masquer le menu
   

Carême et Kabhrel à la fête

- 2 juillet 2017 - Par Veunstyle72

Event #58 - NLHE 1 500$ (Day 3 et Finale)
Départ correct pour le Français, alors que Martin Kabhrel en fait des caisses, comme d'habitude

chips

Déjà plus d'une heure et demie de jeu sur le 3e jour de cet Event 58, et si sept joueurs ont déjà disparu, ce n'est pas le cas de Nicolas Carême. Le Français a même a réussi à faire un gonfler un peu plus son stack, puisque de 535 000, il est passé à un peu plus de 700 000 au moment de la première pause.

"Je suis un joueur d'Expresso moi ! Ça commence à faire long trois jours de tournois... quand est-ce qu'on voit le message qui dit qu'on a gagné la table ?"

Nicolas est (presque) prêt pour aller chercher la plus grosse perf' de sa vie, lui qui déjà touché une somme à 6 chiffres au poker, grâce à ces fameux expressos. Simplement, il découvre qu'en live, le processus est un tantinet plus long.

Et pourtant, quand je l'ai observé fold la plupart des premières mains que le croupier lui servait, je me suis inquiété : "Je ne voulais juste pas sauter le premier", me confiait-il au break, "maintenant, c'est bon, je suis plus détendu."

"Niklas", comme l'appellent ses adversaires à table, a passé son premier 3-bet en détente, puisque le relanceur initial a snap fold. Deux mains plus tard, un shortstack mise et quand la parole arrive sur le Français, il demande "how much", avant de mettre son adversaire à tapis, pour un obtenir un fold facile. Nicolas joue en ligne et ne fait pas d'erreurs pour le moment, ça suffit.

taylor paur

Taylor Paur observe du coin de l'oeil le Français...

Nicolas Carême a tout de même fait le boulot, n'allez pas croire qu'il attend les As tout le temps. Comme lorsqu'il décide de 3-bet à 72 000 une ouverture de Taylor Paur à 35 000. Payé monsieur. 752 est un flop sur lequel Taylor Paur va check call 80 000, avant d'observer le Français pousser son tapis de 280 000 sur une turn 9. Snap fold avec la grimace chez Taylor Paur.

careme

Puis "Niklas" s'est offert le scalp de Roman Korenev (23e), son voisin de gauche, qui a tenté de resteal 19bb avec A9 derrière un min raise du Français. Sans trembler, Nicolas a posé la somme au milieu de la table avec TT, a trouvé un Dix au flop pour éliminer le Russe.

Malheureusement, les jetons durement gagné contre Roman Korenev, sont repartis chez son voisin en face de lui, la main suivante, avec KJ chez Carême contre 98 chez Arman Zolnoorian. Un board 26575 plus tard, offrira la quinte puis la flush à l'Américain.

Bilan après une heure et demie de jeu donc, un peu plus de 700 000 jetons. Mais Nicolas dégage surtout l'impression du joueur qui est entré doucement mais surement dans son Day3. 

kahbrel esposito

Difficile de ne pas évoquer quelque chose de flagrant en ce début de journée : l'attitude de Martin Kabhrel. Le Tchèque a passé son temps à se faire remarquer depuis que les joueurs sont revenus : "Il est comme ça tout le temps maintenant", me confirmait Erwann Pecheux, simple spectateur de cette partie, "de plus en plus de joueurs n'en peuvent plus de lui !"

Mais que fait-il de si mal ? Hum, par où commencer ?
- Peut-être par sa façon de (très) mal parler au floor, qui garde un sang froid assez incroyable.
"Souviens toi, je t'ai déjà supervisé sur un WPT", lui lance le TD.
"Aaaah oui, je m'en souviens. C'était terriblement mal tenu d'ailleurs, maintenant je me souviens pourquoi."
- Je l'ai observé balancer une bouteille d'eau vide en direction d'une poubelle. N'est pas Steph' Curry qui veut, la bouteille est restée à 2 mètres de la poubelle, et Kabhrel a alors regardé l'agent de sécurité pour que ce dernier se baisse et ramasse sa bouteille. 
- Il a signalé sa colère quant à la visibilité très moyenne du tableau du tournoi selon lui.
- Il s'est enervé quand quelqu'un l'a timé : "Mais regarde toi avec ton stack. Le montant de la relance qu'on me propose, c'est le montant de ton tapis, tu crois vraiment que tu peux dire quelque chose dans ce coup ?" 
- Un vieil Américain semble plutôt récréatif, il s'agit de John Esposito. En regardant sa hendon Mob, on se rend compte qu'il possède tout de même un bracelet, obtenu en... 1999 ! Ceci n'empêche pas Kabhrel de répéter en permanence que le niveau de ce joueur lui semble douteux :
"S'il vous plait, ne faites pas de bétises, on a besoin de gens comme vous sur la table finale."
"Ah ouais ?"
"Oui, et avec ce pull svp, parce que vous avez l'air de bien aimer le vert."
"Oui, c'est vrai. Toi aussi d'ailleurs tu as l'air de bien aimé ta veste, cela fait trois jours de suite que je te vois la porter."

Oui, fort heureusement, les autres joueurs ne se laissent pas démonter, l'éclat de rire général à la table prouve que Kabhrel braille un peu dans le vent, et que finalement, comme m'a soufflé le directeur de tournoi, "il s'embrouille tout seul, et se déconcentre très facilement avec cette attitude. Finalement, c'est plus contre lui que tout ça peut se retourner..."

kahbrel

Le floor est d'une patience extrème, gros coup de chapeau à lui aussi...