masquer le menu
   

Un Périscope et au lit

- 19 juin 2017 - Par Veunstyle72

Event #36 : No-Limit Hold'em 6-Handed 5 000$ (Day 1)

Un petit tour dans la salle de l'Amazon pour rencontrer ceux qui ont terminé le day1, ça vous dit ? On va croiser quelques Français qualifiés pour le day 2, comme 'Labrik', Alexandre Reard, Adrien Delmas, Jimmy Guerrero, Gilbert Diaz, Thi Nguyen... mais pas que.

Daniel Negreanu nous fait la gentillesse de quelques mots en Français et vous allez également découvrir pas mal de visages connus de ce jeu ! 

.

Entre bons potos, comme d'habitude

- 19 juin 2017 - Par Veunstyle72

Event #34 : Limit 2-7 Lowball Triple Draw Championship 10 000$ (Day 2)
La finale est connue, les finalistes aussi, et ce sont souvent les mêmes noms qui reviennent

cartes

Shaun Deeb, Mike Matusow, Shaun Buchanan, Nick Schulman, Ben Yu, Mike Watson... n'avez vous pas déjà entendu ces noms 100 fois depuis le début des WSOP ? Tous participeront demain à la table finale de cet event 2-7 à 10 000$ l'entrée, et aucun d'entre eux n'y va avec de l'appréhension, puisque les tables finales, globalement, ils connaissent.

80, ils n'étaient que 80 sur ce tournoi. Alors forcément, les chances de réussite d'atteindre une table finale sont multipliées par beaucoup. Et pourtant, le seul à avoir déjà gouté à cette sensation depuis début juin, c'est Mike Matusow, qui s'apprête à disputer sa 3e finale de l'été sur un Championship. Les autres ont souvent été habitués aux demi finales, mais pas encore à l'ultime table. 

Ils sont particuliers ces tournois de Championship, vous savez. L'ambiance y est toujours très très bonne, il n'y a pas de touristes perdus, seulement des joueurs qui se connaissent tous par coeur ou presque, depuis des lustres. On parle beaucoup, à la table, mais aussi d'une table à une autre, les masseuses sont souvent les mêmes et rarement seules. Chacun raconte sa vie, même pendant les coups. On est tellement loin d'une ambiance super tendue sur du NLHE. 

Pour autant, j'ai l'impression que l'intêret est moindre, contrairement aux années précédentes. Je ne cesse de me rappeler par exemple, que lorsque Fabrice Soulier a remporté son bracelet WSOP sur un 10 000$ H.O.R.S.E., il y avait 240 joueurs et plus de 600 000$ à la gagne ! Shawn Buchanan était d'ailleurs déjà là, runner up derrière Fabsoul... Cette année, le vainqueur empochera 232 000$. Oui, évidemment, c'est très beau, mais j'ai du mal à me dire qu'un bracelet remporté face à 79 joueurs a autant de saveur qu'un tournoi gagné sur un field de 1200 joueurs par exemple.

Pourtant, les gens aiment ça, le rail est toujours rempli, Matusow n'est jamais le dernier pour faire le show, et finalement ça plait à tout le monde. Sauf à PokerGo qui ne diffuse pratiquement aucun Championship, ni aux joueurs qui désertent de plus en plus ce genre d'épreuves. Il va être temps de réfléchir un moment donné pour comprendre ce qui a bien pu se passer.

Casting de la finale

Shaun Deeb : 1,070,000
Nick Schulman : 865,000
Mike Watson : 800,000
Ben Yu : 485,000
Shawn Buchanan : 340,000
Mike Matusow : 330,000

Répartition des gains 

Vainqueur : 232 738$
Runner up : 143 842$
3e : 98 337$
4e : 68 601$
5e : 48 854$
6e : 35 532$

shaun deeb

Moment fun : au moment du redraw final, le croupier a du déplacer le stack de Shaun Deeb, depuis le siège 3 jusqu'au siège 8. Il a d'abord essayé de les pousser gentiment, et dès qu'il a fait tomber une première pile, il a insta décidé de tout balancer pour que ça aille plus vite. Deeb était ravi, plus qu'à ranger tout ça maintenant

matusow

Ce moment où Mike Matusow quitte sa table de la demie finale, où il était installé en siège 1, pour aller s'installer de nouveau en siège 1 sur la table finale... à 3 mètres de là. Mais en voiturette. Je crois qu'il a mis plus de temps à allumer le contact que s'il avait fait trois pas de son propre chef

notes

Quand tu couvres pour un grand site d'infos, et que tu notes touuuutes les mains de 2-7? Courage Will !

La grande hécatombe

- 19 juin 2017 - Par Flegmatic

Event #36 : No-Limit Hold'em 6-Handed 5 000$ (Day 1)
Il n'y aura aucun W rouge au Jour 2, au milieu d'un contingent français clairsemé

Le lancement de ce tant attendu "5K 6-max" avait tout pour être une grande fête pour le clan français, et pour le Team Winamax en particulier. Aucun des joueurs inscrits ce dimanche n'avait joué la veille au Rio, afin de s'assurer la fameuse fraîcheur physique et mentale nécessaire à tout deep run ; les caméras et les appareils photos étaient de sortie, encore plus nombreux que d'habitude afin d'immortaliser l'instant. Mais alors qu'il reste deux niveaux pour autant d'heures de jeu, c'est la déception qui prime, à tous les niveaux.

Des cinq W rouges engagés, pas un seul n'aura la chance de placer ne serait-ce que quelques jetons au fond d'un sac ce soir. À la sortie prématurée de Davidi Kitai, déjà racontée dans ces colonnes, suivit celle d'un Michel Abécassis qui n'aura eu le temps de vibrer que quelques mains. Très vite cripplé suite à une confrontation malheureuse set over set, il abandonne ensuite ses dix dernières blindes avec un Roi-10 vaincu par As-Dame. Auréolé d'un gain d'un peu plus de 13 000 dollars la veille après avoir participé à un deal à dix (!) pour conclure un tournoi Senior à 600 dollars au Planet Hollywood, le Doc a donc connu une fortune toute autre aujourd'hui. "50 minutes, break compris. J'ai gagné le chronomètre en or du bust le plus rapide dans un 5K aux WSOP non ?," a demandé MIK.22, non sans une pointe d'autodérision.

Romain Lewis

Vient ensuite le tour de Romain Lewis, que les caméras de Dans la Tête d'un Pro n'ont donc pas eu la chance de suivre bien longtemps. "Pas bien joué aujourd'hui et forcément déçu," a lâché le Bordelais dans un tweet, quelques minutes à peine avant d'être rejoint dans le rail par son nouveau collègue Ivan Deyra. Tous les espoirs reposent alors sur les épaules d'un Sylvain Loosli qui finit à son tour par rendre les armes à son tour, ses vingt dernières blindes volant en éclat avec une paire de 6 contre deux 10. "Je n'ai pas gagné beaucoup de coups aujourd'hui," avoue le Toulonnais. "C'est ce qui s'appelle un bon retour de variance DLTDP," conclut le Coach Stéphane Matheu, un an après que nos équipes ont notamment pu suivre Davidi Kitai jusqu'en finale du 6-max Championship.

Louis Linard

Mais tout n'est pas noir pour autant côté tricolore. Demandez à Louis Linard par exemple. Attendez, vous voulez dire le Louis Linard qui était en course sur le tournoi à 1 500 dollars qui se jouait dans la Miranda ? Celui-là même ma bonne dame. Car après avoir pris la porte en 40e position pour 8 004 dollars - une sombre histoire de As-Dame qui s'écrase contre As-Roi à tapis préflop pour 18 blindes - labrik s'est empressé de rejoindre l'Amazon. Un choix judicieux puisqu'avec 110 000 jetons devant lui, il est actuellement le Français le plus fringant du field.

"Je crois que je vais bien dormir ce soir, souffle un Louis qui était sur le pont dès midi, et qui est bien parti pour jouer jusqu'à deux heures du matin. C'est assez inhumain, ajoute-t-il, mais tant que la motivation est là, je continue !" La motivation, ainsi que quelques belles mains, comme cette paire de Dames, qui lui permet de montrer très vite à 45 000, en s'emparant du tapis d'un adversaire qui s'était un peu trop chauffé avec une paire de 7 sur un turn 10-6-3-9. "J'ai ensuite gagné deux As contre deux Rois pour 12 000, et passé un bluff pour 15 000. Globalement, on va dire que je floppe bien." Allez, courage Louis, plus que quelques minutes d'efforts avant de pouvoir retrouver ton lit.

Adrien Delmas

À quelques mètres de là, la journée est en revanche beaucoup plus calme chez Adrien Delmas. "Je n'ai pas trop de mains, je ne gagne que des petits pots, explique-t-il, du haut de ses 44 000 jetons. Mais bon, on va attendre la fin de journée pour doubler, quand ils seront prêts à craquer !" Pas facile non plus chez Jimmy Guerrero, assis devant 35 000 pions, autour d'une table où Dan Smith a remplacé Julien Martini entre Charlie Carrel et Antonio Esfandiari. "On dirait une table de tournoi à 25 000 dollars !, souffle le membre du Team Onpok. Mais je suis en forme en ce moment donc je ne m'inquiète pas trop. Contre des mecs comme ça, tu es un peu obligé de jouer serré. Les occasions finissent toujours par arriver." C'est lui qui ferme la marche des Français, derrière Thi Nguyen et Alexandre Reard, pointés respectivement autour de 65 000 et 80 000. Pour tous les autres en revanche, comme Victor ChoupeauxSonny FrancoAntoine Saout ou encore Hugo Larachiche, l'aventure est malheureusement déjà terminée.

Enfin, sachez qu'avec 572 entrées comptabilisées, cette édition 2017 fait un tout petit mieux que l'an dernier, où 541 joueurs s'étaient battus pour le bracelet. Avant de revenir lundi sur les coups de 14 heures heure locale, on se quitte avec un tour d'horizon de ceux qui ont rejoint le dernier wagon des inscrits.

Polk - Peters
Doug Polk et David Peters en plein kiff à une table où figurent aussi James Obst et Nacho Barbero. Excusez du peu.

Busquet - Ferguson
Joli concours de poker faces entre Olivier Busquet et Chris Ferguson

Negreanu - Mercier
Ils ne se quittent plus. Hier en table finale du H.O.R.S.E. Championship remporté par David Bach, Daniel Negreanu et Jason Mercier sont à nouveau ensemble aujourd'hui.

Hallaert - Kuo
En voilà de belles piles de jetons chez Kitty Kuo. De quoi la placer parmi les chipleaders provisoires, sous l'oeil amusé de Kenny Hallaert.

Griffin Benger
Puisque l'on parle de November Nine, le meilleur ami de William Kassouf, Griffin Benger, a lui aussi décidé de rejoindre cette joyeuse sauterie.

Petrangelo - Deadman
Un énième virage de qualité, avec Nick Petrangelo et Simon Deadman.

Urbanovich
Pas franchement de quoi sourire pour l'instant sur ces WSOP pour Dzmitry Urbanovich, mais le jeune Polonais n'en garde pas moins la pêche. Il en aura bien besoin lors des prochaines heures.

Louis casse des briques

- 19 juin 2017 - Par Veunstyle72

Event #33 : No-Limit Hold'em 1 500$ (Day 2)
Louis Linard et Alexandre Fradin sont à 49 left de cet event

linard_fradin

"Labrik, Labrik, Labrik !" J'entends encore les chants de supporters, signés Romain Lewis et Hugo Lemaire lors de la table finale du Main Event WSOP Circuit Paris. Louis Linard avait terminé runner up, dans un ambiance plutôt très festive. Et si on reproduisait la même chose, mais à Las Vegas ?

Sur les 1 698 participants hier midi, ils ne sont plus que 49 à se battre en ce moment même dans la salle Miranda, pour tenter d'accéder, d'abord au jour 3, puis en table finale par la suite. Louis Linard était clairement l'un des joueurs les plus en danger en début de journée, mais comme raconté précédemment, il a réussi à s'en sortir pour passer cette période décisive, sans trop trembler : "Patience, c'est le mot du jour", me glisse Louis avec un large sourire, celui qu'on aime tant voir sur sa tête, celui qui indique que tout va parfaitement bien. 

"J'ai donc gagné KJ contre AT pour repasser à 40 000. Après ça, je bust Allen Cunningham, avec KK contre son A9, là je remonte à 60 000. Calme plat par la suite, et il a fallu que j'attende de soulever deux dames rouges pour vibrer..."

Louis me raconte la main. Au CO, il open 9 500 avec QQ et se fait call le joueur en BB. Puis sur A77T2, on check de façon collégiale sur le flop, puis Louis doit faire face à une mise de 13 000. C'est payé monsieur. Sur la river, son adversaire prend son courage à deux mains, et annonce tapis. Le moment est important pour lui, s'il se plante, c'est la catastrophe. Il finit par call et découvre ... 85 pour euuuh... pour... pour rien du tout, magnifique ce bluff monsieur.

Deux rangs à sa gauche, Louis doit composer avec un compatriote, il s'agit d'Alexandre Fradin. Après avoir réalisé deux cashs sur ces WSOP, le Français continue d'y croire à ce bracelet. Avec un tapis de 255 000, les choses vont forcément souvent bien, même si rien n'est joué encore. "Je suis peu saoulé, j'ai fait un bluff qui n'est pas passé tout à l'heure."

Suite à un open UTG, Fradin a call depuis le bouton avec T9, payé également par les deux joueurs dans les blindes. Puis sur JT779, sans aucune action au flop, Alexandre Fradin a payé la mise du joueur en petite blinde à la turn, payé également par le joueur en BB. Quand la rivière tombe sur la table, ils sont toujours trois, et le joueur en SB check. Le joueur UTG mise 45 000 et se fait raise à 130 000, avec 60 000 de stack initial. "On a snap fold tous les deux", se marrait Alexandre, qui est tout de même retombé à 60 000 après ce coup. Mais c'était surtout pour mieux les remonter, puisqu'il est déjà revenu au quart de million de jetons.

Objectif du jour : disputer pleins de niveaux (10 au moins) et s'approcher un maximum de la table finale...

49e : 6 699$ 
10e : 23 407$
1er : 384 833$

nacho barbero

Nacho Barbero, l'homme aux 3,5 millions de dollars de gains en live, crush plutôt bien son monde

max pescatori

Max Pescatori est increvale ! Sa solidité et se patience le placent dans les derniers joueurs de ce tournoi... une fois plus !

sergio aido

Parmi les têtes de série, le pouls de Sergio Aido répondait encore, tout va bien

Dans l'Event des Pros

- 19 juin 2017 - Par Flegmatic

Event #36 : No-Limit Hold'em 6-Handed 5 000$ (Day 1)
L'un des tournois les plus relevés de ces WSOP a démarré avec une palanquée de têtes d'affiche

Pour beaucoup, il faisait partie des immanquables dès l'annonce du programme de ces Championnats du Monde. Et pour cause, il n'y a qu'aux WSOP que l'on peut trouver un tournoi de 6-max au prix d'entrée aussi élevé et avec une aussi belle structure. La preuve en chiffres, si besoin était : après quatre niveaux d'une heure disputés, soit à mi-chemin de la période d'inscription tardive, ils étaient 464 à avoir composté leur billet pour tenter de succéder au palmarès à Michael Gathy, qui avait empoché plus de 560 000 dollars l'an passé, en triomphant de 540 adversaires.

Adrien Allain a soif de jetons

Adrien Allain

Et si le Belge n'est pas apparu sur notre radar suite à un premier (long) tour de la moitié de l'Amazon Room, le runner-up en titre, j'ai nommé Adrien Allain, est quant à lui bien dans la place. Et après un début de festival qui ne répond pas franchement à ses attentes - c'est le moins que l'on puisse dire - avec une seule place payée signée sur un tournoi de Limit, le Rennais nourrit de très gros espoirs sur cette épreuve. Pour l'instant, son départ est on ne peut plus prudent. "Si je te dis que j'ai plus que le tapis de départ à la pause, ça t'étonnes ?, nous a glissé le Breton. Eh bien ne sois pas étonné, j'ai 24 000 (sur un starting stack de 25 000)." Pas d'inquiétude Adrien, ce tournoi ne fait que commencer.

Cool Story Adrien Allain
Vous prendrez bien une petite cool story en cadeau ? Maintenant, vous savez quoi faire si vous vous retrouvez dans la même situation.

Pas deux années de suite pour Davidi

Davidi Kitai

Entrée en matière délicate pour Davidi Kitai, rapidement éliminé de ce tournoi. Si l’an passé le Belge avait trouvé ses marques dès son premier tournoi, cette année, rien ne s’est passé comme prévu.

"J’ai perdu un coup avec paire et flush draw pour commencer", détaille Davidi, "J’avais K3 sur AQ3 contre Koray Aldemir, ça m’a couté 5 000 jetons, il avait As-Valet ».

Davidi ouvre alors K7 depuis le cut-off, à 400 et se fait 3-bet par le joueur au bouton à 1 200. "Erik Seidel complète en blinde, et du coup, j’ai quand même la cote pour y aller". Davidi Kitai s’invite et trouve un flop plutôt très décent, QJ2. Seidel check, Davidi l’imite et le joueur au bouton mise 2 500. Seidel fold et laisse le Belge en tête avec son adversaire, pour découvrir un 6, carte sur lequel les deux joueurs ne misent pas de jetons. La rivière 2h termine ce tableau, et Davidi tente de value cette couleur : ce sera 6 800. Oui mais voilà, ‘Kitbul’ se fait relancer à tapis. Deuxième niveau et déjà un spot compliqué. "Contre un bon joueur, je sais qu’il blufferai difficilement. Mais là, lui, je ne le connais pas. Parfois ils font aussi ça avec deux As. Il faut que j’ai raison une fois sur 4. J’ai call et il avait paire de 6 !"

Tombé à 3 000 jetons, Davidi finit par tout pousser avec une paire de Quatre, pour tomber contre une paire de Sept. Et la meilleure main n’a pas pris de bad beat. "Ce n’est pas grave, le chemin est encore long", dixit Davidi, qui a immédiatement quitté le Rio dans la foulée. Normal, à cette heure-ci, il n’y a plus rien à jouer.

Kitai - Seidel - Delmas
Dommage, avec le (très) grand Erik Seidel et le jeune Frenchie Adrien Delmas, on aurait pris énormément de plaisir à suivre cette table.

Dans la tête de Lewis

Romain Lewis DLTDP

Aujourd’hui, les caméras de Dans La Tête d’Un Pro sont de sortie, et la cible du jour se nomme Romain Lewis. Le dernier Team Pro Winamax va tenter de se concentrer sur son jeu, et non sur les caméras, pour vous offrir le meilleur spectacle possible. Même si, soyons honnête, Romain joue avant tout pour sa pomme :

"Début de tournoi un peu compliqué, j’ai perdu quelques petits pots importants, mais ça va très bien quand même. C’est cool que les caméras soient là, mais mon objectif principal reste de jouer pour moi-même. Pour le reste, je ne m’en fais pas, je sais que je retiendrai les mains, les spots, les dynamiques et que je pourrai raconter tout ça tranquillement dans l’épisode à venir."

Jean-Luc Voyer

Romain a trouvé à sa table un autre Français, en la personne de Jean-Luc Voyer. Qualifié via Winamax.fr pour le Monster Stack, qui débutera dans une semaine, JLV a décidé de se faire plaisir en tentant le coup sur ce tournoi réservé a priori aux joueurs chevronnés. Alors Jean-Luc, pas trop de pression de jouer devant toutes ces caméras ? "Au contraire, je voulais ça !, avoue-t-il. Je savais qu'elle allaient être là, et ça me fait vraiment plaisir." Malheureusement, il va lui falloir batailler pour espérer prolonger son heure de gloire, la faute à une rencontre set over set qui lui a déjà coûté très cher.

Hugo Larachiche dans le grand bain

Hugo Larachiche

Tiens donc, mais qui voilà ? Débarqué à Vegas dans la foulée de sa retentissante victoire au Winamax SISMIXHugo Larachiche n'est visiblement pas plus effrayé que cela à l'idée d'affronter quelques-uns des meilleurs joueurs de la planète. Il faut dire aussi que le Nordiste peine encore pour l'heure à mettre des noms sur les visages qui l'entourent, comme celui d'Adrian Mateos au siège 5, tout récent vainqueur de son troisième bracelet WSOP sur le Heads-up Championship. Et pour l'instant, difficile de qualifier de succès cette immersion au pays des requins. "J'ai perdu un gros coup avec une paire de Rois, rembobine Hugo. Après une ouverture du joueur au siège 6 payée par la small blind, je squeeze de BB. Je c-bet sur le flop Dame-8-3, puis check/call le turn. Il envoie ensuite un gros overbet river, et je réussis pas à fold. Il avait paire de 8." Celui qui avait roulé sur tout le monde il y a quelques semaines à Marrakech va donc désormais devoir sortir le bleu de chauffe.

Sonny Franco

Début de tournoi compliqué également pour Sonny Franco, même si le Petit Prince de Marrakech a évité de justesse une élimination précoce. Je débarque à sa table alors que le board affiche 588K. Suite à une mise de 5 000 de Français, son adversaire lui demande le reste de son tapis, soit environ 6 800. Après une bonne minute de réflexion, Sonny finit par payer avec KQ, et parvient à passer devant le 86 adverse grâce à un providentiel Roi tombé rivière. À noter que Medhi Ferah est aussi présent autour de cette table, composée donc à 33,33% de joueurs tricolores.

Ils sont bien entourés

Sylvain Loosli

De son côté, Sylvain Loosli, qui avait joué ce tournoi l'an passé devant les caméras de Dans la Tête d'un Pro a trouvé à qui parler. Le November Nine 2013 est assis entre l'un de ses confrères de la cuvée 2016, l'Américain Cliff Josephy et le Canadien Matt Salsberg, vainqueur du WPT Paris en 2012 pour 380 000 euros, et également connu comme le créateur de la série Weeds.

Harwood - Thi Nguyen

Thi Nguyen - au premier plan, en rose - n'a pas non plus de quoi se plaindre, puisque la Franco-Vietnamienne devra en découdre avec une grande habituée de ces WSOP, Loni Harwood. Entre les deux femmes, on ne retrouve pas moins que le vainqueur de l'EPT Grand Final 2012 Mohsin Charania et Jonathan Jaffe. Une table qui devrait rappeller de bons souvenirs à l'ami Jonathan, qui avait récupéré une belle livraison sur le Main Event en 2013 grâce à deux célèbres Ladies, ladies !

Martini - Esfandiari

On sent tout le plaisir de gosse derrière ce sourire de Julien Martini, assis à la gauche d'un certain Antonio Esfandiari. "I'm his fish today !," a lancé le Magicien tandis que je prenais cette photo. Les deux hommes seront rejoints quelques minutes plus tard par une autre tête de série, le Britannique Charlie Carrel.

Plein les yeux

Histoire de vous offrir un panorama un peu plus complet de ce qui se tramait dans l'Amazon peu après le coup d'envoi de ce tournoi, Steven a zigzagué entre les tables smartphone à la main. À (re)voir pour le plaisir des yeux, accompagné d'une longue galerie d'images.

Ivan Deyra
Ivan Deyra ne pouvait pas passer à côté de ce tournoi, coché sur son calendrier depuis bien longtemps.

Alexandre Réard

Jimmy Guerrero
Alexandre Reard et Jimmy Guerrero font également partie du contingent de Français croisés autour des tables

Sammartino
Dario Sammartino s'est déjà fait un copain

Niall Farrell
Niall Farrell fait partie de ceux qui ont pris le meilleur départ, avec un tapis rapidement doublé

Chris Moorman
Enfin victorieux aux WSOP il y a deux jours, de retour au charbon aujourd'hui, Chris Moorman sera évidemment à surveiller de très près

Kristen Bicknell
Nul doute que Kristen Bicknell ne dirait pas non à un troisième bracelet à ajouter à sa collection

Jonathan Duhamel

Reiss - Obst
Les Champions du monde sont de la partie, avec notamment Jonathan Duhamel et Ryan Riess, ce dernier ayant trouvé James Obst à sa table

Cate Hall
Cate Hall a troqué sa chemise bariolée pour un tee-shirt validé à 100% ici

Stephen Chidwick

Rainer Kempe
Stephen Chidwick et Rainer Kempe ont délaissé les Highrollers à cinq et six chiffres de l'Aria pour venir dépenser leurs argent de poche sur ce petit tournoi de rien du tout

Jennifer Tilly
Enfin, une Jennifer Tilly qui double son tapis, c'est un fan de plus qui sourit