masquer le menu
   

Alex Luneau fait table Razz

- 14 juin 2017 - Par Harper

Event #26 : Razz Championship 10 000$ (Day 1)

luneau

Éliminé du Limit à 1 500$ en 48ème place pour 3 080$, Alex Luneau a pris deux petites heures pour se ressourcer avant d'attaquer le plus gros tournoi de Razz de l'été. Mais déjà, revenons sur le Limit. Que s'est-il passé ? « Je n'ai même pas de mains à raconter ! » assure Alex, « j'ai eu des rencontres tout ce qu'il y a de plus standard et je n'ai rien pu faire. Next ! » Et le tournoi suivant, c'est donc le Razz. Vous savez y jouer ? Allez, je vous offre la définition de Winamax si vous n'êtes pas familier : il s'agit d'un format de poker dérivé du Seven Card Stud où les joueurs doivent tenter de constituer la combinaison de cinq cartes la plus faible possible parmi les sept cartes qu’ils reçoivent au cours du coup. La meilleure main possible, celle qui ne sera jamais battue, est As-2-3-4-5. On appelle cette main une « roue » (« wheel » en anglais). Facile, non ?

Seuls 78 joueurs ont pour l'heure mis la main au portefeuille afin de se lancer dans l'aventure. Quel est le profil type, Alex ? « On va dire que tout le monde connaît les règles » sourit le pro Winamax, « mais on ne va pas se mentir, ils n'ont pas tous le profil de champion du monde. » À sa table, il reconnait deux joueurs, « Marco Johnson et un autre reg russe que j'ai déjà joué en ligne » précise-t-il. Arrivé dans l'épreuve avec 17 big bets, Alex connait un début de partie assez sage. « C'est tellement plus fatiguant de jouer à ça qu'au Limit » confie-t-il durant sa pause. « Il faut tout compter en permanence ! Combien d'As sont sortis, de Deux, de Trois... C'est de l'observation non-stop et c'est incroyablement crevant ! »

jared

Quelques tables plus loin, Jared Bleznick (photo, à gauche) tape la discussion. « Vous savez que j'ai déjà payé David Benyamine pour jouer contre moi ? » La table se marre déjà. « Je lui ai filé 1 000$ pour qu'on joue en heads up en Triple Draw. La seule condition était qu'il reste au moins dix heures. » Et alors ? « Je l'ai rasé ! » piaffe-t-il. Je raconte l'anecdote à Alex Luneau, ce qui ne semble pas l'étonner : « Jared est connu pour ce genre d'actions... Une fois, il a proposé à Jean-Robert Bellande de jouer heads up contre lui en Pot-Limit Omaha. Sauf que lui jouait avec 3 cartes et JRB avec 4 ! »

table

Sur une telle épreuve, nombreux sont les visages connus, comme sur cette table où Daniel Negreanu et Phil Hellmuth se retrouvent. Le Belge Michael Gathy est lui tout proche d'avoir déjà doublé sa cave initiale de 50 000 alors qu'il tape le carton avec Justin Bonomo, Mike Gorodinsky et Jeff Lisandro !

La fin du rêve de Lucas Orsatelli

- 14 juin 2017 - Par Harper

Le Français termine 29ème sur 7 761 (34 718$)
Event #20 : NLHE Millionaire Maker 1 500$ (Day 3)

orsatelli

C'est un combat de tous les instants qu'a mené Lucas Orsatelli sur le Millionaire Maker. Muni d'un petit tapis tout au long de la journée, le dernier Français en course a bataillé pour gratter un maximum de paliers. Alors qu'il lui restait une quinzaine de blindes quand le prix garanti était de 8 054$, Lucas a réussi à voir une cinquantaine de joueurs supplémentaires être éliminés pour parvenir à se hisser en 29ème place et remporter un prix de 34 718$, soit 23 fois sa mise initiale ! Le producteur de musique électronique a joué un poker de tournoi classique mais ô combien efficace dans cette zone de jeu : des resteals à tapis réguliers pour se maintenir à flot.

C'est finalement contre Lisa Hamilton qu'il finit par rendre les armes. En bataille de blindes et alors que le pot contient déjà un demi-million de jetons, Lucas mise 300 000 sur un tableau 87K8K. C'est le moment choisi par Lisa pour pousser son tapis. Quelques secondes plus tard, Lucas connait la pire sensation qui soit sur un tournoi : le call/muck river vous orientant vers la sortie. Le croupier n'a plus de cartes à retourner, vous n'avez plus de quoi vibrer, la partie est terminée ! Car sur ce coup-là, Lisa a retourné KJ pour un full tandis que le croupier n'a pas pris la peine de montrer les cartes du Français parti à toute vitesse récupérer son gain avant de filer vers la sortie en un éclair.

Parmi les 20 joueurs encore en course ne figure plus la moindre femme puisque Lisa Hamilton a été éliminée après avoir tenté un énorme bluff. Sur un tableau 25688, elle relance de 1 100 000 à 2 250 000 et tapis la mise d'Alexander Farahi. Ce dernier paie avec 34 pour une quinte et Lisa retourne... AK. Un coup audacieux qui la voit terminer 26ème (43 123$). Shortstack, le Belge Kenny Hallaert est la dernière figure connue encore dans le coup.

Le clan français tire la tronche

- 14 juin 2017 - Par Harper

Event #23 : THE MARATHON - NLHE 2 620$ (Day 2)

diazout

Dans la main droite du croupier, les derniers jetons de Guillaume Diaz. Ceux-ci viennent d'être transférés vers son adversaire, tout heureux d'avoir trouvé deux paires sur un turn AQ9-T avec Dame-Dix en main alors que le pro Winamax avait deux paires dès le flop avec Dame-Neuf. C'est à l'image de ce que viennent de subir les Français lors des deux dernières heures : une vraie déconvenue.

Alors qu'il ne reste plus que 513 joueurs sur les 1 759 entrants, le prizepool a été dévoilé : 264 joueurs seront récompensés d'un minimum de 3 934$ et le vainqueur empochera plus de 690 000$ ! Malheureusement, Romain Lewis ne touchera pas une part du gâteau. Le jeune Bordelais ne s'est jamais remis de son pot énorme perdu avec quinte contre tirage couleur et a été éliminé quelques dizaines de minutes plus tard. Il ne reste donc plus qu'un représentant dans le clan Winamax : Aladin Reskallah avec un maigre tapis de treize blindes. Ce n'est pas la fête !

Le clan français peut difficilement secourir les potes au W rouge sur ce coup là puisque Louis Linard et Julien Sitbon sont également coincés avec un tapis d'environ vingt blindes. Seul Ronan Monfort sort la tête de l'eau avec un stack avoisinant le tapis moyen de 90 000. De toute façon, les marathons, ça n'a jamais vraiment trop été notre truc.

Et de trois pour Alex Luneau !

- 14 juin 2017 - Par Harper

Event #24 : Limit Hold'em 1 500$ (Day 2)

luneau

Avec sa chemise domino fétiche, rien ne peut lui arriver. Après sa 15ème place dans le Dealers Choice et sa 9ème place dans le 8-Game, Alex Luneau signe une troisième place payée dans un tournoi à 1 500$ sur ces WSOP 2017 : le Limit Hold'em. « J'ai l'impression que c'est possible de faire l'argent une fois sur deux sur ces buy in » sourit Alex, « surtout sur les tournois de Pot-Limit et Limit... Il n'y a pas d'antes et les gens font vraiment n'importe quoi quand l'argent approche. Ils s'envoient en l'air, c'est de l'ICM suicide ! » Avec 45 000 jetons, Alex est proche du tapis moyen mais il n'en oublie pas le tournoi de Razz à 10 000$ venant de débuter. « Combien de joueurs pour l'instant ? » Seulement 44 !

ottorichard

Autre Français dans l'argent, Otto Richard (photo, à droite) qui est sur sa variante de prédilection. « Ma table est trop cool ! » sourit Otto, « tu vois le mec au siège 4 ? » Celui tout à gauche de la photo, oui. « Son père est passé plus tôt dans la journée pour nous expliquer qu'il lui laissait son compte en ligne alors qu'il avait 12 ans... Il se mettait alors à jouer en 400/800 ! C'est dingue ! » Et à ne pas reproduire à la maison, les amis. Avec 65 000 jetons, Otto est dans le bon wagon.

adrienallain

Au moins deux autres Tricolores sont également assurés de repartir avec un billet minimum de 2 246$ : Paul-François Tedeschi et le rookie de la discipline Adrien Allain. « Les premiers niveaux étaient chiants à mourir » confie le Breton tout en matant un résumé du match de football entre France et Angleterre, « mais maintenant, c'est génial, il y a des gros pots à toutes les mains, on se marre ! » Adrien est assis derrière un confortable tapis de 70 000 jetons. Également dans les payés : Justin Bonomo et Barry Greenstein.

Les cartes des WSOP remises en cause

- 13 juin 2017 - Par Harper

Plusieurs stars du circuit s'insurgent contre la qualité des cartes

C'est une discussion largement mise sur le tapis depuis le coup d'envoi des championnats du monde donné il y a deux semaines : la qualité des cartes. « Elles sont nazes » juge sans la moindre modération Alex Luneau. La raison ? Selon de nombreux joueurs, les cartes sont trop fines et marquent trop facilement. « J'ai vu des cartes marquées dans tous les tournois » poursuit le joueur du Team Winamax, « certaines volontairement, d'autres non. » Au point de devoir dénoncer ? « Sur les plus petits tournois, c'est rarement intentionnel mais sur les épreuves à 10 000$, je le fais immédiatement remarquer. »

L'affaire a pris une telle proportion que Matt Glantz a tout simplement décidé de ne pas disputer l'épreuve de Deuce-to-Seven en No-Limit à tirage unique, jugeant « qu'il est plus important d'avoir de bons yeux que d'être talentueux. » Alex Luneau donne une explication : « Avec un seul tirage, connaître une approximation de la valeur des cartes donne un avantage incroyable. Toutes les petites cartes de l'épreuve étaient d'ailleurs marquées... Du coup, si tu vois qu'un joueur tire une petite, tu pars avec une longueur d'avance énorme ! » On s'approche de la triche caractérisée. « La mauvaise qualité fait que les petites cartes se détériorent plus rapidement car on les a plus souvent en main... Et en plus de ça, oui, il y a de l'angle shoot mais ça fait partie de la panoplie du joueur de live sur ces tournois là » soupire Alex, « le problème, c'est que c'est loin d'être ma spécialité ! »

Ayant disputé l'épreuve, Jon Turner a de son côté rapporté qu'une carte du jeu a été remplacée lors de chaque main ! L'Américain a ensuite demandé à la direction des WSOP s'il était possible de revenir aux cartes KEM, qui était la marque officielle des jeux aux WSOP entre 2007 et 2014. En 2015, la marque italienne Modiano a pris le relais en étant loin de faire l'unanimité. Et c'est désormais Copag qui est aux manettes avec toujours aussi peu de succès.

Sur le One Drop à 111 111$ l'entrée, la table finale a même dû être interrompue. « J'ai repéré des petits points blancs sur certaines cartes » confie Doug Polk sur Twitter. Le vainqueur de l'épreuve poursuit : « J'ai tout de suite arrêté la partie en précisant qu'on ne continuerait pas de jouer un tournoi avec plus de 3 millions de dollars à la gagne tant qu'on n'aurait pas un jeu non marqué. La direction s'est défendue en disant que ça venait sûrement d'un mélangeur défectueux mais je n'y crois pas une seconde... »

De nombreuses stars du circuit sont montées au créneau à l'instar de Mike Matusow qui juge que « les cartes des WSOP sont une honte. » Attaquée de toute part, la direction des WSOP a terminé par se fendre de quelques mots qui ne risquent pas de rassurer les joueurs : « Nous avons vérifié avec le fabricant que les cartes étaient les mêmes que celles utilisées l'an passé. Et il est important de noter qu'il y avait eu très peu de plaintes concernant les cartes en 2016. » Vu comme ça.