marche, et (comme souvent) avec le sourire. Surtout que ce grand joueur de cash game devant l'éternel aurait tout aussi bien pu ne pas voir la fin de ce Day 1A. "J'ai doublé sur une des dernières mains avec As-Roi contre deux Valets." De quoi passer de 13 000 à 26 500, soit 44 blindes pour attaquer le Jour 2. Quand on vous dit que cette structure est magnifique. "Maintenant, c'est la gagne là !" Doucement quand même. Sauf preuve du contraire, personne ne remportera ce tournoi avant le samedi 22 juillet !

Enfermé dans la Brasilia toute la journée, Pierre Merlin s'est fait plus discret, et termine avec 43 000, soit un tout petit moins que le stack de départ. La route vers la 92e place, qu'il avait atteint l'an passé, est encore longue.

Enfin, un mot sur nos deux (à notre connaissance) éliminés du jour . Plein d'entrain après une première série de tournois ici à Vegas pas franchement idéale, LeVietF0u ne s'est jamais vraiment remis de son gros bluff raté - "Mais je ne regrette pas, c'était un bon bluff" - prenant la porte peu après le retour de pause dîner. Parti sur les chapeaux de roue, Abou Sy a quant à lui encaissé deux bad beats de suite, sans parvenir à remonter la pente. Même sur le Big One, quand Dame Chance n'est pas avec vous, cela reste compliqué de monter des jetons.

Bien entendu, il est fort possible (voire même certain) que des joueurs français inconnus de nos services étaient en lice aujourd'hui, et ont franchi le Day 1A. Nous les ajouterons à ce classement une fois reçus les listings officiels de la part des organisateurs.

Sam Grafton
A l'international, Sam Grafton a marché sur l'eau aujourd'hui pour finir avec un tapis de plus de 230 000, qui devrait le placer au minimum dans le Top 10. On l'a notamment vu craquer deux As en fin de journée avec une paire de 3. A priori, l'anglais sera dépassé au général par un autre européen de talent, le norvégien Morten Mortensen. Au chapitre des sortants, citons le Champion du Monde 2007 Jerry Yang, Sorel Mizzi, Matt Savage, Leon Tsoukernik ou encore Dan Shak parmi ceux qui devront attendre 2018 pour prendre à nouveau part au Big One.

Tableau de bord
550 joueurs environ franchissent le Day 1A (sur 795 au départ)
Blindes au départ du Day 2 : 300/600 ante 100
Tapis moyen : 72 000

Un point complet sur les survivants Français sera publié peu avant le coup d'envoi du Day 1B. Rendez-vous à 20h (heure Française !)

Raymond Barre
Comme chaque année, nous dédions ce reportage en direct du Day 1A à la mémoire du regretté Raymond Barre. Parti trop tôt mais à jamais dans nos coeurs : merci pour tout, Ray.

Level 5, toujours aucune trace d'Alain Minc

- 9 juillet 2017 - Par Flegmatic

Level 5 (250/500 ante 75)

Julien l'hyperactif

Julien Ehrhardt

À chaque passage près de la table de Julien Ehrhardt, c'est le même spectacle : notre qualifié online bouge sans cesse sur sa chaise, se lève, discute avec ses voisins de table et rentre dans des coups. Une défense de blinde tout d'abord, où le Français arrache le pot en misant sans être payé sur la rivière d'un board As-4-Dame-4-Roi rainbow avec 10-7 dépareillés - rien n'avait été misé flop et turn - puis, dans la foulée, une main où tout se joue préflop. Tout commence par une relance à 1 600 du joueur UTG, payée par son voisin de gauche et le hi-jack. De petite blinde, Julien fait grimper les enchères à 7 000 et voit le relanceur initial envoyer son tapis pour 18 300 de plus. Snap call du Français. "Aces ?," lui demande son adversaire en retournant une paire de Rois. Mais Julien ne peut montrer mieux qu'une paire de Dames qui reste derrière sur un board hauteur Roi. Monté à 110 000 avec ce coup, il redescend ainsi autour des 90 000. Pas de quoi lui effacer son sourire pour autant.

David Benyamine dans l'argent sur le Stud Championship

David Benyamine

Plus de deux heures ont été nécessaires pour voir la bulle éclater sur le Championship de Stud à 10 000 dollars qui n'occupe désormais plus que deux tables dans l'Amazon Room. Et parmi les 14 joueurs payés figure, comme on était en droit de s'y attendre, un joueur français, en la personne de David Benyamine. Après un été globalement décevant - deux places payées pour à peine plus de 30 000 dollars gagnés - le Franco-Américain a l'occasion de se rattraper sur ce tournoi qui offre 245 451 dollars à son vainqueur demain. Il lui faudra pour cela rattraper son retard sur les actuels chipleaders Perry Friedman et Chris Ferguson, ce dernier ayant signé en quelques minutes les éliminations de Todd Brunson et Jason Mercier. Le rush de l'ancien Boss de Full Tilt semble être sans fin cet été.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

 1 : le nombre de joueurs vu depuis le début de journée avec un de ces maudits hand spinners à la main. L'une des modes les plus incompréhensibles de cette année (décennie ?) semble donc ne pas avoir encore pénétrée le monde du poker.

Le 4 juillet a beau être derrière nous, ils sont deux au sein du field de ce Main Event à arborer une tenue en l'honneur de la Star Splanged Banner. Jugez plutôt.

American Flag #1
Land of the free...

American Flag #2
...and home of the brave.

TF 3K
Le rail brésilien avait sorti le drapeau pour soutenir son poulain Enio Bozzano en finale du tournoi de Hold'em à 3 000 dollars, éliminé depuis en sixième place. Avant-dernier au chipcount ce midi parmi les 37 joueurs restants, le vainqueur du PCA 2010 Harrison Gimbel mène pour l'instant les débats à quatre joueurs left, devant notamment Chance Kornuth.

Level 4, ce n'est pas encore l'éclate

- 9 juillet 2017 - Par Flegmatic

Level 4 (200/400 ante 50)

Souvenirs du bon vieux temps

Croisés en Brasilia Room, deux joueurs qui ont écrit une partie de la riche histoire du feu circuit European Poker Tour.

Oleksii Khoroshenin

Titré en 2014 à Vienne pour plus de 578 000 euros et régulier depuis des Highrollers de Malte, Barcelone ou Prague, Oleksii Khoroshenin est en revanche beaucoup moins chanceux au pays de l'Oncle Sam, et en particulier aux WSOP. Son meilleur résultat aux Championnats du Monde ? Une 546e place sur le Main Event, signée ici-même l'an dernier, pour un peu plus de 20 000 dollars. Pas de quoi sauter au plafond donc. Pour l'heure, l'Ukrainien a au moins le mérite d'avoir pris un bon départ, avec un tapis situé autour des 110 000.

Steve Warburton

Lui a terminé runner-up derrière John Juanda, en 2015 à Barcelone, de ce qui était alors le plus gros Main Event EPT de l'histoire : Steven Warburton chercher encore à transformer l'essai depuis. Il tentera cette année de faire au moins aussi bien que son deep run d'il y a trois ans, qui l'avait emmené jusqu'en 182e place pour un gain de 44 728 dollars.

Circulez, il n'y a plus rien à voir

Table pas TV

20 heures passées de quelques minutes ici à Las Vegas, et l'image ci-dessus résume parfaitement ce qu'il se déroule sur les trois tables télévisées du Mothership ESPN : rien. Pourtant, un rapide coup d'oeil au programme diffusé par l'organisation des WSOP nous permet de voir qu'une diffusion jusqu'à 21h15 sur PokerGO était prévue aujourd'hui. Un horaire qui nous semblait déjà étrange, et qui n'a donc même pas été respecté. Quand on sait que l'abonnement mensuel à cette plateforme de streaming coûte dix dollars par mois, il y a clairement de quoi lever un sourcil ou deux, surtout après presque une semaine d'interruption des programmes, afin de préparer au mieux ces tables télévisées. Si cela continue, on pourrait bien vite se prendre à regretter ces bons vieux épisodes diffusés à partir de septembre sur ESPN.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

 Pierre Merlin va bien, merci pour lui. Isolé du reste du clan français dans la Brasilia Room, Lenchanteur est remonté à 45 000 après être tombé à 20 000. "Je me sens super bien du coup !" Pourvu que ça dure.

 10 : en tout et pour tout, le nombre de jetons restants à Abou Sy lors de notre dernier passage à sa table. Si l'un d'eux était heureusement un jeton orange de 5 000, cela nous donne tout de même un tapis peu enviable d'exactement 5 450.

 14 : au bas mot, le nombre de joueurs/railbirds/journalistes/croupiers aperçus en train de bailler à s'en décoller la mâchoire. On sent que le dinner break est passé par là.

Mark Radoja
Vu le faible nombre de professionnels de notre jeu présents autour des tables aujourd'hui, difficile pour eux de passer inaperçus. Surtout lorsque l'on porte un hoodie à faire pâlir d'envie tout employé de la DDE et que l'on a monté un joli stack de 90 000 jetons. N'est-ce pas Mark Radoja ?

Polk - Matusow
Déplacé de l'Amazon à la Brasilia, Mike Matusow a trouvé à qui parler avec un certain Doug Polk à sa droite.

Old Guy
Quand on sait que la moyenne d'âge des WSOP augmente inexorablement année après année, difficile de donner tord à ce monsieur.

Kinshette
Kinshu a appelé mademoiselle, il aimerait récupérer son tee-shirt préféré.

Level 4, ils commencent tout juste à se battre

- 9 juillet 2017 - Par Benjo DiMeo

Level 4 (200/400 ante 50)

795 joueurs ont participé au Day 1A

Foule

Les inscriptions à la première des trois journées de départ du Main Event se sont achevées au retour de la pause-dîner. On connnaît maintenant les chiffres officiels : avec 795 participants (sans re-entry possible, bien entendu), la tendance des trois dernières éditions est respectée. On peut donc prédire sans trop de risques de se tromper que l'affluence finale s'approchera (voire dépassera) les 7000 joueurs. Pour rappel :

Année / Day 1A / Total 1A/B/C
2014 / 771 / 6 683
2015 / 741 / 6 420
2016 / 764 / 6 737

Première chute au sein du Team Winamax

Si je vous dis que le Team Winamax a connu sa première élimination du Main Event 2017 après la pause-dîner, il n'y aura aucun suspens sur l'identité de la victime, puisque Pierre Calamusa était le seul joueur de l'équipe a avoir choisi le Day 1A. Dans le tchat WhatsApp regroupant nos pros, Pierrot a indiqué détenir A8 sur sa dernière main : "J'ai pas réussi à fold sur un board 8-10-10-8-x, avec tous les draws manqués." Son adversaire avait 10-9 pour un jeu quasi imbattable.

Angelus sonne la charge

Jérôme Arnoult

Si ses tweets sont régulièrement venus garnir notre fil d'infos, il ne nous avait pas encore été donné de rencontrer Jérôme Arnould en personne sur ces WSOP, la faute à beaucoup trop de tournois achevés prématurément. C'est maintenant chose faite grâce à un dernier gazouilli qui nous a immédiatement permis de le repérer. Et pour cause, celui qui se fait surnommer Angelus a vu arriver à sa droite un Martin Jacobson short stack qui a immédiatement attirer l'oeil des caméras d'ESPN. "Moi, ça ne me dérange pas trop, glisse Jérôme, mais certains à table, ça les rend fous. Ils mettent plus de temps à prendre leur décision ou essaient de rentrer dans plus de coups." Qualifié pour le Big One via un de nos satellites live remporté mi-mai, l'Alsacien vit pour l'instant un début de tournoi tranquille, avec 70 000 jetons devant lui au retour de la pause dîner.

Major Tom

Tom McEvoy
Un Champion du Monde de plus repéré par notre radar ! Et il s'agit de l'un des plus anciens : la victoire de Tom McEvoy sur le Main Event date de 1983 (une année en tous points exceptionnelle, et pas seulement parce que c'est celle de ma naissance) et à l'époque, celui qui était encore un amateur avait fait sensation en devenant le premier vainqueur du Main Event à avoir remporté son ticket sur un satellite, format de tournoi encore balbutiant à l'époque. De tous les champions qui ont précédé McEvoy, seuls Doyle Brunson et Bobby Baldwin sont encore en vie aujourd'hui. Le premier a publiquement annoncé sa retraite des tournois il y a déjà un moment, expliquant qu'à 83 ans, il ne pouvait plus se permettre de rentrer trop tard auprès de son épouse, celle-ci n'arrivant pas à dormir tant que Doyle n'était pas auprès d'elle (le dernier Main Event de Doyle date de 2014, et s'était soldé par un min-cash). Le second est encore relativement jeune (67 ans) mais ses fonctions de directeur de plusieurs casinos de Las Vegas font de sa participation au Main Event un évènement plutôt rare. Du coup, on peut bel et bien dire que Tom McEvoy est le plus ancien vainqueur Main Event encore en activité, à l'âge de 72 ans.

Anecdotes, statistiques et citations à la con

Parmi notre quatre qualifiés Winamax en lice sur le Day 1A, Julien "PaaaaFenTurn" vit un retour de dîner appréciable. "J'ai trouvé un brelan dans un pot multi-way, je gagne au showdown contre top paire. Puis je trouve une paire de Dames sur un pot 3-bet, ça passe aussi."

Plusieurs joueurs ont déjà passé la barre symbolique des 150 000 (= 3 caves de départ) au cours des trois premiers niveaux du Day 1A. Parmi ces happy customers, citons Sam Grafton (UK) et Morten Mortensen (Danemark).

Nous sommes à la veille d'un moment historique... La première participation d'un couvreur Winamax au tournoi favori des couvreurs ! Évidemment, nous avons tous pris un pourcentage.

So Sick
Photo on ne peut plus appropriée pour vous annoncer l'élimination d'ElkY à quelques places de l'argent sur le Championship de Stud. #SoSick David Benyamine est quant à lui bien placé alors que le main par main a été déclenché pour savoir qui sera le 15e et bubble boy de ce tournoi. Perry Friedman mène actuellement le field, devant un Chris Ferguson décidément d'une régularité déconcertante sur ces WSOP.

Abraham Simpson
La réaction d'un couvreur Winamax quand il découvre la file d'attente à l'entrée des toilettes situées entre l'Amazon et la Pavilion en plein milieu de niveau 4. Vivement le Day 1C.