masquer le menu
   

Victor Choupeaux et Slimane Mamèche font la paire

- 5 juillet 2017 - Par Benjo DiMeo

Deux français de plus en demi-finales à Vegas !
Il reste 16 joueurs dans l'Event #64 - NLHE / Pot-Limit Omaha Mix 1 500$ (Fin du Day 2)


Choupeaux / Ivan
Rien de mieux pour laver le sale goût laissé par l'élimination de Guillaume Diaz en 8e place du Crazy Eights que d'enchaîner sans plus attendre sur de nouveaux deep-runs français. On vous a déjà parlé de Yorane Kérignard, qui renoue avec la réussite aux WSOP en accédant au troisième et dernier tour d'une boucherie à mille balles.

Mercredi, il faudra aussi compter sur Victor Choupeaux et Slimane Mamèche, tous les deux qualifiés pour le Day 3 de l'épreuve mixte PLO/NLHE : il ne reste plus que 16 joueurs (sur un total de 1058) et là encore, les espoirs de finale (voire plus si affinités) sont bonnes !

Slimane Mamèche
Avouons-le : Slimane Mamèche a échappé à notre radar depuis le début de cette épreuve. L'amateur aux 270,000$ de gains cumulés depuis dix ans avait franchi la bulle avec un petit tapis, et c'est à peu près dans la même position que nous l'avons retrouvé 24 heures plus tard, bon dernier au classement des deux dernières tables avec moins de dix blindes pour tenter d'atteindre la finale. "Comme d'habitude !", a t-il résumé avec un sourire.

Victor Choupeaux
Choop, de son côté, a encore vécu une journée "swingy" en formes de montagnes russes, mais qui se termine en fin de compte très bien, à la faveur d'un énorme pot remporté à quelques minutes du gong. "J'ai eu chaud ! J'élimine un joueur sur un coup de Omaha à tapis préflop : j'ai AKK3 contre AJQ8." Son adversaire trouve un Valet sur le flop, et rien d'autre : un sortant ! Pour la petite histoire, sachez que Victor était favori pour remporter ce showdown, mais de peu : grosso modo 57% contre 43% préflop. Ce coup est loin d'être anodin : il y avait 400,000 au milieu, et quelques minutes plus tard, le français emballait 667,000 dans le sachet plastique distribué à chaque qualifié pour le Day 3 !

Quoi qu'il arrive, Choop réalisera son meilleur résultat sur une épreuve des World Series of Poker, mais avec le sixième plus gros tapis à l'entame de la journée de mercredi, il lui est permis de rêver à une performance mémorable, d'autant que son jeu en PLO, travaillé en ligne depuis un an, semble parfaitement au point.

Choupeaux / Ivan
Ivan Deyra était bel et bien présent dans la Miranda Room en fin de journée, mais c'était en tant que soutien moral et rien d'autre : le joueur du Team Winamax a du une nouvelle fois se contenter d'une place d'honneur (25e), se hissant autour des trois dernières tables pour la troisième fois de l'été.  "J'ai perdu un énorme pot en PLO", explique t-il, "je pense que mon manque d'expérience s'est fait ressentir." Le coup ? Une paire d'As AA83 relancée préflop : les deux blindes paient et le flop tombe Q72. "Je c-bet 21,000, c'est payé deux fois. Turn : 3. La joueuse asiatique [Esther Taylor, NDLR] donk-bet pour la hauteur du pot, 108,000. Elle a 70,000 derrière. Je réfléchis longtemps, et je n'arrive pas à me dire autrement que : avec un brelan, elle aurait check/raise dès le flop. Je fais confiance à ma lecture : je shove. En fait, elle avait QQ85." Ivan possédait à ce moment-là un tapis énorme, et chute à 190,000, une vingtaine de blindes. "Derrière, je vais perdre plusieurs pots, des coups que j'abandonne au flop ou derrière. Je finis par envoyer mes derniers 80,000 avec 9-10-J-Q, je suis payé par K-K-x-X, le flop tombe K-6-6 direct !"

Frustrante, cette 25e place, mais tentons de voir le verre à moitié plein : "J'ai pas mal appris sur ce tournoi, dans une variante que je ne connais pas bien." Imaginez les dégâts que pourra faire Ivan une fois qu'il aura pris un peu d'expérience en PLO ! "Les décisions étaient pas évidentes. Vu le prize-pool, je n'avais pas envie de terminer sixième, seules les trois premières places sont belles. Donc c'était OK de gamble un peu. Peut-être pas dans ce spot, ceci dit, je ne sais pas... Je ne veux pas être result oriented. J'espère que Choop va nous régaler !"

Chris Moorman
Chris Moorman fut le dernier éliminé de la journée. Un petit bad beat des familles en Hold'em : une paire de 9 qui ne tient pas contre les 6. Ses adversaires ne se sont pas trop plaints de son départ...

Le classement complet

1/ Ryan Laplante (USA) 1 105 000        
2/ Esther Taylor (USA) 1 057 000        
3/ Khorchidian Nichan (Liban) 895,000        
4/ Shannon Shorr (USA) 789 000
5/ Mark Radoja (Canada) 710 000
6/ Victor Choupeaux (France) 667 000
7/ Jerry Callahan (USA) 451 000
8/ Sebastian Langrock (Autriche) 404 000
9/ Connor Drinan (USA) 392 000
10/ Gabriele Digiuseppe (Italie) 320 000
11/ Fernando Brito (Portugal) 287 000
12/ Bernardo Dias (Brésil) 226 000
13/ Jagdeep Singh (USA) 198 000
14/ Rick Alvarado (USA) 175 000
15/ Zahir Gilani (Canada) 166 000
16/ Slimane Mameche (France) 110 000

Blindes au départ du Day 2 : 6 000/12 000. Les prix restants à distribuer sont compris entre 9,998$ et 268,555 dollars. Reprise à 14h, heure locale (23h en France).
 

'Je suis toujours là'

- 5 juillet 2017 - Par Flegmatic

Event #63 - NLHE 1 000$ (Day 2)
Yorane Kérignard dernier rescapé du clan français
19 joueurs se dressent entre Yorane et le bracelet !

Yorane Kérignard

"C'est ce qui s'appelle une journée qui fait ch***." Seul joueur tricolore qualifié pour le Jour 3 de ce tournoi, après les éliminations successives d'Alexandre Fradin (63e, 3 883 $) et Carlos Queiroz (39e, 5 486 $), Yorane Kérignard n'est pourtant pas pleinement satisfait de son parcours au moment de se diriger vers la sortie de la Miranda Room."Je n'ai jamais réussi à décoller, explique-t-il. Je n'ai fait qu'osciller entre 150 000 et 300 000. Et quand je suis monté à 300 000 justement, j'ai perdu un gros coup avec les Valets contre les Dames. J'ai perdu un flip qui aurait pu me mettre vraiment bien aussi. Mais bon, je suis toujours là !"

Yorane Kérignard Bag

Toujours là, avec 205 000 jetons empaquetés au bout de dix heures et trentes minutes de jeu ce mardi, et alors que les blindes seront à hauteur de 6 000/12 000 pour encore un demi-niveau. Autant dire que Yo ne fera clairement pas partie des favoris mercredi pour aller chercher la gagne. Mais avec seulement 19 joueurs restants entre lui et le bracelet - sur 1 750 partants -, l'aventure est quoi qu'il arrive déjà belle. Et puis, avec tous les Days 3 qui ont mal tourné côté français, on peut être en droit d'espérer un petit retour de variance. Pour s'en convaincre, on peut se dire que Yorane connaît le chemin qui mène jusqu'en table finale sur ce type de tournoi, puisqu'on se souvient de sa troisième place il y a deux ans, sur une épreuve à 1 500 dollars qui avait vu Aurélien Guiglini terminer runner-up. Avec 262 501 dollars réservés au vainqueur, cela vaut en tout cas le coup de se donner à fond. Nous serons là pour suivre ça demain dès midi !

John Monnette
On a plus souvent l'habitude de le voir perfer sur des tournois de variantes exotiques à cinq chiffres de buy-in que sur ses petites boucheries, mais John Monnette prouve, s'il le fallait encore, qu'il est décidément un joueur complet. Seul visage connu repéré par votre serviteur autour des trois dernières tables, il reviendra avec le huitième tapis, soit 426 000.

Multiplex Vegas : réécoutez l'émission #2

- 5 juillet 2017 - Par Benjo DiMeo

En ce jour de fête nationale, l'émission est mise en pause au beau milieu du direct, le temps d'écouter religieusement l'hymne national US, diffusé simultanément dans toutes les salles des WSOP. Les nouveaux inséparables du Team Aladin Reskallah et Pierre Calamusa nous régalent d'anecdotes sur leur séjour à Vegas, et l'on discute du très beau deep-run de Guillaume Diaz dans le Crazy Eights 888$. Aussi, Jay Pee a fait la bulle de son tournoi à 150 balles à l'Orléans : il n'est pas super content.

L'émission est, comme plus de 120 autres, disponible en replay sur notre chaîne Soundcloud.

Ce n'est pas ce qui était prévu

- 5 juillet 2017 - Par Flegmatic

Event #60 - Crazy Eights NLHE 888 $ (Table finale)
Guillaume Diaz termine 8e pour 86 888 $

Il y a eu beaucoup trop d'accrocs dans ce plan. Revenu d'un dinner break tardif avec un tapis légèrement supérieur à la moyenne, lui offrant la quatrième place au chipcount, loin devant un bataillon de short stacksGuillaume Diaz a fini par rendre les armes en huitième position, sur une rencontre aussi funeste qu'inéluctable. Une place ô combien frustrante, également dûe à deux double up successifs desdits short stacks. James Cappucci gagne tout d'abord son lancer de pièce contre Vlad Darie avec As-Dame contre une paire de 7, avant que le Roi-Valet d'Ioannis Angelou Konstas ne reste devant le Roi-10 de Kilian Kramer. On imagine alors Guillaume pester intérieurement contre ces petits tapis ne voulant décidément pas lâcher prise.

Vlad Darie - Guillaume Diaz

Mais avec toujours le même tapis d'une trentaine de blindes devant lui, Volatile38 peut encore se permettre de s'impliquer dans des mains au long cours, ce qu'il ne se gêne pas pour faire dans les minutes suivantes. Après avoir payé une relance à 600 000 en premier de paroles de Vlad Darie, le Grenoblois envoie deux salves à 400 000 puis 850 000 sur un flop AA6 et un turn 6. Le 3 rivière est checké par les deux hommes, et Guillaume ne peut que rendre ses cartes au croupier lorsque le Roumain lui montre une paire de 10. L'avant-dernière main de son tournoi vient de s'achever.

Papazian - Volatile

Tombé à 6,15 millions - soit 20 blindes - notre Top Shark repart au combat dès la main suivante en ouvrant à 600 000 UTG. Trois crans plus loin, Alexandru Papazian se réveille et place un 3-bet pour 1,7 million. Une surrelance pas franchement du goût de Volatar, qui envoie ce qui lui reste de tapis et se fait payer dans la seconde par le plus barbu des deux Roumains. L'abattage est cruel, et ne laisse que peu d'espoirs : AQ pour Guillaume, AK chez Papazian. À peine le temps pour le rail français d'appeler une Dame qu'un Roi fait irruption au flop douchant les derniers maigres espérances tricolores.

Guillaume Diaz OUT

En surnombre, la Roumanie a mis K.O. la France en deux rounds, ne laissant derrière elle qu'une onde de choc pleine de déception et de frustration. Débabusé et abattu au moment de franchir le cordon du rail, après une dernière poignée de main à ses derniers compagnons de table, Guillaume pourra toujours se souvenir de son incroyable remontée de fin de Day 2 ou de cette paire d'As craquée par ses deux 8, se dire que l'élimination l'a guetté à de nombreuses reprises bien plus tôt sur ce tournoi.

Mais un an après sa neuvième place sur le Little One for One Drop, c'est une nouvelle fois bien trop tôt que notre Volatile quitte une table finale WSOP. Néanmoins, les motifs de satisfaction restent nombreux, à commencer par cette récompense de 86 888 dollars, soit près de cent fois le buy-in, et un plein de confiance toujours bon à prendre à quelques jours du Main Event, LE rendez-vous le plus important de l'année. Alors Guillaume, on remet ça ?

Deux heures trente sans élimination !

- 5 juillet 2017 - Par Benjo DiMeo

Stagnation à huit joueurs restants... Le tapis moyen s'amenuise ! Pause-dîner tardive
Event #60 - Crazy Eights NLHE 888$ (Table finale)


Rail Dinner Break
22 heures à Las Vegas. Si nos calculs sont exacts, le soleil s'est déjà levé depuis un moment en France, et les premiers lecteurs du matin ont commencé à rafraîchir cette page. Bonjour ! Ca va ? Vous partez au boulot ? Tranquilou Bilou ? Pas trop ? Bon, tant pis.

Si vous êtes de ceux qui lisez les articles dans l'ordre chronologique inversé afin de faire apparaître les nouvelles fraîches en premier, je ne ferai pas durer le suspense plus longtemps : Guillaume Diaz continue de mener sa barque en finale de l'épreuve Crazy Eights à 888 dollars. Les huit derniers joueurs sont partis en pause-dîner tardive (la faute à l'interruption de la partie provoquée par le malaise d'un croupier en début d'après-midi) et quoi qu'il arrive, le repas qui les attend sera plus animé que les heures qui ont précédé : cela fait depuis 19 heures 30 que l'on attend une élimination !

"C'est clairement l'ICM qui nous bloque", explique Guillaume Diaz, qui se maintient avec un stack de 9 millions en relançant préflop de temps à autre, sans se faire payer ("J'avais toujours un bon jeu"). "Au vu du payout et des short-stacks encore présents, les mecs comme moi et Tureniec, on ne peut pas vraiment jouer. En revanche, les roumains, eux ils ne respectent rien" ajoute t-il en rigolant, "donc tout peut arriver."

Tout peut arriver, y compris... Un limp en début de parole. C'est ce qu'à tenté deux coups de suite Alexandru Papazian durant le Level 34. La première fois, Papazian abandonne face à une relance tapis de James Capucci, mais la seconde, c'est un 4-bet pour 2 millions qu'il renvoie dans la tronche de Michael Tureniec, qui avait tenté une relance à 815,000 au cutoff.

On a aussi vu l'un des short-stacks, Ionannis Angelous Konstas, faire tapis à plusieurs reprises sans se faire payer. Pas le cas de James Cappuci qui est resté muet comme une carpe. Au retour de la pause (23 heures, heure locale, ce qui correspond à huit heures du matin en France), il est probable que la partie commence à décoller un peu : la moyenne a fortement chuté (elle est passé sous la barre des 30BB !), et certains joueurs seront donc tout simplement obligés de se réveiller fissa, sous peine de disparaître sans avoir combattu. Le chip-leader ne possède que 53BB : il y a 2h30, il en avait le double !

Siège 1 : Ioannis Angelous Konstas (Grèce) 3,1 millions (10BB)
Siège 2 : James Cappucci (USA) 2,7 m. (9BB)
Siège 3 : Michael Tureniec (Suède) 3,05 m. (10BB)
Siège 4 : Vlad Darie (Roumanie) 10,5 m. (35BB)
Siège 5 : Guillaume Diaz (France, Team Winamax) 9,4 m. (31BB)
Siège 6 : Harry Lodge (UK) 6 m. (20BB)
Siège 7 : Kilian Kramer (Allemagne) 13,525 m. (45BB)
Siège 8 : Alexandru Papazian (Roumanie) 16 m. (53BB)