masquer le menu
   

Ben Pollak a une très belle montagne à gravir

- 22 juillet 2017 - Par Benjo DiMeo

Le dernier français en course est short-stack à l'aube de l'ultime bataille, mais rien n'est joué
Deux américains de talent lui font face


Les trois derniers joueurs
Rien ne s'est passé comme prévu aujourd'hui. Ou plutôt si : tout s'est passé comme prévu.

Rien ne s'est passé comme prévu ? Avec sept joueurs restants au départ de la phase 2 de la table finale du Main Event, nous étions nombreux à nous attendre à plusieurs éliminations rapides, puisque trois joueurs possédaient un tapis sous la barre des vingt blindes. Sauf que ces trois joueurs ont tenu beaucoup plus longtemps que prévu, avec des double-ups ont succession qui ont tenu en haleine le public durant de nombreuses heures.

Tout s'est passé comme prévu ? Oui : à la fin de cette seconde phase, les trois joueurs ayant survécu sont ceux qui possédaient le plus de jetons au départ de la journée. Les quatre autres, eux, ont été nettoyés au cours d'une deuxième partie expéditive : à 22 heures, l'affaire était pliée, et les lumières du plateau télé éteintes.

Les trois prétendants au titre suprême du poker se retrouveront samedi soir à 17h30 (2H30 en France) pour une ultime bataille.

Ils sont donc....

Scott Blumstein (USA) 226,45 millions (113BB)

Scott Blumstein
Le contrat est plus que rempli pour le pro du New Jersey, dont le chip-lead n'a jamais été véritablement remis en question aujourd'hui, même s'il a sûrement manqué pas mal de value sur cette main où il trouve full au moment où Benjamin Pollak dispose d'une quinte. Blumstein s'est chargé d'une seule élimination aujourd'hui : celle d'Antoine Saout. Evidemment, il s'agit du candidat le plus sérieux à la victoire, mais les deux clients qui lui font face ne lui feront aucun cadeau dans la phase la plus short-handed de la partie.

Dan Ott (USA) 88,375 millions (44BB)

Dan Ott
La vraie montée en puissance de la journée : Dan Ott a provoqué deux éliminations et pris les meilleures décisions sur la majorité de ses spots, permettant à son tapis d'atteindre un niveau le rendant très dangereux.  Benjamin Pollak aurait pourtant pu l'éliminer d'entrée de jeu s'il avait décidé de payer son tapis (qui était encore petit) en début de journée avec une paire de 8 : Ott avait 3-bet all-in avec As-Dame, et a obtenu un fold qui a surpris mal d'observateurs, même si beaucoup de pros sont montés au créneau pour défendre cette décision serrure de notre français.

Benjamin Pollak (France) 45,85 millions (23BB)

Rail français
C’est un Benjamin Pollak toujours aussi éreinté par cette fin de tournoi qui n'en finit pas qui s’est immiscé parmi les trois derniers joueurs du Main Event. Si le Français se réjouissait hier de son début de table finale, aujourd’hui, tout ne s’est pas exactement passé comme prévu : « Je savoure d’être encore là, mais je suis un peu déçu de quelques mains que j’ai pu jouer, surtout en début de journée. »

Benjamin revient notamment sur son raise/fold avec une paire de 8 contre le tapis d’Ott (qui avait donc As-Dame) : « OK, en voyant les cartes, on sait c'est un flip au final, donc je comprends que mon fold fasse jaser. Mais j’avais mes raisons et je pense qu’elles sont bonnes. Et le second coup, c’est mon Dame-5 de cœur contre Ott. Je dois bluff ce coup, et au lieu de ça, j’ai check." Benjamin avait open 3,6 millions depuis le CO, et sur JT697, les deux joueurs ont check le flop, Ben a misé 6,2 millions avant d’abandonner sur la rivière en checkant. Ott a retourné un simple KT pour la deuxième paire du board, ce fut la main gagnante. "L’avantage, c’est que j’ai pu garder mon stack intact pour pouvoir prendre des spots de reshove contre Blumstein… alors que si j’avais décidé de bluff, je serais tombé à 10 blindes, et je n’aurais plus eu de spots de resteal, si jamais il m’avait héro call. »

Debrief français
Globalement, difficile de s’en vouloir pour Ben, les jours se suivent et ne se ressemblent pas, et pourtant il est toujours un prétendant au titre : « Au début c’était très compliqué, parce qu’on a joué plus de deux heures à sept joueurs, alors que beaucoup avaient des tapis entre 12 et 20 blindes : personne ne voulait sauter ! Damian Salas tankait très longtemps à chaque main, ça paraissait une éternité. Moi je pensais au contraire que ça allait sauter vite, qu’on allait se retrouver en 5 ou 6 handed et que j’allais pouvoir profiter de mon stack pour agresser, c’était très long et tout ne s’est passé comme je l’avais prévu. En plus de ça, je perds AK contre AA… pan ! J’enchaine avec ce coup Valet-9 ou je trouve trips mais Blumstein fait full turn, ça m’a bien cassé mon stack. Et du coup, avec tout ce scénario, je suis plutôt content d’être encore là, parce que quand tu vois le début, je me suis dit « Aïe, c’est le scénario catastrophe, je peux sauter ! J’ai l’impression d’avoir une seconde chance d’être encore là. Je ne pense pas avoir fait trop d’erreurs. A chacune de mes décisions, il y avait une réflexion, et d’ailleurs, j’en discuterais bien avec des bons joueurs. »

Rail français
La fin de ce tournoi est donc complètement indécise. Benjamin Pollak est de toute façon très excité. Même s'il n'est pas chip-leader, rien que le fait d'être encore un candidat à l'exploit suffit en soi : « J’ai encore 22 blindes pour demain, ça vaut beaucoup d’argent, tout peut arriver ! » Parole de couvreur : on en a connu, des remontées autrement plus mal engagées !

Blindes : 1 million / 2 millions, ante 300 000

Si vous avez manqué le début...

60 mains ont été jouées au cours de la deuxième soirée de la finale (contre 75 lors de la première). Voici les coups les plus importants de la Phase 2, durant laquelle quatre joueurs ont été éliminés.

Main #76, la première de la journée : John Hesp relance avec une paire de 9 et Dan Ott tank depuis la BB. Il fait un fold étrange, mais de fait un bon fold avec une paire de 3 !

Main #82 : Bryan Piccioli trouve un carré rivière contre les deux joueurs avec les plus gros stacks de la table. Il ne se fait pas payer rivière, mais c’est toujours compliqué de se faire payer avec un carré, surtout quand celui-ci est formé avec trois cartes du board.

Main #85 : Dan Ott fait tapis pour 12BB avec As-Dame après une relance de Benjamin Pollak. Ce dernier réfléchit, et finit par refuser le call avec… une paire de 8 ! Un fold qui n’a pas fini de faire parler les pros comme les amateurs sur Twitter.

Main #86 : Antoine Saout trouve un double-up crucial face au chip-leader Scott Blumstein.

Main #89 : Antoine Saout tente un 3-bet light avec une paire de 4 face à Dan Ott. Mais ce dernier renvoie une sauce et Antoine est obligé d’abandonner. Ott avait 4-bet avec As-Roi.

Main #93 : Un bon gros setup permet à John Hesp de doubler : les As contre le As-Roi de Benjamin Pollak. Le joyeux amateur repasse au dessus de 40 millions.

Main #101 : Sur un pot contenant 40 millions, Benjamin Pollak fait un très gros fold sur la rivière avec un brelan floppé transformé en quinte. En face, Scott Blumstein avait trouvé le full dès le turn. L’un des coups les plus importants de la journée à n’en point douter.

Salas
Main #102 : Damian Salas finit par prendre la porte de sortie en septième place après avoir être frappé par un bad beat. Il fallait au moins cela pour éliminer l’éternel short-stack, dont la patience et les tanks interminables auront énervé plus d’un aujourd’hui, dans le public comme parmi les joueurs. Il s’agit de la première élimination en presque quatre heures de finale ! Une durée qui comprend les nombreuses pauses, mais tout de même.

Main #108 : Antoine Saout remporte un coin-flip contre Scott Blumstein, lui apportant son deuxième double up de la journée. Avec 50 millions, il n’a jamais été aussi haut.

Main #110 : Dan Ott rentabilise une quinte trouvée sur la rivière face à un Bryan Piccioli payant 3,1 millions sur la rivière.

Piccioli
Main #122
: Short-stack, Bryan Piccioli perd ses derniers jetons sur une confrontation dominée face au même Dan Ott. Il est éliminé en sixième place.

Saout
Main #126
: Le troisième deep-run d’Antoine Saout en neuf participations au Main Event s’achève en cinquième place, après un brelan rivière se heurtant à une quinte invisible chez Scott Blumstein.

Hesp
Main #135
: L’élimination de John Hesp, dernier amateur en course ayant ravi les fans de poker du monde entier, conclut la journée sous les applaudissements de la salle toute entière.

Et voilà pour l'avant-dernière journée du Main Event ! Samedi, nous reviendrons au Rio pour observer la toute dernière bataille de l'été, la plus belle de l'année, potentiellement la plus historique pour les fans français. Benjamin Pollak a d'ores et déjà égalé la performance d'Antoine Saout en 2009. Peut-il l'améliorer ? Peut-il aller au bout ? Peut-il apposer son portrait haut sur les murs du centre de convention du Rio ? Mais bien sûr que oui, qu'il peut le faire ! Et nous serons là pour y assister, et vous le raconter.

Benjo et Steven - RDV VOUS SAMEDI SOIR A 2H30 (HEURE FR) !


La fin de la journée sur Périscope