masquer le menu
   

L'arroseur arrosé

- 7 juillet 2017 - Par Benjo DiMeo

Event #62 - Poker Players Championship 50 000$ (Day 5 : Table finale)

Ivo Donev
Qui tue par le feu, périra par le feu. C'est à peu près ainsi que l'on peut résumer la fin de parcours d'Isaac Haxton dans le Poker Players Championship. Le spécialiste des High-Rollers aux 13 millions de dollars de gains a en effet eu la joie d'infliger un bad beat à Ivo Donev (photo), un "two outer" avec 55 contre deux Rois provoquant l'élimination du joueurs d'échecs autrichien en quatrième place, avant de lui-même subir un cooler assez ignoble alors qu'il était chip-leader.

Isaac Haxton
Jouer cinq jours de poker sans bavures dans huit formats différents pour se manger une rencontre KK/AA dans un coup énorme coup de No-Limit Hold'em contre le deuxième plus gros tapis de la table, il y a de quoi être frustré, non ? Oui, je sais : Haxton était derrière préflop sur cette main (et les tapis ont volé sur un flop 9-8-7 avec deux coeurs), mais à ce stade de la partie, et au vu des enjeux, la différence entre un cooler (coup dont l'issue est inévitable) et un bad beat me semble très ténue.

Le heads-up final du PPC oppose donc deux joueurs dont les visages ne sont pas familiers pour la plupart des fans de poker, ce qui ne les empêche pas d'être immensément talentueux (obv) : Johannes Becker et Elior Sion. Leurs fiches Hendon Mob ne vous apprendront pas grand chose sur eux : nous avons affaire à deux joueurs online, régulier des cash-games high-stakes. Becker n'affiche que 70,000$ de gains en live, à peine plus que le prix d'entrée du tournoi, mais Alex Luneau nous glissait dès l'entame du Day 2 que cela ne veut rien dire : l'Allemand est très, très actif en ligne et finance lui-même des tonnes de compatriotes grâce à une bankroll très confortable. Même topo pour Sion (600,000$ de gains en live "seulement" : l'Anglais va quoi qu'il arrive doubler ce total aujourd'hui, minimum), qui a l'habitude de jouer en 200/400$ et 300/600$ contre Isildur, Ben Tollerene et compagnie.

Becker a entamé le duel avec un large avantage (trois fois plus de jetons) mais Sion se bat comme un diable et a déjà comblé une grande partie de cet écart : les deux sont partis en pause-dîner avec des tapis relativement équilibrés.