masquer le menu
   

6 au Day 6 !

- 16 juillet 2017 - Par Benjo DiMeo

Les français du Day 6
Ils sont nombreux, ils jouent super bien au poker et en plus, ils ont des gros tapis. Les chances d'une nouvelle perf française mémorable sur le plus gros tournoi de poker de l'année n'ont jamais été aussi bonnes !

Antoine Saout : 8,26 millions (103BB)

antoine saoutUne fois de plus, Antoine Saout s’invite au jour 6 du Main Event des WSOP. C'est la troisième fois en neuf participations ! Hasard ? On est en droit d'en douter fortement. Le Breton maitrise à la perfection cette épreuve, après avoir atteint la table finale en 2009, puis une 25e place l’an passé. L’objectif maintenant, c’est de faire mieux, Antoine le sait : « En 2016, j’étais arrivé au Jour 7 avec 25BB. Je n’ai pas envie de revivre ça demain. » Antoine Saout s’est rapidement mis dans les meilleures conditions aujourd’hui, avant de rouler sur ses adversaires : «  J’ai joué un gros flip dès le début, QQ contre AK, qui m’a mis plutôt très bien. J’ai enchainé avec une livraison, un joueur m’a tout donné avec Dix et Neuf quand j’avais encore une paire de Dames. Ça m’a permis de monter à 3,5 millions, et avec ce stack, je me suis maintenu. Ah oui, j’ai aussi touché un brelan de 6, on est parti à tapis et mon adversaire s’est retrouvé avec 0% ! » Antoine a réussi à atteindre la barre des 9 millions de jetons pendant cette journée même s’il a fini par la lâcher peu de temps après : « J’ai fait deux petits bluffs qui ne sont pas passés, mais ce n’est pas très grave, il faut en faire aussi. » Quand 98% du commun des mortels serait plus excité que jamais d’être encore présent dans ce tournoi au Day 6, Antoine vit la chose d’une façon très détachée : « Je me dis que ce n’est qu’un tournoi de poker. Je ne regarde pas les paliers, et je joue. J’essaie juste de passer une journée après l’autre, c’est le meilleur truc à faire. » Demain, ils ne seront pas nombreux à faire peur à notre November Nine national : « J’ai vu qu’il restait Dario Sammartino dans le tournoi, je pense que c’est le plus fort. Après le reste… ça va. Je sais que ça m’embêterait un peu de devoir jouer contre d’autres Français. Parce qu’on se supporte, on se soutient, on dine ensemble etc., mais s’ils sont à ma table, je jouerais de façon normale, c’est le poker. Mais je préfère quand même les étrangers. » 

Alexandre Reard : 6,1 millions (76BB)

RéardCe sont quatre journées en une qu'a vécu aujourd'hui Alexandre Reard sur ce Day 6. Assis tout d'abord autour d'une première table "plutôt facile," qui lui permit de multiplier presque par trois son tapis de départ d'un million, il débarque ensuite en table télévisée avec près de trois millions et se retrouve à la droite de Charlie Carrel. "Là-bas, c'était un peu plus lent, et je n'ai pas trop eu de jeu." Revenu sur le plancher des vaches après la pause dîner avec un peu plus de deux millions, le Parisien subit alors une longue période de vaches maigres, et perd quelques coups post flop qui lui coûte assez cher. "Et puis j'ai eu ce fameux setup," (deux Rois contre deux Valets contre deux Dames, flop : Roi-3-3 !) suivi d'un 5-bet shove préflop, lui permettant de passer de 975 000 à 5,2 millions. Pour la petite histoire, Alex a avoué après coup avoir détenu une paire de Dames sur ce coup, et son adversaire As-Roi. Les deux joueurs ont donc évité un coin flip qui aurait coûté très cher à l'un d'entre eux. Ajoutez à cela quelques pots glanés lors de la dernière heure de jeu, et vous obtenez un tapis flambant neuf de 6,1 millions, largement supérieur à la moyenne. Dans la foulée de son superbe début d'année - quinze lignes dont six depuis son arrivée à Vegas début juin pour plus de 200 000 dollars de gains - le Parisien, à qui il manque encore une grosse perf' sur un tournoi majeur du circuit mondial, est mieux placé que jamais pour marquer de son empreinte le plus beau tournoi de la planète.

Benjamin Pollak : 5,7 millions (71BB)

Pollak« C’est inespéré. C’est juste incroyable. » Lorsque Benjamin Pollak s’est pointé au Rio ce matin, son esprit était probablement tourné plus vers l’échelle des prix et le nombre d’éliminations le séparant du prochain palier plutôt que de la table finale et son million de dollars garanti. Forcément : le parisien n’avait que douze blindes en sa possession. Mais, contrairement à tant de ses compatriotes éliminés la veille après avoir joué un seul coup à tapis, Pollak a remporté le premier coup qu’il a joué, avec deux Rois battant As-Dame. Puis le second : un coin-flip avec As-Roi contre deux Valets. Puis un troisième : une quinte trouvée sur la rivière, au même moment où son adversaire trouvait un brelan. N'en jetez plus ! La machine était lancée, et lorsque Benjamin Pollak se retrouve en possession d’un gros tapis, bien malin sera celui qui parviendra à lui en soutirer. Après avoir éliminé le dangereux Pawel Brzeski (une paire de Rois, encore, qui bat facilement 88), Pollak a géré tranquillement sa fin de journée et à l’heure des comptes, ce fut le choc : un tapis multiplié par trente en onze heures de jeu ! En plein Tour de France, le maillot à pois du meilleur grimpeur lui revient sans contestation possible.  23e au classement parmi les 85 derniers joueurs, Pollak se remémore la première fois qu'il a emprunté le chemin du deep run sur le Main Event : « En 2013, je n’ai jamais eu au dessus de trente blindes sur les derniers jours. » A l’époque, Pollak avait terminé en 27e place. Cette fois, il attaque l’avant dernière journée avant la finale avec un matelas confortable de 71BB. Largement assez pour faire parler son talent, et espérer beaucoup mieux.

Valentin Messina (Qualifié Winamax) : 4 995 000 (62BB)

Messina"Ça fait un petit quelque chose de passer pour la première fois du tournoi sous les 100 blindes." Oui, Valentin Messina a connu un Day 5 plus compliqué que ses journées précédentes sur ce Main Event. Mais non, Valvegas n'est absolument pas en danger immédiat pour la reprise du tournoi dimanche matin. Monté un temps à 6,5 millions, le dernier de nos qualifiés online a finalement empaqueté 4,995 millions de jetons. "J'ai eu moins de cartes aujourd'hui et le niveau était meilleur aussi, forcément. J'ai quand même vécu un petit moment de rush, avec un hero call et un bon bluff, et puis ensuite la table a un peu résisté et j'ai su faire le dos rond." Arrivé à Vegas juste après ses vacances, simplement pour jouer le Big One, Valentin a donc parfaitement rentabilisé son temps dans une Sin City qui ne lui avait jusque là que moyennement réussi. Déjà passé tout près de la victoire sur le circuit EPT, il a désormais l'occasion de faire parler de lui sur le continent américain. Une dernière anecdote pour la route ? Valentin est malade plus ou moins depuis son arrivée ici. On souhaite bonne chance à ses futurs voisins de table s'il venait à débarquer pour son Day 6 pleinement opérationnel.

Sébastien Comel 3 140 000 (39BB)

ComelSébastien Comel est peut-être celui parmi nos six rescapés qui a vécu la journée la moins agréable : ayant démarré la journée avec 4,19 millions, il la termine finalement avec 3,14 millions. Et vu le déroulé de ce Day 5, il s’en satisfait parfaitement : « J’ai été très card dead aujourd’hui mais j’ai aussi mal joué quelques coups. L’autre problème, c’est que j’ai pris pas mal de spots, et du coup mon image a bien été dégradée. Après, il faut savoir que je n’ai pas 3-bet une seule fois en value ! C’est aussi ça le problème de ne pas voir du tout de jeu. Pas une seule fois de la journée j’ai pu flat une bonne main, c’est terrible. » Dans une journée aussi longue que celle-ci, tout ne peut pas forcément bien se passer. Mais Sébastien a tout de même trouvé le courage de faire un bilan très honnête de sa journée : « Les plus, c’est que j’ai réussi à passer de bons bluffs, dans les pots multiways surtout. Au final, ça fait des bons pots à chaque fois. Les moins… hum, je dirais ce call avec la paire de 9 que je n’ai pas réussi à faire, quand mon adversaire bluffait avec un tirage flush manquée. Et je regrette aussi mon début de day, quand j’ai 3-bet une poubelle avant de hero call river. Ce n’était pas bon évidemment. » Après un très gros Vegas, qui l’a vu disputer pas moins de 50 tournois (!), Sébastien Comel se sent épuisé physiquement : « Mon Vegas a déjà été long, et ce tournoi est un marathon à lui tout seul ! » L’objectif de Sébastien est très simple pour le Day 6 : « Je veux juste essayer de gagner des pots, je ne demande rien d’autre. »

Nicolas Cardyn (Vainqueur KING5) : 2,545 millions (31BB)

Nicolas CardynLes milliers de joueurs qui disputent chaque année le KING5 sauront apprécier la performance : un membre de l’équipe vainqueur de notre championnat gratuit par équipe est en train de réaliser une performance d’ores et déjà mémorable, la plus belle depuis la création de la compétition en 2008. En 62e position au classement parmi 85 joueurs, Nicolas Cardyn est déjà familier avec la table finale du Main Event des WSOP. Mais pas en tant que joueur : en 2013, le londonien faisait partie avec Ludovic Lacay et Davidi Kitai du groupe de fines lames ayant coaché Sylvain Loosli (qui, à l’époque, n’était pas encore le grand joueur de tournois qu’il est aujourd’hui) durant les trois mois de break entre les phases préliminaires et la finale du Big One. Sa finale à lui n’est encore qu’une lointaine hypothèse, mais avec 72 514$ assurés, son investissement de 0€ (oui, zéro) est d’ores et déjà couronné de succès. « Ca été dur aujourd’hui », explique t-il. « Je suis plutôt content. Le niveau s’est pas mal relevé, mais on doit encore pouvoir trouver des joueurs un peu plus faibles. En tout cas, c’est génial de pouvoir disputer ce genre de tournois. En ce moment, je me concentre sur autre chose que le poker, mais j’avais prévu de jouer le Main Event quoi qu’il arrive. Je n’avais jamais joué le KING5 avant : au moment de monter l’équipe, j’avais envie de faire ça avec des potes qui n’avaient pas forcément prévu de venir à Vegas. » Parmi eux, des grinders connus au sein de la communauté mais plus rares en tournoi ces derniers temps, comme Alban Juan et Julien Jolivet, et qui ont donc profité, grâce à leur belle victoire acquise au terme de sept étapes successives sur Winamax, d’un voyage à Vegas en freeroll et de cinq tickets pour le Main Event. Ils ont déjà quitté la ville, mais nul doute qu’ils seront suspendus à leurs tablettes et ordinateurs dès dimanche à onze heures.

Davidi Kitai (Team Winamax) : 223e pour 46 096$

DavidiParti avec une vingtaine de blindes en début de Day 5 parmi les 297 joueurs restants, Davidi Kitai aura vécu tout l'inverse de la journée qu'il espérait. Point de double up, point de remontée fantastique, point de cartes jouables : son tapis a fondu, jeton par jeton, jusqu'à ce que notre champion belge trouve enfin un bon jeu. Un très bon jeu, même : une paire de Rois. Patatras : payé par A9, Davidi verra apparaître un As dès le flop, mettant fin à son parcours en 223e place. Son meilleur résultat sur le Main Event, certes, mais au vu des ambitions de ce collectionneur de trophées, un finish beaucoup trop prématuré.

Laurent Patroni : 205e pour 46 096$

Laurent PatroniLe marseillais poursuit sa belle année 2017 : après une victoire sur le Starter du Winamax Poker Tour, suivie d'une mémorable place de runner-up sur la Grande Finale jouée dans la foulée au Cercle-Clichy Montmartre, voilà Laurent Patroni se classant sur le plus beau tournoi du monde. C'est un banal coin-flip qui a mis fin aux espoirs de l'infirmier en milieu d'après-midi. Pas de quoi être trop déçu, semble t-il : Patroni avait empoché sa qualif' pour le Main via un satellite à six cent balles, et profitera d'un joli gain pour prendre des vacances aux Etats-Unis : direction la Côte Ouest !

Romain Arki : 181e pour 46 096$

ArkiOn n'oubliera pas de sitôt le parcours de Romain Arki sur le Main Event, même s'il s'est arrêté bien avant le Top 100 et qu'il n'a jamais représenté une sérieuse menace pour ses adversaires, faute d'avoir jamais dépassé la barre des 30 blindes au cours des trois derniers jours. Qu'importe : son attitude joyeusement nonchalante, sa modestie permanente (dix fois, qu'il nous a dit ne rien comprendre à son jeu, vingt fois, qu'il nous a dit n'avoir rien à faire là), ses lectures incroyables (une paire de Rois jetée contre le 3-bet d'un joueur short-stack : sans déconner ! Et le mec en face a bel et bien montré les As) et sa patience infinie ont fait de l'amateur, qui ne dispute que deux tournois de poker par an, un personnage attachant au milieu des pros. N'en revenant pas de sa chance, Arki a profité du moment jusqu'au bout. Sa première participation au plus gros tournoi du monde se solde par très belle 181ème place, et une récompense de 46,096 dollars.

Le Day 6 débutera dimanche à onze heures (20h en France). Comme chaque jour depuis le 31 mai, nous serons sur place pour vous raconter les petites et les grandes histoires qui se dérouleront au Rio. Bonne journée !