masquer le menu
   

Robert raide fort

- 3 juillet 2017 - Par Benjo DiMeo

Event #62 - Poker Players Championship 50 000$ (Day 1)

Alexandre Luneau
Pour vous dire à quel point le PPC est un tournoi luxueux : il y a des pauses après chaque niveau. Il faut dire que ceux-ci durent cent minutes, au lieu des soixante habituelles sur les épreuves au coût moins élevé. Le second break du Day 1 fut l'occasion de m'entretenir avec Alexandre Luneau sur divers sujets :

La hauteur de son tapis après trois heures de jeu (275 000, un bon départ puisque tout le monde a débuté à 250 000)
Les différents paris en cours autour des tables, caractéristiques de ces rendez-vous de pros en petit comité. ("Il y a des side-bets dans tous les sens !" Avec, notamment, un système de type "fantasy" où chacun constitue une équipe virtuelle de sept joueurs, et marque des points selon les performances de ses poulains. Alex ne goûte guère à cette "side action", et ne participe à aucun pari.)
La présence, ou non, des plus grandes stars de notre jeu favori (Doyle ne viendra pas, mais parie sur/stacke des joueurs à distance, Hellmuth sera sûrement là en super late reg demain après-midi, et Ivey, normalement, devrait - enfin ! - se pointer au Rio)
Son changement de table, intervenu très tôt dans la partie : "Je préférais ma première table !" Sur sa nouvelle table, on retrouve en effet un casting pour le moins costaud :

Siège 1 : Matt Glantz
Siège 2 : Mike Gorodinsky
Siège 3 : Isaac Haxon
Siège 4 : Robert Goldfarb
Siège 5 : Robert Mizrachi
Siège 6 : Alexandre Luneau


Autre question posée à Alex : dans la fratrie Mizrachi, qui est le meilleur entre Robert (4 bracelets, photo ci-dessous) et Michael (3 bracelets "seulement", mais 2 sur le PPC) ? "Robert, c'est quasi-sûr."

Robert Mizrachi
Posée par hasard, en mode "small talk pendant le break", cette question allait cependant trouver une illustration immédiate, dès l'entame du Niveau 3.

Un round de No-Limit Hold'em vient de débuter : l'ambiance y est toujours sensiblement différente que sur les coups de Razz, Stud, Omaha High-Low, etc, car il s'agit de la seule variante du tournoi (avec le PLO) où l'on peut se faire éliminer en une seule main.

Robert Mizrachi est UTG et relance à 1400 aux blindes 300/600 ante 100. C'est payé par Alex juste à sa gauche. Les autres joueurs passent.

Flop 398. Robert c-bet 1800. Alex reste dans le coup.

Turn 8. Robert réfléchit, vérifie ses cartes, et... check. Alex prend l'initiative : 2600. Robert check/call.

Rivière : un 9 qui enrichit un peu plus le board. Si ce n'est pour la quinte flush, toutes les combinaisons du poker sont possibles. Robert check. Alex annonce une mise de 7000.

Semble t-il sans avoir à réfléchir bien longtemps, Robert va payer ce bet avec un commentaire à voix haute : "Tu as soit paire de 5, paire de 6, ou paiere de 7. C'est payé." L'américain montre une paire de Valets : il a donc besoin que sa lecture soit bonne pour gagner le coup. Et cela ne loupe pas : Alex retourne... une paire de 6 !

En d'autres nouvelles

Ils ont récemment rejoint les tables du PPC : Steven Chidwick, Justin Bonomo, Dan Shak, David Bach, Shaun Deeb, Anthony Zinno, John Racener, Jason Mercier, Felipe Ramos, Daniel Alaei, et Leon Tsoukernik.
Un total de six niveaux de 100mn seront joués aujourd'hui, ce qui va étirer la durée du Day 1 jusque deux heures du matin.
BREAKING NEWS ! Un quatrième français vient de prendre place : ElkY !
Au compteur : plus de 80 joueurs.