masquer le menu
   

Deux minots en route vers le bracelet

- 23 juin 2017 - Par Flegmatic

Event #42 : NLHE 6-max 10 000$ (Day 2)
Ivan Deyra et Romain Lewis marchent dans les pas de Davidi Kitai et se qualifient pour le Day 3

Romain Lewis - Ivan Deyra
Serait-ce le plateau télévisé en arrière-plan ?

Tout s'est déroulé à merveille pour Romain Lewis et Ivan Deyra lors des trois derniers niveaux de ce Jour 2. Alors non, on vous voit venir, nos deux poulains n'occupent pas les deux premières places au chipcount - n'en demandons pas trop non plus -, mais avec respectivement 449 000 et 877 000 jetons empaquetés ce soir, pour une moyenne fixée à 691 000, ils gardent leurs chances de bracelet intactes pour un Day 3 qui promet énormément.

Dans la foulée d'une période post-bulle qui lui a permis de passer de 6 à 25 blindes, Romain a poursuivi sur sa lancée, réussissant même à signer un nouveau double up on ne peut plus chanceux face à Connor Drinan, avec As-Roi contre deux As. "Je limp UTG avec 26 blindes, explique rLewis, il mise quatre blindes de BB et je shove. Le flop vient Roi-Dame-10, donc déjà j'ai une gutshot, et au turn, clac le Roi !" C'est néanmoins contre ce même Drinan qu'il perdra une bonne partie de son tapis quelques minutes plus tard. Avec 6-4 en main sur un board 98447, le benjamin du Team paie un premier gros barrel au turn, puis le tapis de son adversaire pour un peu plus que le pot sur la rivière. Malheureusement, l'Américain avait trouvé quinte et flush avec J10. "Je regrette un peu ce call, avoue Romain, visiblement atteint physiquement. C'était long et difficile aujourd'hui, surtout sur la fin. Je n'ai pas gagné beaucoup de coups dans le dernier niveau. Mais on est encore là, c'est le principal !"

Elpayaa - Deyra - Lewis

Même son de cloche positif du côté d'Ivan. Monté un temps au dessus du million de jetons, ValueMerguez termine avec 877 000 unités. "J'ai éliminé Sam Trickett sur un flip alors qu'il lui restait neuf blindes, rembobine le Girondin, et puis j'ai gagné beaucoup de petits coups : j'ai passé mes bluffs et surtout je me suis fait payer quand j'étais en value." De quoi refaire encore un peu plus le plein du réservoir à confiance, qui semble ne jamais vouloir se vider depuis deux jours.

On a tendance à facilement l'oublier, de par leur maturité et leur omniprésence sur le circuit depuis plusieurs années, mais Romain et Ivan ne font encore que découvrir les WSOP - même si ce dernier était déjà au rendez-vous l'an passé -, et disputent ce tournoi pour la première fois, le tout sous l'oeil des caméras de Dans la Tête d'un Pro, qui ne les lâchent pas d'une semelle. Après avoir franchi le difficile cap de la bulle dans des conditions loin d'être optimales, ils continuent de montrer une résistance à la pression à toute épreuve. S'ils parviennent à dérouler leur jeu avec autant de sérénité dès le départ du Day 3, on ne peut qu'espérer de grandes choses. La route est encore longue, et nul doute que toute autre place que l'une des six dernières, sous les lumières du Thunderdome, leur laisserait un goût amer, mais avec ces deux-là, on ne semble jamais au bout de nos surprises. Tous deux adeptes des préceptes du Grand Davidi Kitai, ils ne sont maintenant plus très loin de faire au moins aussi bien que lui. Pour l'un de leurs premiers tournois sous leurs nouvelles couleurs, avouez que ce serait un bien bel hommage.

Albert Daher
Valeur sûre du circuit européen, Albert Daher ne signe là que sa troisième place payée aux WSOP. Le Libanais reviendra au Day 3 avec 1,418 million, soit le deuxième plus gros stack.

Carrel - Sammartino
Charlie Carrel contre Dario Sammartino : un duel qui a duré toute la journée, et que l'on pourrait revoir demain. Pour l'instant l'Anglais a pris l'ascendant, puisqu'il attaquera le Jour 3 dans la peau du chipleader avec 1,5 million. Mais avec 755 000 pions, l'Italien, troisième du High Roller for One Drop en début de festival, est loin d'avoir dit son dernier mot.

Yurasov - Bicknell
Dmitry Yurasov et Kristen Bicknell ont terminé sur la même table. Avantage au Russe avec un tapis de 1,111 million contre 504 000 pour la dernière femme en course.

Xixiang Luo
Tout en bas du classement avec 160 000, Steven Iglesias sera lui aussi de la partie. Pour rappel, ce jeune Américain est aveugle, à cause d'une maladie génétique rare contracté il y quelques années à pein. C'est son ami Daniel Christopher Grytten à sa gauche, qui lui souffle à l'oreille ses cartes et celles du board. Pour en apprendre plus sur Steven et son parcours forcément atypique mais surtout plein espoir, je vous recommande cet article tout frais, disponible chez Pocket Fives.

Ludovic Lacay privé de Day 3

- 23 juin 2017 - Par Flegmatic

Event #41 : Pot-Limit Omaha 1 500$ (Day 2)
Ludovic Lacay éliminé en 24e position (6 520$)

Coupé en plein élan. Alors qu'il était en train de réaliser un retour fracassant dès son tout premier tournoi de ces WSOP, Ludovic Lacay a explosé en plein vol lors de l'avant-dernier niveau de la journée. Sur un flop 973, Sir Cuts check/raise de 32 000 à 120 000 une mise de Jeff Williams. Ce dernier ne se laisse pas démonter, annonce tapis, demandant les quelques 230 000 du Français, et se fait snap call par l'ancien membre du Team W, qui retourne A1099 pour un brelan floppé.

L'Américain est derrière avec QQ103, mais n'a besoin que d'un carreau pour passer devant. Il le trouve dès le turn J, la rivière 6 lui en amenant même un supplémentaire. "C'est trop dur de fold contre toi," aurait glissé Williams à Ludo. Je vous fait gré des noms d'oiseaux qui sont passés par la tête de Cuts en retour, mais nul doute que ce dernier était passablement énervé de cette élimination en 24 place, d'autant qu'il figurait encore dans le haut du classement au moment du redraw à 27. "Je vous le laisse ce jeu," a-t-il lâché sur le Whatsapp du Team, avant de retrouver le goût des cartes grâce à la forme actuelle des petits jeunes Romain Lewis et Ivan Deyra. Alors Ludo, à bientôt ?

Enfin dans l'argent !

- 23 juin 2017 - Par Flegmatic

Event #42 : NLHE 6-max 10 000$ (Day 2)
Ivan Deyra, Romain Lewis et Adrien Delmas atteignent les places payées

Ivan - Romain - Adrien #2

Si comme nous, vous vous êtes refait la dernière saison de Dans la Tête d'un Pro avec Davidi Kitai sur ce même Championship en 6-max, vous vous souvenez probablement d'une bulle qui avait duré une éternité. Pour cette édition 2017, les derniers protagonistes ont décidé de nous rejouer le même scénario. Malheureusement cette année, le Génie n'a pas fait partie du casting, victime de Dan Smith lors du niveau précédant le dinner break. Mais parce qu'il était écrit que ce tournoi serait celui de la nouvelle génération tricolore, ils étaient encore deux W rouges à pouvoir prétendre à intégrer les places payées, Ivan Deyra et Romain Lewis, accompagnés d'un troisième Français, et non des moindres, leur grand pote Adrien Delmas. Mieux, les trois potos se sont rapidement retrouvés assis autour de la même table, entourés de sacrés clients, à savoir Connor DrinanSam Trickett, et Christian Rudolph, sixième du tournoi de 6-max à 5 000 dollars la veille.

Ivan - Romain - Adrien #1

Pas franchement frais en jetons au moment de partir dîner pour une heure, et alors que la clock du tournoi affiche 52 joueurs restants pour 50 payés, Ivan (178 000), Adrien (150 000) et Romain (95 000), vont se montrer admirables de patience pendant la grosse heure que va durer la bulle. "Je ne suis pas tombé aussi bas depuis le troisième niveau hier," avoue un Adrien qui ne semble éprouver aucun scrupule à jeter ses mains les unes après les autres. "Ils sont tous méga riches mais il ne veulent pas bust !," lance un Romain un tantinet dépité. "C'est une baguette de pain pour eux, surenchérit Ivan. Nous, ça nous permettrait de quintupler notre bankroll !"

All-in and Call #1

Pourtant, tout aurait pu se décider très vite. Une petite quinzaine de minutes après le lancement du main par main, Michael Telker se retrouve à tapis avec une paire de 7, et n'est pas vraiment favori contre les deux beaux As d'un certain Levan Karamanishvili. Michael se lève très vite, puis tente et réussit un magnifique "coup du sac à dos" - une variante locale du célèbre "coup de la veste" -, un sept venant à sa rescousse sur le turn pour lui permettre de rester en vie un peu plus longtemps.

Table Busquet

Un quart d'heure plus tard, c'est au tour d'Olivier Busquet de se retrouver à tapis. Si le coup en question ne casse pas trois pattes à un canard - une paire d'As qui reste devant contre deux Rois - il engendre ensuite une situation qui mettra presque dix minutes à être démêlée. Pour vous la faire simple, le croupier n'a pas décerné correctement le side pot qui aurait dû revenir au joueur à la paire de Rois situé en grosse blinde, le Chinois Xixiang Luo ayant min-raise depuis la SB après le shove de l'Américain, avant de fold. Les floors interviennent, s'embrouillent avec les joueurs qui cherchent chacun à mettre leur grain de sel et bon an, mal an, tout le monde récupère son dû. "Ça y est, on peut continuer ?, lance alors Busquet pour détendre un peu l'atmosphère. Non parce que moi de toute façon ça me va, j'ai triplé à la bulle avec une paire d'As..."

Il faut attendre la toute fin du niveau 4 000/8 000, ante 1 000 pour que Goran Mandic ne pousse son voisin de gauche Lyle Vincent à tapis. Le AJ de ce dernier est devant le J10 de Mandic, mais un 10 au flop fait triompher la moins bonne des deux mains. Félicitations aux 50 joueurs restants, et à nos trois Français en particulier : ils sont dans l'argent !

Deyra - Drinan - Lewis

Aussitôt le gain minimum de 15 091 dollars assuré, nos deux W rouges se mettent en action. Alors que Connor Drinan (photo) demande son tapis, Romain Lewis paie avec AJ et a le plaisir de voir l'Américain retourner QJ. Un board 104J6A sans accident plus tard, le Bordelais multiplie ses six petites blindes par deux... avant de doubler à nouveau, toujours avec As-Valet, et toujours contre Drinan, qui avait cette fois Roi-5. Avec désormais 25 blindes, voilà le benjamin du Team sorti provisoirement de la zone critique, le tout sous l'oeil des caméras de Dans la Tête d'un Pro.

Du côté d'Ivan Deyra aussi c'est l'embellie. Trouvant deux As dans la foulée du premier double up de Romain, ValueMerguez a presque triplé son tapis, face au Roi-Dame assortis d'Adrien Delmas - dont il signe au passage l'élimination en 48e place (15 516$) - et à la paire de Valets de Sam Trickett. Il grimpe du même coup à 570 000. Alors que deux niveaux restent à jouer à l'heure où j'écris ces lignes, tout reste donc possible pour nos deux minots !

Rainer Kempe
Gros mal de crâne pour Rainer Kempe, qui est tout de même parvenu à franchir la bulle avec un tout petit tapis, avant de sortir en 44e position (15 516$).

Dmitry Yurasov
Grâce à son gros tapis, Dmitry Yurasov s'est en revanche amusé comme un petit fou pendant cette bulle, mettant un maximum de pression à ses voisins de table.

Ben Yu
On se distrait comme on peut pendant une bulle. Pour Ben Yu, c'est en regardant des parties de Magic: the Gathering sur Twitch.

Charlie Carrell
Charlie Carrel s'est fait un pote aujourd'hui, en la personne de Joseph Elpayaa, notre fameux sosie de Frank Zappa. On espère juste qu'ils ne sont sont pas chauffés pour organiser un vide-grenier ensemble.

Croupiers Debout
Tous les croupiers debout pour signaler aux floors que la main en cours est terminée sur leur table. Le processus est on ne peut plus rodé.

Croupier Balla
Sur un tournoi Championship en 6-max, mêmes les croupiers ont des montres ballas.

L'article avec des chiffres dedans

- 23 juin 2017 - Par Flegmatic

Copiant de manière éhontée notre idée de bilan à mi-parcours de ces WSOP, l'organisation du festival nous a fait parvenir un mail résumant avec moult chiffres la première moitié de ces Championnats du Monde. Voici en quelques points ce que l'on peut en retirer.

Une affluence en légère hausse

Pavillion Room

Prenant en compte les 37 premiers tournois officiellement terminés sur les 74 au programme, la direction des WSOP est fière de nous annoncer un nombre d'inscriptions record s'élevant à 61 616. Un chiffre en hausse de 1,5% par rapport à l'an dernier à la mêm période du festival, mais qui mérite néanmoins d'être pondéré. Avec un planning remanié par rapport à 2016, et surtout cinq tournois de plus à l'affiche, difficile de se rendre compte à l'heure actuelle de la véritable tendance en cours. Il faudra donc attendre la fin du festival pour éventuellement sabrer le champagne. Mais il n'est pas à exclure que soit battu le record de 107 833 entrées établi l'année dernière.

Conséquence directe, 81 480 871 dollars ont d'ores et déjà été distribués, répartis entre 9 254 participants - et non pas joueurs uniques. D'ailleurs, puisque l'on parle de joueurs uniques, ils sont 24 281 à avoir joué au moins un Event. Pour l'heure, le recordman du nombre d'entrées aurait déjà 47 tickets de tournoi à son actif, en prenant en compte les éventuelles re-entries. Son identité n'a pas été dévoilée mais on lui souhaite d'avoir ramené quelques dollars à la maison, ou l'adition risque d'être salée.

L'âge moyen continue d'augmenter

Late Reg Seniors Event

Sans surprise, l'âge moyen, en augmentation quasi constante depuis le début des années 2010, subit lui aussi une jolie hausse. De 41,12 ans, enregistré à la fin du festival l'an dernier, il grimpe pour l'instant à 42,99 ans ! Nul doute que le Seniors Event record et son field de 5 389 entrants sont passés par là. Sachez d'ailleurs que le joueur le plus vieux à avoir pris le départ d'un tournoi affiche 94 ans au compteur, quand le plus jeune en a 21, soit tout simplement l'âge légal autorisé. De quoi laisser rêveur.

Quant à la répartition par genre, elle reste largement en faveur de ces messieurs, qui représentent 58 672 entrées (95,22%), contre 2 944 pour ces dames. On reste d'ailleurs toujours en attente d'une femme pour succéder à Safiya Umerova et Kristen Bicknell, seules féminines titrées en 2016, hors Ladies Event.

La France troisième nation mondiale

ElkY

Quatrième en termes d'inscriptions avec 553 entrées recensées par l'organisation, derrière l'imbattable trio États-Unis (51 311), Canada (2 191) et Royaume-Uni (1 753) mais devant l'Australie (496), notre beau pays et ses 107 places payées grimpent cependant d'une place au classement des gains bruts, pour figurer d'une courte tête devant nos voisins Britanniques et leurs deux bracelets. Autant dire que l'on peut remercier ElkY pour cette médaille de bronze privisoire, sa deuxième place sur le High Roller for One Drop comptant pour les trois quarts de notre total. Et s'il va être un tantinet compliqué de rattraper les USA, détenteurs de 28 bracelets et 7 245 ITM pour un total de 56 985 683 dollars, le Canada et ses quelques cinq millions de gains sont potentiellement dans le viseur. Françaises, Français, chers compatriotes, à vous de jouer !

James Obst loin devant

James Obst

Il est sans conteste l'homme fort de cette première moitié de WSOP. Avec un bracelet décroché sur le Championship de Razz, une seconde place sur un tournoi mixte de Triple Draw à 2 500 dollars, une septième place sur le "5K 6-max" en Hold'em, une huitième sur le Dealer's Choice Championship et deux autres places payées de moindre envergure, James Obst occupe fort logiquement la tête du classement Player of the Year. Un classement qui peut faire débat - David Bach et ses deux bracelets ne sont que 35e - mais qui reflète tout de même bien la polyvalence et le run de l'Australien cet été, un an après son joli deep run sur le Main Event, où il avait terminé 13e. Une valeur sûre donc, qui a fait mieux que confirmer le bien que l'on pensait de lui.

Et si, même après cela, vous êtes encore en manques de chiffres, direction cette page, où sont recensées une foule de statistiques supplémentaires. Régalez-vous.

À cheval avec Michel Abécassis

- 23 juin 2017 - Par Harper

Event #44 : H.O.R.S.E. 3 000$ (Day 1)

Ce jeudi 22 juin est une journée particulière. Oui, je sais, vous avez la gueule de bois suite à la Fête de la musique mais ce n'est pas de ça dont je parle. Le 22 juin, c'est l'anniversaire de Michel Abécassis ! On ne vous souffle pas son âge mais sachez qu'il a désormais le droit de disputer les Super Seniors. « Arrête, ça me fout un coup de vieux » se marre Mik. Hé, que veux-tu, le temps passe mais le kiff reste le même ! Un peu comme sur ce tournoi de H.O.R.S.E. à 3 000$ où le Doc s'éclate.

abecassismichel

Il faut dire qu'il est entouré de beaux phénomènes, entre un type qui semble avoir deux coups de trop dans le nez et quelques grinders dont la propension à s'énerver ne semble pas vraiment raccord avec le jeu en Limit. Tiens, d'ailleurs, c'est laquelle ta préférée des cinq variantes, Mik ? « Le Omaha Hi-Lo » assure le Doc, « et d'une manière générale tous les jeux en Hi-Lo. » Ça tombe bien, j'ai une main de Limit Hold'em à vous proposer. Hé, on ne choisit pas sur quelle variante on tombe quand on observe une table, Messieurs Dames !

Premier de parole, Michel relance à 500 et voit la grosse blinde défendre. Le flop est 862 et le pro Winamax voit sa mise de 250 être relancée à 500. Vous croyez chasser Monsieur Abécassis comme ça ? C'est payé ! Et le bet adverse de 500 est également payé sur un A au turn avant que les frais soient arrêtés à l'apparition d'un K sur la river. Michel retourne sereinement T8 et s'empare du pot. Hop, circulez.

jetons

Si vous vous demandez comment les croupiers connaissent le nombre de mains à jouer dans chaque variante, ils classent un petit jeton rose (photo) dans leur casier à chaque nouvelle main. Lorsque leur stock de jetons est épuisé, c'est qu'il est tant de passer à une nouvelle variante. « Généralement, un cycle complet pour les cinq variantes dure 1h30 », confie Michel en observant sa montre. Un peu de patience avant de jouer en Omaha Hi-Lo, MIK, il nous reste encore quelques mains de Limit Hold'em ! Tiens, voilà d'ailleurs un joueur qui relance à 500 premier de parole. En position, Michel sur-relance à 750 et est payé. Check-raise de 250 à 500 sur un flop J27, notre Doc paie. Et il investit un nouveau jeton de 500 sur un turn 4 avant de gentiment rendre ses cartes quand un 8 tombe river. « J'avais AK » confie-t-il un brin contrarié par les cartes sorties sur le tableau.

coup

Il est temps de se refaire en Omaha Hi-Lo ! Derrière une relance à 600 en milieu de parole payée par la petite blinde, Michel Abécassis opte pour un 3-bet à 900 en grosse blinde. Sans grande surprise, il est payé deux fois.

K72

Michel mise 300 et est payé par ses deux petits camarades de jeu. Le scénario est identique sur une Q au turn pour un gros bet, à savoir 600. Mais quand Michel envoie une nouvelle salve sur un K à la river, ses adversaires préfèrent s'éclipser. « J'avais AAJ2 », précise Mik qui a trouvé une couleur, « une montagne quoi ! »

La main suivante, le Doc se retrouve en bataille de blindes et relance à 600. Il est payé et va miser sur un flop QT3 ainsi que sur un turn Q. Payé à deux reprises, il préfère check une river 6 mais paie rapidement la mise adverse de 600 avec AA73 en main pour une simple paire d'As. Bien vu, son adversaire était en bluff avec AJ96. Puisqu'on vous dit que c'est son jeu favori ! « Je compte d'ailleurs faire le Championship de Omaha Hi-Lo qui a lieu le 26 juin » confie Michel un grand sourire aux lèvres. « Et également le Championship de Omaha à 10 000$ du 28 juin. Et demain, il y a quoi au fait ? » Demain, je te souhaite un Day 2 sur ce H.O.R.S.E. Avec 32 000 jetons, MIK a déjà plus que doublé sa cave de départ.